Semaine nationale du volontariat: nécessaire renforcement de l’esprit de citoyenneté

ALGER – Le coup d’envoi de la Semaine nationale du volontariat a été donné samedi à Alger, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des Volontaires, célébrée le 5 décembre, dans l’objectif de consacrer la culture du volontariat et renforcer l’esprit de citoyenneté chez les jeunes.

Supervisant le lancement des festivités de cet événement, devant durer jusqu’au 10 décembre, le Secrétaire général (SG) du ministère de la Jeunesse et des Sports, Tiabi Slimane a mis l’accent dans son allocution, lue au nom du ministre, Abderezak Sebgag, sur l’importance d’organiser cette semaine nationale avec l’implication des parties prenantes et de la société civile, le but étant de faire connaître cette action humanitaire dans l’activité de proximité et consacrer l’esprit de citoyenneté.

L’événement se veut également une occasion pour « consolider le volontariat afin de renforcer la cohésion entre les jeunes au service de la patrie », a-t-il expliqué, soulignant l’importance « d’organiser cette action humanitaire afin de consacrer la culture du volontariat chez l’ensemble de catégories sociales ».

De son côté, le Directeur des Echanges et du tourisme juvénile à la tutelle, Mohamed Hamid a indiqué, dans une déclaration à l’APS en marge de cette manifestation, que la semaine du volontariat était également une façon « de mettre en valeur les efforts consentis par les volontaires à longueur d’année afin de venir en aide des franges nécessiteuses et servir la patrie dans les domaines social et humanitaire ».

Cet acte de volontariat, ajoute M. Hamid, s’inscrit dans le cadre de « la mise en œuvre du plan d’action du Gouvernement qui stipule la nécessité de donner la place importante à l’acte de volontariat, avec la participation des jeunes et de toutes les catégories de la société, notamment, la société civile », soulignant l’importance d’organiser cet acte humaniste, « par la mise en place d’une charte nationale et d’un loi qui détermine le travail, les droits des volontaires et les missions qui leur sont confiés dans un cadre organisé ».

Il a mis l’accent, à l’occasion, sur la nécessité de réfléchir à la création d’une fédération ou d’une instance nationale de l’acte de volontariat qui comprend tous les acteurs dans le domaine dans les différents domaines juvéniles, sanitaires et environnementaux, dans le but de promouvoir l’acte de volontariat et pouvoir trouver des solutions efficientes aux différents problèmes dont pâtissent les volontaires dans le domaine ».

Par ailleurs, l’intervenant a abordé le programme tracé, en vue de la célébration de la Journée internationale des volontaires au niveau de la forêt de Bouchaoui, indiquant qu’il sera procédé à cet effet, à l’organisation d’une campagne de nettoyage et de la plantation de plus de 600 arbustes dans cette forêt, « en vue de protéger l’environnement naturel, inaugurer une fresque commémorant l’acte du volontariat, créer une voie réservée aux motocycles, organiser une campagne de don de sang et tenir, tous les dimanche, une conférence sur comment accomplir un acte de volontariat avec la participation de toutes les parties actrices en la matière ».

De son côté, le directeur des Forêts et de la ceinture verte dans la wilaya d’Alger, Hocine Ali, a affirmé que sa direction prend part à la semaine nationale du volontariat, en coordonnant le travail avec le secteur de la jeunesse et avec la participation de la société civile et des Scouts musulmans algériens (SMA), en vue  » de poursuivre la campagne de plantation de grande envergure qui a débuté en octobre passé et s’étalera au 31 mars prochain ».

Le responsable a rappelé tout ce que fait son secteur actuellement en vue de réassainir et nettoyer les espaces forestiers qui ont été endommagés du fait des incendies qui se sont produits en été passé dans les différentes régions du pays.

APS

 

Un vif intérêt des japonais pour des partenariats avec des Algériens dans plusieurs domaines

ORAN – L’ambassadeur du Japon en Algérie, Kono Akira, a exprimé samedi à Oran le « vif intérêt » d’opérateurs japonais pour des partenariats avec leurs homologues algériens dans plusieurs domaines dont les télécommunications, l’industrie pharmaceutique et la santé.

Nombre d’opérateurs économiques du Japon souhaitent l’instauration de partenariats avec des Algériens, a indiqué à l’APS Kono Akira en marge de la cérémonie de décoration du Pr Nasreddine Berrached de l’Ordre du Soleil levant, Rayons d’Or en Sautoir tenue à l’auditorium de l’Université des Sciences et de la technologie d’Oran.

Le secteur de l’industrie automobile demeure un des principaux domaines qui suscite l’intérêt des opérateurs nippons, a-t-il fait savoir, déclarant « notre intérêt pour l’industrie automobile est bien connu et on attend la révision de code de l’investissement en Algérie ».

« Les efforts en Algérie pour l’amélioration du climat des affaires sont importants pour les opérateurs économiques japonais », a affirmé l’ambassadeur du Japon, annonçant la visite d’hommes d’affaires japonais en Algérie après la stabilisation de la situation sanitaire dans le monde, dans le cadre de la volonté des deux pays de promouvoir la coopération bilatérale.

Qualifiant « d’excellentes » les relations bilatérales entre le Japon et l’Algérie, M. Akira a mis en exergue les récents efforts pour redynamiser l’activité diplomatique, rappelant la « longue histoire des relations amicales qui lient les deux pays et que le Japon est l’un des premiers pays à reconnaitre l’indépendance de l’Algérie en 1962 ».

Le diplomate japonais a exprimé, dans ce sens, son souhait de saisir le soixantième anniversaire célébrant les relations entre l’Algérie et le Japon en 2022 pour renforcer la collaboration entre les deux pays.

APS

L’Ensemble « El Djazira » de musique andalouse anime un concert à Alger

ALGER – Un concert prolifique de musique andalouse a été animé vendredi à Alger par l’Ensemble « El Djazira », dans une ambiance conviviale et devant un public peu nombreux, astreint au strict respect des mesures de prévention sanitaire contre la propagation du Coronavirus.

Sous la direction du maestro Bachir Mazouni au violon, l’Orchestre, en nombre réduit, de l’association culturelle « El Djazira » de musique andalouse, accueilli à la salle de cinéma « Sahel » à Cherraga, a embarqué l’assistance dans une belle randonnée onirique, à travers un programme déployé en deux parties, qui a mis en valeur la richesse du patrimoine andalou.

Dans le mode Sika, douze instrumentistes, dont trois musiciennes, ont entamé le premier volet du récital avec inqilab « Min houbi had el ghazala », interprété en chœur par l’ensemble, suivi dans le mouvement n’çraf de,  » Tabaât rouhi hawaha »,  » Ya chabih dhey el hilal « , « Ya saki la taghefel » pour conclure avec un enchaînement de kh’lasset.

Les voix cristallines, sopranes et ténors d’Imene Aitouche au violon, Hafida Boungab et Hamouche Bacero au luth, ainsi que Ahmed Fouanis à la mandole, ont orné le silence de la salle avec des sorties en solo très appréciées par l’assistance, brillamment rendues dans la lenteur apaisante de la cadence n’çraf et la légèreté entrainante du mouvement kh’lass.

Au tour de Bachir Mazouni, à la voix présente et étoffée, également soutenu au R’bab par Ryma Cherbane, aux percussions par Azeddine Zaafi et Abdelkader Beneddine, ainsi que Tayeb Mohamedi à la guitare et Samy Bentouri au piano, d’interpréter un florilège de chants Hawzi et aâroubi, permettant une deuxième partie plus chaleureuse, qui a constitué, entre autres pièces, « Khatri bel djeffa t’âadeb »,  » Ya dhou aayani » et « Dekhil hassbek ya would ettir ».

Ya men dara men naâchaqou, Mahla charab », Laqitouha fi tawafi tes’â, Selli houmoumek, Mata nestarihou, Bekri win kount m’henni, Kane m’âkoum djet, Mahla el âchiya, El khilaâ taâdjebni, ?chiyatoun, sont autant de pièces rendues par l’ensemble qui rappellent la richesse et la diversité du genre andalou.

Transitant par plusieurs modes dont le Moual et Raml el maya ainsi que différentes cadences rythmiques, les sonorités des instruments conventionnels de la musique andalouse (Violon, oud, r’bab), mêlées aux sons denses de, la mandole du professeur Amar Sari et Ahmed Fouanis, ainsi que le banjo de Mourad Bernoussi intégrés dans l’orchestration, ont mis en valeur le travail de recherche et la quête d’une identité sonore qui caractériserait l’association « El Djazira ».

Le public, peu nombreux, a longtemps applaudi l’ensemble des artistes, savourant chaque instant du concert dans la délectation.

Fondée en 1993, l’association culturelle « El Djazira » de musique andalouse vise à « vulgariser et promouvoir » la musique andalouse, à travers une approche nouvelle consistant à inscrire cette musique savante dans l’universalité en tenant compte de l’authenticité de ses contenus, présentés dans des formes modernes et hautement esthétiques, peut-on lire sur le document de présentation de l’association.

Pour ce faire, l’orchestration chez l’Ensemble « El Djazira » a intégré des instruments peu ou pas utilisés dans la formation académique traditionnelle, à l’instar de la clarinette, la flûte traversière, le piano et le violoncelle, entre autre, présents aux côtés d’instruments conventionnels, comme le luth, la kouitra, le R’beb, le qanun, la mandoline, la derbouka et le tar.

Ouverte à l’année pour accueillir de nouvelles recrues et collaborant avec des ensembles issus d’autres disciplines artistiques, l’association « El Djazira » se démarque par sa volonté à s’adapter à tous les genres artistiques dans un élan singulier qui préserve l’authenticité de la musique andalouse.

Le concert de musique animé par l’Orchestre de l’association culturelle « El Djazira » de musique andalouse à la salle de cinéma Sahel de Cherraga a été organisé par l’Etablissement Arts et Culture, sous l’égide du ministère de la Culture et des Arts.

APS

Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022

ALGER- Le 25e Salon international du livre d’Alger (Sila) se tiendra du 24 au 31 mars de l’année prochaine, avec l’Italie comme invité d’honneur de cette édition tant attendue, annonce le ministère de la Culture et des Arts sur sa page Facebook.

Prévue initialement en octobre 2020, le 25e Sila a été reporté à cause de la pandémie de Covid-19 qui a contraint le plus grand événement culturel du pays à une absence de deux ans.

Editeurs et auteurs pourront ainsi renouer avec leurs lecteurs à la faveur de cet évènement marquant, symbole d’un retour à une activité culturelle normale, et une occasion pour l’industrie algérienne du livre de respirer après deux années particulièrement éprouvantes.

Le 25e Sila qui se tiendra au Palais des expositions des Pins maritimes à Alger a choisi l’Italie comme invité d’honneur, « une pays voisin et ami connu pour sa production culturelle prolifique ».

Dans le cadre de la prévention contre la propagation du coronavirus, le ministère de la Culture et des Arts avait d’abord proposé en 2020 une version virtuelle du salon,  devant l’impossibilité de tenir cet événement qui draine plus d’un million de visiteurs, avant d’opter pour l’annulation du salon pour les années 2020 et 2021.

Principal événement culturel en Algérie, le Sila avait connu en 2019 la participation de 1030 maisons d’édition de 36 pays, dont 298 algériennes, et enregistré 1.150 million de visiteurs.

APS

Coupe Arabe des Nations Qatar-2021, Liban 0 – Algérie 2 : Les Verts qualifiés pour les quarts

Les protégés du coach Bougherra ont validé leur billet pour les quarts de finale de la coupe arabe des nations Qatar-2021. Les coéquipiers de Bounedjah ont disposés de leurs homologues Libanais par le score net et sans bavure de 2 à 0, hier après-midi. Les deux réalisations algériennes ont été inscrites en seconde période.

Le Onze national, considérablement remanié à l’occasion, a trouvé énormément de difficultés à trouver les solutions pour percer la défense libanaise, bien regroupée dans son camp. Faute de fluidité dans la transmission du ballon et de rythme dans le jeu, la sélection nationale qui par ailleurs souffrait visiblement de manquer de cohésion et d’automatismes, s’est contentée de quelques rares occasions, en première période, dans l’ensemble. Il a fallu attendre le quart d’heure de jeu pour assister à une véritable action de but. Tahrat reprend superbement de la tête le corner de Chetti. Sa balle est repoussée par la transversale. Bounedjah tente ensuite de trouver la lucarne opposée, mais sa balle est sortie in-extremis par le défenseur Eldor. Cinq minutes plus tard, Brahimi s’infiltre dans la surface, mais voit son tir bloqué par le portier Maatar. Pour sa part, la sélection Libanaise, évoluant dans une configuration tactique de prudence, avec un bloc équipe relativement bas, s’est surtout contentée de défendre, en opérant principalement par des contres. Même scénario en seconde période. Les Verts ont eu le monopole du cuir, mais leur domination territoriale est longtemps restée stérile. 65′, la balle de Soudani est écartée sur la ligne par Ayoub. Dans la foulée, le tir de Belaili passe à côté. C’est finalement sur penalty que le capitaine Brahimi libere les siens. 68′, Belaili est Fauché dans la surface. L’arbitre n’hésite pas à désigner le point de penalty’ Brahimi exécute la sentence et donne l’avantage à l’Algérie. Après cette réalisation, les camarades de Melki ont tenté de réagir, mais en vain. En prenant plus de risques, ils se sont exposés aux contres des protégés de Bougherra. 88′, Bounedjah rate lamentablement son face à face avec le gardien. Dans les arrêts de jeu, Meziani double la mise et scelle définitivement le sort de cette confrontation totalement déséquilibrée. Pour la dernière journée du groupe « D », l’Algérie sera opposée à l’Égypte. Cette rencontre qui déterminera le leader du groupe aura lieu mardi 7 décembre à 20h.

EL MOUDJAHID