ALGER- L’Organisation nationale des non voyants algériens a plaidé, samedi à Alger, pour la mise en place d’une commission nationale chargée du suivi de l’application des lois et des mesures prises en matière d’insertion des personnes aux besoins spécifiques en général et des non-voyants en particulier.

« Dans le cadre des efforts des autorités publiques visant la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques et leur insertion dans les différents domaines, l’Organisation propose la création d’une commission nationale chargée du suivi de l’application des lois et des mesures prises en la matière dans ce domaine », a fait savoir le vice-président de l’Organisation, Farid Ariouat lors d’une conférence de presse.

Il a relevé, dans ce cadre, l’impératif de « doter cette commission d’antennes locales, et de veiller à ce qu’elle compte des représentants des différents secteurs concernés, des organisations et des associations activant dans l’accompagnement des personnes aux besoins spécifiques ».

L’Organisation nationale des non-voyants a appelé, par ailleurs, à « son intégration dans les conseils nationaux consultatifs, à l’instar de l’Observatoire national de la société civile (ONSC), le Conseil supérieur des handicapés et du Conseil supérieur de la jeunesse, et ce pour soulever les préoccupations des personnes aux besoins spécifiques, notamment des non-voyants ».

Concernant la loi du 8 mai 2002 relative à la protection et la promotion des personnes handicapées, M. Ariouat a fait savoir que l’Organisation qui n’a pas été associée dans le projet de révision de cette loi, lancé en 2019, appelle à lui fournir la mouture du texte avant son adoption.

Concernant l’emploi, le même intervenant a relevé « certaines préoccupations des personnes handicapées en général et des non-voyants en particulier dans le domaine de l’insertion professionnelle », rappelant le taux défini par la loi relative à la consécration de postes d’emploi au profit de cette catégorie correspondant à leurs compétences ».

Par ailleurs, le même responsable a précisé que l’organisation plaidait pour « la relance de l’activité de l’entreprise des balais » qui constituait « une source de revenus pour de nombreux non-voyants ».

APS