Une délégation d’académiciens nigérians entame une visite en Algérie

Une délégation d’académiciens nigérians entame une visite en Algérie

ALGER- La résolution du Parlement européen (PE) sur l’Algérie continue à susciter des réactions internationales condamnant cette instance qui s’est mise dans une posture peu enviable et dont l’image a été entachée par un scandale qui rajoute une couche sombre à sa crédibilité, mettant à nu la politique de chantage et de confusion adoptée à l’égard de certains pays arabes et son ingérence dans leurs affaires intérieures à des fins viles.

L’impair du PE a entrainé un tollé de condamnations internationales en raison de son ingérence flagrante dans les affaires intérieures de l’Algérie, un grave dérapage qui la discrédite devant le monde entier.

Le Parlement panafricain, le Parlement arabe et bien d’autres institutions parlementaires internationales importantes ont condamné la résolution du PE sur la liberté de la presse en Algérie, la qualifiant de dérapage et d’immixtion éhontée dans les affaires intérieures de l’Algérie.

Dans un communiqué publié vendredi, le Parlement panafricain a rejeté « toute ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie et de l’ensemble des pays africains », rappelant que « les deux Parlements continentaux avaient convenu en décembre 2022 à Bruxelles de la nécessité de se consulter autour des questions afférentes aux deux continents avant la publication de toute résolution ou décision ».

Il a également souligné que « les médias en Algérie jouissent d’une totale liberté notamment après que ce pays s’est engagé dans un processus démocratique lancé depuis plus de trois décennies », ajoutant que « le nombre des journaux quotidiens et des chaines de télévision publiques et privées est la preuve qu’il existe une liberté de presse en Algérie ».

Le Parlement arabe a, quant à lui, dénoncé fortement cette résolution, la qualifiant « d’ingérence flagrante et inacceptable dans les affaires intérieures de l’Algérie et d’impair inadmissible que le Parlement européen ne cesse de commettre en continuant à publier des communiqués similaires sur les droits de l’Homme dans les pays arabes ».

Il a exprimé son rejet de cette résolution qu’il a qualifiée « d’allégations fallacieuses et mensongères infondées et qui ne s’appuient sur aucune preuve objective ».

Les termes et le ton inacceptables et arrogants utilisés dans ce document constituent « une violation flagrante des principes des Nations unies et des usages internationaux qui consacrent le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats », a-t-il affirmé.

 

==Rejet de la tutelle et des diktats==

 

En réaction à la résolution du Parlement européen, le Parlement arabe a appelé ce dernier à cesser immédiatement de s’ériger en tuteur des Etats arabes et à ne pas politiser les questions des droits de l’Homme en les utilisant comme prétexte pour s’immiscer dans les affaires intérieures de la République algérienne, d’autant qu’il y a des institutions constitutionnelles et judiciaires qui sont à même d’assurer et d’appliquer toutes les garanties nécessaires à la liberté d’opinion et à la protection des droits de l’Homme dans la société algérienne.

L’institution parlementaire panarabe a en outre appelé l’Algérie et les autres pays arabes à ne pas tenir compte de tels communiqués suspects provenant d’une partie qui n’est pas mandatée pour évaluer la situation des droits de l’Homme dans les pays arabes.

Le Parlement européen a essuyé une autre condamnation acerbe émanant de l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (UPCI), dont le Secrétaire général, Mouhamed Khouraichi Niass, a fermement condamné, dans un communiqué vendredi, la résolution de l’institution européenne sur l’Algérie, l’appelant à nouveau à « respecter la souveraineté de l’Algérie et de l’ensemble des pays de l’UPCI ».

L’Union interparlementaire arabe (UIPA) a, elle aussi, exprimé son indignation et son rejet de la résolution du Parlement européen sur la liberté d’expression et de la presse en Algérie et des informations fallacieuses qu’elle contient et qui visent à saper les réalisations de l’Algérie dans les fora régionaux et internationaux, mettant en garde contre les conséquences de ce chantage politique et de ces tentatives d’altération des faits.

La présidence de l’UIPA a condamné, dans un communiqué, « la politique bancale du Parlement européen à l’égard des pays arabes, qui rejettent la tutelle et les diktats relavant d’une ingérence flagrante dans leurs affaires intérieures, notamment sa dernière résolution sur la liberté de la presse et d’expression en Algérie ».

L’institution parlementaire arabe a appelé dans son communiqué le Parlement européen à « revenir à la voie de la raison et de la crédibilité » et à « ne pas se laisser entraîner par certains de ses membres, qui ont vendu leur conscience pour des intérêts personnels », relevant que l’Algérie « a franchi des pas importants en matière d’instauration d’un Etat de droit et de justice et de séparation entre les pouvoirs ».

aps

 

Une délégation d’académiciens nigérians entame une visite en Algérie

Une délégation d’académiciens nigérians entame une visite en Algérie

ALGER – Une importante délégation de l’institut national des études politiques et stratégiques du Nigeria (NIPSS) est arrivée dimanche à Alger dans le cadre d’une visite en Algérie qui  s’étalera jusqu’au 21 mai courant, avec au menu la visite d’infrastructures et de projets dans plusieurs wilayas du pays ainsi que des conférences sur des thèmes liés à l’industrie, l’énergie et l’environnement.

La délégation nigériane a été accueillie à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene par le chef de département des relations internationales et de défense à l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG), M. Belala Abdeldjalil et le sous-directeur chargé de l’Afrique occidentale et Centrale au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger M. Farouk Boumaza.

La délégation s’est rendue aujourd’hui à la raffinerie de pétrole de Sidi Rezine à Alger pour visiter les infrastructures de ce site énergétique.

A noter que tout au long de son séjour en Algérie, la délégation nigériane se rendra dans plus de 40 sites répartis sur 11 wilayas (Alger, Oran, Laghouat, Timimoun, Ouargla, Constantine, Skikda, Annaba, Sétif, Ghardaïa et Bejaia), afin de visiter différentes infrastructures et projets industriels et énergétiques, des sites relevant du domaine de l’agriculture et de l’industrie pharmaceutique, mais aussi des instituts de formation et autres centres de recherche.

Cette visite qui constitue une opportunité idoine d’échange de vues et d’expériences entre la délégation nigériane et les responsables et experts algériens entre dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays, marquée par d’importants projets initiés conjointement.

 

aps

Communiqué du Conseil des ministres

Communiqué du Conseil des ministres

ALGER – Le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, dimanche, une réunion du Conseil des ministres consacrée à un projet de loi relatif aux forêts et au patrimoine forestier et à des exposés relatifs à plusieurs secteurs, indique un communiqué de la Présidence de la République, dont voici la traduction APS:

« Monsieur Abdelmadjid Tebboune, président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale a présidé, ce jour, une réunion du Conseil des ministres consacrée à un projet de loi relatif aux forêts et au patrimoine forestier et à des exposés sur la réforme de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE), les dispositions relatives aux titulaires de diplômes de magistère et de doctorat au titre de l’exercice 2023, l’état et perspectives des Ecoles supérieures de l’enseignement supérieur et le secteur des Mines.

Après l’ouverture de la réunion par le président de la République, la lecture de l’ordre du jour et la présentation par le Premier ministre, du bilan d’activité du Gouvernement au cours des deux dernières semaines, Monsieur le Président a donné les instructions et orientations suivantes :

 

*Concernant les dispositions relatives aux titulaires de diplômes de magistère et de doctorat au titre de l’exercice 2023:

– Le président de la République a approuvé les propositions du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, prévoyant le recrutement des titulaires de ces deux diplômes dans les postes universitaires.

– Monsieur le président a ordonné, dans le cadre de son engagement auprès des enseignants universitaires, la révision des salaires des enseignants du Supérieur et des chercheurs universitaires, tous grades scientifiques confondus, enjoignant de lui soumettre des propositions dans les meilleurs délais, car l’Etat doit accorder un intérêt particulier à cette catégorie, qui constitue la matière grise et la soupape de sécurité de l’Algérie dans tous les secteurs.

– Préparer une révision globale du statut des enseignants du Supérieur en accord avec la dynamique et la nouvelle stratégie du secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

– Redoubler d’efforts pour attirer davantage d’étudiants dans les spécialités et filières scientifiques, qui représentent le réservoir de la nation pour les différentes institutions de l’Etat.

– Adopter une vision scientifique proactive basée sur l’approche de l’Algérie nouvelle qui prévoit de délaisser les méthodes classiques dans l’enseignement supérieur au profit de la diversification des spécialités au diapason des tendances mondiales.

