Algérie-Danemark: le renforcement de la coopération en matière de production et d’importation des médicaments examiné

Algérie-Danemark: le renforcement de la coopération en matière de production et d’importation des médicaments examiné

ALGER- Le directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), Ali Aoun a examiné mercredi, avec l’ambassadrice du Danemark en Algérie, Vanessa Vega Saenz, les voies et moyens de renforcer la coopération et le partenariat en matière de production et d’importation des médicaments.
La rencontre qui s’est déroulée en présence de la conseillère à l’ambassade de Danemark, a permis de mettre en avant le niveau de coopération et l’échange d’expériences dans le domaine des médicaments et d’examiner les voies et moyens de renforcer le partenariat en matière de production et d’importation des médicaments, a précisé le communiqué de la PCH.

Il a été convenu, dans ce cadre, de « procéder au lancement des mesures facilitant l’importation des médicaments dans les plus brefs délais », a ajouté le document.

Rappelant « la présence des laboratoires danois en Algérie depuis plus de 80 ans », M. Aoun a souligné la nécessité de « renforcer le partenariat entre la PCH et le laboratoire Novo Nordisk et d’autres dans le domaine de la production et de l’importation des médicaments, notamment ceux des maladies rares et autres pathologies ».

Pour sa part, la diplomate danoise a mis en avant « l’importance accordée par les deux gouvernements algérien et danois à la politique sanitaire, en particulier au domaine des médicaments ». APS..

Lancement de la 3e édition du concours national sur les droits de l’enfant

Lancement de la 3e édition du concours national sur les droits de l’enfant

ALGER- La troisième édition du concours national sur les droits de l’enfant a été lancée, mercredi à Alger, sous le slogan « sois créatif », à l’occasion de la journée mondiale de l’enfance célébrée le 1er juin.
Le lancement de ce concours a eu lieu lors d’une rencontre sur l’intérêt suprême de l’enfant organisée sous la supervision de la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji et de la Déléguée nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, Meriem Cherfi, en présence de nombre de ministres et de représentants de différents instances et secteurs ainsi que de la société civile.

Selon les organisateurs, ce concours vise à renforcer la participation des enfants aux différents domaines d’expression dont l’écriture, le dessin et le chant. Les résultats seront dévoilés le 15 juillet prochain lors de la célébration de la journée nationale de l’enfance.

Intervenant à l’occasion, Mme. Cherfi a mis en avant l’intérêt « particulier » accordé par l’Etat à l’enfance, rappelant l’arsenal juridique mis en place à cet effet en vue de leur « garantir une vie décente et les protéger de toutes formes de violence, d’agression, d’exploitation et autres dangers ».
Toute personne qui viole les droits de l’enfant est punie par la loi, a-t-elle affirmé.

Mettant en exergue le dernier amendement de la Constitution qui « a renforcé les droits de l’enfant avec la consécration du principe de l’intérêt suprême de l’enfant », Mme Cherfi a qualifié la loi relative à la protection de l’enfant du 15 juillet 2015 d' »acquis qualitatif » qui s’ajoute à d’autres réalisés en la matière.

Elle a également fait état d’une stratégie nationale à l’horizon 2026, considéré comme une feuille de route fixant les priorités visant à améliorer le statut de l’enfant.

De son côté, Mme Mouloudji a affirmé que la protection et la promotion des droits de l’enfant est « une responsabilité continue et une mission qui s’inscrit dans le temps », indiquant que le secteur de la Culture et des Arts s’intéresse aussi au développement des capacités de l’enfant.

De surcroît, le département de Mme Mouloudji œuvre à « consolider les capacités d’innovation chez les petits et à élargir le champ de la pratique artistique correspondant à leurs spécificités et à leurs exigences ».

Des ateliers de théâtre, de chant artistique, d’enseignement de la musique, de dessin et d’écriture sont organisés par le ministère de la Culture, en plus des concours programmés pour découvrir les jeunes talents, puis les accompagner, a précisé Mme Mouloudji, rappelant, par la même, les instructions données pour la programmation de plusieurs événements littéraires et artistiques de manière régulière au profit des enfants ».
Intervenant à cette occasion, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Algérie, Alejandro Alvarez s’est félicité des efforts de l’Algérie dans le domaine de l’enfance, saluant la promulgation, le 15 juillet 2015, de la loi relative à la protection de l’enfant. APS..

