De Mistura entame une visite dans les camps des réfugiés sahraouis

SMARA (camps de réfugiés sahraouis) – L’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura a entamé, samedi, sa visite dans les camps des réfugiés sahraouis à partir de la wilaya de Smara, deuxième étape de sa première tournée dans la région depuis sa nomination en novembre dernier.
Après l’accueil populaire qui lui a été réservé dans la wilaya de Smara, M. De Mistura a été reçu par la gouverneur de la wilaya, Mme Meriem Salek Ahmadah, ainsi que des membres de l’assemblée populaire de wilaya et des membres du bureau du conseil consultatif.

Lors de cette première journée de sa visite dans les camps des refugiés sahraouis, l’Envoyé du SG de l’ONU se rendra à l’école spécialisée (autisme), au centre pour personnes aux besoins spécifiques, ainsi qu’à l’hôpital régional, puis il ira dans la wilaya de Chahid El Hafedh, où il rencontrera le Premier ministre sahraoui, M. Bouchraya Bayoun, le ministre à la Présidence en charge de l’Armée de réserve, M. Mohamed Lamine Ould El Bouhali, et le ministre conseiller en charge des affaires politiques, M. Bachir Mustapha Sayed, ainsi qu’un groupe de jeunes et des femmes sahraouis pour connaître leurs revendications.
Au programme de la première journée de sa visite, des entretiens préliminaires se tiendront entre la délégation onusienne d’une part, et le chef de la délégation sahraouie, chef du secrétariat de l’Organisation politique, Khatri Addouh, accompagné du chef d’Etat major de l’armée populaire de libération sahraouie (APLS), M. Mohamed El Ouali Akik, de la ministre sahraouie de la coopération, Fatma El mehdi, du représentant du Front Polisario aux Nations unies, Sidi Mohammed Ammar, et du conseiller à la présidence sahraouie, Abdati Abrika.

Au deuxième jour de la visite, l’Envoyé de l’ONU visitera plusieurs structures et établissements sahraouis dont l’école du chahid « Khalil Sid M’hamed » à Boudjdour, le Musée National de la Résistance, le Centre de Documentation Numérique, le Croissant-Rouge sahraoui et le Comité sahraoui des droits de l’homme.

Après sa rencontre avec le ministre de l’Intérieur et celui des Affaires des territoires occupés et des Communautés, Mustapha Sidi El-Bachir, ainsi qu’avec le président du Conseil national sahraoui, Hamma Salama, M. de Mistura achèvera sa visite dans les camps de réfugiés sahraouis par des entretiens officiels avec le président sahraoui et secrétaire général du Front Polisario, M. Brahim Ghali.

Au cours de cette première tournée dans la région, De Mistura compte examiner les moyens de relancer le processus politique au Sahara Occidental, même si sa mission semble semée d’embûches, de défis et d’obstacles.
La mission de l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies au Sahara occidental pour la région reste difficile et complexe, en raison des atermoiements et des manœuvres marocaines pour empêcher de trouver une solution pour la dernière colonie d’Afrique, mettre fin à son occupation et accorder aux Sahraouis leur droit à l’autodétermination.

Parmi les difficultés auxquelles est confronté De Mistura, figure la conjoncture particulière dans laquelle intervient sa visite dans la région, qui est marquée par un retour à la guerre, après la violation de l’accord de cessez-le-feu par le Maroc, suite à l’agression contre des civils sahraouis sans défense dans la brèche illégale d’El Guerguerat, le 13 novembre 2020.

Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de ce samedi

ALGER- Le Premier ministre, ministre des Finances, M. Aïmene Benabderrahmane, a décidé de reconduire les mesures du dispositif de protection et de prévention contre la pandémie du Coronavirus (Covid-19) pour une durée de dix (10) jours, à compter de ce samedi 15 janvier 2022, indique un communiqué des services du Premier ministre.
« En application des instructions de Monsieur le Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, Ministre de la Défense nationale et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) et l’autorité sanitaire, le Premier ministre, ministre des Finances, Monsieur Aïmene Benabderrahmane a décidé des mesures à mettre en œuvre au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus (Covid-19).

S’inscrivant toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus (Covid-19), ces mesures visent, au regard de la situation épidémiologique, à reconduire le dispositif actuel de protection et de prévention pour une durée de dix (10) jours, à compter du samedi 15 janvier 2022.

Le Gouvernement tient à souligner que les chiffres des cas de contaminations enregistrés ces derniers jours confirment l’amorce de la quatrième vague de cette épidémie avec ses conséquences sur le nombre d’hospitalisations qui ne cesse de croitre et de mettre en grande difficulté nos structures hospitalières qui pourraient atteindre un seuil de saturation et les pénibles situations que nous avons vécues lors de la troisième vague de cette épidémie.
Ce rythme de propagation va entrainer une exacerbation de la crise sanitaire et un fort impact sur notre population et chez les personnes les plus vulnérables, particulièrement les personnes non encore vaccinées.

