Après le Sacre de l’équipe nationale de football : Le président Tebboune félicité par le Président Saïed

Des personnalités étrangères et plusieurs ministères et organisations économiques félicitent la sélection nationale
Patriotisme et culture de la gagne par Mohamed-Amine Azzouz
À 20h19mn, l’avion d’Air Algérie transportant les champions arabes a atterri sur le tarmac de l’aéroport d’Alger. Yassine Brahimi, Youcef Belaïli (qui portait le trophée avant de le remettre à Baghdad Bounedjah) et Djamel Benlamri étaient les premiers à sortir de l’appareil, accompagnés du président de la Fédération algérienne de football, Amara Charaf-Eddine, suivi du sélectionneur Madjid Bouguerra.
Ils ont été accueillis à leur descente de l’avion par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, et des membres du gouvernement.
Les joueurs ont remis le trophée au Premier ministre, qui a présidé la cérémonie d’accueil au salon d’honneur en présence du conseiller du président de la République, Abdelhafid Allahoum, sous les applaudissements des présents.
Le Premier ministre s’est entretenu avec le coach Madjid Bouguerra, le président de la FAF, Yassine Brahimi, et Youssef Belaili. Amir Sayoud, IliasChetti, Hocine Benayada ont déclaré à la presse à la sortie du salon d’honneur que la coupe est dédiée au peuple algérien, s’engageant à déployer plus d’efforts à l’avenir pour davantage d’exploits. Une ambiance particulière régnait à l’entrée du salon d’honneur de l’aéroport international Houari Boumediene. A l’extérieur, le dispositif sécuritaire est strict. Les joueurs toujours sous l’effet de la fatigue ont décidé à fêter ce premier titre avec leurs fans en cette soirée glaciale.
Après une pause au salon d’honneur, les Verts sont montés à bord du bus à 21h25. Un bus aux couleurs de la sélection spécialement pour l’occasion. On pouvait voir sur le bus, les photos de l’équipe. Au milieu le « Magic » Bouguerra, en haut la photo de Amir Sayoud, qui a inscrit le premier but de la finale , à côté du drapeau national avec l’inscription en arabe « fiers de vous » et une autre photo de Youssef Belaili marquant un but.
Sur les portes du bus, on voit également les photos de Hilal Soudani et Djamel Benlamri qui ont également marqué lors de cette coupe arabe.
Youssef Belaili et Baghdad Bounedjah arborés une écharpe aux couleurs du drapeau palestinien. Benayada et les autres membres de la délégation se sont installés sur le toit du bus aménagé d’une manière à permettre aux supporters de voir les joueurs et le trophée.
Les milliers de supporters, drapés de drapeaux algériens et palestiniens, venus de plusieurs wilayas étaient à l’accueil tout le long du trajet empruntée par le bus des héros. Les unités de la sécurité routière veillaient à la fluidité de la circulation et le passage du bus. Un dispositif sécuritaire spéciale a été mis en place. Des policiers et des gendarmes étaient déployés tout le long du parcours des Verts jusqu’au Palais du peuple.
Neila Benrahal

//////////////////////////////////

Le président Tebboune  félicité par  le Président Saïed
Le président de la République, Abdelmajid Tebboune, a reçu samedi soir un appel téléphonique de son frère Kaïs Saied, président de la République tunisienne qui l’a félicité, à l’occasion du sacre de la sélection algérienne de football à l’issue de la coupe arabe de la FIFA (Qatar 2021), a indiqué un communiqué de la Présidence. Pour sa part, le président de la République a remercié son homologue tunisien pour les sentiments de fraternité et pour le partage de la joie entre les supporters algériens et tunisiens, soulignant à cette occasion que cette victoire est la forme la plus marquante de cohésion et d’harmonie entre les deux peuples frères, ajoute le communiqué.

