Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques pour la prochaine rentrée dimanche

Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques pour la prochaine rentrée dimanche

ALGER – Le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels offre, en prévision de la prochaine rentrée (session février) prévue dimanche, plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques dans différents modes et dispositifs de formation, a fait savoir le sous-directeur des examens et des concours au ministère, Mohamed Azzoug.

Dans une déclaration à l’APS, le responsable a précisé que les nouvelles places pédagogiques assurées pour cette rentrée incluent notamment les formations par apprentissage, en présentiel et à distance, ainsi que les formations de la femme au foyer, en milieu rural, outre les bénéficiaires de l’allocation chômage et les personnes aux besoins spécifiques.

En prévision de cette rentrée, « le ministère a mobilisé tous les moyens nécessaires, techniques et pédagogiques, les sections ouvertes au niveau des établissements de formation, en sus des spécialités inscrites dans le programme pédagogique de la formation professionnelle au nombre de plus de 400 ».

L’ensemble de ces spécialités couvrent « 23 filières professionnelles inscrites dans la nomenclature des spécialités de la formation professionnelle, établie selon les spécificités de chaque région et les exigences de l’économie nationale ».

Concernant les nouvelles spécialités, l’intervenant a indiqué que le secteur a prévu au titre de la prochaine rentrée professionnelle, « des spécialités dans certaines wilayas liées aux domaines de l’informatique, la numérisation, l’agriculture et la maintenance ferroviaire.

En prévision de la prochaine rentrée, plusieurs activités d’information et de journées portes ouvertes ont été organisées pour faire connaître les spécialités et les offres de formation programmées, ainsi que les modalités d’inscription pour ceux qui souhaitent rejoindre les établissements de formation, a ajouté M. Azzoug.

Il a expliqué que le secteur met l’accent notamment sur « les filières professionnelles prioritaires, notamment l’agriculture et l’industrie alimentaire, la numérisation, le bâtiment et les travaux publics (BTP), l’électricité, la restauration, l’hôtellerie, l’artisanat, l’eau et l’environnement, ainsi que les énergies renouvelables ».

Le même intervenant a rappelé les mesures et les procédures prises par le secteur afin de « garantir une formation dans des spécialités correspondant aux exigences de l’économie nationale et répondant aux besoins exprimés par les entreprises en termes de main-d’œuvre qualifiée ».

M. Azzoug a indiqué, par ailleurs, que les inscriptions pour la formation professionnelle pour la prochaine rentrée, qui étaient prévues du 7 janvier au 17 février, ont été prolongées concernant certains modes de formation, tels que la formation par apprentissage, la formation à distance, ainsi que dans différents dispositifs de formation, entre autres, la formation en cours du soir.

APS

« Tamazight dans le système de l’enseignement supérieur: réalisations et perspectives » thème d’un séminaire

« Tamazight dans le système de l’enseignement supérieur: réalisations et perspectives » thème d’un séminaire

OUM EL BOUAGHI – Le « Tamazight dans le système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique en Algérie, réalisations et perspectives » est le thème d’un séminaire national, ouvert mercredi à l’UIniversité Larbi Ben M’hidi d’Oum El Bouaghi.

La rencontre, initiée par le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA), inscrite dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la langue maternelle, décrétée par l’UNESCO, vise à consolider les efforts et les acquis du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le domaine de la promotion de la langue et de la culture amazighes en Algérie.

Le secrétaire général du HCA, Si El Hachemi Assad, les recteurs des universités abritant les départements de Langues et Culture Amazighes et de Traduction, les responsables en charge de ces départements, le Directeur du Centre de Recherche en Langue et Culture Amazighes ainsi que les Directeurs des laboratoires qui consacrent leurs travaux au domaine amazigh, participent à ce séminaire qui vise à mettre en exergue « l’importance de la mise en œuvre des politiques sectorielles de l’éducation dans le domaine du multilinguisme en tant que pilier de la réalisation du développement durable ».

M. Assad a estimé, dans son intervention, que l’organisation de ce séminaire national vise, aussi, à mettre la lumière sur les efforts de l’Etat dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour promouvoir la langue et la culture amazighes, souligant que la participation des acteurs du secteur de l’enseignement supérieur « permettra de soumettre des propositions et d’enrichir les programmes d’études de tamazight ».