C’est pourquoi, le Gouvernement réitère, avec force et insistance, ses appels aux citoyens pour continuer à soutenir l’effort national de lutte contre cette épidémie mondiale par la poursuite du respect des gestes barrières en particulier pour ce qui est de l’exigence du port obligatoire du masque de protection, les mesures d’hygiène et la distanciation physique. Il réitère surtout ses appels aux citoyens pour recourir à la vaccination qui reste le meilleur moyen de prévention pour prémunir nos concitoyens de la gravité des effets de cette pandémie.

Dans ce même cadre, le Gouvernement a décidé de mettre en œuvre, avec toute la sévérité requise, les mesures de fermeture des établissements, espaces et lieux où serait constatée toute infraction aux mesures sanitaires édictées en la matière, notamment l’exigence du port obligatoire du masque de protection, les mesures d’hygiène et la distanciation physique ainsi que les protocoles sanitaires dédiés aux différentes activités ».

Histoire et patrimoine: tentatives acharnées de s’approprier l’héritage culturel de l’Algérie

ALGER – Quoi que n’étant pas récentes, des tentatives d’appropriation de la part de pays tiers, du patrimoine culturel de l’Algérie, ont pris des allures accélérées ces derniers temps, tournant souvent à de vives polémiques sur les réseaux sociaux.
Du couscous, héritage commun de l’ancienne Numidie, à la musique Raï, née dans l’ouest algérien, en passant par le Chaâbi et le « Karakou » algérois, la liste des biens culturels immatériels, dont la paternité est disputée à l’Algérie, ne cesse de s’allonger pour intégrer à chaque fois de nouveaux éléments de son vaste patrimoine.

Si des richesses comme la datte (Deglet Nour) et l’huile d’olive locale sont souvent revendiquées par des tiers qui s’approprient également l’aura de Saint-Augustin dans le cadre du tourisme cultuel, des énergumènes sont passés à une vitesse supérieure, en s’adjugeant tout ce qui peut représenter un intérêt particulier, et ce, au mépris de la vérité historique.

« J’ai même entendu dans un marché de Rabat, un commerçant décliner à des touristes étrangers la Croix du sud comme étant l’œuvre d’artisans touareg du Maroc sachant que ces derniers n’existent pas au Maroc », témoigne à l’APS Salwa, ayant séjourné dans ce pays.
Mais c’est sur la toile que l’on prend la pleine mesure de cette « bataille » maghrébine autour du patrimoine, les commentaires virant aux attaques « vénéneuses », au mépris de la bienséance et de la courtoisie. « Il a suffi que je dise que l’argan existe en Algérie pour que ma page Facebook soit bloquée », témoigne une internaute, évoquant, en outre, le récent  » incident » ayant suivi la déclaration de la « Miss Maroc 2021 » relative à ses origines algériennes et qui lui ont valu une pluie d’attaques virulentes de ses concitoyens. La concernée ayant déclaré que sa grand-mère « a transmis à des Marocaines l’art de la broderie ».

En plus du patrimoine immatériel, l’Algérie est de plus en plus cible de tentatives d’appropriation de ses grandes figures historiques, à l’instar des souverains berbères. Une propension qui s’est tellement exacerbée que des passionnés du patrimoine algérien ont jugé utile de réagir en créant, entre autres, des pages et des groupes sur les réseaux sociaux dédiés à sa sauvegarde, en y publiant articles et images corroborant la paternité de l’Algérie sur celui-ci.

 

Massinissa, Syphax, Juba II….nés en terre d’Algérie
« Nous pouvons nous enorgueillir d’avoir eu des personnalités de premier plan, nées sur le sol algérien, comme Massinissa, Syphax ou encore Juba II. Ce dernier qui fut un roi savant dont le musée à Cherchell démontre la richesse artistique de sa capitale +Caesarea de Maurétanie+.  Et que dire de la personnalité de Saint Augustin qui fut une des lumières de l’église chrétienne ! « , souligne l’historien Abderrahmane Khelifa, rappelant des noms historiques liés à la résistance, à l’instar de Jugurtha et de Takfarinas qui « soulevèrent l’ensemble de l’Afrique du nord », ainsi que la Kahina, pour la période ayant marqué l’avènement de l’Islam dans le Maghreb.

