ALGER – Le président du Conseil de la nation, M. Salah Goudjil, a affirmé, mardi à Alger, que la justice, qui repose sur des bases solides fondées sur la légalité, l’égalité et le respect des lois de la République, constituait l’un des piliers de l’Algérie nouvelle sous la conduite du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

Au terme d’une séance plénière consacrée au vote du texte de loi portant mesures particulières pour l’obtention de la pension alimentaire et à la présentation et au débat d’un texte de loi relatif à la lutte contre le faux et l’usage de faux, M. Goudjil a précisé que « malgré les difficultés auxquelles elle se heurte, la justice repose sur des bases solides fondées sur la légalité, l’égalité et le respect des lois de la République », soutenant qu' »elle constitue l’un des piliers de l’Algérie nouvelle sous la conduite du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune ».

M. Goudjil a appelé, dans ce sens, à « examiner attentivement la Constitution du 1er novembre 2020, qui illustre la place de la justice comme l’un des principaux piliers de l’Etat », rappelant à cet égard que « la justice jouit d’une indépendance absolue et est rendue au nom du peuple ».

« L’Etat est au service exclusif du peuple et la justice est égale pour tous et accessible à tous », a-t-il ajouté, rappelant qu' »il s’agit là d’un principe issu de la Déclaration du 1er Novembre 1954 (Par le peuple et pour le peuple) ».

Le président du Conseil de la nation est revenu, par ailleurs, sur l’actualité internationale, rappelant les positions « honorables de l’Algérie à l’égard des causes palestinienne et sahraouie et des autres causes justes dans le monde ».

« L’Algérie est un pays souverain qui a toujours défendu les principes de justice et d’équité », a-t-il affirmé, soulignant que le soutien reçu en faveur de l’une de ses récentes décisions au Conseil de sécurité « témoigne de son poids qui est reconnu de tous, amis et ennemis, et qui fait la fierté de tout Algérien ».

APS