La moitié des bâtiments de la bande de Ghaza est endommagée et cette enclave est «inhabitable», après quatre mois d’agressions sionistes barbares, a indiqué, hier mercredi, un rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

Il faudra des dizaines de milliards de dollars pour rendre ce territoire à nouveau vivable, souligne ce rapport. Les chercheurs de la Cnuced ont établi l’ampleur des dégâts en s’appuyant sur des images satellite à haute résolution et en comparant les images avant et après le 7 octobre.

Le rapport lui-même a été arrêté à fin novembre. Il estime qu’alors, 37 379 bâtiments – l’équivalent de 18% du total des structures de la bande de Ghaza – ont été endommagés ou détruits par les bombardements sionistes.

Et depuis lors, les données satellitaires indiquent que les destructions ont plus que doublé, selon Rami Alazzeh, un économiste de la Cnuced spécialisé dans l’assistance au peuple palestinien et co-auteur du rapport. Les nouvelles données indiquent que 50 % des structures à Ghaza sont endommagées ou détruites.