Accidents de la circulation: 46 morts et 1535 blessés en une semaine

Accidents de la circulation: 46 morts et 1535 blessés en une semaine

ALGER – Quarante-six personnes ont trouvé la mort et 1535 autres ont été blessées dans 1209 accidents de la circulation survenus dans plusieurs wilayas du pays durant  la période du 8 au 14 mai, indique mardi un bilan de la Protection civile.
Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la wilaya d’El Oued avec 8 morts et 33 blessés dans 23 accidents, précise la même source.

Par ailleurs, les équipes de secours la Protection civile qui ont effectué 839 interventions, ont procédé à l’extinction de 523 incendies urbains, industriels et autres, les plus importants ayant été enregistrés dans la wilaya d’Alger avec 78 interventions pour l’extinction de 44 incendies.

Pour ce qui est opérations diverses, 6041 interventions ont été effectuées durant la même période pour l’exécution de 5291 opérations d’assistance aux personnes, ainsi que le sauvetage de 747 personnes en danger, ajoute la même source. APS..

Installation des nouveaux membres du Conseil national des arts et des lettres

Installation des nouveaux membres du Conseil national des arts et des lettres

ALGER – La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a procédé mardi à Alger à l’installation des nouveaux membres du Conseil national des arts et des lettres (Cnal), présidé par l’académicien et critique littéraire, Abdelmalek Mourtadh.
Composé de 13 membres, dont des représentants des ministères de la Culture et des Arts, et du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, le conseil réunit des plasticiens, musiciens, comédiens de théâtre et de cinéma et des figures du monde des arts et de la culture.

Parmi les nouveaux membres désignés au sein de cette instance consultative, figurent le metteur en scène Missoum Laaroussi, vice-président et représentant du ministère de la Culture et des Art et Lazreg Mohamed-Salah, également vice-président et représentant du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.
Le cinéaste Ali Mouzaoui, la chorégraphe Nouara Idami, le chef d’orchestre Lotfi Saïdi ou encore la plasticienne Djazia Cherih,  comptent aussi parmi les nouveaux membres désignés du Cnal.

La nouvelle composante du Cnal compte également les comédiens Bahia Rachedi, Samir Bouannani, Ilyes Benbakir, le chanteur et danseur Hakim Salhi et les universitaires Djazia Fergani et Mechri Benkhelifa.

S’exprimant lors de cette cérémonie, la ministre de la Culture et des Arts, a mis en exergue « le rôle important de l’artiste dans l’accompagnement des mutations et changements sociaux et la préservation de l’identité algérienne ».

« Le renforcement du rôle et de la place des artistes ne peut se faire que par la valorisation de leurs compétences et l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles qui seront prises en charge dans le cadre du Cnal », a affirmé Soraya Mouloudji.

Pour sa part, le nouveau président du Conseil,  Abdelmalek Mourtadh , a assuré « ne ménager aucun effort » pour remplir l’ensemble des tâches qui lui sont confiées, et que des propositions de réformes peuvent être introduites à ce conseil consultatif.

Créé en 2011 par décret exécutif, le Conseil national des arts et des lettres est placé sous tutelle du ministère de la Culture. Il est composé de treize membres dont des personnalités du monde des arts et des lettres. APS..

Kheireddine Barbari : « Le TAC 2022 servira de répétition en prévision des JM d’Oran »

Kheireddine Barbari : « Le TAC 2022 servira de répétition en prévision des JM d’Oran »

ALGER- La Médiation internationale au Mali a tenu une nouvelle réunion pour examiner l’état de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.
« Lors de cette rencontre présidée par l’Ambassadeur Boudjemaa Delmi, représentant de l’Algérie, Chef de file de la Médiation internationale, (les participants) ont été informés des consultations, conduites par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la MINUSMA, avec les parties signataires, et ce, conformément aux conclusions de la rencontre tenue le 20 avril dernier », indique un communiqué de la Médiation.

A cet égard, les membres de la Médiation internationale ont « constaté la poursuite des échanges entre les parties sur les termes de référence de la réunion décisionnelle de haut niveau, agréée lors de la 45ème session du Comité de suivi de l’Accord de paix (CSA) tenue le 5 octobre 2021 (et) ont fortement encouragé les parties maliennes à finaliser au plus vite ces échanges, en faisant preuve de l’esprit d’ouverture requis ».

Ils ont rappelé, en outre, l’importance cruciale que revêt la réunion décisionnelle de haut niveau qui devrait permettre de régler la question du DDR global (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion) sur la base de l’offre faite par le Gouvernement d’intégrer, en deux vagues et sur une période de deux à trois ans, 26.000 ex-combattants, ainsi que d’aborder les réformes institutionnelles qu’appelle l’application pleine et entière de l’Accord de paix.

Les membres de la Médiation internationale se sont également « félicités de la disponibilité de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unis pour la stabilisation au Mali) à apporter un soutien logistique, technique, financier et politique pour la réussite de la réunion décisionnelle de haut niveau ».

Rappelant que l’Accord de paix entre dans sa 7ème année, et relevant, au passage, le retard considérable accusé dans sa mise en œuvre, les membres de la Médiation internationale ont, encore une fois, souligné « la nécessité, pour les parties maliennes, d’honorer pleinement et avec l’urgence, qu’appelle la situation, leurs engagements ».

« Il est, en effet, impératif que les populations puissent enfin jouir des dividendes tant attendus de la paix, y compris la fin de la violence multiforme qui affecte de nombreux civils en différents endroits du Mali, en particulier, et du Sahel, plus généralement, le respect des droits de l’homme et la lutte contre l’impunité », souligne le communiqué.

Ainsi, les membres de la Médiation internationale ont réaffirmé que « la mise en œuvre diligente et effective de l’Accord de paix demeure une des conditions essentielles pour le retour de la paix et la stabilisation, dans la durée » au Mali.

Ils ont également réaffirmé « leur intention, dans la période à venir, de renforcer leurs interactions avec les parties maliennes, à travers une série d’actions spécifiques ».

« Il s’agira, ce faisant, de réitérer la nécessité d’avancées rapides, ainsi que leur engagement à jouer pleinement leur rôle de garant de l’Accord de paix et à accompagner, dans ce cadre, toute volonté sincère œuvrant à faire avancer le processus de paix », ajoute le communiqué.

Les membres de la Médiation internationale ont, dans le même élan, souligné « le rôle essentiel, confié à l’Observateur indépendant au terme des dispositions pertinentes de l’Accord de paix ».

A cet égard, les membres de la Médiation « ont marqué leur appréciation de la récente visite à Bamako du Président du Conseil d’administration du Centre Carter, Jason Carter », et salué l’engagement inconditionnel et ferme du gouvernement malien à mettre en œuvre l’Accord pour la paix. Une volonté que Jason Carter a déclaré avoir ressenti à travers ses entretiens avec le président de la Transition, le Colonel Assimi Goita.

« Les membres de la Médiation ont convenu de se réunir à nouveau dans les deux à trois prochaines semaines, pour faire le point de la situation », conclut le communiqué. APS..

Les représentants algériens aux JM d’Oran sélectionnés pendant le Tour d’Algérie

Les représentants algériens aux JM d’Oran sélectionnés pendant le Tour d’Algérie

ALGER- Les huit cyclistes algériens qui représenteront les couleurs nationales aux prochains Jeux méditerranéens, seront sélectionnés lors du Tour d’Algérie qui se déroulera du 21 au 27 mai courant, entre Alger et Oran, a annoncé mardi le président de la Fédération algérienne de la discipline, Kheir-Eddine Barbari.
« Le Tour d’Algérie Cycliste sera l’occasion pour le staff technique national d’arrêter la liste des huit athlètes qui représenteront l’Algérie aux prochains Jeux méditerranéens » a indiqué le premier responsable de la FAC, au Forum « de la presse sportive nationale « , initié par l’Organisation nationale des journalistes sportifs algériens (ONJSA), tenu mardi à la salle de conférences du stade 5-Juillet.

Certes, les habituels représentants nationaux dans cette discipline sont relativement connus, notamment, les vieux briscards comme Azeddine Lagab, Nassim Saïdi et Hamza Yacine, mais Barbari a laissé entendre que la possibilité de voir de nouvelles têtes parmi les anciens n’est pas à exclure.

« L’objectif est de bien représenter les couleurs nationales aux JM d’Oran, ce qui passe d’abord par le choix des coureurs les plus en forme et qui sont les mieux habilités à réussir de bons résultats. Différentes sélections nationales (Senior, U23 et militaire) seront engagées dans le Tour d’Algérie et c’est ce qui devrait procurer un large éventail au sélectionneur national pour faire un choix » a expliqué Barbabi.

Les épreuves de cyclisme inscrites au programme des JM d’Oran coïncideront jour pour jour avec le coup d’envoi du Tour De France 2022, prévu également au tout début du mois de juillet prochain, mais selon le premier responsable de la FAC, cette situation ne devrait pas influer négativement sur Jeux, de quelle manière que ce soit.

« Certes, plusieurs cyclistes d’élite français, italiens et espagnols vont privilégier le Tour De France, qui est le troisième évènement sportif le plus suivi à travers le monde, après les Jeux olympiques d’été et la Coupe du monde de football, mais ces pays possèdent tellement de bons cyclistes qu’ils pourront tous aligner des équipes redoutables à Oran » a-t-il appréhendé.

« En plus, sur les 160 athlètes qui seront engagés dans les différentes épreuves des JM, seuls les trois premiers pourront prétendre à des médailles, faisant que la lutte sera vraiment féroce, pour éviter de se retrouver parmi les 157 cyclistes qui malgré tous leurs efforts devront rentrer chez eux bredouille » a-t-il ajouté.

