ALGER – Le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Laïd Rebiga, a affirmé, samedi que l’Algérie nouvelle, avec son leadership sur l’échiquier énergétique et sa décision souveraine, confirme son retour en force sur la scène internationale.

Lors d’une conférence organisée au Musée national du Moudjahid (Alger), à l’occasion de la célébration du double anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et de la nationalisation des hydrocarbures, M. Rebiga a précisé que l’Algérie nouvelle « avec son leadership sur l’échiquier énergétique et sa décision souveraine, confirme son retour en force sur la scène internationale en tant que puissance régionale, conformément aux valeurs de la Révolution du 1er Novembre 1954 ».

Evoquant le 7e Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) qu’abritera l’Algérie dans quelques jours, le ministre a estimé que cet événement sera « exceptionnel sur tous les plans » en ce qu’il permettra de « discuter des enjeux et des défis actuels et futurs de l’industrie gazière à la lumière de la conjoncture géopolitique mondiale ».

Pour le ministre, l’anniversaire de la création de l’UGTA, coïncidant avec la décision souveraine de la nationalisation des hydrocarbures en 1971, compte parmi « les victoires les plus éclatantes » de l’Algérie, d’où la nécessité, a-t-il dit, pour les générations post-indépendance de puiser dans ces occasions historiques « le sens du sacrifice et la fidélité au legs des Chouhada dans la libération et l’édification de la patrie ».

Le nationalisation des hydrocarbures a marqué « la proclamation d’une révolution économique singulière à laquelle les enfants de l’Algérie ont contribué avec volonté et détermination pour permettre au secteur de l’énergie de poursuivre et de développer son activité et de mettre en valeur la production à ce jour », a soutenu M. Rebiga, ajoutant que grâce à tous ses efforts « l’Algérie est aujourd’hui leader et souveraine dans ses décisions sur le marché pétrolier et gazier aux niveaux régional et international ».

L’UGTA a « pleinement joué son rôle grâce aux sacrifices de ses membres fondateurs, à leur tête le Chahid-symbole Aïssat Idir, et de tous ses membres », a-t-il encore affirmé.

De son côté, le représentant du secrétaire général de l’UGTA, Mohamed Zbiri, a mis en avant « l’adhésion de l’UGTA à ligne nationale tracée par les Moudjahidine et les syndicalistes » durant la Glorieuse Révolution du 1er Novembre, appelant les enfants du pays à « emprunter cette même voie pour consolider les fondements de la stabilité dans le pays ».

Le président de l’Association nationale des anciens condamnés à mort, le Moudjahid et syndicaliste Mustapha Boudina, s’est, quant à lui, félicité de l’organisation de pareilles rencontres pour, a-t-il dit, « se remémorer les sacrifices des Moudjahidine », appelant les générations montantes à « sauvegarder le legs des Chouhada et des Moudjahidine » et à « préserver l’Algérie ».

A noter que la conférence a été ponctuée par quatre interventions intitulées : « UGTA, entre militantisme et lutte pour la cause nationale », « Rôle de l’UGTA dans la Guerre de libération », « Dimensions politique et économique de la nationalisation des hydrocarbures » et « Nationalisations: effets politiques aux niveaux interne et externe ».

APS