Festival du costume traditionnel: une affluence croissante sur l’exposition organisée au Bastion 23

 
ALGER – L’exposition organisée dans le cadre de la cinquième édition du Festival culturel national du costume traditionnel algérien (30 juillet-2 août) au Centre des Arts et de la Culture au Bastion 23 à Alger, connait une grande affluence de visiteurs notamment sur l’espace où est exposé le Burnous de laine rouge porté par le symbole de la résistance populaire contre le colonialisme français, l’Emir Abdelkader.
Cette exposition est prisée par les visiteurs, tous âges confondus, fascinés par les différents modèles de costumes et d’ornements traditionnels qui remontent à la période de la résistance populaire et à la guerre de libération, à l’instar des modèles de Burnous connues au niveau national.

L’exposition propose également des images reflétant des habits traditionnels portés par les chefs de la résistance populaire, pour ne citer que l’Emir Abdelkader, Cheikh Bouziane, Fatma N’soumer, Cheikh Amoud, ainsi que d’autres supports qui incluent des informations sur l’histoire et les caractéristiques de différents types de costumes traditionnels.

La cheffe du département du Patrimoine culturel, à la direction de la Culture de Mascara, Diab Nadia a expliqué à l’APS que le burnous de l’Emir était « un don de la Fondation l’Emir Abdelkader remis, il y a des années, en plus de quelques accessoires de son lit et un chandelier, tous récupérés de Damas en Syrie, où il a vécu pendant une période de son exil ».
Le Burnous en question « est d’environ deux mètres, tissé en laine pure et teint de matériaux traditionnels locaux, a-t-elle expliqué, indiquant que « l’Emir portait différents types de Burnous et d’habits de différentes couleurs ».

« Plusieurs objets sont préservés au siège de la Fondation au centre ville », a-t-elle précisé, souhaitant « voir monter un projet de réalisation d’un musée régional pour préserver les différents éléments du patrimoine matériel et immatériel de la wilaya de Mascara ».

La commissaire du Festival national du costume traditionnel algérien, Faiza Riache a indiqué que l’exposition ouvrirait ses portes aux visiteurs jusqu’au 11 décembre prochain.APS

 

Krikou souligne la nécessité de continuer à soutenir la femme productive

ALGER – La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouter Krikou a mis en avant l’importance de continuer à soutenir la femme productive afin d’atteindre la créativité et le professionnalisme requis pour contribuer au développement national.
« Le soutien apporté à la femme algérienne s’inscrit dans le cadre d’un programme national intersectoriel visant à lui permettre d’atteindre le professionnalisme et la créativité requis pour promouvoir le produit national », a déclaré à la presse Mme Krikou, à l’issue d’une visite effectuée à l’Etablissement pour enfants assistés à El Biar (Alger) et à l’atelier Ma T’art Céramique à Bouchaoui, en compagnie de la ministre qatarie du Développement et des Affaires familiales, Mariam Al-Misnad, et la ministre libyenne des Affaires sociales, Wafa Abou Bakr Al-Kilani.

Mme Krikou a passé en revue, par la même occasion, les acquis réalisés par la femme algérienne dans le domaine de l’artisanat et des métiers, indiquant que la visite de l’atelier « est une occasion de faire connaître aux ministres libyenne et qatarie, suite à leur participation à la Conférence internationale sur le combat de la femme algérienne, les expériences de l’Algérie en matière de promotion de la femme algérienne productive et créative ».
De son côté, la ministre qatarie du Développement et des Affaires familiales s’est félicitée des acquis réalisés par la femme productive qui « s’est surpassée pour améliorer son produit et préserver le patrimoine traditionnel authentique ».

Intervenant à cette occasion, la ministre libyenne a salué « le niveau atteint par la femme artisane au sein de cet atelier, notamment dans les arts plastiques et céramiques ou encore art déco et en calligraphie arabe », ce qui traduit, selon la ministre, « l’attachement de la femme algérienne à son authenticité et à sa culture ».

La ministre a jugé, à ce propos, nécessaire d’établir un partenariat algéro-libyen d’envergure, à travers l’organisation d’expositions communes de la femme productive.APS

Festival de Timgad: affluence record du public lors de la 3ème soirée

BATNA- La troisième soirée de la 42e édition du Festival international de Timgad a enregistré, dans la soirée de dimanche à lundi, une affluence record du public. 
Près de cinq heures avant l’ouverture de l’avant dernière soirée de cette manifestation, le public commençait à arriver en masse au théâtre de plein air de Thamugadi d’une capacité de plus de 5.000 places. Beaucoup n’ont pas pu y accéder pour assister à la soirée, le théâtre ayant affiché complet .

