ALGER- Le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Laid Rebiga a affirmé, mercredi, que l’Algérie nouvelle sous la direction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune était soucieuse de poursuivre le processus d’édification nationale en réponse aux attentes du peuple.

« Grâce à la sage direction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie fidèle au serment des Chouhada, est soucieuse de consolider le lien entre les générations dans le cadre de son approche, à savoir l’Algérie nouvelle qui tend à ressusciter et parachever les expériences pionnières de la Ouma algérienne tout en s’attachant à poursuivre le processus d’édification nationale en réponse aux attentes et ambitions du peuple algérien », a précisé M. Rebiga dans une allocution lue en son nom par le chef de cabinet du ministère, Hamid Boucharef, lors d’une conférence tenue au musée national du Moudjahid (Alger) à l’occasion de la commémoration du 45e anniversaire de la mort du défunt président Houari Boumediène.

Le défunt président Houari Boumediène avait mis en place « une feuille de route pour la reconstruction de l’Etat algérien par fidélité aux sacrifices des Chouhada et en consécration des objectifs de la Révolution prévus par la Proclamation du 1e Novembre, notamment l’indépendance et l’établissement de l’Etat algérien démocratique social souverain, conformément aux principes de l’Islam et aux valeurs nationalistes », a ajouté le ministre.

Mettant en relief les positions et les réalisations du président Boumediène, le ministre a mis en avant  » le devoir de suivre les qualités des grands hommes parmi les enfants de cette patrie et leurs valeurs mémorables, à travers  » le resserrement des rangs, la conjugaison des efforts, tout en s’acquittant pleinement des responsabilités ».

De leur côté, les participants à cette conférence ont évoqué les positions du président défunt, depuis le début de la Guerre de libération nationale, jusqu’à la période où il a occupé le poste de président, et ce qu’il les a caractérisées comme décisions mémorables, à l’instar de la nationalisation des hydrocarbures et de son soutien par la relance industrielle et la révolution agraire, en sus de la politique étrangère qui a été empreinte du soutien aux questions de libération et par la force de la présence au niveau international, notamment dans le cadre du Mouvement des non-alignés (MNA).

Au terme de cette conférence, la veuve du défunt président, Anissa Boumediène a été distinguée. Elle a en outre mis en avant la nécessité de focaliser sur l’avenir et de mener la bataille de la construction à travers l’unification des rangs.

APS