LA HAYE- La Cour internationale de Justice (CIJ) a annoncé mercredi qu’elle rendra vendredi sa décision sur des mesures urgentes réclamées par l’Afrique du Sud qui a porté plainte contre l’entité sioniste pour « génocide » ciblant les Palestiniens de Ghaza.

La Cour, la plus haute juridiction de l’ONU, pourrait potentiellement ordonner à l’entité sioniste d’arrêter sa guerre en cours à Ghaza, depuis le 7 octobre dernier.

Vendredi 26 janvier, à 13H00 (12H00 GMT), la CIJ « rendra son ordonnance sur la demande en indication de mesures conservatoires présentée par l’Afrique du Sud », au Palais de la Paix, son siège à La Haye, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Le 29 décembre dernier, l’Afrique du Sud a intenté auprès de la CIJ un procès contre l’entité sioniste pour crimes génocidaires à Ghaza. La première audience sur cette plainte s’est tenue le 11 janvier.

Pretoria souhaite que la CIJ émette des « mesures provisoires », des ordonnances d’urgence pour protéger les Palestiniens de Ghaza contre d’éventuelles violations de la Convention des Nations unies sur le génocide.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre pays, sont juridiquement contraignantes et sans appel.

« Les génocides ne sont jamais déclarés à l’avance, mais cette Cour bénéficie des 13 dernières semaines de preuves qui montrent de manière incontestable un modèle de comportement et d’intention qui justifie une allégation plausible d’actes génocidaires », a déclaré l’avocate, Adila Hassim, membre de l’équipe juridique sud-africaine.

La décision de la CIJ est considérée comme un test important pour la justice internationale et sera scruté de près dans le monde entier.

APS