ORAN- La 14e édition du festival culturel du théâtre professionnel de Sidi Bel-Abbes, s’est ouverte lundi soir au théâtre régional « Abdelkader Alloula » d’Oran, avec la participation de six troupes en lice et en présence d’une foule constitué essentiellement d’amateurs du 4e art.

Dans un message lu par le directeur du développement et de promotion des arts au ministère de la Culture, Cheddad Bezigh en ouverture de ce festival, la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji a souligné « nous célébrons l’art, le théâtre et les créateurs dans le sillage de la mémoire de grands noms artistiques pour partager avec l’ensemble d’artistes et de dramaturges leur fête créative dans ce festival culturel local du théâtre professionnel de Sidi Bel-Abbès dans sa 14e édition ».

« En application des instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune soutenant la créativité et pour encourager les créatifs à travers l’organisation de telles manifestations, nous confirmons notre grand souci de valoriser les efforts destinés à servir le théâtre en Algérie », a affirmé la ministre.

« Dans le secteur de la culture et des arts et conformément à des visions sérieuses et des objectifs spécifiques, nous œuvrons à catalyser toutes les énergies et offrir aux dramaturges l’atmosphère la plus appropriée pour fournir l’effort et relever davantage de défis », a-t-elle déclaré.

« L’édition de 2024 de ce festival intervient à un moment où nous rémérerons la naissance d’un artiste de la trempe des grands qu’est Abdelkader Alloula qui a beaucoup donné au théâtre algérien et à travers lui nous exprimons notre fierté de notre théâtre et de ceux qui nous ont quitté laissant une grande empreinte et ceux encore en vie à poursuivre ce parcours », a-t-elle ajouté.

Soraya Mouloudji a qualifié le festival de Sidi Bel-Abbes de « valeur ajoutée et acquis portant des germes d’illustration à travers un riche programme, surtout que cette 14e édition se tient en hommage à un grand critique dramaturge qu’est le professeur et critique théâtral Kamel Mustapha Bendimerad, un maître des dramaturges et des critiques ».

La cérémonie d’ouverture de cette édition, organisée exceptionnellement à Oran parce que le Théâtre régional de Sidi Bel-Abbes fait l’objet d’une opération d’aménagement, a été marquée par la présentation de spectacles du théâtre de rue signés par la coopérative du théâtre « Ed-Dik » et la troupe « El Halqa » de Sidi Bel-Abbes et un autre en genre de Halqa animé par les artistes Nibal Abdelkader, Abbès Sedjraoui et Amine Missoum.

La soirée inaugurale a été marquée par la présentation de la pièce « La mémoire », interprétée par les artistes Fadéla Hachmaoui, Brahim Hachamoui et Tounès Ait El Hadj, qui ont présenté des scènes et des séquences dans lesquelles ils évoquent des hommes du théâtre ayant fait la gloire du quatrième art en Algérie et dont l’étoile a brillé dans plusieurs manifestations en Algérie et à l’étranger, notamment le regretté artiste Abdelkader Alloula, né en 1939 dont le jour de naissance est le 8 juillet, date d’organisation de ce festival.

Etant donné que cette édition du festival du théâtre professionnel de Sidi Bel-Abbes rend hommage au critique de théâtre, Kamel Mustapha Bendimerad, un documentaire a été projeté abordant la carrière de ce chercheur encore prolifique, honoré pour ce qu’il produit dans le domaine de la critique théâtrale, en plus de ses écrits dans le domaine des médias culturels. A noter qu’il a été journaliste à l’APS jusqu’à son départ à la retraite.

L’artiste Fadela Hachmaoui a été également honorée, en reconnaissance de cette actrice chevronnée qui a toujours excellé sur scène aux côtés de grandes figures du théâtre algérien depuis les années soixante-dix du siècle dernier, dont les regrettés Abdelkader Alloula et Sirat Boumediene, en plus de rôles interprétés dans des séries télévisées.

La pièce « Philophobie », écrite et mise en scène par Yahia Benhamou et produite par l’Association culturelle des jeunes des années 60 de la ville d’Oran a ouvert le bal de la compétition théâtrale, qui met en lice six pièces programmées dans le cadre du festival, que sont « Kemlet » de Tindouf, « Pandora » d’El Bayadh, « Les secrets de la nuit » de Relizane, « Ma Kabla El Masrah » (Avant le théâtre) et « Houwa wanta wana » (Lui, toi et moi) de Mostaganem.

Le jury de cette compétition, présidé par l’artiste Fouzia Ait El Hadj, est constitué de quatre noms célèbres que sont Samir Bouanani, rapporteur, Hakim Dekkar, Khaled Belhadj et Djellab Benabdallah comme membres.

Le programme de cette manifestation de quatre jours comporte plusieurs activités dont une conférence abordant « la critique théâtrale » et « Eclairages dans le champ de la mémoire théâtrale », entre autres, ainsi que des séances de vente d’un ouvrage sur le quatrième art, et la tenue d’un atelier de formation sur l’art de la comédie, dédié à l’artiste défunt, le dramaturge Belfadel Sidi Mohamed (1964-2024).

APS