Le ministre des Transports, Aïssa Bekkaï, a effectué, hier, une visite d’inspection au niveau du métro d’Alger, au cours de laquelle il s’est enquis des conditions logistiques et sanitaires mises en place, à la veille de la reprise de son activité. Accompagné par des cadres du secteur et du directeur général de l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA), Ali Arezki, M. Bekkaï a entamé sa visite par l’inspection du Poste Central de Commandement du métro d’Alger, au niveau du Ruisseau, où il a reçu des informations détaillées sur les systèmes de gestion et de contrôle du trafic, ainsi que les principales dispositions prises afin d’assurer la sécurité et le respect du protocole sanitaire. Selon les explications fournies, la gestion, l’exploitation et la maintenance du métro seront assurées par la Société d’exploitation de maintenance du Métro d’Alger (Métro El-Djazaïr), s’appuyant entièrement sur des équipes algériennes sans le recours à l’expertise étrangère. Outre la mobilisation des caméras de surveillance et plus de 150 agents de l’EMA afin de gérer les flux des voyageurs et le respect des consignes sanitaires (port du masque et distanciation physique), les responsables du Métro ont assuré que les agents de la police seront également sollicités. Le ministre a insisté sur «le respect strict des consignes sanitaires», affirmant que les pouvoirs publics tiennent à la «réussite» de cette reprise, ainsi qu’à la préservation de la santé des citoyens et à éviter la propagation du Coronavirus. En ce qui concerne la gestion du trafic du métro, il a été souligné, lors de cette visite, que seulement 50% des capacités de transport de chaque rame seront exploitées, avec une intervalle d’attente entre chaque rame fixé à 4 minutes et 30 secondes, et ce pour éviter l’entassement des usages à l’intérieur des trains et sur les quais. Durant son inspection, M. Bekkaï et la délégation ont effectué le déplacement à la station de la place des Martyrs, en vue de prendre connaissance de toutes les dispositions prises dans la perspective de la reprise de l’activité, notamment au niveau des agences de vente de tickets, des entrées principales des stations, où des systèmes de balisage et des marquages au sol ont été déjà mis en place. S’exprimant lors d’un point de presse, le ministre des Transports a souligné que sa visite d’inspection intervient conformément aux instructions du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, et en exécution de la décision du président de la République portant sur la reprise du trafic du Métro d’Alger. Selon M. Bekkaï, la reprise intervient à l’occasion de la rentrée sociale, en vue de fluidifier le trafic routier à Alger et de permettre aux citoyens de se déplacer sans contraintes. Estimant que la gestion et l’exploitation du métro d’Alger par des équipes algériennes constituent «une grande réalisation», le ministre a réitéré la volonté des pouvoirs publics d’étendre le tracé du métro jusqu’à la commune de Baraki et vers l’aéroport Houari-Boumediène. Se félicitant que les travaux d’extension soient réalisés par des entreprises algériennes, il a affirmé que ces deux projets seront réceptionnés respectivement en 2024 et 2026.

Un dispositif sécuritaire de la DGSN

Par ailleurs, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a mis en place un plan sécuritaire pour la sécurisation du Métro d’Alger, dont l’activité reprendra jeudi. Ce plan prévoit «la mobilisation de formations sécuritaires fixes et mobiles, comportant 300 policiers formés répartis sur toute la ligne du Métro, y compris les entrées et sorties, et dotés des différentes techniques modernes à même de faciliter le contrôle et la sécurisation».

EL MOUDJAHID