Dernière ligne droite pour convaincre les électeurs d’accomplir leur devoir civique et provoquer le changement

Dernière ligne droite pour convaincre les électeurs d’accomplir leur devoir civique et provoquer le changement

ALGER – Les titres de la presse nationale paraissant ce lundi ont évoqué de long en large la dernière ligne droite de la campagne électorale qui prendra fin demain mardi, relevant que les candidats en lice abattent leurs dernières cartes pour convaincre les électeurs d’aller accomplir leur devoir civique et provoquer le changement escompté.
Sous le titre « La dernière ligne droite », le quotidien Le Soir d’Algérie a noté que « la campagne électorale pour les élections locales anticipées est à ses tout derniers jours avec le sentiment relevé chez nombre de candidats qui souhaitent que cette corvée prenne fin au plus vite ».

Même constat pour l’Expression qui a écrit qu' »entre l’appel à un vote massif, l’impératif d’un changement urgent et l’émergence d’Assemblées représentatives de la voix du peuple, les partis en lice pour les élections locales abattent, au dernier week-end de la campagne, leurs dernières cartes et insistent sur leur engagement à prendre en charge les préoccupations des citoyens ». Le même journal a estimé dans un autre article que « le Maire doit retrouver son pouvoir pour traiter la crise du logement, examiner les demandes exprimées par les citoyens à travers un système de statistiques intégré et un fichier national précis et sécurisé au profit des franges sociales qui nécessitent réellement des aides de l’Etat dans ce domaine. »

Le Journal El Moudjahid a abondé dans le même sens en titrant sur « l’élargissement des prérogatives des élus ». Le doyen des quotidiens nationaux a également publié une interview d’une spécialiste de la sociologie des Organisations à l’université de Tipaza, Zohra Haddouche en l’occurrence, qui a relevé entre autres que « les Assemblées populaires communales dépendent du budget de l’Etat, alors que les municipalités sont riches par leurs ressources et foyers fiscaux », déplorant en même temps que « les P/APC ne puissent pas avoir l’autonomie de décision  pour mobiliser les ressources, ni avoir accès aux informations et statistiques pour gérer leurs communes et proposer des projets ».

El Moudjahid a également consacré un commentaire au « nomadisme politique » qui a « vraisemblablement la peau dure », citant « des cas de militants qui désertent leurs familles politiques pour se porter candidats ailleurs en s’insérant généralement dans une liste d’indépendants ». Le journal a relevé que « les cas en question émanent dans leur quasi-majorité des formations politiques ayant décidé de ne pas prendre part à ces élections ».

Le quotidien Horizons a consacré le zoom de sa rubrique « Vivre sa commune » à l’APC de Ouled Yaich (wilaya de Blida), qu’il a qualifié de « petite bourgade à grande agglomération » et de « ville-dortoir et sans âme » qui souffre de « l’absence d’une vision futuriste dans le domaine de l’urbanisme ».

Le quotidien arabophone Ech Chaab est revenu sur les faits saillants ayant marqué les derniers jours de la campagne électorale, notamment l’intensification des activités des candidats qui, dans leur dernier souffle, tentent de convaincre les électeurs de se rendre en masse aux bureaux de vote pour élire leurs représentants et provoquer le changement souhaité. La même publication s’est intéressée au contenu du discours électoral prôné par les candidats en lice, lesquels ont insisté sur l’impulsion d’un nouvel état d’esprit au sein des futures Assemblées élues, tout en mettant l’accent sur la création des richesses. Pour ces candidats, « la clé du changement passe par une large participation au scrutin », a encore noté le tabloïd.

Pour sa part, El-Massa a repris les principales déclarations des candidats qui ont multiplié leurs sorties sur le terrain au dernier week-end de la campagne électorale, alternant ainsi entre meetings populaires et activités de proximité. Selon El Massa, les candidats ont estimé que « les élections locales contribueront au parachèvement du processus de mise en place d’institutions élues et représentatives à même de renforcer le front interne et la stabilité du pays ».

Le journal Echorouk a relevé des « dépassements avec le retour des anciennes pratiques, à savoir le recours à l’argent sale ainsi que l’achat des voix par certains candidats », interpellant ainsi  l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) à sévir pour mettre fin à ces pratiques.

De son côté, le quotidien Al-Khabar s’est intéressé à l’affichage anarchique des candidats en lice, estimant que l’ANIE devrait intervenir et appliquer la loi en infligeant des amendes aux candidats ou partis politiques impliqués dans ce genre de pratiques qui portent atteinte à la crédibilité du scrutin.

