ALGER – L’Algérie a présidé la réunion du groupe de travail de l’Organisation Africaine des Institutions supérieures de contrôle des finances publiques (AFROSAI) sur l’indépendance de ces institutions, dont les travaux ont débuté mardi à Alger.

Dans une allocution à l’entame de la rencontre, le président de la Cour des comptes Abdelkader Benmaarouf a mis en avant « l’importance particulière » de cette réunion qui constitue « un cadre favorable pour discuter des questions liées à l’indépendance des institutions supérieures de contrôle (ISC) africaines, en sus des approches stratégiques devant renforcer l’indépendance de ces institutions ».

Entre autres objectifs de cette réunion, M. Benmaarouf a cité l’échange de connaissances et d’expertises et la définition d’une approche proactive et ambitieuse pour raffermir l’indépendance des institutions supérieures de contrôle des finances africaines.

L’indépendance des institutions supérieures de contrôle des finances publiques est à même d’assurer la transparence et la régularité de la gestion publique.

« Sans une véritable indépendance, ces institutions ne peuvent s’acquitter de leurs missions de contrôle de la finance publique de manière objective et efficace », a soutenu le président de la Cour des comptes.

Dans le cadre de l’Organisation AFROSAI, « l’élément de l’indépendance constitue toujours un défi », a relevé M. Benmaarouf qui a rappelé l’adoption d’une série d’initiatives en matière de construction des capacités liées à l’indépendance suivant l’objectif tracé dans la stratégie de l’Organisation pour 2022-2027, concernant l’indépendance des institutions supérieures de contrôle des finances et de la comptabilité africaines ».

De son côté, la Secrétaire générale des affaires stratégiques et du développement auprès de l’organisation AFROSAI, Félicité Zobo, a assurée que cette réunion qui durera 4 jours s’inscrit dans le cadre du plan annuel de l’organisation, visant à engager une approche efficace, garantissant la souveraineté des instance supérieures de contrôle dans les pays africains.

Elle a précisé que les défis qui se posent face à l’autonomie des Cours des comptes dans le continent, résident essentiellement dans la caducité des textes législatifs régissant le contrôle des finances publiques, ainsi que dans la vacation des postes au sein de ces instances, se disant optimiste quant à la pertinence de ces réunions dans l’application de mesures palpables pour assoir la souveraineté des Cours des comptes, ainsi que dans l’établissement d’une feuille de route garantissant une approche régionale allant dans ce sens, et qui puisse permettre l’échange d’expertise entre pays.

Le participants à cette rencontre devront explorer plusieurs axes, notamment concernant l’autonomie des Cours des comptes dans un contexte mondial, ainsi que les mécanisme de collaboration entre l’AFROSAI et l’Union africaine.

Créée en 1976, AFROSAI sont le siège est sis à Yaoundé (Cameroun) comprend 56 instances membres.

Elle vise principalement à renforcer la bonne gouvernance, à travers l’aide aux appareils de contrôle financier et aux différents Cours des comptes nationales dans leur exercice relevant du domaine des comptes, ainsi que dans la lutte contre la corruption.

APS