Dans le registre de la musique, le directeur de l’Agence algérienne pour le Rayonnement culturel (AARC), Abdelkader Bendaamache, déplore que les pratiques des voisins n’aient pas épargné le style  » Chaâbi », soutenant  que ce style est « propre à l’Algérie et est issu de la poésie religieuse fondée par le grand poète Sidi Lakhdar Ben Khellouf ».
Et de poursuivre :  » c’est grâce à l’académicien Boudali Safir que le répertoire algérien a été classé, pour la 1ére fois en 1947, en 5 genres musicaux, dont le « Madh », mais ce n’est qu’après l’indépendance du pays, que l’orchestre musical du « Madh », dirigé par El Anka, a pris l’appellation de « Chaâbi », avant de dénoncer les « visées tendancieuses » ayant entouré la production du film « El Gosto » retraçant l’histoire du Châabi, car « éloigné de la véracité des faits ». Si bien, fait-il savoir, que sa projection en Algérie a été empêchée.

Abordant la richesse du répertoire musical algérien, ce chercheur en littérature bédouine assure, par ailleurs, que le « Hawzi » et le « Aaroubi » ont été créés en Algérie avant de passer chez les voisins de l’Ouest, précisant qu’avec le « Gharnati », associé à la ville marocaine de Fès, ces genres musicaux font partie du « large héritage andalou ».

De son côté, la chercheure au Centre national de Recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), Ouiza Gallèze, cite la large variété du chant féminin algérien représenté dans les troupes appelées les « Meddahate » à l’Ouest, les » Fqirat » à l’Est, « Lamsamaa » à Alger, « Achouiq » en Kabylie et les « Srawi » dans les Aurès.

Interpellée, par ailleurs, sur le patrimoine de la Fantasia, elle rappelle que celui-ci est inscrit sur la liste de l’Unesco par l’Algérie dans le cadre du dossier  » Pèlerinage du Rakb de Ouled Sidi Cheikh » (2013), tout autant que le Caftan, souvent objet de « tiraillements » avec les voisins de l’Ouest, dans le cadre du dossier « Le costume nuptial de Tlemcen, Echedda » (2012).

Souvent attribué au Maroc, le Caftan y a été « ramené d’Algérie vers le 16éme siècle durant la période ottomane, lorsque le sultan Abou Abbas Ahmed El-Mansour l’y a découvert la première fois et en fût ébloui », soutient M. Bendâamache.

Pour M. Khelifa, cet habit n’est nullement l’exclusivité de ces derniers: « Il suffit de lire les auteurs du moyen âge qui évoquent des vêtements dans les cours ziride, hammadite, almoravide, almohade, mérinide, zayyanide, hafside, etc. Ils étaient quasiment les mêmes à Tlemcen, Fès ou Tunis ».          Ceci, au moment où le chercheur en patrimoine, Abdelhamid Bourayou, considère qu’il s’agit d’un « patrimoine maghrébin commun », notant son origine « turque » ou « andalouse », tandis que des écrits la situent en Asie (Mongolie, Perse), où à la base il était masculin.

SMA: faire prévaloir l’intérêt suprême du pays pour préserver sa stabilité

ALGER – Le Commandant général des Scouts musulmans algériens (SMA), Abderrahmane Hamzaoui, a appelé vendredi à Alger, tout un chacun à faire prévaloir l’intérêt suprême du pays afin de préserver sa stabilité et sa sécurité et de renforcer l’unité nationale.
Dans une allocution prononcée lors de la 35e session ordinaire du Conseil national de l’Organisation, M. Hamzaoui a mis en avant « l’engagement et la disponibilité des SMA au service du pays en contribuant à la construction de l’Algérie nouvelle et à la réalisation du développement ».

Il a exhorté dans ce sens à placer l’intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération et à ne pas se laisser entraîner derrière les campagnes malveillantes et destructives visant à ébranler la confiance entre le peuple et les institutions de l’Etat via des parties ne voulant pas que l’Algérie aille de l’avant dans son nouveau processus de développement afin de recouvrer la place qui lui sied sur le plan international.
Le Commandant général des SMA a estimé que cette réunion constituait  « une occasion d’évaluer les réalisations accomplies après une année d’efforts consentis à travers tout territoire national », ajoutant que l’Organisation a mobilisé toutes ses capacités au profit de la société en menant plusieurs opérations de sensibilisation, notamment lors de la troisième vague de la pandémie Covid-19 outre les opérations de  solidarité qu’elle a organisées lors des incendies déclarés dans certains wilayas du pays l’été dernier.

Les SMA ont grandement contribué aux différents rendez-vous et échéances importantes qu’a connus le pays dans le cadre de l’édification des institutions en vue de contribuer à l’édification de l’Algérie nouvelle ainsi que l’éducation des enfants et des jeunes à travers « divers programmes et activités au profit de plus de 100.000 bénéficiaires ».

