TIPASA – Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi a affirmé, lundi à Tipasa, l’impératif du parachèvement du dispositif légal relatif à la modernisation du système de formation dans les écoles et instituts de pêche, durant l’année scolaire en cours.

« Les perspectives du secteur pour cette année prévoient le parachèvement d’un certain nombre de dispositions visant la modernisation du système de formation », a indiqué le ministre, en procédant au lancement officiel de la nouvelle rentrée à l’Ecole de formation technique de pêche et d’aquaculture de Cherchell, en compagnie du ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi et du wali de Tipasa, Aboubakr Seddik Bouceta.

M. Salaouatchi a rappelé, à ce titre, l’achèvement de la promulgation de tous les textes légaux définissant les modalités et conditions d’octroi des diplômes de formation dans le secteur, de même que la promulgation du texte réglementaire définissant les modalités et conditions d’agrément des acquis d’expérience professionnelle des hommes de la mer pour l’obtention de certificats d’aptitude à la conduite des bateaux de pêche et des engins y afférents.

« Il est, aussi, nécessaire, durant l’année en cours, de mettre en place les mécanismes d’octroi des certificats de sécurité maritime et d’aptitude professionnelle, en coordination avec le ministère des Transports, parallèlement à l’élaboration d’un programme visant à rationaliser l’utilisation des bateaux-écoles du dispositif de formation, dans l’encadrement pratique et de terrain des stagiaires durant l’année scolaire 2022/2023 », a-t-il, encore, ajouté.

Le ministre a, par ailleurs, relevé « la dynamique caractérisant actuellement le secteur », qui selon lui, est de « nature à assurer d’importantes opportunités d’intégration professionnelle dans différents métiers de la pêche et de l’aquaculture, au même titre que la création de micro-entreprises, grâce aux initiatives d’investissement et d’entrepreneuriat », a-t-il estimé.

M. Salaouatchi a rappelé, à ce titre, le parachèvement du cadre organisationnel portant création des coopératives de la pêche et de l’aquaculture, dans le but de « permettre aux professionnels du secteur d’améliorer leur situation socio-économique, tout en les encourageant à un usage collectif et rationnel des ressources, des équipements et des outils, en vue de relever leurs capacités de production », a-t-il dit.

« Ces dispositions s’inscrivent en droite ligne de la mise en œuvre du plan d’action du gouvernement, qui accorde une importance extrême à la formation et au renforcement des capacités des professionnels et des jeunes, notamment dans le domaine de développement de l’aquaculture, de la pêche en haute mer et des activités de construction et de réparation navale avec des compétences nationales, ainsi que les industries annexes », a soutenu le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques.

APS