Barbari a tenu à attirer l’attention également sur « les petits détails, qui pourraient faire de grandes différences », comme la qualité du matériel et les prestations proposées par les mécaniciens.

A ce propos, le président de la FAC a assuré qu’au cours des dernières années, les cyclistes algériens ont acquis des vélos à la pointe de la technologie, qui dépassent les 100 millions de centimes/pièce.

« Jusqu’à présent, tout a été mis en œuvre pour mettre nos athlètes dans les meilleures conditions possibles, et le Tour d’Algérie sera le cerise sur le gâteau, car il leur permettra d’explorer le parcours des JM avant plusieurs autres nations participantes.

« Certes, on aurait voulu accueillir un plus grand nombre de participants à ce TAC-2022, mais la conjoncture en a voulu autrement. D’ailleurs, cela fait à peine trois mois que nous avons réussi à inscrire cette compétition dans le calendrier de l’Union cycliste internationale (UCI), et c’était uniquement en tant que test-event en prévision des JM. Ce qui n’était pas sans conséquences, particulièrement l’annonce tardive d’organiser ce TAC du 20 au 27 mai, car plusieurs potentiels participants s’étaient déjà inscrits dans d’autres compétitions » a-t-il encore détaillé.

Toujours concernant le Tour d’Algérie, Barbari a annoncé que parmi les nouveautés qui caractériseront cette édition 2022, l’arbitrage et les photos-finish, qui seront  assurées par des Algériens, alors que par le passé, la fédération faisait appel à des étrangers.

« Les investissements qui ont été faits au cours des dernières années, particulièrement dans le facteur humain, notamment, à travers la formation de nouveaux arbitres, suivant les dernières règles en vigueur, a permis de disposer d’équipes suffisamment compétentes pour pouvoir assurer la couverture de ce genre d’évènement, sans faire appel à des compétences étrangères » a-t-il ajouté.

Autre nouveauté dans TAC-2022, l’organisation de mini-compétitions, particulièrement au profit des plus jeunes, et ce, dans chaque ville par laquelle passera le Tour, afin de vulgariser la discipline.

 

Cyclisme-Tour d’Algérie: l’édition 2022 en chiffres

 

L’édition 2022 du Tour d’Algérie Cycliste se déroulera en sept étapes, du 21 au 27 mai courant, entre Alger et Oran, avec la participation d’un certain nombre d’équipes et de sélections étrangères.

Chez les clubs, se sont les Emirats arabes unis qui seront à l’honneur, avec pas moins de trois représentants, à savoir : les équipes de Dubaï Police, Al-Shafar Team et Abu Dhabi Cycling Team.

Il y aura également la formation saoudienne d’Essalam et son homologue française All Cycles, alors que côté sélections nationales, il y aura celles de Tunisie, d’Egypte et de Libye.

Pour sa part, l’Algérie, pays hôte de l’évènement sera représenté par les sélections nationales seniors, U23 et militaire, ainsi que par les équipes du MC Alger et quelques sélections régionales, de l’Est, de l’Ouest et du Centre.

La dernière édition du Tour d’Algérie Cycliste remonte à 2018, car la compétition n’a plus été organisée pendant la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

 

Le 20 mai: Grand Prix de la Ville d’Alger

Le 21 mai: (1re étape) Prologue Chefa – Blida 7,5 km

Le 22 mai: (2e étape) Blida – Chlef 150 km

Le 23 mai: (3e étape) Chlef – Mostaganem 129,2 km

Le 24 mai: (4e étape) Mostaganem – Oran 106 km

Le 25 mai: (5e étape) Oran – Oran 154 km

Le 26 mai: (6e étape) Oran – Contre-la-montre individuel 25 km

Le 27 mai: (7e étape) Alger – Critérium de la ville d’Alger 78 km (1,3km x 60). APS..

Allègement de sanctions américaines contre Cuba La Havane : « un petit pas dans la bonne direction »

Allègement de sanctions américaines contre Cuba La Havane : « un petit pas dans la bonne direction »

Le gouvernement cubain a salué lundi comme « un petit pas dans la bonne direction » la levée par l’administration américaine d’une série de restrictions visant le pays, mais souligné que cela « ne modifie pas l’embargo » en vigueur depuis 1962. « L’annonce du gouvernement américain est un petit pas dans la bonne direction », mais « ni les objectifs ni les principaux instruments de la politique des Etats-Unis contre Cuba, qui est un échec, ne changent », a réagi sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez. L’administration du président Joe Biden a annoncé lundi la levée d’une série de restrictions visant Cuba, notamment sur les procédures d’immigration, les transferts d’argent et les liaisons aériennes. Ce sont des « mesures positives, mais de portée très limitée », a également estimé le chef de la diplomatie cubaine dans une déclaration publiée sur le site du ministère.