MADRID – Le président du parti espagnol Vox, Santiago Abascal, a insisté mardi sur la nécessité d’améliorer la défense des frontières de Ceuta et Melilla « pour éviter qu’elles ne soient vulnérables », en empêchant le « passage de vagues de migrants clandestins » en provenance du Maroc, ont rapporté des médias locaux.
« La porte s’ouvre quand elle est vulnérable (…) et que nous renonçons à utiliser notre armée pour défendre les frontières de Ceuta et Melilla », a déclaré Santiago Abascal en référence à la crise migratoire de mai dernier, quand des milliers de candidats à l’émigration, dont de nombreux jeunes, s’étaient précipités illégalement dans l’enclave de Ceuta, avec la complicité des garde-frontières marocains.

En deux jours, jusqu’à 12.000 migrants ont traversé la frontière de l’enclave espagnole, « engloutissant » la ville de 80.000 habitants.

A cet égard, Abascal a insisté sur le fait que l’armée espagnole doit être déployée dans les villes autonomes de Ceuta et Melilla « pour empêcher le passage de vagues de migrants clandestins » et pour que les habitants des deux enclaves cessent de vivre « dans l’insécurité et l’angoisse permanentes », a fait savoir le quotidien espagnol Ceutaldia.

Le président du parti d’extrême droite a également réagi aux hypothèses selon lesquelles le Maroc soit l’auteur de l’espionnage sur les téléphones portables du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et de sa ministre de la Défense Margarita Robles.

C’est une hypothèse de plus, mais au cas où elle se confirmerait, elle apporterait la preuve que le gouvernement espagnol n’a « absolument rien gagné » après avoir « tout donné au Maroc », suite au changement de position du Premier ministre Pedro Sanchez sur le Sahara occidental, a-t-il assuré.
Pour cette raison, a-t-il souligné, « si cet espionnage a eu lieu, nous devons également savoir s’il est lié au fait que le gouvernement a changé de position ».

Lundi, le gouvernement espagnol a indiqué que les téléphones portables du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et de sa ministre de la Défense Margarita Robles ont fait l’objet d’écoutes « illégales » et « externes », au moyen du logiciel Pegasus.

« Il ne s’agit pas de suppositions », a déclaré lors d’une conférence de presse convoquée avec un caractère d’urgence, le ministre de la Présidence, Félix Bolaos, qui a parlé de faits d' »énorme gravité » qui s’étaient produits en 2021.

Selon Santiago Abascal, « il est très difficile d’avoir une relation amicale avec un pays qui pourrait être à l’origine de l’espionnage » et  « vous fait constamment chanter en lançant des vagues d’immigration clandestine ». APS….

Partagez......... شارك
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin