Réunion ministérielle conjointe UA – UE au Rwanda, Sécurité, paix et développement : L’Algérie prône une stratégie globale

Réunion ministérielle conjointe UA – UE au Rwanda, Sécurité, paix et développement : L’Algérie prône une stratégie globale

«Le partenariat avec l’Union européenne doit consolider le développement socio-économique et humain,  la bonne gouvernance et la promotion de la réconciliation nationale »

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a affirmé, hier, que la stratégie algérienne repose sur des liens «indissociables de sécurité, de paix et de développement», soulignant que le partenariat avec l’Union européenne (UE) doit «consolider les fondements du développement socio-économique et humain, la bonne gouvernance et la promotion de la réconciliation nationale».

Intervenant aux travaux de la 2e réunion ministérielle conjointe UA-UE à Kigali (Rwanda), M. Lamamra a mis en avant la stratégie de l’Algérie fondée sur des liens «indissociables de sécurité, de paix et de développement», selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. M. Lamamra a souligné que le partenariat avec l’UE «doit consolider les fondements du développement socio-économique et humain, de la bonne gouvernance et la promotion de la réconciliation nationale, tracée et appliquée par les États africains, à travers la double équation alliant unité/diversité et centre/environnement».
Il a indiqué, dans ce sens, que le partenariat entre les deux unions «doit émaner de la conviction de la sécurité commune, les deux parties devant assumer pleinement et de manière équitable leurs responsabilités, individuelle et collective», ajoute le communiqué. L’Afrique «est ouverte à tous les partenariats auxquels elle a été invitée et préservant ses intérêts», a-t-il poursuivi, appelant les pays de l’UE «à valoriser la diversité des partenariats de l’Afrique avec les autres pays du monde, et à les considérer comme un phénomène naturel et positif». Le chef de la diplomatie a ajouté, en outre, que «l’Afrique valorise le partenariat avec l’UE, à la faveur duquel elle aspire à réaliser des résultats qualitatifs et quantitatifs pour atteindre le degré de perfection escompté, à commencer par dépasser le cadre commercial prédominant dans la relation de partenariat UA-UE». Concernant la migration, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que cette question «nécessite une approche globale et à long terme qui traite les causes profondes du phénomène dans le cadre du respect du droit international pour protéger les migrants et les membres de leurs familles». À cet égard, «il est nécessaire de promouvoir une vision commune pragmatique pour traiter la question de la migration, inspirée des principes de solidarité, de coopération et de tolérance, au lieu de l’approche des politiques de sécurité et de diabolisation de la migration, qui se propage souvent dans le contexte de calculs politiques et électoraux», selon le communiqué.
Par ailleurs, en marge de la conférence, le chef de la diplomatie algérienne a tenu plusieurs séances de travail et rencontres bilatérales avec des ministres et chefs de délégations, tels que les ministres des Affaires étrangères de l’Angola, de la Zambie, du Danemark, de la Belgique, du Luxembourg et de la Libye. M. Lamamra a rencontré également le Haut Représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Vice-président de la Commission européenne de l’UE, Josep Borrell.
Les rencontres ont porté sur les questions inscrites à l’ordre du jour de la réunion, ainsi que sur les relations bilatérales entre l’Algérie et ces pays, en plus des dossiers politiques et sécuritaires soulevés sur la scène régionale et internationale. Les travaux de la 2e réunion ministérielle UA-UE ont débuté plus tôt dans la journée à Kigali (Rwanda), avec la participation de M. Lamamra.
Les travaux préparatoires de la 2e réunion ministérielle Union africaine-Union européenne ont commencé lundi. Les ministres participants avaient engagé des délibérations sur le premier axe inscrit à l’ordre du jour de cette réunion, portant sur l’examen de la coopération entre les deux organisations en vue de renforcer les capacités de lutte contre les facteurs menaçant la paix et la sécurité dans les deux continents, Afrique et Europe, et des dossiers inhérents à la bonne gouvernance, à la migration et à la circulation des personnes.
Sous le deuxième axe de la conférence, les chefs de délégation ont examiné les moyens d’encourager l’investissement pour opérer des changements structurels durables en Afrique et améliorer les qualifications du facteur humain dans les domaines de l’enseignement, des sciences et de la technologie.

EL MOUDJAHID

Le premier ministre reçu par le Prince héritier, vice-Premier ministre saoudien, Mohamed Ben Salmane : Coordonner les efforts sur les questions d’intérêt commun

Le premier ministre reçu par le Prince héritier, vice-Premier ministre saoudien, Mohamed Ben Salmane : Coordonner les efforts sur les questions d’intérêt commun

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a été reçu, lundi à Riyadh, par l’émir Mohamed Ben Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, prince héritier, Vice-Premier ministre, ministre de la Défense du Royaume d’Arabie saoudite. Cette rencontre s’est déroulée en marge de la participation de Benabderrahmane, en qualité de représentant du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, au Sommet «Initiative du Moyen-Orient Vert».
A cette occasion, le Premier ministre a transmis à Mohamed Ben Salmane les salutations du président de la République à son frère le Serviteur des Lieux saints, le roi Salmane Ben Abdelaziz.
Outre la coordination des efforts visant à relever les défis climatiques, la rencontre a porté sur les perspectives de renforcement des relations bilatérales, dans le cadre des échéances importantes que les deux pays s’attellent à préparer. Les deux parties ont évoqué «la coordination des efforts concernant les questions régionales et internationales d’intérêt commun» à travers «le renforcement des mécanismes de concertation bilatérale et la coordination des positions, particulièrement au niveau de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour la stabilité et l’équilibre du marché international du pétrole».
Au terme de la rencontre, le prince héritier Mohamed Ben Salmane a chargé Benabderrahmane de transmettre «les salutations fraternelles» du Serviteur des Lieux saints, le roi Salmane Ben Abdelaziz, à son frère le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

EL MOUDJAHID

A. Benabderrahmane au Sommet «Initiative du Moyen-Orient Vert» : L’Algérie, acteur clé dans la dynamique de préservation de l’environnement

A. Benabderrahmane au Sommet «Initiative du Moyen-Orient Vert» : L’Algérie, acteur clé dans la dynamique de préservation de l’environnement

  • L’Algérie est pionnière en la matière à travers l’expérience du Grand Barrage vert
  • Nous disposons d’une large expérience qui peut être un modèle à suivre
  • Le Premier ministre, ministre des Finances, A. Benabderrahmane, regagne Alger

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a regagné Alger lundi soir, après sa participation en qualité de représentant du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, au Sommet «Initiative du Moyen-Orient Vert» qui s’est tenu à Riyadh (Arabie saoudite).

Dans une allocution prononcée lors des travaux du Sommet, le Premier ministre a rappelé que « pour l’Algérie, qui a ratifié nombre de conventions internationales visant la réduction des émissions de gaz et la lutte contre le réchauffement climatique, le traitement des questions climatiques doit reposer sur la nécessité pour les pays avancés d’assumer leur responsabilité historique en tenant compte des différences avec les pays en voie de développement ».
M. Benabderrahmane a insisté sur l’impératif de s’adapter afin de trouver des solutions scientifiques permettant de lutter contre les dangers qui menacent le monde.
Il a cité dans ce cadre les risques résultant des atteintes à l’équilibre écologique, du fait de l’exploitation irrationnelle des richesses naturelles dans une course économique inéquitable ayant conduit à des déséquilibres qui ont eu des répercussions désastreuses sur le climat.
Ces répercussions constitueront, à court et long termes, une véritable menace sur la vie des personnes et les économies des pays, a-t-il souligné.
« L’Algérie demeure pleinement disposée à soutenir l’Initiative (Moyen-Orient Vert) et toute initiative similaire à même de freiner le réchauffement climatique et de lutter contre la désertification, la sécheresse et les feux de forêt auxquels le monde arabe est exposé », a indiqué M. Benabderrahmane dans son allocution.
Dans ce cadre, le premier ministre a souligné l’importance accordée par l’Algérie, sous la direction du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à ce défi « et qui s’est traduit par la constitutionnalisation et la consécration des questions de l’environnement, du développement durable et de la préservation des ressources naturelles, outre ses politiques visant à relever tous les défis pertinents, booster le développement durable dans toutes ses dimensions » et « consolider davantage ses efforts pour assurer sa durabilité et pérennité pour les générations futures ».
Le Premier ministre a en outre souligné que l’Algérie « réitère son engagement à lutter contre le changement climatique et à jouer un rôle pivot » dans ce domaine, notamment à travers « son plan national sur le Climat 2020-2030 qui constitue un outil opérationnel pour l’application de la politique nationale décennale sur la lutte contre les changements climatiques et le développement de l’économie verte ».
Selon M. Benabderrahmane, cette politique repose sur la promotion de l’investissement dans le domaine du tri et du recyclage des déchets et dans les énergies renouvelables, et ce, à travers « la création de structures nationales spécialisées, et à leur tête le ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables ».
Après avoir salué « l’Initiative du Royaume d’Arabie saoudite, qui s’inscrit dans ses efforts qualitatifs judicieux visant à cristalliser une nouvelle vision commune, à unifier les efforts de protection de l’environnement et de lutte contre le changement climatique au Moyen-Orient et dans le monde », il a affirmé que « l’Algérie ne ménagera aucun effort pour adhérer à l’échange d’expériences réussies avec le Royaume et tous les pays qui visent à augmenter leur part des énergies propres dans leur économie ».
Au terme de son allocution, le Premier ministre a par ailleurs souligné que « l’Algérie se félicite d’être un acteur clé dans la dynamique internationale de préservation de l’environnement à travers sa participation à ce Sommet, outre son rôle dans les différents foras internationaux et régionaux dans ce domaine vital ».
A l’issue du sommet, le Premier ministre a indiqué dans une déclaration à la presse que « l’Algérie dispose d’une large expérience dont nous sommes fiers et qui peut être un modèle à suivre en matière de préservation du climat et de l’environnement », ajoutant que « l’Algérie est pionnière en la matière à travers l’expérience du ‘‘Grand Barrage vert’’ dont l’objectif était de stopper la désertification en plus de la préservation du climat et de l’environnement ».
Pour rappel, le Premier ministre a été reçu, en marge du sommet, par l’émir Mohamed Ben Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, prince héritier, Vice-Premier ministre, ministre de la Défense du Royaume d’Arabie saoudite, à qui il a transmis les salutations du Président de la République à son frère le Serviteur des Lieux saints, le roi Salmane Ben Abdelaziz.
Outre la coordination des efforts visant à relever les défis climatiques, la rencontre a porté sur les perspectives de renforcement des relations bilatérales, dans le cadre des échéances importantes que les deux pays s’attellent à préparer.
Les deux parties ont évoqué « la coordination des efforts concernant les questions régionales et internationales d’intérêt commun » à travers « le renforcement des mécanismes de concertation bilatérale et la coordination des positions, particulièrement au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour la stabilité et l’équilibre du marché international du pétrole ».
Au terme de la rencontre, le prince héritier Mohamed Ben Salmane a chargé Benabderrahmane de transmettre « les salutations fraternelles » du Serviteur des Lieux saints, le roi Salmane Ben Abdelaziz, à son frère le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.
Le Premier ministre s’est également entretenu avec la Cheffe du gouvernement tunisien, Najla Bouden.
La rencontre a permis aux deux parties de « mettre en avant la qualité des relations bilatérales qui reflètent la profondeur des liens de coopération et de solidarité liant les deux pays frères et la volonté commune des deux Gouvernements d’œuvrer ensemble au renforcement et à la diversification de la coopération algéro-tunisienne, notamment à l’occasion des prochaines échéances importantes ».

EL MOUDJAHID

Massacres du 17 octobre 1961, Le Président Tebboune salue le rôle des anciens joueurs à l’étranger : L’amour de la patrie plus fort que la gloire

Massacres du 17 octobre 1961, Le Président Tebboune salue le rôle des anciens joueurs à l’étranger : L’amour de la patrie plus fort que la gloire

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a salué, hier, le rôle des anciennes stars de la sélection nationale à l’étranger dans la commémoration de la mémoire populaire, à travers l’organisation d’un match de gala dans la ville de Nanterre (France) par le mouvement associatif du 17 Octobre 1961.
«Je tiens à rendre hommage à toutes les anciennes stars de notre sélection nationale qui portent toujours dans leur cœur le poids des épreuves historiques du pays. Le match de gala organisé à Nanterre (France) par le mouvement associatif du 17 Octobre 1961 en commémoration de l’anniversaire des massacres était une initiative sportive louable. Je tiens à vous adresser, au nom de tous les Algériens et en mon nom personnel, mes vifs remerciements», a écrit le Président Tebboune sur son compte Twitter.

Une histoire d’engagement pour la patrie

Elles étaient (presque) toutes là, les anciennes gloires et stars adulées de la sélection nationale de football. Les Korichi, Djadaoui, Dahleb, Tlemçani, Neggazi, Fetahine… ont rechaussé, de nouveau, les crampons pour un match de gala organisé au stade de Nanterre, ex-banlieue parisienne, anciennement réputée fief de l’émigration algérienne. Match de gala, mais pas que ! L’évènement, concocté par les associations de la diaspora, entendait surtout rendre hommage aux victimes algériennes du massacre du 17 Octobre 1961. Toutes ces stars, qui ont forgé la gloire des Verts dans de prestigieuses compétitions internationales, ont été les dignes héritiers de la glorieuse équipe du FLN qui a porté le combat libérateur à travers les pelouses de nombreux stades de la planète.

