Ouverture des travaux du premier séminaire international des amis de la Révolution algérienne

Ouverture des travaux du premier séminaire international des amis de la Révolution algérienne

Le premier ministre Aymen BEN ABDERRAHMEN a lancé aujourd’hui l’ouverture des travaux du séminaire international des amis de la révolution algérienne qui a été organisé par le ministère des Moudjahidines et des ayants droit en coordination avec le ministère des affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger sous le thème de « La Révolution algérienne, source de rayonnement des valeurs humaines, pont d’amitié entre les nations ».

Cet événement qui a été organisé sous le haut patronage du président de la République Monsieur Abdelmadjid TEBBOUNE, regroupera plus de 70 amis de la révolution algérienne qui aborderont plusieurs sujets liés aux valeurs humaines, aux cartes de la Révolution algérienne.

Les Amis de la Révolution seront honorés à cette occasion et en leur honneur seront organisées des visites touristiques de nombreux sites historiques.

FERRAH Assia

 

 

Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie

Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie

ALGER-Trois (3) nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19) ont été enregistrés, ces dernières 24 heures en Algérie, a indiqué lundi le ministère de la Santé dans un communiqué, précisant qu’aucun nouveau décès n’a été déploré.
Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 265.823, celui des décès et des guéris demeure inchangé, respectivement, 6.875 cas, et 178.374 cas.

Par ailleurs, aucun patient n’est actuellement en soins intensifs, ajoute la même source, notant que 46 wilayas n’ont enregistré aucun cas.

Le ministère de la Santé rappelle, par la même occasion, la nécessité de maintenir la vigilance, en respectant les règles d’hygiène, la distanciation physique et le port du masque.         APS…

Crespiaf, un point focal pour les anthropologues du continent africain

Crespiaf, un point focal pour les anthropologues du continent africain

ALGER – Opérationnel depuis 2018, le Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique (Crespiaf), un centre régional placé sous l’égide de l’Unesco, est un point focal pour tous les anthropologues africains et un centre rassembleur d’échange de connaissances émanant de la Déclaration d’Alger, sanctionnant le colloque sur l’anthropologie africaine organisé en 2009.
Dans le cadre de ce colloque tenu lors du second Festival culturel panafricain de 2009, les anthropologues du continent avaient recommandé la création d’une institution pérenne qui puisse servir de « lieu focal de rencontre et d’échange », un établissement rassembleur pour ces chercheurs sur le patrimoine culturel immatériel du continent.

Slimane Hachi, directeur du Crespiaf, a souligné que le ministère algérien de la Culture avait alors formulé à l’Unesco la demande de création d’un centre de catégorie 2 à Alger et que « deux autres candidats avaient émis la même demande ».

Il explique que le choix de l’Algérie était motivé par les rapports de faisabilité des experts dépêchés par l’Unesco et basés sur les critères de « l’importance de la densité patrimoniale, la politique publique et les textes juridiques de préservation du patrimoine, et l’existence d’institutions dédiées, de centres d’expertise et d’un potentiel important d’experts, chercheurs et enseignants ».

Ce rapport mentionne clairement que l’Algérie, premier signataire de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, « met en oeuvre la convention de 2003 depuis 1998 », rappelle Slimane Hachi.

Sis à la Villa Abdeltif, sur les hauteurs d’Alger, ce centre est le 7e du genre à l’échelle mondiale après ceux de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l’Iran, du Pérou et de la Bulgarie.

Le Crespiaf qui se réunit une fois par an, est constitué d’experts et de représentants d’instances spécialisées. Ce Centre est géré, administrativement, par l’Algérie qui lui assure un budget.

Le Crespiaf a pour mission de servir les objectifs stratégiques de l’Unesco en faveur de l’Afrique par l’appui aux compétences du continent en matière d’identification, d’inventaire, de recherche scientifique, de documentation et de sauvegarde du patrimoine immatériel.

Ce premier centre africain vise également à stimuler la coopération et les échanges d’expertise, à faciliter les échanges entres les musées et centres d’archives du continent, ou encore à créer une base de données et une meilleure connaissance du patrimoine immatériel en Afrique.

Le centre a assuré des sessions de formation en lien avec la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et l’élaboration de stratégies de sauvegarde et de dossiers de classement au profit de nombreux chercheurs du continent.

En 2018, le Crespiaf avait organisé la première exposition représentant tous les éléments du patrimoine immatériel africain classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, sous l’intitulé « Héritages culturels immatériels en Afrique ».

Le patrimoine immatériel algérien était représenté par tous les éléments classés à l’Unesco jusqu’à cette date: l’Ahellil du Gourara, le costume nuptial féminin de Tlemcen, l’Imzad (dossier international classé en 2013 au nom de l’Algérie, du mali et du Niger), le pèlerinage du Rakb de Sidi Cheikh, la fête de la Sebeïba de Djanet, et le Sbuâ de Timimoun.

Depuis 2018, l’Algérie a pris part à deux dossiers internationaux venus enrichir cette prestigieuse liste, les savoirs et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous et la calligraphie arabe. APS..

Campagne de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale

Campagne de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale

ALGER – Une campagne nationale de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale, a été lancée lundi par la direction générale de la Protection civile, indique un communiqué de la DGCP.
« Dans le cadre de la préparation de la campagne estivale 2022, la direction générale de la Protection civile, organise une campagne nationale de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale de l’année en cours et ce, à partir du 16 mai 2022, le coup d’envoi officiel devant être donné à partir des wilayas de Souk-Ahras, Sétif et Tiaret », précise la même source.

Au cours de cette campagne qui se poursuivra durant toute la saison estivale, plusieurs cas de risques liés à la saison estivale seront abordés, comme les dangers de la mer, les noyades dans les plans d’eau, la prévention contre les incendies de forêts, des récoltes et des palmeraies, l’envenimement scorpionique, les accidents de la circulation ainsi que les intoxications alimentaires, ajoute le communiqué, relevant que ce sera une occasion de sensibiliser les citoyens en leur fournissant des informations à même de réduire les risques liés à la saison estivale.

Pour ce faire, la direction générale de la Protection civile a prévu de mettre en place un programme « riche et diversifié » en coordination avec les différents organismes et mouvements associatifs en relation avec la gestion de la saison estivale, notamment les directions de wilaya du Tourisme, des forêts, du Commerce, de l’Agriculture, de la Jeunesse, la Santé ainsi que l’Agence nationale des barrages et les associations, en particulier les comités des villages.
Afin de concrétiser l’ensemble de ces actions, la direction générale de la Protection civile table sur une large diffusion de cette campagne de prévention et de sensibilisation, avec notamment une plus grande « implication des parents », alors qu’en ce qui concerne les feux et de récoltes, il est recommandé de sensibiliser les exploitants et mettre en place des moyens opérationnels comme les colonnes mobiles.

Dans le même sillage, la Protection civile appelle à l’organisation de caravanes de sensibilisation au niveau local en impliquant la société civile et en organisant des émissions thématiques en collaboration avec les Radios locales et les chaînes de télévision, tout en encourageant le secourisme de masse, considéré comme la première contribution du citoyen en matière de prise en charge des victimes en cas d’accidents.

Il est aussi suggéré d’organiser des portes ouvertes à travers les différentes unités de la Protection civile, avec un accompagnement médiatique sur le site web et les comptes de la Protection civile sur les différents réseaux sociaux, sans oublier de mettre à contribution les directions des Affaires religieuses et l’envoi des SMS de sensibilisation aux citoyens.

Pour rappel, durant la saison estivale 2021, la direction générale de Protection civile avait effectué 39727 interventions pour la prise en charge de 21715 accidents de la circulation ayant causé 647 morts et 27620 blessés.

Pour ce qui est du dispositif de surveillance des plages, 95 morts par noyade ont été déplorés, dont 53 dans des plage interdites et 42 dans des plages surveillées, dont 20 en dehors des heures de surveillance, alors que 84 morts ont été enregistrés dans des plans d’eau. Durant la même période, la Protection civile a effectué 36915 interventions ayant permis le sauvetage de 25855 personnes de noyade.

Le bilan fait état également de 9052 incendies (forêts, maquis, récoltes, arbres fruitiers, palmeraies) avec des pertes estimées de plus 100000 ha de couvert végétal.  APS..

Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places

Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places

CHLEF – Les stades dotés d’une capacité d’accueil de plus de 10.000 places vont bénéficier d’une opération de réhabilitation, a annoncé lundi à Chlef, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderezak Sebgag.
« Tous les stades du pays dont la capacité d’accueil dépasse les 10.000 places vont bénéficier de travaux de réhabilitation et de réaménagement », a déclaré M. Sebgag, en marge de l’inspection du stade de football « Mohamed Boumezrag », à la faveur d’une visite de travail dans la wilaya de Chlef.

Le ministre, qui a signalé que les opérations de diagnostic des stades de plus de 10.000 places, en vue de leur réaménagement, sont en cours, a annoncé le lancement « prochain » de cette réhabilitation à travers 10 à 15 wilaya, « à l’issue des séances d’arbitrage au niveau des services ministériels ».

Il a, à ce titre, souligné l’impératif de « repenser le parc national des stades disposant d’un important potentiel mais inexploité ce qui ne reflète pas le volume des investissements engagés par l’Etat dans le domaine ».

Inspectant le complexe sportif « Salaouatchi Mohamed » de la cité olympique, le ministre a donné son accord à la demande d’envoi d’une commission ministérielle d’enquête sur la gestion de cette structure, exprimée par des députés de la wilaya de Chlef, qui se trouvaient sur place, et qui ont évoqué une « corruption et une dilapidation de fonds publics ».

S’adressant aux représentants d’associations de jeunesse et sportives au siège de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW), M. Sebgag a souligné que cette réunion s’inscrit dans le cadre de « l’approche participative avec les acteurs de la société civile pour écouter les préoccupations du mouvement associatif ».

Le ministre s’est engagé à prendre en charge les préoccupations et doléances des représentants des associations locales sportives et de jeunesse, et à leur trouver des solutions, en coordination avec les autorités locales et centrales.

La visite du ministre se poursuivra vers les communes d’Ouled Farès, Chettia et Sendjas, où il inspectera la situation d’un nombre de structures et en inaugurera d’autres, avant de donner le coup d’envoi de la campagne de promotion des Jeux Méditerranéens Oran 2022.       APS…