La nouvelle loi sur l’investissement, acquis prometteur pour concrétiser le développement durable

La nouvelle loi sur l’investissement, acquis prometteur pour concrétiser le développement durable

ANNABA – Les participants à une rencontre d’information sur l’investissement organisée samedi à Annaba ont affirmé que « la nouvelle loi sur l’investissement constitue un acquis prometteur pour concrétiser un développement intégré et durable en Algérie ».

Ils ont précisé au cours de cette rencontre organisée par la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) que les « dispositions de la nouvelle loi sur l’investissement traduisent une forte volonté pour l’aménagement d’un climat d’affaires incitant à l’investissement et la mise en place de garanties ancrant la confiance entre les différents partenaires et acteurs concernés par l’investissement ».

Dans ce cadre, la directrice générale de la promotion de l’investissement auprès du ministère de l’Industrie Djouhar Hadi, a précisé dans son intervention que « la nouvelle loi sur l’investissement qui a donné lieu à la promulgation de décrets exécutifs dans des délais records représente un cadre juridique pour capter les investisseurs et les doter de garanties nécessaires pour l’investissement et la création d’une dynamique de développement intégré et homogène au double plan local et national ».

La même intervenante a ajouté que « la nouvelle loi sur l’investissent découle d’une vision intégrée qui réunit les énergies et les compétences en les intégrant dans le développement local et national à travers l’entrepreneuriat et l’investissement pour créer la richesse et élargir et promouvoir les activités ».

Au cours de son intervention, Mme Hadi a passé en revue les dispositions générales en rapport avec la nouvelle loi sur l’investissement et les aspects liés aux mesures d’encouragement et d’incitation contenues dans la nouvelle loi ainsi que les garanties assurées aux investisseurs en plus du cadre institutionnel et les conditions fixant l’octroi des avantages.

Les participants à cette rencontre ont suivi des interventions traitant des aspects en rapport avec la promotion des exportations et le cadre juridique de l’investissement en plus de « l’investissement et le développement local » et « les jeunes et les opportunités de l’investissement ».

Au cours des débats, les intervenants, ont insisté sur l’importance d’encourager l’entrepreneuriat comme un moyen pour résorber le chômage et la valorisation des énergies de la jeunesse en plus de l’investissement dans les activités numériques et la création d’un climat d’affaires encourageant l’investissement et ont mis l’accent également sur l’importance de capter les compétences algériennes établies à l’étranger.

Il est à noter que  cette rencontre visant à faire connaitre la nouvelle loi sur l’investissement et a été marquée par la participation de cadres et opérateurs économiques de plusieurs wilayas de l’Est du pays.

APS

Centre universitaire de Tipasa: inauguration du 1er complexe des start-up

Centre universitaire de Tipasa: inauguration du 1er complexe des start-up

TIPASA – Le premier complexe des start-up à l’échelle nationale a été inauguré, samedi, au Centre universitaire Morsli-Abdellah de Tipasa, par les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, respectivement Kamel Baddari et Yacine El-Mahdi Oualid, en présence du wali de Tipasa Aboubakr Seddik Boucetta.
Le complexe est un pavillon administratif sis au Centre universitaire de Tipasa, qui fait office de siège des entreprises innovantes portant le label de start- up, activant au niveau de six universités du pays, spécialisées dans les domaines techniques, des sciences exactes et de la technologie.

Il s’agit des universités des sciences et de la technologie Houari Boumediene de Bab Ezzouar (Alger), de Blida, Khemis Miliana, Ain Defla, Boumerdes, et Médéa et le Centre universitaire de Tipasa, qui abriteront chacune le siège de ce complexe pour une durée d’une année renouvelable, selon les précisions du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Ajoutant que ce premier projet de regroupement des start-up, à l’échelle nationale, « sera progressivement généralisé au reste des universités nationales », M. Baddari a souligné son inscription au titre de la « consécration de l’une des plus importantes missions des établissements universitaires », à savoir, assurer un « espace et un climat propice à l’innovation, la créativité et la création de la valeur ajoutée », a-t-il indiqué.

« Ces espaces vont accueillir des étudiants récipiendaires du label start-up et de brevets de création », a précisé le ministre.

« L’université se doit d’être la locomotive du développement local et national. La réunion de quatre (4) facteurs fondamentaux, la recherche scientifique, l’innovation, le développement économique et la création d’emplois font d’elle une université dotée d’une visibilité, d’une audience et d’une place respectable aux plans régional et international », a-t-il estimé, par ailleurs.
A son tour, le ministre de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises a souligné « l’importance » de ce type d’espaces dédiés à l’accueil des projets innovants de jeunes « créatifs et ambitieux ».

« Ce projet est le fruit d’une coopération avec le secteur de l’enseignement supérieur visant à permettre au plus grand nombre possible de jeunes innovants à intégrer davantage le monde des start-up et de l’entrepreneuriat, considérant que l’université est une pépinière de découverte des compétences. Elle consacre la nouvelle vision visant à relever le nombre des start-up créées par les diplômés universitaires », a-t-il observé.

Lire aussi: Une commission sectorielle permanente de la recherche scientifique et du développement technologique

Cette « nouvelle vision vise, également, à inciter les diplômés universitaires à intégrer davantage le monde des start-up et de l’entrepreneuriat », a ajouté le ministre. Les diplômés universitaires représentent un taux de 25% des promoteurs de start-up et d’entreprises réalisées. Un chiffre jugé « faible » par le ministre, qui a appelé à son relèvement.

M. Yacine El-Mahdi Oualid a, aussi, souligné les efforts consentis par ses services, en coordination avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour « encourager » la jeunesse innovante à obtenir un brevet d’innovation ou les droits de propriété.

Il a, à ce titre, appelé les patrons des entreprises économiques privées et publiques à « soutenir la recherche scientifique et le développement technologique », soulignant que la nouvelle loi de finances englobe de nouvelles mesures et dispositions incitatives relatives à la réduction des impôts en cas de création d’organismes et de services de recherche scientifique au niveau des entreprises.

APS

« La vie d’après », Prix de la critique africaine aux JCC

« La vie d’après », Prix de la critique africaine aux JCC

ALGER – Le long métrage de fiction « La vie d’après » du réalisateur Anis Djaad a obtenu vendredi à Tunis le « Prix de la critique africaine », dans le cadre de sa participation aux 33e Journées cinématographiques de Carthage, a-t-on appris auprès de l’équipe du film.

Ce prix est remis parallèlement aux JCC par un jury de la Fédération africaine de la critique cinématographique.

Premier long métrage du réalisateur, « La vie d’après » relate l’histoire de Hadjer qui tente de se reconstruire une vie avec son fils Djamil, après le lâche assassinat de son époux par un groupe terroriste.

Seule, proie à toutes les difficultés de la vie, Hadjer se retrouve avec son fils, face à l’adversité de la vie, amplifiée par son nouveau statut social et sa condition modeste dans son village reculé.

Journaliste, scénariste et réalisateur, Anis Djaad a signé son premier court métrage, « Le hublot » en 2012, suivi en 2014 de « Passage à niveau » puis par « Le voyage de Keltoum » en 2016.

Son premier long métrage « La vie d’après », plusieurs fois primé en Algérie et à l’étranger, a été sélectionné en compétition officielle des 33e JCC qui prendront fin ce samedi soir, au même titre que le court métrage  « Hypnotisia », drame psychologique et expérimental signé Marouane Lakhdar-Hamina.

APS

Mostaganem: démantèlement d’un réseau d’organisation d’émigration clandestine

Mostaganem: démantèlement d’un réseau d’organisation d’émigration clandestine

MOSTAGANEM – Les services de police de Mostaganem ont réussi à mettre fin aux activités d’un réseau criminel national spécialisé dans l’organisation d’émigration clandestine par mer composé de trois personnes, a-t-on appris, samedi, de la sûreté de wilaya.

L’opération a été menée par la section de lutte contre le trafic de migrants, sur la base d’un appel qu’elle a reçu de la part de la station marine principale des gardes côtes à Mostaganem signalant que le groupe territorial des gardes-côtes d’Oran a saisi une embarcation de pêche au niveau de la plage « Les Andalouses » et arrêté un individu, originaire de Mostaganem, impliqué dans l’organisation de traversées clandestines par mer.

La police judiciaire a immédiatement enclenché les investigations qui ont révélé que l’embarcation et le moteur saisis à Oran appartenaient à l’individu arrêté, qui les a vendus à des inconnus sans autorisation de l’administration maritime, a ajouté la même source.

L’individu arrêté et un complice ont acquis une embarcation de plaisance d’un montant de 260.000 dinars de la part d’un troisième complice, propriétaire d’un commerce spécialisé dans la vente de moteurs avec facilité de paiement.

L’opération de vente entre les suspects et leur troisième complice, actuellement en fuite, a été effectuée sans autorisation, à travers le transfert de l’identité de l’ancienne embarcation vers la nouvelle, selon le même communiqué.

Pour compléter les investigations, la police judiciaire a obtenu un mandat de perquisition du procureur de la République près le tribunal de Mostaganem, et a saisi un moteur de bateau, deux rames, un jerrican de carburant et trois gilets de sauvetage.

Accusés d’organiser une sortie illégale du territoire national, une procédure judiciaire a été engagée contre les deux suspects, qui ont été présentés devant le parquet près le tribunal de Mostaganem, a-t-on indiqué.

APS

Hand: le HBC El Biar remporte le trophée du tournoi « Sarah Babahoun »

Hand: le HBC El Biar remporte le trophée du tournoi « Sarah Babahoun »

ORAN – Le HBC El Biar a remporté, samedi à Oran, le tournoi de handball féminin (seniors), dédié à la mémoire de l’ex-joueuse de l’équipe nationale Sarah Babahoun, grâce à sa victoire en finale face au MC Alger (24-18).

La troisième place est revenue au CF Boumerdes qui a battu le HC Mila lors du match de classement joué avant la finale au Palais des sports « Hammou-Boutelélis ».

Outre les quatre premiers du tournoi, ont pris part également à cette compétition, qui a débuté jeudi passé, le CHT Oran, club organisateur du tournoi en collaboration avec la direction locale de la jeunesse et des sports, et l’AS Castors (Oran).

Sarah Babahoun, décédée dans les années 1980 à l’âge 20 ans, était une gardienne de but prometteuse de la sélection nationale féminine de handball. Elle a quitté ce monde des suites d’une maladie.

APS