M. Hamzaoui a rappelé les acquis réalisés en 2021, notamment « l’institution par le Président de la République Abdelmadjid Tebboune du 27 mai, Journée nationale des SMA et la prise en charge de l’uniforme des Scoutes en reconnaissance au rôle pionnier de la société civile ».

Il a salué le partenariat établi, l’année dernière, entre les SMA et plusieurs secteurs à la faveur de plusieurs conventions et la consécration de programmes communs, notamment ceux relatifs à la jeunesse outre l’inauguration du Musée national des scouts en vue de préserver la mémoire nationale et renforcer l’appartenance nationale chez les générations montantes.
Lors de cette session, il sera procédé à l’élaboration du plan général pour l’exercice 2022 qui repose principalement sur un projet d’un million et demi de scouts à l’occasion de la célébration de la centenaire de fondation des SMA, a fait savoir M. Hamzaoui.

M. Hamzaoui a mis l’accent sur la nécessité pour les membres et dirigeants de l’organisation notamment les jeunes de faire des propositions constructives à même de servir l’intérêt des jeunes et prendre en charge leurs préoccupations dans différents domaines ».

Ligue 1 : l’HBCL remporte un duel décisif pour le maintien, l’Entente rate le coche à Alger

ALGER- L’HB Chelghoum Laid, avant-dernier au classement général de la Ligue 1 algérienne de football a réussi une très bonne opération dans la course au maintien, en dominant la lanterne-rouge WA Tlemcen (3-1), en match disputé samedi pour le compte de la 13e journée, ayant vu l’Entente de Sétif rater une très bonne opportunité de s’emparer provisoirement du leadership, après s’être contentée d’un nul vierge chez le NA Hussein Dey.
La bonne affaire du jour est donc à l’actif du HBCL, ayant engrangé trois précieux points, qui l’extirpent  de la zone rouge, et font de lui provisoirement le nouveau premier club non relégable.

En effet, avec 12 points, la formation de Chelghoum-Laïd devance désormais l’ASO Chlef (11 pts), ainsi que le NC Magra et le RC Relizane (ex aequo avec 10 pts), et son adversaire du jour, le WAT, qui reste bon dernier, avec seulement six unités au compteur.

Quoique, l’ASO, le NCM et le RCR comptent un match en moins par rapport au HBCL, faisant qu’en cas de victoire, ils pourraient repasser devant.

Cela n’empêche que le club de Chelghoum-Laïd peut se targuer d’avoir réussi une excellente opération en remportant ce duel direct contre le WAT.
Un large succès obtenu grâce à Kemoukh (45′), et surtout Ghorab, auteur d’un doublé aux 58′ et 73′, alors que Mebarki avait sauvé l’honneur pour les Zianides à une minute de la fin (89′).

De son côté, et si elle avait réussi à l’emporter en déplacement chez le NA Hussein Dey, l’Entente de Sétif se serait provisoirement emparée de la première place, avec une longueur d’avance sur l’actuel leader, le CR Belouizdad, qui se déplace dimanche chez l’ASO Chlef.

Malheureusement, et malgré un grand nombre d’occasions franches, de parts et d’autres, le choc NAHD – ESS s’est soldé par un nul vierge (0-0), qui maintient les Sétifiens à la quatrième place, avec 23 points, alors que le Nasria est 12e, avec quatorze unités au compteur.
Le bal de cette 13e journée s’était ouvert vendredi avec le déroulement de deux matchs, respectivement RC Arbaâ – Olympique de Médéa (4-2), et MC Oran – RC Relizane (1-1).

Là encore, la bonne affaire a été celle du RCA, qui après des débuts difficiles commence à sortir la tête de l’eau, en hissant à la 11e place du classement général, alors que l’OM continue à broyer du noir, lui qui n’a obtenu qu’un nul au cours des sept derniers matchs, soit un seul point récolté sur 21 possibles.

Les buts du RCA ont été inscrits par Deghmani (7′), Berkoun (16′), Touni (85′) et Boubakour (88′), alors que Messaoudène et Baâli avaient marqué pour les visiteurs, respectivement aux (26′) et (82′).

Côté oranais, c’est le buteur-maison, Guenina, qui avait ouvert la marque à la 23e, mais la joie des siens a été de courte duré, puisque Chibane avait réussi à niveler la marque pour le RCR, moins de dix minutes plus tard (1-1/33′).

Les péripéties de cette 13e journée se poursuivront dimanche, avec en tête d’affiche le derby algérois, entre l’USM Alger et le Mouloudia d’Alger, prévu à partir de 16h00, au stade Omar Hamadi (Bologhine).
A suivre également les duels de sommet de tableau, entre le Paradou AC et la JS Saoura, ainsi que CS Constantine – US Biskra, car susceptibles de générer des changements conséquents sur le podium.