Commerce extérieur : 6.000 importateurs fictifs recensésCommerce extérieur : 6.000 importateurs fictifs recensés

Commerce extérieur : 6.000 importateurs fictifs recensésCommerce extérieur : 6.000 importateurs fictifs recensés

Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, a révélé, hier à Blida, que les services de son département ont, ces dernières années, recensé quelque 6.000 importateurs fictifs à travers le territoire national. S’exprimant à l’ouverture des travaux d’une journée d’information sur «le rôle des médias dans la promotion des exportations hors hydrocarbures», M. Rezig a indiqué que l’opération d’assainissement initiée par le gouvernement a permis de recenser quelque 6.000 faux importateurs qui activaient avec des registres du commerce fictifs ou loués.
Les mesures d’assainissement de ce secteur d’activité, entamées par le gouvernement durant les années 2016, 2017 et 2018, ont permis de réduire le nombre des importateurs, en passant de 45.000 à 15.000, a ajouté le ministre, qui a souligné que ce chiffre est appelé à baisser encore pour être ramené à 9.000 importateurs prochainement. M. Rezig a salué, à l’occasion, les résultats réalisés dans le domaine de la promotion des exportations hors hydrocarbures avec un chiffre de 3,4 milliards de dollars de volume des exportations fin septembre dernier, chiffre qui devrait atteindre les 4 milliards de dollars à la fin de l’année en cours, a-t-il ajouté.
Le ministre du Commerce a observé que l’Algérie n’a jamais atteint de résultats similaires dans le volume des exportations hors hydrocarbures, rappelant que cette augmentation fait partie des engagements du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Il a ajouté que le défi actuel est de maintenir ces résultats qui sont «un indicateur d’une économie nationale forte basée sur les exportations».

Commission conjointe pour une révision des tarifs des prestations hôtelières

Commission conjointe pour une révision des tarifs des prestations hôtelières

TAMANRASSET- Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Yacine Hamadi a annoncé vendredi depuis Tamanrasset, la formation d’une commission conjointe avec le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, en vue de réviser les tarifs des prestations des hôtels et œuvrer à leur plafonnement, afin qu’ils soient à la portée des citoyens, dans le but de renforcer le tourisme interne.
Inspectant l’hôtel « Tahat », après sa réouverture suite à une opération de réhabilitation, le ministre a indiqué que le secteur du Tourisme et de l’Artisanat repose en premier degré, sur le relance du tourisme interne, à travers l’attraction des touristes et la vulgarisation des grandes potentialités touristiques à travers différentes régions du pays, et ce à travers l’intensification des voyages touristiques, la révision et le plafonnement des tarifs des hôtels.

Pour le ministre, Tamanrasset est  » un pôle touristique par excellence et il importe d’accorder davantage d’intérêt aux potentialités dont elle dispose, étant donné qu’elle a connu une certaine récession dans l’attraction des touristes ».

A ce titre et répondant et préoccupations des opérateurs touristiques locaux à Tamanrasset concernant la relance de la dynamique touristique dans la région, M. Hamadi a mis l’accent sur l’accompagnement de toutes les agences, en vue de relancer leur activité, d’autant qu’elles doivent travailler d’arrache-pied ,en vue d’attirer un plus grand nombre possible de touristes.

Concernant l’afflux des touristes étrangers, le ministre a précisé que « l’obtention du visa collectif est accessible à toutes les agences de tourisme agréées qui doivent initier leur demande en vue d’attirer un grand nombre de ces touristes, notamment ceux qui s’intéressent au tourisme d’aventure et culturel disponibles dans la wilaya de Tamanrasset », plaidant à ce propos pour sa promotion et la commercialisation des divers produits touristiques. Les opérateurs du tourisme ont également relevé la nécessité d’assurer, au profit des jeunes, des opportunités de formation dans le domaine du tourisme saharien, à l’instar des guides et des accompagnateurs des touristes.

