Le président iranien Ebrahim Raïssi a affirmé mardi que les frappes de l’armée sioniste ayant tué lundi soir sept membres des Gardiens de la révolution à Damas « ne resteraient pas sans réponse ».

 

« Jour après jour, nous assistons au renforcement du front de résistance, au dégoût et à la haine des nations libres contre la nature illégitime » de l’entité sioniste, « et ce crime lâche ne restera pas sans réponse », a dit le président iranien, dans un communiqué.

Il a condamné un « acte d’invasion inhumain, agressif et méprisable comme une violation flagrante des réglementations internationales ».

Pour M. Raïssi, l’entité sioniste « a inscrit les assassinats aveugles à son ordre du jour » après avoir subi « des défaites et des échecs répétés contre la foi et la volonté des combattants du Front de Résistance », mais « elle doit savoir qu’elle n’atteindra jamais ses sinistres objectifs avec des moyens aussi inhumains ».

Le raid de l’aviation sioniste qui a visé la section consulaire de l’ambassade iranienne à Damas, a fait onze morts dont sept Gardiens de la révolution d’Iran.

Téhéran a promis de riposter à ce raid sans précédent sur un bâtiment diplomatique iranien en Syrie.

Le Conseil suprême de sécurité nationale iranien s’est réuni lundi soir en présence du président Raïssi et a pris les « décisions nécessaires », a-t-il indiqué dans un communiqué.