Il a appelé, à cette occasion, à « éviter de soulever la question de la langue maternelle et de l’identité sous l’angle politico-idéologique », car, selon lui, « cela a été souvent été la cause de tensions inutiles, en alimentant un conflit linguistique imaginaire dans des cercles fermés et à travers les réseaux sociaux, ce qui est éloigné de la réalité quotidienne de la société algérienne qui est ouverte et qui se fond dans un ensemble national inclusif ».

Plusieurs sessions scientifiques sont au programme de cette rencontre, dont entre autres, un ensemble de questions liées à la présence de la langue amazighe dans l’université algérienne, les statistiques, la situation actuelle, les réalisations dans le domaine de l’enseignement et de la recherche dans diverses branches et disciplines, la nature du partenariat et de la coordination entre les différents acteurs, l’exploration de l’étendue de l’enseignement de la langue amazighe dans les établissements universitaires et l’importance d’élaborer un plan pour l’étendre.

Un projet de dictionnaire numérique en tamazight sera présenté par le HCA, lors de cette rencontre scientifique, afin de le mettre à jour et d’enrichir son contenu en fonction des variétés de cette langue pratiquées sur l’ensemble du territoire national.

Ce séminaire, qui accueillera une exposition de livres et de supports audiovisuels en langue amazighe, verra la signature d’un accord de coopération et de partenariat entre le HCA et l’université Larbi Ben M’hidi d’Oum El Bouaghi.

Un don de livres et autres publications éditées par le Haut-commissariat, au profit des établissements universitaires accueillant des départements de langue et de culture amazighes, est prévu à l’issue de cette rencontre.

L’objectif de cette rencontre scientifique consiste, notamment, à « créer un espace de communication et de coordination entre les différents acteurs dans les établissements d’enseignement supérieur » et à « mettre en lumière les efforts de l’Etat dans le domaine de la promotion et du développement de la recherche en matière de langue et de culture amazighes ».

APS

Recherche scientifique: lancement d’une plateforme pour relier l’université aux entreprises économiques

Recherche scientifique: lancement d’une plateforme pour relier l’université aux entreprises économiques

ALGER – Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a mis au point une plateforme numérique pour la recherche scientifique en vue de relier les structures universitaires et de recherche avec les entreprises économiques et sociales.

Développée en « PHP LARAVEL » et domicilié au Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (CERIST), la nouvelle plateforme permet d’utiliser les données de recherche des établissements universitaires et des centres de recherche dans les différentes spécialités.

La plateforme est facile à utiliser et efficace en matière de recherche sur les opérateurs algériens. La recherche se fait en fonction de critères et de catégories dans les différents domaines dont la mécanique, l’informatique, le génie civil, l’énergie, l’agriculture et l’intelligence artificielle. Elle permet, également, d’effectuer des consultations économiques et financières et des études de faisabilité des projets.

La plateforme offre aux opérateurs l’opportunité de faire la promotion de leurs produits et services à titre gracieux sur le lien suivant:https://bahth.dgrsdt.dz.

APS

Le président de la République ordonne d’accélérer la numérisation de tous les secteurs

Le président de la République ordonne d’accélérer la numérisation de tous les secteurs

ALGER – Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a instruit, lors de la réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée dimanche, d’accélérer, au maximum, la cadence de travail jusqu’à la numérisation totale de tous les secteurs.

A l’issue de la présentation du rapport d’étape sur l’état d’avancement du processus de numérisation, le Président de la République a instruit « à l’effet d’accélérer, au maximum, la cadence de travail jusqu’à la numérisation totale de tous les secteurs », précise un communiqué du Conseil des ministres.

Dans ce cadre, le Président de la République a enjoint aux ministres « d’accélérer la numérisation des données pour chaque secteur, en prévision de la plateforme technique et de la domiciliation des données ».

« Monsieur le Président a instruit Madame la Haut-Commissaire à la Numérisation de préparer un exposé à présenter, pour approbation, en Conseil de ministres, concernant la conclusion d’un contrat avec la société Huawei pour créer un Centre de stockage de données ».

APS

ONOU: un programme dédié à la célébration de la Journée nationale du Chahid

ONOU: un programme dédié à la célébration de la Journée nationale du Chahid

ALGER – L’Office national des œuvres universitaires (ONOU) a lancé, samedi à Alger, son programme dédié à la célébration de la Journée nationale du Chahid (18 février), par l’organisation d’une visite aux Musées du Moudjahid et de l’Armée, et de plusieurs activités culturelles et concours intellectuels, scientifiques et sportifs.

