ALGER – La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouter Krikou a fait état mercredi à Alger du lancement d’un guide de prise en charge sociale de la femme, lequel servira de guichet numérique unique des différentes dispositions sociales de prise en charge des préoccupations de la femme, notamment celles en situation difficile.

« Ce guide est un nouveau jalon qui vient s’ajouter aux mécanismes et mesures adoptées à cet effet par le secteur de la Solidarité nationale en coordination avec l’ensemble des secteurs concernés et les acteurs de la société civile », a précisé Mme Krikou qui présidait en compagnie du ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Laïd Rebiga, et en présence des membres du Gouvernement et des conseillers du président de la République, une rencontre organisée à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Cette rencontre qui a également vu la présence des représentants de plusieurs secteurs et d’instances nationales et des Moudjahidate, a été l’occasion pour la ministre de rappeler certaines mesures prises dans le cadre des opérations de prise en charge et d’insertion sociale des catégories vulnérables de la société telles les femmes et les filles qui se trouvent dans une situation difficile, et ce avec le concours des cellules et espaces d’écoute relevant du secteur.

Par ailleurs, Mme Krikou a souligné que la femme algérienne était « un exemple de résistance et de sacrifices » tout au long des phases historiques, notamment durant la période coloniale.

Dans ce sillage, Mme. Krikou a rappelé les politiques nationales adoptées en matière de protection et de promotion de la femme ainsi que les acquis réalisés, notamment la dernière révision constitutionnelle sous l’égide du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

La ministre a souligné également « le lien étroit entre la protection de la femme, la promotion de ses droits et son autonomisation économique », mettant en avant les mesures prises à cet égard pour lui permettre l’accès au marché du travail à travers les différents programmes d’appui dans le domaine de l’entrepreneuriat, pour qu’elle puisse apporter sa contribution à l’économie nationale.

Intervenant à cette occasion, M. Rebiga a souligné, de son côté, le rôle des femmes dans le processus d’édification de la nouvelle Algérie, rappelant leurs sacrifices pendant la Révolution de libération aux côtés de leurs frères d’armes.

Le ministre des Moudjahidine a insisté sur la souffrance de la femme algérienne durant l’occupation française, déclarant que « l’histoire de l’Algérie retiendra avec fierté la lutte de la femme « , contrairement à « celle du colonisateur entachée de massacres et de crimes à l’encontre de cette frange ».

Pour sa part, le coordonnateur résident des Nations unies en Algérie, Alejandro Alvarez a mis en exergue les efforts de l’Algérie en matière de promotion et d’accompagnement de la femme et de la famille auxquels s’ajoute un arsenal juridique mis en place à l’effet protéger la femme de toute sorte de violence, réitérant l’engagement de l’ONU à l’appui de ces efforts.

Tenue sous le slogan « La femme algérienne…une histoire, des acquis et des aspirations », la rencontre a vu la projection d’un documentaire retraçant le parcours de la femme algérienne de la révolution à l’édification. Le film braque la lumière sur les acquis réalisés et la contribution de la femme dans le cadre des aspirations de l’Algérie nouvelle.

Les organisateurs ont annoncé, à la fin, que le secteur avait reçu le premier prix en reconnaissance des efforts et initiatives consentis durant la crise pandémique (Covid-19).

APS

Partagez......... شارك
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin