BELGRADE (Serbie)- Les participants à la réunion de haut niveau marquant le 60e anniversaire de la première conférence du Mouvement des Non-alignés (MNA), ont été unanimes, mardi à Belgrade (Serbie), à affirmer que la question de l’égalité entre les Etats et les Nations se posait toujours dans le monde, jugeant impératif de poursuivre la lutte et de conjuguer les efforts pour parachever la souveraineté des Etats, respecter les droits de l’Homme et lutter contre la discrimination et la haine.

A ce propos, le ministre des Affaires étrangères ougandais, Abu Bakr Odongo a estimé que le multipartisme et la solidarité sont aujourd’hui plus qu’indispensables, démontrant comment la propagation du coronavirus a dévoilé les faiblesses du système socioéconomique des pays.

Les valeurs suprêmes du MNA, notamment « l’instauration de la paix, l’égalité et la prospérité », sont de mise, a-t-il souligné, indiquant que la réunion à Belgrade a été l’occasion de réaffirmer l’importance de ces valeurs au sein de la communauté internationale.

De son côté, le ministre des AE botswanais, Lemogang Kwape a fait savoir que son pays se conformait toujours aux principes fondamentaux du Mouvement, soutenant que le Botswana a eu un rôle crucial dans l’éradication du régime de ségrégation raciale et dans la lutte antiterroriste.

Intervenant par la même occasion, le chef de la diplomatie koweïtie, Ahmed Nasser Al-Mohammed Al-Sabah a mis en avant l’importance de la coopération internationale, insistant sur l’impératif d’opter pour un système multipolaire pour trouver des solutions idoines aux problèmes et réaliser ainsi le progrès.

Le ministre des Affaires étrangères camerounais, Lejeune Mbella Mbella, a affirmé pour sa part que le mouvement était et demeure une véritable force au service de la paix mondiale, rappelant, à cette occasion, qu’il y a 60 ans et grâce à la sagesse des fondateurs du MNA, plusieurs pays ont pu baliser le chemin de l’indépendance.

En dépit de tous les évènements ayant marqué le monde à cette époque-là, la première conférence du MNA tenue en 1961 à Belgrade avait renforcé le mouvement dès ses premiers jours, tout en réaffirmant ses principes fondamentaux et ses objectifs, a-t-il dit.

De son côté, la représentante du Burkina Faso a souligné que le 60e anniversaire de la création du MNA est célébré dans un contexte marqué par une crise sanitaire et financière inédite, ajoutant que la célébration de cet anniversaire à Belgrade exprime notre désir de poursuivre le renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les pays non alignés.

Quant à la Chine, son Conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a soutenu que le monde connaissait des mutations importantes sans précédant, notamment en raison de la pandémie de covid-19 qui menace la stabilité, relevant l’impératif de relever les défis communs, de surmonter les obstacles et d’instaurer un environnement international propice aux pays en développement.

La Chine a affiché sa pleine disposition à œuvrer avec les membres du MNA pour continuer à participer au développement mondial qui est la clé de la prospérité des sociétés.

APS