ALGER – Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a prononcé une allocution devant les participants au 19e Sommet du Mouvement des Non-Alignés (MNA), tenu les 19 et 20 janvier 2024 à Kampala (Ouganda), lue en son nom par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, en sa qualité de représentant du président de la République lors des travaux de ce Sommet. Voici la traduction APS:

 

« Au nom d’Allah, Clément et Miséricordieux,

Monsieur le président du MNA,

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

 

Je tiens, tout d’abord, à remercier la République de l’Ouganda, gouvernement et peuple, pour l’accueil chaleureux et la généreuse hospitalité qui nous ont été réservés depuis notre arrivée dans ce pays ami, et à féliciter particulièrement mon frère Yoweri Museveni, président de la République de l’Ouganda qui assurera la présidence de notre mouvement pour les trois prochaines années, lui souhaitant tout le succès et la réussite dans cette noble mission, tout en soulignant le plein soutien de l’Algérie à l’Ouganda, pays frère, durant cette période cruciale.

Je tiens, également, à cette occasion, à exprimer ma profonde gratitude à M. Ilham Aliyev, président de la République d’Azerbaïdjan, pour sa présidence distinguée du Mouvement des non-alignés au cours des quatre dernières années, en dépit des difficultés et des défis sans précédent imposés par la pandémie mondiale de COVID-19.

 

Monsieur le président,

Mesdames, Messieurs,

La tenue de notre sommet dans la capitale ougandaise, Kampala, en tant que station importante dans le parcours du Mouvement des non-alignés, intervient dans un contexte international et régional mouvant et ambigu, marqué par des menaces et des complications successives entrainant des mutations internationales multidimensionnelles et à multi-niveaux, qui impacteront, d’une manière ou d’une autre et à des degrés divers, la sécurité et la stabilité des Etats et l’avenir du système de la sécurité collective hérité de la Seconde Guerre mondiale.

Un contexte qui a fait resurgir sur la scène internationale une plus grande polarisation de certaines  puissances internationales au détriment d’autres, et a accentué les foyers de tension, qui ont atteint les plus hauts niveaux de menace pour la paix et la sécurité internationales et pour les valeurs de l’Humanité tout entière.

Cette conjoncture nous impose aujourd’hui, plus que jamais, le renouvèlement de l’engagement vis-à-vis des principes fondateurs du Mouvement des non-alignés, notamment la Justice, le respect des engagements internationaux, de la souveraineté des Etats et de leur intégrité territoriale, mais aussi la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, la protection des intérêts mutuels et le renforcement du multilatéralisme afin d’atteindre les objectifs tracés par les pères fondateurs du Mouvement, qui cadrent avec l’esprit de la Charte des Nations Unies et les principes de Bandung, et avec les Objectifs du développement durable pour 2030.

Ce sont ces mêmes principes qui sont aujourd’hui renouvelés compte tenu du retour de l’option du recours à la force comme alternative aux efforts diplomatiques pour le règlement des conflits internationaux, et de la déliquescence du système de la sécurité collective dont l’ONU est le pilier fondamental, sur fond de son incapacité structurelle à mettre fin, ou du moins à freiner les politiques du fait accompli et les tentatives d’imposer de faire prévaloir l’intérêt du plus fort, en traitant les questions qui sont au cœur de nos préoccupations par la logique de sélectivité et la politique de deux poids, deux mesures.

La barbarie des attaques continues perpétuées par la machine de destruction sioniste sur la terre occupée de Palestine, et la brutalité des pratiques inhumaines des soldats de l’occupation contre les Palestiniens sans défense, femmes, enfants et nourrissons, notamment dans la bande de Ghaza, au vu et au su du monde entier, sont un exemple édifiant de l’échec de la Communauté internationale à imposer des règles et des restrictions à tous sans exclusive, Israël faisant fi des résolutions de la Légalité internationale et refusant de se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité et de se soumettre à l’option de la Paix, et ce en toute impunité.

Face à cette situation tragique, nous devons tous clamer, haut et fort, que le temps de l’impunité est révolu, et nous engager à intensifier nos efforts collectifs afin de faire entendre la voix de la justice, faire prévaloir le Droit et le principe d’égalité et consacrer la primauté du recours aux garde-fous juridiques contraignants qu’il convient de placer au-dessus de toute autre considération, conformément à la Légalité internationale et aux résolutions onusiennes, qui doivent être respectées par tous.

A cet égard, l’Algérie salue l’attachement inaliénable des pays du Mouvement des non-alignés au soutien à la cause palestinienne juste dont le règlement est lié à la concrétisation du principe du droit des peuples à l’autodétermination, et leur conviction inébranlable de la nécessité de mettre fin à toutes formes d’occupation et de colonisation, tel qu’énoncé dans le document final de ce sommet.

 

Avec la même détermination et la même constance, le parcours du Mouvement des non-alignés, riche de nombreuses formes de solidarité avec les peuples opprimés et colonisés et qui se traduit par ses positions de soutien aux causes justes, lui impose aujourd’hui de soutenir le droit à l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental, dont les territoires et les richesses ont été spoliés en flagrante violation du Droit international et qui est aussi victime de tentatives d’aliénation de sa cause juste et de ses aspirations à l’organisation d’un référendum libre et régulier, conformément à la Légalité internationale et aux résolutions pertinentes de l’ONU, aux fins de le priver de ses droits légitimes intangibles et imprescriptibles.