El moudjahid

Traitement des questions climatiques: impératif pour les pays avancés d’assumer leur responsabilité historique

Traitement des questions climatiques: impératif pour les pays avancés d’assumer leur responsabilité historique

RIYADH- Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a affirmé, lundi depuis Riyadh (Arabie Saoudite), que le traitement des questions climatiques doit reposer sur « la nécessité pour les pays avancés d’assumer leur responsabilité historique », tout en prenant en considération « les différences » entre ces pays et les pays en voie de développement.
Dans une allocution prononcée lors des travaux du Sommet « Initiative du Moyen-Orient Vert », en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le Premier ministre a fait savoir que « l’Algérie, qui a ratifié nombre de conventions internationales visant la réduction des émissions de gaz et la lutte contre le réchauffement climatique, affirme que le traitement des questions climatiques doit reposer sur la nécessité pour les pays avancés d’assumer leur responsabilité historique en prenant en considération les différences entre ces pays et les pays en voie de développement ».

Rappelant la tenue de cette réunion dans une conjoncture particulière que traverse tous les pays du monde en raison de la pandémie du covid-19 qui nous met face à de nouveaux défis qui s’ajoutent aux dossiers et aux questions qui préoccupent nos Gouvernements et nos peuples, M. Benabderrahmane a insisté sur l’impératif de s’adapter afin de trouver des solutions scientifiques permettant de lutter contre les risques qui menacent le monde.

Il a cité dans ce cadre les risques résultant des atteintes à l’équilibre écologique du fait de l’exploitation irrationnelle des richesses naturelles dans une course économique inéquitable ayant conduit à des déséquilibres qui ont eu des répercussions désastreuses sur le climat.

Ces répercussions constitueront, sur les court et long termes, une véritable menace sur la vie des personnes et les économies des pays, a-t-il conclu.

Goudjil reçoit l’ambassadeur de l’Etat de Palestine en Algérie

Goudjil reçoit l’ambassadeur de l’Etat de Palestine en Algérie

ALGER- Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil a reçu, lundi au siège du Conseil, l’ambassadeur de l’Etat de Palestine en Algérie, Amine Makboul qui lui a rendu une visite d’adieu, a indiqué un communiqué du Conseil.
La rencontre a permis de passer en revue « les relations historiques entre les deux pays et les derniers développements sur la scène palestinienne ».

A cette occasion, l’ambassadeur palestinien s’est félicité des relations « historiques séculaires » unissant l’Algérie et la Palestine, exprimant « sa reconnaissance à l’Algérie sous la direction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui soutient la libre décision palestinienne et rejette toute forme de normalisation avec l’entité sioniste ».

« La position algérienne officielle et populaire a toujours été constante et authentique, ce qui a consolidé la résistance et la lutte du peuple palestinien, à travers toutes les étapes traversées par la cause palestinienne contre l’arrogance de l’entité sioniste et sa politique visant à imposer l’exode au peuple palestinien à travers la judaïsation, l’expansion de colonies et l’aliénation des vestiges religieux et historiques de la Palestine », a-t-il soutenu.
Le président du Conseil de la nation a souligné, quant à lui, « l’importance de la lutte et de l’unité des rangs palestiniens », car il s’agit là, selon lui, de l’unique voie de réaliser les espoirs et aspirations du peuple palestinien à déjouer et mettre en échec les plans sionistes dissimulés derrière les slogans de normalisation pour anéantir les fondements de la cause palestinienne qui a toujours été la cause de la Nation ».

M.Goudjil a insisté, dans ce sens, sur l’importance de l’unité nationale palestinienne pour réaliser les aspirations légitimes du peuple palestinien à la libération et à l’édification de l’Etat palestinien indépendant avec El Qods pour capitale », réaffirmant « la position de l’Algérie représentée par ses responsables et son peuple vis-à-vis de la centralité de la cause palestinienne pour les nations arabes et musulmanes ».

Enfin, le président du Conseil de la nation a mis en avant l’importance de « la solidarité, de la coordination et de l’action agissante à tous les niveaux, arabe, musulman et international pour mettre fin à cette souffrance et protéger les droits du peuple palestinien, en empêchant les agressions et les violations ciblant le peuple palestinien et ses symboles sacrés ».

APS..