ALGER – Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Brahim Merad a fait état, samedi, de l’affectation d’une enveloppe budgétaire d’une valeur de 110 milliards de DA à la prise en charge, l’année prochaine, des projets prioritaires dans les communes et qui visent à améliorer les conditions de vie de la population, a indiqué un communiqué de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Présentant un exposé devant la commission des finances et du budget de l’APN, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finance (PLF) de l’exercice 2023, le ministre a indiqué qu’une enveloppe budgétaire estimée à 110 Mds DA a été allouée, dans le cadre des Plans communaux de développement (PCD), à la « prise en charge les projets prioritaires qui visent à améliorer les conditions de vie de la population, notamment dans les régions isolées ».

Le ministre a également fait état d’une hausse du budget de fonctionnement de l’ordre de 42,59% et du budget d’équipement du secteur centralisé de l’ordre de 41%, comparativement aux dotations financières de l’exercice 2022.

Le ministre a, en outre, passé en revue les axes importants sur lesquels a focalisé le PLF 2023 pour son secteur, relevant en particulier « la rationalisation des dépenses publiques, l’amélioration du service public, la poursuite du processus de modernisation de la structure publique », en sus de « la consolidation du rôle économique des Collectivités locales, la réforme du système fiscal, la mise en valeur des biens locaux produits et la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’aménagement du territoire ».

A ce propos, M. Merad a mis en avant l’importance de « protéger les personnes et les biens des accidents découlant de l’activité anthropique ou du fait de la nature, à travers une gestion efficace des catastrophes naturelles ».

Au terme de l’exposé du ministre, les membres de la commission ont valorisé, selon le communiqué, « la nouvelle vision » dans l’élaboration du PLF 2023, avec un retour à  » l’affectation de plus de dotations financières, notamment pour les régions qui pâtissent d’un manque en infrastructures ».

APS