ALGER – La deuxième phase du recensement économique des entreprises productives sera lancée le 14 janvier et s’étalera jusqu’à la fin du 1er semestre 2024, a annoncé samedi à Alger le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni.

L’annonce a été faite lors d’une réunion nationale d’évaluation des cadres du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, présidée par le ministre du secteur et consacrée à « l’évaluation des performances des cadres des services extérieurs et centraux, ainsi qu’aux préparatifs pour le mois de Ramadhan et à la feuille de route du secteur pour l’année 2024 ».

Selon un communiqué du ministère, M. Zitouni a annoncé la date du lancement de la deuxième phase du recensement économique lors des travaux de cette rencontre, affirmant « la nécessité de recenser toutes les capacités productives et de veiller à réunir des données réelles et authentiques, le projet en question devant être soumis au Gouvernement pour son adoption dans la prise de décision ».

Le ministre a précisé que « l’opération débutera dimanche 14 janvier 2024 et prendra fin en juin 2024 », notant « qu’une évaluation périodique du taux d’avancement de l’opération se fera chaque mois ».

M. Zitouni a également donné une série d’instructions aux cadres du secteur concernant l’approvisionnement des marchés, consistant essentiellement en la finalisation du plan national de distribution, préconisant la mention des prix structurels de chaque produit, « avant la fin janvier 2024 », précise la même source.

Il a souligné, en outre, la nécessité d’élaborer un plan national du réseau de distribution des produits de large consommation, avec la mention des prix appliqués pour chaque produit à tous les niveaux (producteur ou importateur, distributeur, commerçants de gros ou de détails), et ce « avant le 15 février 2024 », a-t-on ajouté.

Pour remédier définitivement au problème des perturbations, M. Zitouni a instruit les directeurs de wilayas de se doter d’un registre portant la liste des distributeurs de tous les produits de large consommation avec leurs coordonnés, en sus de suivre le circuit de distribution et le niveau des stocks pour chaque produit.

Parmi les instructions données par le ministre, le suivi rigoureux sur le terrain de l’opération de distribution des viandes importées et le respect du prix fixé par l’Etat (1.200 DA), outre le suivi de la traçabilité des produits et des structures du prix, de l’importateur jusqu’au boucher.

Concernant les préparatifs du mois de Ramadhan, le ministre a donné des instructions pour entamer l’opération, avec la mise en place d’un programme d’approvisionnement propre à chaque wilaya et définir les ressources d’approvisionnement et leur emplacement.

Le ministre a insisté également sur l’élaboration du programme des expositions de proximité dédiées au mois de Ramadhan, au moins 15 jours avant le début du mois sacré, et ce, en coordination avec les walis et les chambres de Commerce « pour attirer le plus grand nombre possible de commerçants », avec l’organisation d’expositions à travers toutes les wilayas pour la vente au rabais.

En outre, il a relevé la nécessité de coordonner avec les directions de la Solidarité nationale et les associations, pour encadrer les opérations de distribution du « colis de Ramadhan », et ce, pour éviter toute perturbation d’approvisionnement en produits prisés durant le mois de Ramadhan.

 

Accélération de la numérisation du fichier national des fraudeurs

 

S’agissant du contrôle, le ministre a rappelé la mise en place d’un programme de contrôle périodique, pour suivre les documents de domiciliation bancaire pour l’importation délivrés par le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, concernant les opération d’importation pour la revente en l’état, avec l’analyse des composantes du prix appliqué de l’importateur au vendeur, et ce, afin de mettre fin à toute déséquilibre des prix et le stockage des produits aux fins de monopolisation.

Dans un contexte lié, le ministre a donné des instructions pour entamer la modernisation de « l’arsenal juridique » encadrant le travail de contrôle et l’approvisionnement du marché pour répondre aux exigences du marché et des transformations économiques actuelles, ainsi que l’orientation de « tous les agents » au travail de contrôle et la formations d’équipes pour suivre chaque dossier, avec la nécessité de la concentration sur le contrôle en commençant par le producteur et l’importateur et en arrivant au distributeur et au détaillant.

Il a insisté aussi sur l’impératif d’adopter une approche « d’encouragement, d’accompagnement et d’orientation » dans toutes les opérations de contrôle, avant de recourir aux méthodes coercitives, tout en veillant au respect et à l’application des lois sans aucun abus, relevant que « toute application abusive de la loi et des instructions par les agents et les directeurs sera suivie de procédures juridiques ».

S’agissant du commerce extérieur, M. Zitouni a évoqué « la réactivation » du rôle de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et sa promotion à la hauteur des instances étrangères similaires, à travers l’amélioration de la performance et l’intensification des activités qui intéressent l’opérateur économique.

A cet égard, il a ordonné la réactivation des chambres de commerce de wilaya, soulignant la nécessité d’effecteur un audit complet de leur situation et des mécanismes de leur réactivation et d’orienter leurs activités conformément à la stratégie du secteur.

Les instructions du ministre ont également porté sur la réalisation d’une étude analytique des marchés étrangers offrant des opportunités aux produits algériens et la mettre à la disposition des exportateurs algériens, outre l’accélération de la réalisation des expositions permanentes à l’étranger et ce en application des instructions du président de la République. »

Quant à la numérisation du secteur, M. Zitouni a appelé à l’achèvement du plan national de numérisation du secteur du commerce et des instances sous tutelle, et de le mettre en oeuvre à compter du début de mois de mars 2024.

Il a également, mis en exergue l’impératif de créer un guide électronique de contrôle, contenant l’ensemble des procédures et des lois régissant le travail syndical, le mettre à la disposition de tous les agents afin de garantir une compréhension et une application unifiés des instructions, en sus de le mettre à jour en cas de nécessité.

Dans le même sillage, le ministre a souligné l’accélération de la numérisation du processus d’étude des demandes d’appui formulées dans le cadre du Fonds spécial pour la promotion des exportations (FSPE) et le lancement de ses travaux.

Les instructions du ministre comprennent également « l’accélération de la numérisation du fichier national des fraudeurs d’ici fin janvier 2024 qui sera lancé le 1er février », précise le communiqué indiquant que le processus de la numérisation de l’étude des dossiers du fonds du sud sera accélérée.

D’autre part, le ministre a fixé le début du mois de février 2024 comme délai pour l’achèvement de la numérisation du certificat du pays d’origine et le lancement de la plateforme, soulignant « la nécessité de l’accompagner d’une large compagne médiatique ».

APS