L’ONU réaffirme son engagement envers le peuple palestinien

NEW YORK (Nations-Unies) – Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a réaffirmé dimanche l’engagement de l’ONU envers le peuple palestinien et ses droits, dans un contexte marqué par l’intensification de la colonisation sioniste en Palestine et le blocage persistant du processus de paix.

La situation dans le territoire palestinien occupé est un défi pour la paix et la sécurité internationales, a déclaré le SG de l’ONU, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple Palestinien, selon l’agence palestinienne de presse, WAFA.

« En cette journée internationale, nous voulons confirmer notre engagement envers le peuple palestinien dans sa quête pour faire valoir ses droits et de construire un avenir de paix (…) », a indiqué M. Guterres sur son compte Twitter.

L’ONU a retenu, en 1977, la date du 29 novembre pour la célébration de la « Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien ».

Cette journée est célébrée cette année, dans un contexte marqué par l’intensification de la colonisation israélienne en Palestine et le blocage persistant du processus de paix, exacerbés par la normalisation des relations entre l’entité sioniste et certains pays arabes, qualifiée de « trahison » à la cause palestinienne.

Cette date choisie, en raison de sa signification et de son importance pour le peuple palestinien, est basée sur l’appel de l’Assemblée générale des Nations unies à la célébration annuelle de la résolution sur le plan de partage de la Palestine.

APS

Maroc : des sit-in dans 27 villes pour dénoncer la normalisation avec l’Entité sioniste

RABAT- Vingt-sept villes marocaines envisagent d’organiser, lundi, des marches de protestation pour dénoncer la normalisation avec l’Entité sioniste, en réponse à l’appel du Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation.

A l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, correspondant au 29 novembre, « 27 villes ont annoncé leur adhésion à l’appel du Front », note le Front dans un communiqué.

Parmi les villes où sont prévus les sit-in, le Front cite Rabat, Casablanca, El Jadida, Tétouan (Nord) et Agadir (Centre).

« Plusieurs sit-in et formes de protestation et de lutte seront organisés, sous le slogan +la lutte continue contre la normalisation et en soutien au peuple palestinien, selon la même source, qui a précisé que ce mouvement a été déclenché en faveur de « la lutte du Front marocain pour l’instauration de l’Etat palestinien sur tout le territoire palestinien avec comme capitale Al Qods ».

Cette démarche se veut « une expression populaire de rejet de la normalisation avec l’entité sioniste inique, et une demande de l’annulation de la normalisation et l’abrogation de tous les accords y afférents ».

Le ministre sioniste de la Défense Benny Gantz a effectué une visite au Maroc du 23 au 25 novembre courant, en marge de laquelle ont été signés deux accords, le premier dans le domaine de la défense et le second pour l’acquisition par le Maroc d’armes israéliennes.

L’Instance marocaine de soutien aux causes de la Oumma a considéré, dans un communiqué, que la visite du ministre sioniste de la Défense est « un acte aux préjudices incommensurables, et la suite du feuilletant humiliant de normalisation avec l’entité sioniste abjecte ».

Mercredi dernier, les autorités sécuritaires marocaines sont intervenues à Rabat pour réprimer un sit-in de protestation devant le Parlement contre la visite du ministre sioniste de la Défense au Maroc. Suite à quoi plusieurs militants activant sur les réseaux sociaux au Maroc ont lancé le hashtag « Non à la réception du terrorisme sioniste ».

Le hashtag « la normalisation est une trahison » a été classé, pendant deux jours consécutifs, les 23 et 24 novembre, premier sur les réseaux sociaux au Maroc.

APS

Maroc: la situation des droits de l’Homme dans le pays critiquée

RABAT – La présidente de l’association marocaine « Adala », Jamila Sayouri, a critiqué la situation des droits de l’Homme au Maroc et la répression excessive et violente des manifestations par les forces de l’ordre, ont rapporté lundi des médias locaux.

Dans son nouveau rapport, la présidente de l’association « Adala » pour le droit à un procès équitable, a indiqué qu’il a été constaté que « depuis 2017, le Maroc n’a pas progressé dans les libertés (manifestations, expression…) », dénonçant la manière dont les manifestations sont réprimées et l’usage excessif de la force pour les disperser dans un certain nombre de villes.

En plus de la force, Mme Sayouri a déploré les difficultés que rencontrent les associations dans leurs démarches juridiques, ainsi que les difficultés pour obtenir les agréments et autorisations définitives ou temporaires, leur permettant d’exercer leurs activités dans la légalité.

Elle a poursuivi qu’il n’y a aucun progrès dans l’établissement d’un cadre législatif global qui garantit les libertés et les droits. « Il n’y a rien de nouveau dans l’avancement de ces libertés », a-t-elle regretté.

Des manifestations contre la visite du ministre sioniste de la Défense au Maroc ont été sévèrement réprimées mercredi soir par les forces de sécurité, dont une devant le siège du Parlement à Rabat, alors que d’autres actions sont prévues lundi dans le Royaume, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

Les forces de sécurité se sont massivement déployées aux abords du Parlement à Rabat ainsi que dans plusieurs d’autres villes, après l’appel du Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation à organiser une action contre la normalisation avec l’entité sioniste, coïncidant avec l’arrivée du ministre sioniste Benny Gantz.

Plusieurs manifestations contre l’obligation du pass vaccinal ont été également réprimées.

APS

AADL 2013 : retrait des décisions d’affectation au profit de 68.000 souscripteurs

ALGER- L’Agence nationale d’amélioration et de développement du logement (AADL) a procédé, lundi, à l’ouverture de son site internet pour le retrait des décisions d’affectation au profit de 68.000 souscripteurs inscrits dans le programme location-vente de 2013, a indiqué, lundi, le directeur général de l’AADL, Fayçal Zitouni.

« En exécution des engagements du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Tarek Belaribi, 68.000 souscripteurs au programme location-vente de 2013 peuvent retirer les décisions d’affectation en les téléchargeant via le site internet www.aadl.com.dz », a précisé M. Zitouni.

Cette opération demeure ouverte pendant un mois jusqu’à la remise totale de toutes les décisions et les souscripteurs concernés peuvent retirer leurs décisions en les téléchargeant directement via le site électronique, a précisé le DG de l’AADL.

Elle concerne 44 wilayas dont Alger, Sétif, Biskra, Guelma, Annaba, Tipaza, Blida, Skikda, Tlemcen et Mostaganem et sera suivie après 15 jours par la remise des ordres de versement de la troisième tranche.

M. Zitouni a indiqué que cette opération de retrait des décisions d’affectation vient après que le taux d’avancement des travaux au niveau des sites ait atteint 70 %.

APS

El-Oued: plus de 100 exposants attendus au 1er Salon national du commerce frontalier

EL-OUED- Plus de cent (10) exposants sont attendus pour prendre part au premier salon national du commerce frontalier, prévu à El-Oued du 11 au 13 décembre prochain, a-t-on appris lundi auprès des organisateurs.

Il s’agit de patrons d’entreprises, publiques et privées, d’opérateurs économiques activant dans l’export de produits nationaux, notamment agricoles, a indiqué à l’APS de directeur général de la société « Souf-Expo », Abderraouf Seddouki.

Initié sous l’égide du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, en coordination avec l’Agence nationale de commerce extérieur (Algex) et le Centre arabo-africain d’investissement et de développement (CAAID), le salon verra aussi la présence d’une trentaine d’hommes d’affaires issus de cinq (5) pays  africains (Libye, Tunisie, Mauritanie, Niger et Mali) pour la signature de conventions commerciales pour l’exportation du produit national, a-t-il ajouté.

Des institutions publiques et administratives, dont des institutions bancaires, seront également représentées à cette manifestation économique pour mettre en avant les mécanismes préconisés par les pouvoirs publics en direction des investisseurs en vue de leur permettre d’exporter le produit national, à l’instar des facilitations des procédures administratives et des incitations bancaires, a poursuivi M.Seddouki.

Le programme de cet évènement, placé sous le signe de « Commerce frontalier et positionnement régional », prévoit de présenter les mécanismes d’accompagnement technique des entreprises exportatrices et leur orientation vers les marchés mondiaux, mais aussi de valoriser les produits nationaux éligibles à l’exportation, selon les organisateurs.

APS