Le même quotidien a également évoqué les mises en garde adressées par l’ANIE aux différents candidats et partis qui ne respectent pas de manière stricte et scrupuleuse le protocole sanitaire dans le cadre des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie du Coronavirus.

Industrie pharmaceutique: obligation de renseigner les quantités de matières premières

Industrie pharmaceutique: obligation de renseigner les quantités de matières premières

ALGER – Les établissements de fabrication pharmaceutique sont dans l’obligation de renseigner de manière hebdomadaire les quantités de matières premières disponibles, selon une note publiée dimanche par le ministère de l’Industrie pharmaceutique.
Selon cette note publiée sur la page officielle du ministère, il a été procédé à l’actualisation du canevas de la déclaration des états de stocks qui doit être transmise de manière hebdomadaire par courrier électronique.

« Il est porté à la connaissance des directeurs techniques des établissements pharmaceutiques de fabrication qu’additionnellement aux déclarations figurant dans les états hebdomadaires de stocks, une colonne supplémentaire est à renseigner dans le nouveau canevas téléchargeable sur le site internet du ministère », explique la même source.
Cette mesure intervient dans le cadre des dispositions prises par le ministère de l’Industrie pharmaceutique relatives au suivi « rigoureux » de la disponibilité des médicaments.

Pour rappel, le ministère a rendu obligatoire l’envoi de la déclaration des états de stocks chaque jeudi avant 12:00, avec l’obligation de déclarer à la direction de la veille stratégique du ministère tout changement dans le programme de fabrication dans un délai de trois mois minimum « afin d’anticiper toute tension ou rupture pouvant affecter ces produits ».

Théâtre: consacrer la prise en charge des problématiques de la langue et la culture amazighes

Théâtre: consacrer la prise en charge des problématiques de la langue et la culture amazighes

MILA – Le colloque national sur le théâtre algérien d’expression amazighe, ouvert dimanche au centre universitaire Abdelhafid Boussouf de Mila, est une « consécration des traditions de prise en charge des problématiques de la langue et de la culture amazighes au sein de l’espace universitaire », a affirmé le Secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad.

La tenue de ce premier colloque national sur « Le théâtre algérien d’expression amazighe, modes de réflexion et formes de créativité, entre tradition et modernité », constitue « une initiative remarquable qui a des échos et des perspectives du fait de développer des approches scientifiques basées sur l’objectivité et la crédibilité », a considéré le secrétaire général du HCA.

Si El-Hachemi Assad a invité les institutions officielles et les acteurs de la société civile à puiser dans le patrimoine algérien amazigh « rassembleur et riche » au regard de son impact sur la créativité humaine, notamment concernant les origines du théâtre ancien dans le bassin méditerranéen.

Ce patrimoine a contribué à donner de nouvelles dimensions à la recherche sur les divers genres théâtraux dont les carnavals, les traditions et les légendes, a-t-il ajouté, estimant que cela « nous invite à être fiers de notre patrimoine civilisationnel, à le valoriser et à le promouvoir de toutes les manières et sur les différents médias ».

Il a également salué la déclaration du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, sur la nécessité de revaloriser les diverses étapes et les personnalités historiques qui ont façonné le parcours de la nation algérienne à travers l’histoire.

Le secrétaire général du HCA a également exprimé son espoir d’actualiser certaines lois pour accompagner la nouvelle Constitution et les acquis de la langue et la culture amazighes, notamment après l’installation de la Cour constitutionnelle, notant à ce propos que la loi d’orientation sur l’éducation nationale date de 2008.

Il a également mis en exergue les divers acquis de la langue amazighe dans plusieurs structures officielles et équipements publics, saluant l’initiative de l’agence Algérie presse service qui utilise depuis 2015 la langue amazighe.

Il a évoqué, en outre, le recours de l’Autorité nationale indépendante des élections à la langue amazighe avec l’arabe, d’une manière simple, facilitant son adoption par le citoyen particulièrement en cette période de parachèvement de l’édification institutionnelle de la nouvelle Algérie.

Dans une conférence de presse, tenue avant une rencontre de concertation avec les enseignants de la langue amazighe à Mila, Si El Hachemi Assad a passé en revue les efforts visant la consolidation de la place de cette langue, rappelant le dernier accord avec le ministère de l’Education nationale relative à la généralisation progressive de cette langue à travers le pays, en qualifiant de « timide » son enseignement à Mila.