////////////////////////////////////

Messages de félicitations

L’émir du Qatar :  «Je félicite la sélection algérienne pour sa victoire, dûment méritée, de la Coupe arabe 2021. La compétition était exceptionnelle et a reflété le niveau développé du football arabe, et on a hâte de vous rencontrer l’année prochaine lors de la Coupe du monde 2022», a écrit l’Emir du Qatar, Tamim ben Hamad Al Thani, sur son compte Twitter. «Je félicite également notre équipe nationale après sa victoire aujourd’hui contre l’Egypte et son classement troisième et pour sa belle prestation lors de cette édition de la Coupe arabe FIFA-2021, en leur souhaitant bonne chance lors des prochaines participations», a-t-il ajouté.

—————————–

Le président du Conseil  de la nation : «Vous remportez la Coupe arabe de la Fifa de Qatar 2021, après un parcours sans faute, vous avez décroché avec mérite le trophée arabe face à votre adversaire tunisien lors d’une rencontre palpitante, rehaussée par un grand fair-play. Au nom des membres du Conseil de la nation et en mon nom personnel, je présente à tous les joueurs et membres du staff dirigeant et au sélectionneur Madjid Bougherra, nos chaleureuses félicitations», a indiqué le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, dans un message.
«Nos vives félicitations pour nos deux sélections algérienne et tunisienne pour cet exploit footballistique maghrébin et arabe… félicitations aux Fennecs… vous avez comblé notre peuple de joie et de bonheur….
Félicitations à l’Etat du Qatar, gouvernement et peuple, à l’occasion de sa fête nationale, et nos remerciements pour la parfaite organisation de cette compétition qui se veut un prélude de l’ambiance attendue à la Coupe du monde 2022», a-t-il écrit.
«Grâce au sacre des héros, le nom de l’Algérie est gravé en lettres d’or dans le registre du championnat arabe… Les Algériens étaient en liesse à l’intérieur du pays comme à l’étranger… Mille mercis pour cette victoire éclatante et pour cette performance exceptionnelle», ajoute le message.
Le président du Conseil de la nation a conclu: «Mes chaleureuses félicitations à nos joueurs distingués, en l’occurrence Raïs Wahab M’Bolhi, Yacine Brahimi et Youcef Belaïli… Vive l’Algérie de la fierté et de l’honneur… Gloire et Eternité à nos vaillants martyrs.»

—————————–

Le vice-président émirati : «Félicitations à la sélection algérienne qui a dûment remporté la Coupe arabe après une rencontre historique, et bravo à la Tunisie pour sa prestation héroïque. Bravo aussi au Qatar pour son organisation exceptionnelle et réussie de cette compétition, qui donne un avant-goût de l’ambiance attendue à la Coupe du monde 2022. Bravo enfin à tous les Arabes pour cette compétition qui a rassemblé les peuples et fait le bonheur de tous», a tweeté le vice-président, Premier ministre et ministre de la Défense des Emirats arabes unis, cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum.