La présidente du CRA rend visite aux enfants hospitalisés à Alger

La présidente du CRA rend visite aux enfants hospitalisés à Alger

ALGER – La Présidente du Croissant-rouge algérien (CRA), Ibtissem Hamlaoui, a effectué mercredi, à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, une visite dans nombre d’établissements hospitaliers, en signe de solidarité avec les enfants cancéreux.
Lors de cette visite effectuée par la présidente du CRA, en compagnie de bénévoles, dans plusieurs services de pédiatrie dans le centre hospitalo-universitaire Mustapha-Pacha et l’hôpital Djillali-Belkhenchir à El Biar, des cadeaux symboliques ont été distribués aux enfants malades, en vue d’alléger leur souffrance et d’exprimier une solidarité avec leurs parents.

Mme Hamlaoui a annoncé, dans une déclaration à la presse au terme de cette visite, le lancement par le CRA du numéro vert « 10-05 », en vue de le mettre à la disposition des personnes nécessiteuses en vue de leur apporter l’aide indispensable selon les moyens disponibles au niveau de son instance humanitaire.

Elle a, à cet égard, appelé les bienfaiteurs et les entreprises algériennes à soutenir le CRA dans ses missions à caractère humanitaire.

Pour la présidente du CRA, cette visite se veut une opportunité de s’enquérir des conditions d’hospitalisation des enfants et d’apporter des aides à leurs familles qui viennent parfois de wilayas lointaines. APS

Stockholm+50 : une occasion pour évaluer les efforts mondiaux pour le traitement des crises du climat et de l’environnement

Stockholm+50 : une occasion pour évaluer les efforts mondiaux pour le traitement des crises du climat et de l’environnement

ALGER- Cinquante ans après la tenue de la 1ère Conférence des Nations Unies sur l’environnement, la capitale suédoise Stockholm abritera à partir de jeudi une Réunion internationale de haut niveau convoquée par l’Assemblée générale de l’ONU pour évaluer les efforts mondiaux en matière de traitement des crises du climat et de l’environnement et cinq décennies de travail dans ce sens.
Le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane participera en qualité de représentant du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à cette réunion placée sous le thème « Stockholm+50: une planète saine pour la prospérité de toutes et tous -notre responsabilité, notre chance ».

Les représentants de plusieurs pays du monde veilleront lors de cette réunion à mettre en exergue l’importance d’adopter un mode de vie durable et en harmonie avec la nature et l’impératif de poursuivre l’action environnementale internationale pour renforcer la diplomatie environnementale et les normes, voire les pratiques environnementales saines.

Cet évènement international organisé par l’ONU vise, selon un communiqué des services du Premier ministre, à « encourager l’adoption de plans de relance écologiques à la suite de la Covid-19 et à servir de tremplin pour accélérer la mise en œuvre de la +Décennie d’action+ des Nations unies en vue de réaliser les objectifs de développement durable, y compris le programme de développement durable à l’horizon 2030, l’Accord de Paris sur les changements climatiques et le cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 ».

La Réunion Stockholm+50 devrait insuffler une nouvelle dynamique en termes de conscience environnementale pour maintenir durant le prochain demi-siècle le travail engagé il y a cinq décennies.

Une réunion préparatoire à cet évènement s’est tenue le 28 mars dernier au siège de l’ONU à New York, à laquelle ont été conviés des pays membres de l’ONU, des agences onusiennes et des parties aux conférences environnementales multipartites dans le cadre de consultations nationales visant à promouvoir un dialogue national global sur la dimension environnementale des objectifs de développement durable et à élaborer des recommandations pour une planète saine pour la prospérité de toutes et tous.

La capitale suédoise abritera le 5 juin les festivités organisées à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement 2022, sous le thème « Une seule terre », soit le même thème retenu depuis 50 ans, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les célébrations de cette journée ont évolué au fil des années pour devenir la plus grande plateforme mondiale de sensibilisation à l’environnement, célébrée par des millions de personnes à travers le monde.