 

*Concernant l’exploitation du gisement de zinc et de plomb à Oued Amizour (Bejaia)

– Rappelant l’importance économique majeure dudit projet, Monsieur le président a ordonné de réduire tous les délais liés aux chantiers techniques secondaires pour accélérer l’entrée en exploitation de ce projet, d’autant que l’étape des régularisations administratives est dépassée.

– Adopter le système de travail en équipes 24h sur 24, pour faire avancer les travaux, au vu de l’impact positif du projet au niveau national.

 

*Concernant les fermes pilotes (diagnostic et perspectives)

– Monsieur le président a affirmé que les résultats de cette conception n’ont pas été à la hauteur des attentes de l’Etat.

Ainsi, le président de la République a ordonné d’élaborer une nouvelle vision approfondie, à soumettre au plus tard dans un mois, qui dégagerait une approche globale à même de mettre en avant le nouveau rôle de ces fermes et le cadre juridique devant les régir et en préserver la pérennité à travers toutes les régions du pays, en fonction de la vocation agricole de chaque région.

– Le président de la République a enjoint de transformer les fermes pilotes en pépinières pour les ressources animales et végétales, soit une locomotive pour la recherche et le développement du secteur agricole, dans le cadre du processus de développement de l’économie nationale.

 

*Concernant le projet de loi relatif aux forêts et au patrimoine forestier

Avant l’approbation dudit projet de loi, le président de la République avait souligné l’impératif de fixer et déterminer l’objectif de sa révision dans le contexte de l’actualisation et l’adaptation du rôle des forêts et du patrimoine forestier dans le développement et la promotion de l’économie nationale.

– Le président de la République a instruit à l’effet d’accorder davantage de facilitations aux familles algériennes qui œuvrent à hisser le rendement du secteur agricole, à travers l’exploitation des espaces forestiers, et ce pour doubler les revenus de ces familles de manière optimale et non nuisible au couvert forestier, ni à l’environnement.

 

*Concernant la réforme du dispositif de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE)

– Monsieur le président a salué la coordination et la synergie entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le ministère de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises.

– Le Président de la République a souligné que les tâches de cette agence consistaient en l’appui et l’accompagnement des jeunes dans leurs activités créatrices de richesses et d’emplois.

– Les dossiers de litiges et de corruption découlant des précédentes politiques de la Issaba, dans le cadre de l’ANSEJ, doivent être traités à un autre niveau de compétence, après mise en place d’une commission chargée de les régler de manière définitive, cette mesure ne relevant pas des prérogatives du ministère des Start-up.

Au terme de la réunion, le Conseil des ministres a approuvé des décisions individuelles portant nominations et fins de fonctions dans des postes et des fonctions supérieurs de l’Etat ».

aps

Le président de la République ordonne une révision globale du statut des enseignants du Supérieur

Le président de la République ordonne une révision globale du statut des enseignants du Supérieur

ALGER- Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a ordonné, lors de la réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée dimanche, une révision globale du statut des enseignants du Supérieur et la révision des salaires des enseignants du Supérieur et des chercheurs universitaires, tous grades scientifiques confondus.

« Le président de la République a approuvé les propositions du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, prévoyant le recrutement des titulaires de diplômes de magistère et de doctorat dans les postes universitaires », précise un communiqué de la Présidence de la République.

Le Président Tebboune a en outre ordonné, dans le cadre de son engagement auprès des enseignants universitaires, « la révision des salaires des enseignants du Supérieur et des chercheurs universitaires, tous grades scientifiques confondus », enjoignant de lui « soumettre des propositions dans les meilleurs délais, car l’Etat doit accorder un intérêt particulier à cette catégorie, qui constitue la matière grise et la soupape de sécurité de l’Algérie dans tous les secteurs ».

Le président de la République a également ordonné de « préparer une révision globale du statut des enseignants du Supérieur en accord avec la dynamique et la nouvelle stratégie du secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique » et de « redoubler d’efforts pour attirer davantage d’étudiants dans les spécialités et filières scientifiques, qui représentent le réservoir de la nation pour les différentes institutions de l’Etat ».

A cet égard, le Président Tebboune a souligné l’importance d' »adopter une vision scientifique proactive basée sur l’approche de l’Algérie nouvelle qui prévoit de délaisser les méthodes classiques dans l’enseignement supérieur au profit de la diversification des spécialités au diapason des tendances mondiales ».

aps