ALGER – Le ministre des Finances, Laaziz Faid, a annoncé samedi à Alger, le lancement officiel du financement participatif au profit des start-up qui permettra à ces dernières d’entrer en liaison, depuis des plateformes dédiées, avec les investisseurs souhaitant contribuer à l’approvisionnement en ressources financières, et ce dans une démarche visant à encourager les initiatives entrepreneuriales.

Une déclaration qui a été faite lors de l’allocution de M. Faid, prononcée à l’occasion de la réunion annuelle de la commission d’Organisation et de Surveillance des Opérations de Bourse (COSOB), qui a été dédié au lancement officiel du financement participatif en tant que mécanisme novateur mis à disposition des start-up, ainsi qu’à la présentation du rapport annuel sur les valeurs mobilières de l’année 2022, en présence notamment du ministre de la Poste et des Télécommunications, M. Karim Bibi Triki, du ministre de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, M. Yacine El-Mahdi Oualid, du Gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Salah Eddine Taleb, des directeurs généraux des banques publiques et des sociétés d’assurances et de finance, ainsi que de celle du directeur général de la bourse d’Alger, M Yazid Ben Mouhoub.

M. Faid a précisé qu’après la publication dans le journal officiel du règlement de la COSOB n 01-23, fixant les conditions d’accréditation et d’activité des conseillers en investissement participatif et de leur surveillance, il existe désormais un cadre légal régissant les conditions opérationnelles pour l’entrée en matière d’un nouvel élément dans le marché financier appelé conseiller en investissement participatif.

Le ministre a souligné que ce règlement « permettra à un grand nombre de profiter d’un financement participatif depuis des plateformes numériques, à travers l’entrée en contact de façon directe et transparente entre les start-up en recherche de financement, et les investisseurs souhaitant contribuer à l’approvisionnement en ressources financières ».

Le ministre a également indiqué que la COSOB en sa qualité d’autorité de régulation du marché boursier vise, à travers la création du statut de conseiller en investissement participatif, à apporter un participation complémentaire de soutien aux systèmes entrepreneuriaux de manière globale, en collaboration avec l’ensemble des intervenants dans la sphère des startups, dans le but de soutenir l’écosystème entrepreneurial.

Dans ce même cadre, M. Faid n’a pas manqué d’insister sur le fait que ce dispositif représente un des moyens de financement des initiatives entrepreneuriales et des start-up, et qu’il s’inscrit en tant que « complément d’autres mécanismes déjà en place ».

M. Faid a par ailleurs rappelé existence d’un fond de soutien et de développement des sociétés de capital investissement et qui leur permet de détenir plus de 49% du capital de la start-up ».

En outre, l’encouragement de la création de start-up, particulièrement celles fondées par de jeunes entrepreneurs sur la base d’idées novatrices, notamment dans le domaine des technologies de l’information, permettra l’amélioration des services destinés aux citoyens, ajoute M. Faid soulignant qu’il s’agit là d’un axe prioritaire pour les pouvoirs publics.

Le ministre a également souligné que les fruits de cette politique « ambitieuse et incitative » se traduisent par l’apparition de milliers de start-up « qui ont laissé leur empreinte sur le plan international », notamment dans les domaines de la technologie financière, chose qui a grandement participé à la modification du paysage financier international.

Il a souligné que les institutions du système financier en Algérie « ont franchi des pas importants » dans la numérisation, notamment en termes de numérisation des transactions financières et des titres financiers, affirmant que l’émergence d’entreprises innovantes exigeait l’adaptation des cadres juridiques régissant leur financement, « afin de continuer à assurer un haut niveau de sécurité des entreprises et des transactions, et partant la protection des intérêts des investisseurs ».

Ainsi, a-t-il poursuivi, « les pouvoirs publics veillent à soutenir et à développer le tissu dynamique des jeunes entreprises à fort potentiel de développement dans les secteurs d’activité et à travers l’ensemble du territoire national, l’objectif des politiques appliquées, dans ce sens, étant de renforcer l’esprit d’initiative, en assurant financement et accompagnement aux start-up et aux micro-entreprises pour leur permettre de réaliser des projets à croissance », ajoute M. Faid.

Le président de la COSOB, Youcef Bouznada , a affirmé que l’urgence de trouver des formules de financement adaptées aux spécificités des start-up et des entreprises innovantes, y compris le financement participatif, a été dictée par le développement marquant le domaine de l’entrepreneuriat.

Le financement est le problème de la plupart des start-up, notamment auprès des banques exigeant beaucoup de garanties, a-t-il ajouté.

Institué en vertu de la loi de finances 2020, le dispositif du financement participatif (crowdfunding), permet la collecte de fonds au profit des start-up via une plateforme numérique.

L’année 2022 a été marquée une évolution « notable » en termes de capitalisation boursière (+48%) et une croissance de 8% pour ce qui est de la valeur globale des transactions boursières à la place financière d’Alger.

Créée en 1993, la COSOB veille à organiser le marché des valeurs mobilières (actions et titres) et à assurer, en sa qualité d’autorité de régulation, un meilleur climat d’investissement, en sus de protéger les investisseurs.

APS