ORAN – Les travaux du 10ème séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique ont été clôturés lundi à Oran.

Ce séminaire a connu la présence du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Gambiens à l’étranger, Mamadou Tangara, qui est le président du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour le mois de décembre en cours, ainsi que le commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, l’Ambassadeur Bankole Adeoye, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à l’Intégration régionale de la République du Ghana et Coordonnateur des membres africains au Conseil de sécurité de l’ONU, Kwaku Ampra Twum-Sarpong.

Cette rencontre a vu également une participation de haut niveau, notamment ministérielle, d’Etats membres du Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine (UA), ainsi que des membres africains du Conseil de sécurité des Nations Unies, en plus d’experts et de hauts représentants d’instances africaines et de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Le premier jour de cette réunion, deux tables rondes de haut niveau étaient au programme, la première sur « Le dixième anniversaire du Séminaire de haut niveau : le rôle du Conseil de paix et de sécurité et des trois Etats dans le renforcement de la voix de l’Afrique sur la paix et la sécurité à l’ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations Unies : que devons-nous encore faire ? »

La deuxième table ronde de haut niveau était intitulée « Le retour des changements anticonstitutionnels des gouvernements en Afrique : perspectives mondiales, réponses et implications sur le Groupe A3 ».

La deuxième et dernière journée du séminaire a été consacrée au thème : « Mise à jour sur le projet de résolution des Nations Unies visant à financer les opérations de soutien à la paix avec un mandat de l’Union africaine, Coordonnateur A3 « , ainsi qu’à la présentation du « projet final du guide sur les modalités de coordination et de coopération entre le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et les membres africains du Conseil de sécurité aux Nations Unies ».

L’Algérie a participé à ce rendez-vous en tant que pays hôte et initiateur du séminaire d’Oran, d’une part, et comme membre non-permanent entrant au Conseil de sécurité, d’autre part.

Le séminaire a rassemblé les membres du Conseil de la paix et de la sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), les membres africains actuels, entrants et sortants du Conseil de sécurité des Nations unies (A3), la Guyane, représentant de l’Amérique latine et des Caraïbes au Conseil de sécurité dans le cadre du mécanisme connu sous le nom d’A3+1, les représentants de la Commission de l’UA et de l’ONU, ainsi que les fondateurs, amis et partenaires du séminaire, qui célèbre cette année son 10e anniversaire.

APS