—————————–

Des ministères et organisations économiques

Plusieurs départements ministériels et organisations économiques ont adressé des messages de félicitations à la sélection algérienne de football qui a remporté la Coupe arabe suite à sa victoire samedi à Doha, au Qatar, face à l’équipe tunisienne (2-0 en prolongation), lors de la finale de la dixième édition.
«Mille félicitations au peuple algérien et à l’équipe nationale», a écrit le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Hicham Sofiane Salouatchi, ajoutant : «Vous avez toute notre reconnaissance et tout notre soutien, héros de l’Algérie, vous êtes de véritables guerriers du désert.»
A son tour, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Dr Abderrahmane Djamal Lotfi Benbahmed, a félicité, en son nom et au nom de tout le personnel du ministère, l’équipe nationale pour avoir remporté la Coupe arabe 2021.
«Nos chaleureuses félicitations à la sélection nationale pour l’exploit footballistique ainsi qu’au peuple algérien, à d’autres éclats et succès dans la Coupe d’Afrique et la qualification à la Coupe du monde.
Merci aux guerriers du désert… Vive l’Algérie», indique un communiqué du ministère.
Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Pr Ziane Benattou, a écrit dans un message de félicitations: «Vous l’avez remporté chers héros… Vous êtes notre fierté, notre honneur et notre couronne… Félicitations pour le sacre que vous avez décroché à juste titre, à d’autres succès et victoires».
La ministre de l’Environnement, Samia Moualfi a écrit, pour sa part: «L’Algérie championne de la Coupe arabe… Mille mabrouk à vous les champions. Félicitations au peuple algérien. Que les joies et les hauts faits se poursuivent, car nous sommes tout simplement le pays des braves, le pays des Hommes libres et le pays des victoires. Nous félicitons également le peuple tunisien pour la 2e position obtenue avec mérite.»
Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Micro-Entreprise, Nassim Diafat, a adressé ses remerciements, indiquant: «Mille mabrouk à l’Algérie… Merci aux champions arabes, vous êtes notre fierté. Mille, mille et mille Mabrouk. Une nouvelle victoire pour l’Algérie, félicitations aux guerriers du désert pour leur victoire avec mérite en remportant la Coupe arabe, vous avez toute notre estime et tout notre soutien, vous les champions arabes».
«Félicitations à notre sélection nationale pour avoir remporté la coupe arabe. Mille Mabrouk à vous les champions», a écrit le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar.
«Bravo à l’Algérie pour la Coupe arabe. A plus de succès dans d’autres domaines», a écrit le ministère du Commerce.
«Félicitations à notre cher pays pour la Coupe arabe dûment remportée par la sélection nationale après un parcours sans faute. Vous nous avez honorés. Vive l’Algérie», a écrit le ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique. L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) a écrit: «La nouvelle Algérie fait la joie de tous aujourd’hui. Bravo à l’équipe nationale pour la Coupe arabe dûment remportée et félicitations à tout le peuple algérien pour ce sacre». «Vous avez honoré l’Algérie et le monde arabe. Nous offrons ce sacre au peuple palestinien», a-t-elle ajouté.
«Bravo à la sélection algérienne qui a remporté la Coupe arabe», a écrit la présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), Saida Neghza.
«Bravo pour la Coupe arabe et merci aux héros qui ont fait la joie des Algériens et des Palestiniens», a écrit le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement, Mustapha Zebdi.

Déchets ménagers : Très faible taux de recyclage en 2020

Le taux de recyclage des déchets ménagers n’a pas dépassé les 10% sur l’ensemble des déchets collectés en 2020, ont indiqué hier à Alger, des responsables à l’Agence nationale des Déchets (AND). La quantité des déchets ménagers recyclés en 2020, qui s’élève à près de 1,3 million de tonnes, reste « très faible » par rapport à la quantité produite durant la même année, soit 13,5 millions tonnes. Les responsables de l’AND ont plaidé pour l’intensification des efforts afin de généraliser le tri sélectif des déchets au niveau de la source « bennes », avant leur arrivée au centre d’enfouissement technique (CET), affirmant que la benne à ordures contenait 80% de déchets recyclables via le tri sélectif. Le chef de service d’audit à l’AND, Abdellah Aichour, a souligné, dans ce sens, que le tri sélectif des déchets ménagers de la source (bennes) est « très faible », ajoutant que 45% de déchets ménagers sont transférés vers les CET (101 CET au niveau national), tandis que les 55% restants sont déversés dans les points noirs ou des décharges anarchiques. Pour sa part, la cheffe de service des déchets ménagers à l’AND, Akila Boudraa, a insisté sur l’impérative amélioration du système de récupération et de valorisation des déchets, affirmant que les métaux et les produits en plastique rapportaient, à eux deux, des bénéfices s’élevant à 69 Mds DA/an. De son côté, la cheffe de service d’appui des entreprises à l’AND, Samia Madoui, a rappelé que la gestion des déchets ménagers coûtait à l’Etat près de 127,05 Mds DA/an, soit 0,76% du Produit intérieur brut (PIB). Les dépenses de gestion des déchets au niveau des CET coûtaient au Trésor public 58 Mds DA, a-t-elle ajouté.

RD Congo : Le règne des milices

Il y a maintenant un mois, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont reconquis tous les villages envahis, début novembre, par les combattants de l’ancien mouvement rebelle M23 dans le groupement de Jomba, au Nord-Kivu, une province frontalière avec le Rwanda et l’Ouganda.

Le chef d’état-major général de l’armée, Célestin Mbala, a affirmé à l’époque que les forces gouvernementales avaient repris toutes les dispositions pour faire échec à cette énième incursion du M23 sur le sol congolais. Ce haut responsable militaire avait menacé d’en finir «une fois pour toute» avec ce groupe armé , selon ses dires, «doit être neutralisé de manière définitive». Malgré une maîtrise relativement réussie de la situation sur le terrain, deux des 11 provinces qui constituent le pays demeurent en proie à de violences extrêmes depuis un peu plus de 25 ans. Le nord-Kivu et le sud-Kivu, deux régions extrêmement convoitées à cause des richesses contenues dans les sous-sols. Cuivre, magnésium, manganèse tourmaline et surtout diamant sont le coffre fort des différents groupes armés pour qui déposer les armes signifie la fin de l’enrichissement facile. La dissolution, telle qu’annoncée, du M23 en décembre 2013 n’a pas eu l’effet escompté, à savoir faire régner la paix dans ces régions. Des groupes comme les Forces démocratiques alliés (ADF), qui opèrent à partir de certains pays voisins, représentent une menace constante. Ce groupe écume spécialement la frontière commune entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo.
D’ailleurs, et à quelques jours avant la fin de son mandat pour cette année, la mission de l’ONU en République Démocratique du Congo estime que la situation sécuritaire reste fragile au Sud-Kivu malgré les efforts fournis. Dans un récent point de presse, le chef de bureau de la Monusco dans la région est revenu sur ces efforts, et les défis de l’année 2021 en mettant en exergue les tensions persistantes entre les communautés à cause du nombre croissant des déplacés qui fait que dans un certain nombre d’endroits, la coexistence pacifique reste fragile. Sur le plan humanitaire, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont également estimé que près d’un quart de la population de RDC est confronté à une grave crise alimentaire. Et la situation devrait même s’aggraver dans les prochains mois. Selon les deux agences des Nations unies, la crise alimentaire qui touche un quart de la République démocratique du Congo montre peu de signes de diminution. Dans un communiqué commun, si la FAO et le PAM affirment que «les chiffres devraient rester inchangés au cours du premier semestre 2022», le tableau nutritionnel pourrait s’aggraver dans certaines régions et parmi les groupes particulièrement vulnérables. Aujourd’hui, ce sont près de 27 millions de personnes qui sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë d’urgence en RDC, notamment dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Kasaï, mais également dans des zones en périphérie de la capitale Kinshasa.
La paix qui échappe tant au pouvoir de Kinshasa dépendra particulièrement de sa capacité à dialoguer avec ses voisins, notamment le Rwanda, pour cesser tout affrontement entre milices interposées, pour le plus grand bien de la région des grands lacs.

Problèmes structurels et répercussions de la covid-19 : la filière lait, de mal en pis !

La filière lait vit au rythme des contraintes structurelles, d’une part, et des problèmes charriés par la Covid-19, d’autre part. Indéfiniment ? La Confédération des industriels et des producteurs algériens vient d’appeler pour la levée du gel des dérogations sanitaires, nécessaires pour l’importation du lait en poudre. En effet, la situation est pénalisante. Mais ce n’est que la partie visible d’une série de micmacs qui nécessitent un traitement efficace de la problématique. La pandémie a révélé les lacunes de la stratégie globale de développement de la filière lait en Algérie. Une stratégie dichotomique oscillant entre l’impératif de sécurité alimentaire et l’inéluctable objectif de promotion de la production locale qui, selon nombre d’experts, peine à atteindre les résultats escomptés. Des efforts étaient fournis, des dépenses pour le moins colossales engagées. Toutefois, la filière demeure fortement dépendante en matière de poudre de lait et d’intrants de production. Dans une étude collective, Messaoud Lazreg, Kousseila Bellil, Manel Djediane, chercheurs au Cread, et Zakia Zaidi, de l’université de Béjaïa, soulignent que la chute des prix sur le marché mondial «accroît l’avantage du prix en faveur de la poudre». Conjuguée au coût de production élevé, la situation entraîne un «délaissement de la production nationale, bien que subventionnée en faveur de la poudre importée». Pour les universitaires, la pandémie vient aggraver cette situation hasardeuse avec les pénuries et les embargos à l’exportation appliqués par certains pays sur quelques produits. En d’autres termes, la Covid-19 a précipité «un bouleversement inévitable du mode de fonctionnement de la filière. Le développement de la production locale apparaît alors comme une exigence des plus pressantes pour pallier ou, au moins, réduire cette dépendance». Les auteurs de l’étude sont formels : «une réforme, voire un remaniement, de la subvention constitue une condition sine qua non pour promouvoir la production locale». Au chapitre des problèmes structurels, l’étude souligne que «les conditions pédo-hydro-climatiques constituent un facteur limitant dans le développement de l’élevage laitier». Ce handicap naturel «affecte le niveau de la production fourragère qui constitue le principal obstacle au développement de la production locale». De nos jours, expliquent les universitaires, «la production moyenne par vache est loin des potentialités ‘‘théoriques’’ des vaches importées et se retrouve aux alentours de 3.500 litres/vache/an, ce qui se répercute directement sur les coûts de production». En effet, ces différents éléments empêchent toute forme d’économie d’échelle dont les coûts de production sont élevés et expliquent en partie la concurrence entre le marché de la viande et celui du lait. «Le coût de production élevé ne garantissant pas des marges confortables, voire inexistantes pour l’atelier lait, entraîne un délaissement de la production laitière au profit d’autres produits principalement la viande», note l’étude. Par conséquent, «l’activité d’élevage laitier se trouve, de ce fait, déclassée au rang de sous-activité». L’attribution de la subvention vient justement remédier à cette problématique de coût et d’attractivité de la filière aux égards des autres spéculations agricoles. L’objectif visé était de supprimer l’avantage comparatif existant au profit de la poudre de lait et d’inciter les laiteries à collecter et valoriser le lait local. Toutefois, «l’application homogène de la subvention à l’ensemble des éleveurs et de façon unanime sur tout le territoire national constitue une déperdition et source de ‘‘gaspillage’’ notamment en cette période de crise et d’amenuisement des ressources». Un mécanisme de sélection des éleveurs à subventionner et un fractionnement par tranche à subvention variable, estiment les universitaires, «serait vivement recommandé pour enclencher une dynamique incitative de développement». Le mécanisme de subvention, dans son état actuel, «ne permet pas, preuve en est dans ses résultats, de tirer vers le haut la filière locale. Les exploitations agricoles disposant de facteurs de production sont appâtées par d’autres spéculations en raison de la faible marge bénéficiaire dégagée par le lait».

Chiffre du jour : 6,7%

Le marché national des assurances, toutes activités confondues, a cumulé au 30 septembre 2021, une production de 112,7 milliards de DA, soit une hausse de 6,7% comparativement à la même période de 2020, a indiqué le Conseil national des assurances (CNA) dans sa note de conjoncture du troisième trimestre et les prévisions de clôture de 2021. Le CNA qui prévoit que le marché des assurances pourrait cumuler, au 31 décembre en cours, un chiffre d’affaires avoisinant les 144,1 milliards de DA, soit une hausse de 4,3% par rapport à 2020, a fait savoir que les assurances de dommages continuent à dominer le marché à hauteur de 87%.