Hamid Belbeche, le premier à se produire sur scène, a fait vibrer l’assistance avec ses chansons du terroir.

La chanson sahraouie était également au rendez-vous interprétée par le groupe « Tikoubaouine » qui a fait danser longuement le public au rythme de sa musique mêlant le patrimoine musical antique de cette région à des mélodies modernes.

La montée sur scène de Bilal Al-Saghir, Didin Canon et Djalil Palermo a enflammé le public qui a repris en chœur leurs chansons.

La 42e édition du Festival international de Timgad prendra fin dans la soirée de lundi à mardi.

La cérémonie de clôture verra la montée sur scène de noms illustres de la chanson algérienne ainsi que la présentation du spectacle « Tahwissa DZ », de Faouzi Benbrahim, initialement programmée pour la soirée d’ouverture, le 27 juillet dernier, mais interrompue en raison d’une panne technique.APS

Séminaire national sur le Festival du costume traditionnel algérien

ALGER – Les participants au séminaire national sur le costume traditionnel organisé dimanche à Alger dans le cadre du 5e Festival national du costume traditionnel algérien, ont mis en exergue le rôle des habits traditionnels dans la sauvegarde de l’identité nationale.
Le séminaire a été ponctué d’interventions scientifiques données par des académiciens et des chercheurs de différentes universités sur les habits traditionnels algériens à l’instar d’El Hassani (pour femmes) ainsi que le Burnous et Kechabia (pour hommes) d’Ouled Nail et bien d’autres.

Dans son allocution d’ouverture, la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji a indiqué que son département ministériel entendait par l’organisation de cette manifestation « établir une fusion entre la culture et la science (…) ,l’objectif étant de conférer un aspect scientifique aux monuments de l’identité culturelle algérienne et la prémunir de la propagande. « Le costume traditionnel est l’un des vecteurs de l’identité, car reflétant la pensée et l’histoire de la société algérienne », a-t-elle expliqué.
Dans sa communication sur le costume El Hassani pour femme et son rôle dans la sauvegarde de l’identité culturelle de la société Hassani, l’universitaire Lembarka Belahcene (Université d’Oran) a précisé que ce costume était propre à la communauté Hassani qui existe à Tindouf, Adrar, Tamanrasset, voire dans d’autres pays voisins tels que le Sahara occidental, le Niger et le Mali.

Utilisée comme habit quotidien car résistant notamment aux conditions climatiques du sud du pays, la Melhfa, apparue au 16e siècle, est portée également lors d’occasions heureuses et est devenue même un standard de beauté de la femme sahraouie dite « hassania ».

De son côté, l’universitaire Aissaoui Bouakez a affirmé, dans son intervention sur « L’habit traditionnel des hommes d’Ouled Naïl, un aspect de la résistance culturelle », que « de nombreux manuscrits et écrits notamment de voyageurs, orientalistes et photographes ont répertorié ce type d’habit connu dans la région de Djelfa où l’on continue à porter ce costume ».

Le patrimoine arabe ne se traduit pas seulement par le Burnous ou la Kachabia à Ouled Naïl, il se manifeste aussi dans la Gandoura, le pantalon, les tenues arabes et les chaussures en cuir, a expliqué le chercheur, précisant que « même les fauconniers ont leurs propres tenues ».

La 5e édition du Festival culturel national du costume traditionnel algérien a été inaugurée samedi au Centre des Arts et de la Culture au Bastion 23, sous le thème « Des tenues résistantes de générations éternelles », avec la participation de 70 exposants de 30 wilayas venus mettre en valeur la richesse de ces costumes traditionnels comme étant une composante de l’identité nationale.

Prévue jusqu’au 2 août prochain, cette manifestation, qui coïncide avec la célébration par l’Algérie du 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, met en lumière les habits associés à la période de la résistance populaire et à la guerre de libération, pour ne citer que le Burnous, la Kachabia, la Melhfa, le Hayek et la M’laya.APS

Première soirée du Festival de Timgad: une ambiance festive créée par le public

BATNA – Une ambiance festive a marqué la première soirée de la 42e édition du Festival culturel international de Timgad à Batna, qui se poursuivra jusqu’au 1er août.
Des familles et des jeunes ayant déferlé dans les gradins du théâtre de plein air de Timgad ont vivement applaudi les prestations musicales diverses présentées par une pléiade d’artistes qui se sont succédé sur la scène.

Les gradins de Thamugadi ont vibré au rythme des chansons interprétées par plusieurs artistes dont la troupe Aissaoua, Massinissa, Naima El Djazairia, Yasmina Amari, Mouh Milano et MC Artisan, et répétées en chœur par le public dans une ambiance nimbée d’une lumière diffuse des téléphones portables.

La première soirée du Festival dont le coup d’envoi a été donné, jeudi, par la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, en présence du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Yacine Hamadi, s’est poursuivie jusqu’aux premières heures de la matinée de Samedi avec une ambiance bon enfant.

Lire aussi: Batna: ouverture du 42e Festival de Timgad par un imposant défilé artistique

La soirée inaugurale de l’édition 2022 du Festival culturel international de Timgad a été interrompue en raison d’une panne technique ayant entrainé l’arrêt total des équipements de sonorisation en dépit des tentatives de réparation.

Suite à cet incident, le ministère de la Culture et des Arts a pris une série de mesures dont l’ouverture d’une enquête approfondie sur les causes de la panne en coordination avec les autorités locales, et chargé l’Office national de la culture et de l’information (ONCI), de prendre en charge l’aspect technique du festival, à partir de la soirée du 29 juillet 2022 jusqu’à sa clôture au 1er août prochain.

Dans une lettre adressée au public sur sa page Facebook, le commissariat du Festival a présenté ses excuses pour les désagréments occasionnés, affirmant que des efforts seront déployés pour satisfaire le public et assurer les conditions de réussite de cette édition qui s’inscrit dans le cadre du soixantenaire de l’Indépendance de l’Algérie.

Festival international de Timgad : la 42ème édition sera exceptionnelle

BATNA – Le commissariat du festival international de Timgad œuvre pour que la 42ème édition de cette manifestation soit exceptionnelle en raison de sa coïncidence avec la célébration du soixantenaire de l’indépendance, a affirmé mercredi le commissaire du festival, Youcef Boukhentache.
Dans une conférence de presse animée dans un hôtel de la ville de Batna à la veille de l’ouverture de la manifestation prévue du 27 au 31 juillet, Boukhentache a indiqué que « le festival culturel international de Timgad verra pour la première fois de sa création l’organisation d’un imposant défilé au chef-lieu de wilaya ».

« Ce défilé, a-t-il ajouté, sera une sorte de promotion et de publicité pour le festival qui s’est éclipsé pendant deux années à cause de la pandémie du coronavirus ».

Concernant les soirées du festival, le même orateur a assuré que le caractère jeune dominera l’édition qui coïncide avec la célébration du soixantenaire de l’indépendance et qui sera dédiée en premier aux jeunes avec la sélection d’artistes algériens chez la catégorie des jeunes tandis que la participation internationale sera limitée.

Boukhentache qui était accompagné du directeur artistique du festival et du chargé de la communication a abordé les divers aspects liés à l’organisation, le financement et l’encadrement humain et administratif de la manifestation dans ses réponses aux questions journalistes des divers médias présents en force pour couvrir cet évènement artistique et culturel.

Il a également passé en revue le riche programme de proximité lancé déjà depuis quelques jours avant l’ouverture du festival dans certaines daïras reculées de la wilaya avec au menu des soirées artistiques pour les habitants de ces régions incapables de se déplacer vers Timgad pour assister aux soirées du festival programmées au théâtre de plein air mitoyen au site de la cité archéologique.

Il a ajouté en outre que la maison de la culture Mohamed Laïd Al Khalifa accueillera à l’occasion et en coordination avec le commissariat du festival les journées des dessins animés pour enfants durant les jours du festival qui revêt des dimensions artistique, touristique, économique et culturelle.

Le commissaire du festival de Timgad a salué la conjugaison des efforts sur le plan local pour la réussite de ce rendez-vous artistique international et lui restituer sa place et son aura en tant qu’un des plus anciens festivals à l’échelle nationale.

Les soirées de cette édition verront en outre la distinction de plusieurs figures artistiques dans les divers domaines du chant, du théâtre et de la musique, a-t-on assuré au cours de la conférence de presse. APS