Supervisant l’ouverture de cette manifestation au Sanctuaire du Martyr à Riyad El Fath, le directeur central de l’ONOU chargé de l’amélioration des conditions de vie des étudiants, Madjidi Mohamed a déclaré à l’APS, qu' »un programme riche et diversifié a été élaboré pour célébrer cette journée historique, ayant permis à près de 600 étudiants algériens et 30 étudiants étrangers de différentes nationalités à l’instar de la Palestine, le Sahara occidental, le Mali, le Niger, la Malaisie et le Tchad, de visiter le Musée national du Moudjahid et le Musée central de l’Armée, pour « leur faire découvrir la résistance et la lutte du peuple algérien contre le colonialisme français et d’inculquer les valeurs et les principes de la glorieuse guerre de libération nationale ».

Lors de cette visite guidée, les étudiants ont reçu des explications exhaustives sur les différentes haltes historiques de la résistance populaire et la guerre de libération depuis l’occupation française jusqu’à l’indépendance.

La deuxième journée du programme de cette manifestation historique qui aura lieu à la résidence universitaire « Baya Hocine » à Bab Ezzouar avec la participation du directeur général de l’ONOU et des représentants du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et celui des Moudjahidine ainsi que de la famille révolutionnaire, verra l’organisation d’expositions artistiques diverses, des chants patriotiques présentés par la chorale de la résidence universitaire de Dely Ibrahim, d’une pièce théâtrale de la résidence universitaire d’El Alia et la distinction des étudiants lauréats des concours intellectuels et sportifs.

Le programme compte également une conférence sur les témoignages vivants des moudjahidine durant la glorieuse guerre de libération.

APS

EnR: l’intérêt d’intégrer l’innovation dans le développement du secteur souligné

EnR: l’intérêt d’intégrer l’innovation dans le développement du secteur souligné

ALGER – L’intérêt d’intégrer de l’innovation technologique dans les projets liés à la transition énergétique pour le développement du secteur en Algérie a été souligné, lors d’une Journée d’étude organisée mardi à Alger.

Les experts intervenant au cours de cette Journée intitulée: « Promouvoir la durabilité du secteur de l’énergie en Algérie grâce à l’innovation et à la technologie », ont relevé le potentiel structurel d’innovation en Algérie à saisir en matière de transition énergétique, en associant les porteurs d’idées et les startups ainsi que la coopération internationale dans le domaine.

Ainsi, le PDG de l’Entreprise nationale de forage (Enafor), Mohamed Bennezzar, a affirmé que son entreprise, filiale de Sonatrach, met en œuvre un programme « ambitieux » d’appui sur l’innovation pour réduire le recours aux énergies fossiles dans le processus de forage.

« Nous étudions avec nos fournisseurs la mise en place de groupes électrogènes hybrides au niveau de nos sites d’activité ou à base de gaz liquéfié, tout en automatisant l’ensemble de nos équipements », a-t-il indiqué, ajoutant que cette initiative visait à réduire la consommation de gasoil et donc l’émission de CO2.

De plus, a-t-il dit, au niveau des bases de vie de l’entreprise autour des zones de forage, l’éclairage LED est généralisé et l’installation de chauffe-eaux solaires est multipliée.

De son côté, le business développer à Holcim El Djazaïr, Lyes Bahloul, a jugé « nécessaire » de s’orienter vers un mix énergétique « fossile-renouvelable » pour réussir une transition graduelle.

Dans ce cadre, M. Bahloul a fait savoir que l’entreprise qu’il représente a installé un système photovoltaïque au niveau d’une unité de fabrication de papier dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, prochainement mise en service.

« L’usine sera alimentée en électricité solaire le jour et à partir du réseau conventionnel la nuit », a-t-il annoncé.

Pour sa part, le directeur général adjoint de l’Entreprise nationale de grands travaux pétroliers (ENGTP), filiale de Sonatrach, Fateh Eddine Mouaci, a indiqué que 10% du budget de chaque filiale du groupe public est réservé à la collaboration avec les startups.

Par ailleurs, d’autres acteurs du secteur, comme l’expert en énergies renouvelables (EnR), Mourad Louadah, ont évoqué la nécessité de retranscrire sur le terrain la volonté de l’Etat de développer la technologie liée à la transition énergétique.

Selon lui, cela doit passer par des actions visant à faire face aux problématiques contraignantes pour les projets de développement des EnR en Algérie. Il a ainsi plaidé en faveur d’un plus grand accompagnement des entreprises du secteur afin de créer un écosystème à même de développer un tissu économique adéquat.

APS