Répondant à cette préoccupation, le ministre a assuré que cette question serait prise en charge par ses services en coordination avec le ministère de la Formation professionnelle à travers l’apprentissage. M. Hamadi devrait visiter samedi le site archéologique « Tagmart », où il annoncera officiellement le début de la saison touristique saharienne.

Tamanrasset: Hammadi donne le coup d’envoi officiel de la saison du tourisme saharien

Tamanrasset: Hammadi donne le coup d’envoi officiel de la saison du tourisme saharien

TAMANRASSET – Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Yacine Hammadi, a donné samedi depuis Tamanrasset le coup d’envoi officiel de la nouvelle saison du tourisme saharien (2021/2022).
Intervenant lors de la cérémonie de lancement de la saison du tourisme saharien dans la région touristique Taguemart,(30 km de Tamanrasset), le ministre a souligné que le choix de la région de l’Ahaggar pour cet évènement « répond à la richesse et aux potentialités touristiques que recèle cette région dans le grand sud du pays, nichée dans le parc national culturel de l’Ahaggar, qui renferme également de multiples atouts et circuits touristiques ».

« L’Ahaggar revêt une importance particulière chez les Algériens au regard de sa population aux grandes vertus et à son hospitalité notamment, puisés de ses authentiques, et plusieurs fois séculaires, us et coutumes », a-t-il ajouté.
M. Hammadi a réitéré, à l’occasion, la disposition de ses services d’accompagner l’ensemble des opérateurs et acteurs touristiques pour « atteindre un développement touristique durable », avant de présider une cérémonie de remise des trousseaux scolaires aux élèves de la région.

Pour sa part, le président de la commission de la culture, de la communication et du tourisme à l’assemblée populaire nationale (APN), Ahmed Guemama, a fait savoir que « la relance du tourisme saharien dans le Sud du pays contribuera à améliorer les conditions socio-économiques de lapopulation locale et à promouvoir la destination Algérie, en tant que produit touristique mondial ».

L’occasion a été mise à profit pour dresser, sur site, des tentes sahariennes où ont eu lieu des exhibitions de Takouba (danse populaire à l’épée) et d’où fusaient des morceaux mélodieux du chant séculaire de Tindi, le tout couronné d’une course de dromadaires.

Commerce : Rezig s’entretient avec l’ambassadeur de la Suède à Alger

Commerce : Rezig s’entretient avec l’ambassadeur de la Suède à Alger

ALGER- Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig a reçu mercredi au siège de son département, l’ambassadeur du royaume de Suède en Algérie, Bjorn Haggmark avec lequel il a évoqué des questions d’intérêt commun dans le domaine du commerce, a indiqué le ministère dans un communiqué.

M. Rezig a affirmé, lors de la rencontre, « la profondeur des relations politiques et économiques entre les deux pays », jugeant « important de hisser le volume des échanges commerciaux », dans la mesure où « l’Algérie peut s’ériger en un partenaire stratégique pour la Suède et un marché prometteur en matière d’échange de marchandises de et vers les pays africains ».

Le ministre a également évoqué l’activité marchande dans le plan d’action du Gouvernement, et qui vise notamment l’encouragement des investisseurs et l’augmentation de la facture des exportations hors-hydrocarbures, note la même source.

De son côté, l’ambassadeur suédois a exprimé la volonté de son pays d' »intensifier les échanges commerciaux avec l’Algérie et le souhait des sociétés suédoises de renforcer les accords de partenariat avec leurs homologues algériennes et échanger les expertises notamment dans les domaines de la technologies et du numérique », a conclu le communiqué.

APS

Sécurité sociale: plus d’un million d’entreprises débitrices concernées

Sécurité sociale: plus d’un million d’entreprises débitrices concernées

ALGER- Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Abderrahmane Lahfaya a fait état mercredi de plus d’un million d’entreprises débitrices concernées par les mesures exceptionnelles prises au profit des employés et des non salariés exerçant pour leur propre compte, débiteurs auprès de la sécurité sociale, précisant que ce chiffre a été arrêté au 14 octobre courant.