A la veille de cette célébration, Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), a mis en garde qu’au moment où le monde tentait de dépasser la courbe de danger concernant la pandémie de Covid-19, « nous sommes toujours confrontés aux trois crises planétaires, à savoir le changement climatique, la perte de la biodiversité et la pollution ».

 

La Déclaration de Stockholm de 1972 élabore les principes de la bonne gestion de l’environnement

 

La Conférence des Nations Unies sur l’environnement s’est tenue à Stockholm du 5 au 16 juin 1972 et a adopté la « Déclaration de Stockholm sur l’environnement ». La Conférence a également donné lieu à la création du Programme des Nations Unies pour l’environnement et à l’institution du 5 juin de chaque année « Journée mondiale de l’environnement ».

Il s’agissait de la première conférence mondiale ayant fait de l’environnement une question majeure et permis d’adopter une série de principes pour une meilleure gestion de l’environnement, dont la Déclaration du « Plan d’action de Stockholm » qui définissait des principes pour la préservation et le renforcement de l’environnement humain, en sus de la formulation de recommandations pour l’action environnementale internationale.

La Conférence a également abouti à la création du Programme des Nations Unies pour l’environnement, le premier programme des Nations Unies dédié exclusivement aux questions environnementales, et qui a coordonné, pendant 50 ans, un effort mondial pour faire face aux plus grands défis environnementaux de la planète.

Parmi les plus importantes réalisations du programme au cours de ces 50 dernières années, figure l’inscription de l’environnement à l’agenda gouvernemental et international, et l’élaboration d’un cadre juridique à travers des dizaines d’accords et de traités internationaux, notamment en ce qui concerne la pollution, les déchets, la désertification, la biodiversité et le changement climatique.

La Conférence de Stockholm de 1972 a encouragé la création de ministères et d’agences environnementales dans le monde entier et lancé une série de nouveaux accords mondiaux pour protéger collectivement l’environnement.

La Déclaration, qui contenait 26 principes, a placé les questions écologiques au rang des préoccupations internationales et a marqué le début d’un dialogue entre les pays industrialisés et pays en développement concernant le lien qui existe entre la croissance économique, la pollution et l’indivis mondial (l’air, l’eau, les océans), et le bien-être des peuples dans le monde entier.

Le Plan d’action contient, quant à lui, trois grandes catégories, à savoir le programme mondial d’évaluation de l’environnement (plan de vigie), les activités de gestion de l’environnement, et les mesures internationales visant à étayer les activités d’évaluation et de gestion menées aux niveaux national et international. Ces catégories se déclinent en 109 recommandations émises. APS..

Belaribi inspecte le Complexe olympique d’Oran à la veille des JM

Belaribi inspecte le Complexe olympique d’Oran à la veille des JM

ALGER- Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Mohamed Tarek Belaribi, a effectué mercredi une visite d’inspection au Complexe olympique de la wilaya d’Oran à la veille des Jeux méditerranéens (JM) 2022, a indiqué un communiqué du ministère.
Au cours de cette visite, M. Belaribi, qui était accompagné du wali d’Oran, Saïd Sayoud, et de cadres du secteur, a salué les efforts consentis par les responsables du projet, notamment les cadres de la direction des équipements publics de la wilaya d’Oran, qui, a-t-il dit, « n’ont ménagé aucun effort pour achever le projet dans les délais impartis », a précisé le communiqué.

A cette occasion, le ministre de l’Habitat a passé en revue le rapport final relatif aux essais techniques pour la mise en service de ce Complexe olympique. Toutes les structures techniques ont été testées et les essais se sont révélés « concluants à 100% ».

M.Belaribi a inspecté toutes les structures de cette installation sportive, dont le nouveau stade de football, les piscines olympiques et la salle omnisports prête à accueillir les compétitions internationales.

Au cours de sa visite d’inspection, le ministre du secteur a reçu des explications sur les préparatifs au niveau des installations sportives et des nouvelles structures réalisées qui entreront en service à l’occasion des Jeux Méditerranéens.

Cette visite intervient à la veille de l’ouverture officielle de la 19e édition des Jeux Méditerranéens, prévue à Oran du 25 juin au 6 juillet. APS..