Ponctuée par des défilés Cosplay, de jeux vidéo, d’expositions de bandes dessinées et autres ateliers de dessins et de coloriage, l’ultime journée de la 13e édition du Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda) a connu une forte affluence des amoureux du 9e art.

Lancée mercredi dernier, la 13e édition du Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda), à fermé ses portes dimanche, lors d’une cérémonie de clôture ponctuée par une affluence inattendue des bédéphiles. Grands et petits, venus en famille ou entre amis, les amoureux de la bande dessinée ont trouvé leur bonheur lors de cette «édition de la renaissance». La cérémonie de clôture a été marquée par la remise des prix des Cosplayer et des participants aux divers ateliers, mais aussi une récompense aux étudiants des beaux-arts. Le commissaire du Fibda, Salim Brahimi alias Sayan, a exprimé sa satisfaction quant au bon déroulement de cet événement culturel d’envergure internationale.»Cette édition a connu une forte affluence du public qui est venu découvrir les activités du FIDBA qui a un nouveau regard qui est l’accès à la formation», a-t-il dit. Dans une déclaration à El Moudjahid, Salim Brahimi rappelle que «le neuvième art découle de ce que nous ont légué nos aînés qui l’utilisaient comme arme contre le colonisateur. C’est la spécificité de la bande dessinée algérienne». Il a estimé que «cette édition est une réussite malgré les difficultés». Ce festival, qui est devenu, au fil des ans, un carrefour et une véritable pépinière de talents, a connu plusieurs activités culturelles, entre ateliers, ventes-dédicaces et expositions. De son côté le représentant tunisien, Anouar Bouzerati, membre du jury Cosplayer, a déclaré que «c’est une édition impeccable». «Rien à dire, une bonne organisation», s’est-il exclamé. S’agissant des candidats cosplayers, Bouzerati estime que «le niveau de cette année est international». «Je pèse mes mots, dit-il, je suis déjà venu en 2019 et cette année je constate une grande amélioration… cela me fait plaisir». Organisée par la direction du Festival international de la bande dessinée d’Alger, en collaboration avec l’Office national Riadh El-Feth, cette manifestation de trois jours a été organisée au niveau de l’OREF. Quant au protocole sanitaire il a été respecté : distanciation ; prise de température à l’entrée ; distribution de masques et enfin gel hydroalcoolique ont été au rendez-vous.

Partagez......... شارك
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin