ALGER – Le sport algérien a connu, en 60 ans d’indépendance, des évènements nationaux marquants, en participant aux plus grandes compétitions internationales qui lui ont valu des sacres dans différentes disciplines sportives, et en organisant des manifestations internationales, la dernière en date étant la 19e édition des Jeux Méditerranéens (JM) d’Oran.

L’édition des JM d’Oran-2022 (25 juin – 6 juillet) est l’une des plus importantes éditions de ces jeux depuis 1951. L’Etat algérien a mis le paquet pour la réussite de cette manifestation fortement saluée par les organismes sportifs et les canaux médiatiques internationaux.

Pour l’évènement, Oran a été dotée de centres et d’infrastructures qui ont été inaugurés par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, lors d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya, avant le lancement des Jeux, à l’instar du nouveau complexe olympique (Miloud Hadefi), qui comprend un stade de football, une salle omnisports, un stade d’athlétisme, ainsi qu’un centre aquatique avec trois piscines.

Le coup d’envoi des JM, auxquels ont participé 3.390 sportifs de 26 pays, a été donné par le Président Tebboune.

La cérémonie d’ouverture, imposante et solennelle, aura été la vitrine de l’Algérie, racontant son histoire civilisationnelle et son rôle important dans la région de la Méditerranée à travers une œuvre artistique complète où les dernières technologies ont été utilisées.

Le président du Comité international des Jeux Méditerranéens (CIJM), Davide Tizzano a salué les efforts déployés par l’Algérie pour la réussite de cette édition organisée 47 ans après la première édition en 1975, à Alger.

En dépit des résultats encourageants obtenus la saison suivante grâce à ces réformes, cette politique a été abandonnée à la suite des événements d’octobre 1988, entraînant le déclin du sport national.

Le handball est incontestablement la discipline qui a le plus brillé avec pas moins de sept Championnats d’Afrique remportés par l’équipe algérienne masculine en 1981, 1983, 1985, 1987, 1989, 1996 et 2014, sans oublier les dizaines de trophées des clubs algériens en Ligue des champions, en Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe, en Super coupe d’Afrique et au Championnat arabe des clubs champions.

De son côté, la sélection algérienne de football compte à son palmarès deux Coupes d’Afrique des nations, la première décrochée en 1990 en Algérie, grâce à une génération dorée comptant, entre autres, Rabah Madjer, Lakhdar Belloumi et Salah Assad, et la seconde en 2019 en Egypte grâce à une nouvelle génération de joueurs tout aussi talentueux tels que Riyad Mahrez et Youssef Belaili.

L’Algérie a également remporté la Coupe afro-asiatique des nations aux dépens de l’Iran en 1991 et s’est qualifiée quatre fois pour la Coupe du monde: en 1982 (Espagne), en 1986 (Mexique), en 2010 (Afrique du Sud) et en 2014 (Brésil).

Elle a également remporté la Coupe arabe de la FIFA 2021.

Le football militaire n’est pas en reste, l’Algérie ayant décroché l’or à la Coupe du monde militaire à deux reprises : au Brésil en 2011 et en Corée du Sud en 2015.

En clubs, l’Algérie a remporté cinq fois la Coupe des clubs champions africains (actuelle Ligue des champions de la CAF) avec le MCA en 1976, la JS Kabylie en 1981 et 1990 et l’ES Sétif en 1988 et 2014. Le MC Oran et l’USM Alger ont, respectivement, atteint la finale en 1989 et 2015.

L’Algérie a participé pour la première fois aux Jeux olympiques en 1964 (Olympiades de Tokyo au Japon) après la création du Comité olympique algérien en 1963. Mohamed Lazhari a été le premier à représenter l’Algérie à ces Jeux.

Les premières médailles algériennes (Bronze) ont été décrochées par les boxeurs Mohamed Zaoui et Mustapha Moussa en 1984 aux Jeux olympiques de Los Angeles (Etats-Unis d’Amérique).

Mais c’est entre 1990 et 2000 que le sport algérien connaîtra ses moments de gloire, notamment dans la boxe et l’athlétisme.

Hassiba Boulmerka a eu l’honneur d’offrir à l’Algérie sa première médaille d’or olympique à l’épreuve du 1 500m en 1992 aux Jeux olympiques de Barcelone (Espagne). Elle a également décroché la médaille d’or dans deux championnats du monde d’athlétisme, la 1ere en 1991 à Tokyo et la 2e en 1995 à Goteborg en Suède, en plus d’autres médailles d’or dans plusieurs éditions des jeux méditerranéens dans la même épreuve.

La participation algérienne aux JO-1996 d`Atlanta a été prolifique en médailles d’or, avec les consécrations de Noureddine Morsli à l’épreuve du 1 500 m et du regretté Hocine Soltani en boxe (Poids légers). Ce dernier avait été aussi médaillé de bronze aux JO de Barcelone dans la catégorie des Poids plume.

De son côté, Noureddine Morsli peut se targuer d’être triple champion du monde (1991, 1993, 1995) et champion du monde en salle en 1991. Durant sa carrière, il a amélioré cinq records mondiaux en plein air et deux en salle.

En boxe, l’Algérien Mohamed Benguesmia a remporté en 2003 en Algérie le titre mondial des Poids lourds-légers pour le compte de la WBB (world boxing board).

Les judokas algériens se sont également illustrés sur la scène internationale avec la médaille d’argent d’Amar Benikhlef aux JO-2008 de Pékin (Chine) dans la catégorie des -90kg , et de bronze de Soraya Haddad, également en Chine, dans la catégorie des -52 kg.

Salima Souakri a été, pour sa part, dix fois championne d`Afrique, médaillée de bronze aux championnats du Monde juniors et 5e aux JO-2004 dans la catégorie des -52 kg.

En karaté, Lamia Matoub a décroché la médaille de bronze au championnat du monde dans la capitale espagnole Madrid en 2018.

L`Algérie peut se vanter aussi d`avoir enfanté un champion de la trempe du défunt Mohamed Allek, cinq fois médaillé d`or lors des jeux Paralympiques d’Atlanta en 1996 et de Sidney en 2000, avec une médaille de bronze aux jeux d`Athènes (2004).

L’athlétisme algérien s’illustrera encore une fois aux jeux olympiques avec la consécration de Bénida Nouria Merah avec une médaille d’or à l’épreuve du 1 500 mètres à Sidney en 2000.

A Sydney aussi, l’athlète Aissa Djabir Said-Guerni spécialiste du 800 mètres, a remporté une médaille de bronze, puis une médaille d’or aux Championnats du monde d’athlétisme à Paris (France) en 2003.

La dernière médaille olympique a été remportée en 2012 par l’athlète Toufik Makhloufi qui a été sacré à Londres (Royaume uni) à l’épreuve 1 500 mètres. Depuis, l’hymne national algérien n’a pas retenti dans les airs olympiques.

aps .