Répondant à une question sur la protection du patrimoine oral amazigh « menacé d’extinction », il a affirmé que le HCA a mis en place tous les moyens de prise en charge et conclu des partenariats avec les associations culturelles amazighes du pays auxquelles un budget pour leur soutien et accompagnement a été consacré, en plus du soutien de projets de jumelage avec d’autres partenaires dont le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Ce colloque national de deux jours verra la présentation de près de 40 communications par des chercheurs de plusieurs universités du pays, dont celles de Tizi-Ouzou, Bouira, Oum El Bouaghi, Constantine et Mila, a indiqué la présidente de la rencontre, Asma Hambli.

La manifestation abordera les caractéristiques du discours théâtral amazigh à travers lesquelles il se distingue du type traditionnel dans la forme et le fond, a ajouté la même source.

Transports ferroviaires: Les trains de nuit reprennent du service

Transports ferroviaires: Les trains de nuit reprennent du service

ALGER – La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a annoncé, dans un communiqué, la reprise des liaisons des trains de nuit à couchette à partir de dimanche.
La première étape de de la reprise des trains de nuit concernera les lignes Alger-Touggourt-Alger et Oran-Béchar-Oran, précise la même source. La liaison à partir de Béchar vers Oran est programmé à 20H00 alors que l’arrivée sera à 05H00 du matin.

Pour la liaison Oran-Béchar, le train démarre à 20H30 pour arriver vers 05:00 du matin.

Par ailleurs, la liaison Touggourt-Alger commence à 17H30 alors que l’arrivée est prévue à 05H00 du matin.

S’agissant de la desserte Alger vers Touggourt, le départ est programmé à 18H10 pour arriver à 05H00 du matin.

Les autres liaisons à savoir Annaba-Alger et Tébessa-Alger sont prévues à partir du 28 novembre.

La SNTF a fait savoir, à ce propos, le ce programme avait été mis en place en coordination avec les secteurs de l’Intérieur et de la Santé en sus de la Gendarmerie nationale en vue d’assurer la sécurité des voyageurs. Le nombre de voyageur à l’intérieur du train a été réduit de 50% avec l’application d’un protocole sanitaire.

Cette mesure vient en application de la décision des hautes autorités au sujet de la reprise graduelle des différents moyens de transport, suite à l’accalmie qu’a connue la situation sanitaire liée à la propagation de la pandémie de Covid-19.

Championnats MENA de karting: un Algérien sacré en « Juniors Max »

Championnats MENA de karting: un Algérien sacré en « Juniors Max »

MASCATE – Le jeune pilote algérien, Samy Robinson a remporté haut la main l’épreuve « Juniors Max » du Championnat MENA de karting (Zone Moyen Orient et Afrique du Nord), clôturé samedi sur le circuit da Mascate (Sultanat d’Oman), alors que sa compatriote Besma Khettal s’est contentée de la 9e place dans la même catégorie d’âge.
L’Algérie était représentée par un total de 11 pilotes dans cette compétition, à savoir: Besma Khettal et Samy Robinson en « Junior Max », Malik Tlemçani et Mohamed Amine Baya en « Seniors », Sofian Salhi et Soheil Khettal en « DD2″, Riad Meguari en »DD2 Master », Ismaïl Saber Chérif et Oussama Saker en « RD1 endurance », Baya Hamouda, Malik Tlemcani et Soheil Khettal  en « RD1 sprint », et le tandem Ishak Lahnin – Reda Amrani  en « Time 2 ».

Etabli en Angleterre, le jeune Samy (13 ans) est déjà mondialement connu, pour avoir remporté le « X30 Minimes » des mondiaux IAME, disputés l’an dernier en Espagne. Il est également champion britannique en titre de karting.
Autre bon classement pour l’Algérie dans cette compétition, celui de Souhil Khettal, ayant terminé 4e en catégorie DD2, alors que Malik Tlemçani, qui devait jouer les premiers rôle dans la catégorie « Senior Max » a souffert d’une blessure à l’avant bras, contractée dans un accrochage lors des courses qualificatives. Une blessure qui l’a considérablement handicapé aussi bien lors de la course pré-finale que lors de la finale.

Organisée du 16 au 20 novembre à Mascate, la compétition a drainé un total de 127 pilotes, représentant 18 pays.

C’est la deuxième participation de l’Algérie à ce niveau de compétition, et ses « résultats ont été relativement satisfaisants », selon la Fédération algérienne des sports mécaniques (FASM), surtout qu’elle manque de moyens par rapport aux autres pays, particulièrement ceux du golf.

L’Algérie avait pris part avec six pilotes, à la 1ère édition du Championnat MENA disputée en 2020, et a terminé la compétition en première position des nations africaines participantes.