Le ministre intervenait devant la Commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle à l’Assemblée populaire nationale (APN) autour de l’ordonnance présidentielle 21-12 relative aux mesures exceptionnelles prises au profit des employés et des non salariés exerçant pour leur propre compte, débiteurs auprès de la sécurité sociale.

« L’évaluation de l’opération de recouvrement des cotisations principales jusqu’au 14 octobre 2021 a fait ressortir 1.175.212 entreprises concernées par ces mesures », a fait savoir le ministre.

Détaillant le nombre d’entreprises concernées par organisme, il a cité 585.785  au titre de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS), le reste au titre de la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS) et de la Caisse nationale des congés payés et du chômage-intempéries des Secteurs du Bâtiment, des Travaux publics et de l’Hydraulique (CACOBATH).

Le ministre a indiqué que le nombre d’entreprises ayant régularisé définitivement leur situation sans rééchelonnement s’élevait à 194.482 entreprises, dont « 135.561 entreprises au titre de la CNAS, 48.681 autres au titre de la CASNOS et 10.241 entreprises au titre de la CACOBATH ».

Concernant les demandes de rééchelonnement des dettes, M. Lahfaya a fait état de 8.063 cas, dont 1.886 au titre de la CNAS, 6.151 au titre de la CASNOS et 26 autres au titre de la CACOBATPH.

Prévues par l’ordonnance présidentielle, ces mesures « permettront aux assujettis débiteurs de régulariser leur situation vis-à-vis des services de sécurité sociale après règlement des cotisations principales par échéancier avec exonération totale des majorations et des pénalités de retard », a-t-il rappelé.

En vigueur jusqu’au 31 janvier 2022, ces mesures « permettront aux entreprises de poursuivre leur activité économique ».

Les incitations contenues dans l’ordonnance présidentielle « auront un impact positif sur les débiteurs, d’une part, et sur le recouvrement des cotisations de sécurité sociale, d’autre part, en ce qu’elles contribuent également au renforcement et à l’élargissement des prestations prodiguées aux assurés et ayants-droit.

En outre, poursuit le ministre, « les employeurs débiteurs auprès de la CNAS bénéficieront de l’abattement de la quote-part patronale de cotisations de sécurité sociale et ce dans le cadre des mesures encourageant la promotion et le soutien de l’emploi ».

Le secteur du travail et de la sécurité sociale « œuvre d’arrache pied à la mise en oeuvre du programme de relance économique initiée par le président de la République à travers la mise en place des facilitations possibles pour encadrer et redynamiser les partenaires économiques et sociaux ».

APS

Zeghdar prendra part à Istanbul au Forum d’affaires et d’économie Turquie-Afrique

Zeghdar prendra part à Istanbul au Forum d’affaires et d’économie Turquie-Afrique

ALGER- Le Ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, prendra part, au forum d’affaires et d’économie Turquie-Afrique, les 21 et 22 octobre courant à Istanbul, a indiqué mercredi un communiqué du ministère de l’Industrie.

« Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, représentant l’Algérie, prendra part, les 21 et 22 octobre à Istanbul (Turquie) aux travaux de la 3e édition du Forum d’affaires et d’économie Turquie-Afrique », lit-on dans le communiqué.

Ce forum qui connaitra la participation de responsables et d’hommes d’affaires de 41 Etats, a pour objectif, de développer les relations économiques et commerciales entre la Turquie et les Etats africains.

D’une durée de deux jours, les participants à ce forum aborderont les perspectives de la coopération afro-turque dans les domaines de l’agriculture, l’industrie, l’énergie, la santé, le tourisme, en sus de l’examen des voies et moyens de consolider le partenariat entre les deux parties dans les domaines du commerce et de l’investissement, notamment dans le contexte de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Selon la même source, des rencontrent Business to business (B to B) seront organisées entre les hommes d’affaires des pays participants.

APS