 

M. le président,

Mesdames et messieurs,

Le thème de notre sommet visant à «approfondir les liens de coopération pour une prospérité mondiale partagée» est un objectif noble en ces temps d’individualisme accru et de manquement aux obligations et aux  responsabilités de la part de certaines parties internationales, outre la polarisation et la division grandissantes qui se traduisent notamment la primauté des intérêts du plus fort aux dépens des droits du plus faible.

C’est là une réalité qui nous amène à souligner la nécessité de conjuguer les efforts des pays membres du Mouvement des non-alignés et à définir nos responsabilités en tant que Bloc uni pour relever ces défis et atteindre nos objectifs communs, une entreprise qui ne saurait se réaliser qu’à travers la consolidation de notre unité et de notre positionnement stratégique, en tant qu’acteur agissant et contribuant d’une manière efficace à la construction d’un Ordre mondial à la logique participative et non exclusive, fixant, en toute transparence et équité, les responsabilités et devoirs, un Ordre à même d’imposer à tous le respect de ses lois et de ses règles, et qui se caractérise par la justice et l’égalité.

Sur le plan africain, nous sommes fermement convaincus de l’existence d’une corrélation entre la sécurité et le développement, notamment dans le contexte de l’accroissement de la gravité des crises politiques et sécuritaires et l’élargissement de leur champs, la propagation du terrorisme et du crime organisé, l’exacerbation des tensions et des conflits et la réapparition des changements inconstitutionnels des gouvernements, surtout à la région du Sahel.

Cette situation ne nous empêchera pas d’accomplir notre devoir envers notre continent, pour atteindre les objectifs de développement escomptés et les obstacles ne nous empêcheront pas de consentir des efforts pour encadrer notre action collective, corriger et redresser l’injustice historique commise à l’encontre du continent africain, au niveau de la composante du Conseil de sécurité onusien. Bien au contraire, nous œuvrerons sans relâche à hisser l’horizon de notre ambition vers une traduction sur le terrain de notre projet d’intégration continentale et ériger l’Afrique en acteur international dans le processus de concrétisation de +l’agenda de l’Union Africaine 2063+, convaincus du soutien du Mouvement à ces efforts.

Dans le même contexte, l’Algérie intensifie sa coopération avec ses partenaires internationaux pour atténuer l’impact de la crise énergétique internationale, à travers la poursuite du renforcement de son rôle en tant que fournisseur fiable et crédible. Et dans cette optique, l’Algérie abritera, début mars prochain, le 7e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), qu’elle voudrait ériger en tournant décisif à même de renforcer le dialogue et la concertation entre les pays membres, d’une part, et entre les exportateurs et les importateurs d’autre part, pour soutenir et développer l’industrie du gaz naturel et appuyer les droits pleinement souverains des pays membres en termes de planification, de développement et d’exploitation de leurs ressources en gaz naturel. Ce Sommet sera également une occasion pour affirmer la position du gaz naturel en tant qu’énergie propre pour le présent et l’avenir, contribuant au soutien au développement économique, au progrès social et à la préservation de l’environnement.

 

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

L’Algérie qui occupe, depuis début janvier et pour une durée de deux années consécutives, un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, s’engage à défendre, depuis la tribune du Conseil de sécurité, les valeurs et principes du Mouvement des non-alignés, dont la pertinence et l’efficacité ont toujours été prouvées.

Dans ce cadre, l’Algérie œuvrera, partant de son histoire, de ses valeurs constantes et de sa vision future ambitieuse, à renforcer l’action internationale multilatérale, en tant que principe immuable de sa politique étrangère, et à faire prévaloir les règlements pacifiques des conflits sur la confrontation, tout en traitant les causes profondes des conflits au lieu de chercher à les contenir, ce qui avait compliqué et retardé le processus de leur règlement.

L’Algérie s’engage également à être fidèle aux principes de notre Mouvement et aux objectifs de la Charte de l’ONU qui constituent la base des positions de l’Algérie vis-à-vis des différents développements régionaux et internationaux et la source de ses efforts et initiatives visant à répandre la paix et la stabilité.

L’Algérie conjuguera ses efforts avec ceux des autres Etats membre du Mouvement des non-alignés en vue de jeter les ponts du dialogue et de l’entente entre les différentes parties et définir les consensus nécessaires au sein du Conseil de sécurité sur les questions intéressant le Mouvement, l’objectif étant de conférer davantage d’efficacité aux efforts onusiens visant à empêcher le déclenchement de conflits, appuyer le rôle des organisations internationales et ensembles internationaux et régionaux agissants, dont le Mouvement des non-alignés.

Nous souhaitons voir la coordination, la coopération et la solidarité se renforcer entre les Etats membres du Mouvement des non-alignés car convaincus que ce sommet est à même de rassembler nos rangs, de conforter notre place et de faire entendre notre voix de manière à répondre aux aspirations de nos peuples et être à la hauteur de notre bloc harmonieux contribuant ainsi à la conception des contours d’un nouvel Ordre mondial qui préserve les valeurs humaines et consacre les principes et objectifs de la Charte des Nations unies.

Toutes nos félicitations à la République de l’Ouganda pour l’organisation réussie de ce sommet. Bonne chance à vous à la tête du Mouvement des non-alignés dans les prochaines échéances et manifestations.

Merci pour votre écoute ». APS