Le président de la Coordination espagnole des associations solidaires avec le Sahara occidental (CEAS-Sahara), Xavier Serra, a indiqué mardi dans le camp de Dakhla des réfugiés sahraouis que la pandémie de Covid-19 avait affecté les projets soutenant le peuple sahraoui.
S’exprimant à l’APS en marge de la célébration du 46e anniversaire de l’Unité nationale sahraouie, M. Serra a relevé que «la pandémie de Covid-19 a influé négativement sur les modes d’action et a entravé le bon déroulement des opérations de solidarité». «La situation épidémiologique mondiale a eu un grand impact sur le volume des aides et a compliqué ainsi les conditions de vie du peuple sahraoui, en dépit des tentatives des organisations solidaires avec les Sahraouis menées à travers des conseils sur les possibilités de contribution à des actions ponctuelles liées à la situation de l’enseignement et de la santé dans les camps de réfugiés sahraouis», a-t-il ajouté.
La CEAS-Sahara a tenté, autant que possible, de faire parvenir des aides via des associations et organisations soutenant le peuple sahraoui, mais aussi avec des associations amies dans différentes régions d’Europe, a-t-il poursuivi, en faisant état de plusieurs tentatives d’actions à travers des projets alimentaires destinés aux réfugiés sahraouis et qui n’ont pu être concrétisés en raison de la propagation de la Covid-19. M. Serra a aussi évoqué des tentatives menées avec différentes instances, notamment dans le domaine de la santé, pour faire parvenir le vaccin dans les camps de réfugiés sahraouis, qui n’ont malheureusement pas abouti. «Heureusement, confie-t-il, qu’il y avait, pour la couverture des besoins des Sahraouis en la matière, les contributions du Gouvernement algérien qui nous ont soulagés et permis de souffler».
Xavier Serra a révélé, par ailleurs, que la CEAS-Sahara a saisi les autorités espagnoles afin de «fournir des aides concernant le vaccin, une initiative qui n’a pas abouti et qui ne nous a pas permis d’assurer des aides suffisantes, excepté une modique somme de près de 80.000 Euros et la prise en charge d’une partie des aides humanitaires pour la réalisation de projets destinés à atténuer les souffrances du peuple sahraoui par des aides en médicaments et en équipements sanitaires aux hôpitaux dans les camps de réfugiés sahraouis».

EL  MOUDJAHID