« Retour aux sources », 1e exposition individuelle de Mohammed Yazid Kaddouri

« Retour aux sources », 1e exposition individuelle de Mohammed Yazid Kaddouri

ALGER – « Retour aux sources », première exposition individuelle de l’artiste peintre Mohammed Yazid Kaddouri, dédiée à la région d’El Oued, à travers laquelle il invite le regard du visiteur à méditer la tradition ancestrale et la richesse du patrimoine culturel et architectural de la région.

Visible jusqu’au 2 décembre à la Galerie d’Art « Frantz Fanon », sise au Centre des arts de l’Office Riadh El Feth (Oref), cette exposition, soutenue par un fond musical assuré par le saxophoniste Omar Khiter, compte 80 toiles à l' »huile et au couteau », mises sous cadres dans différents formats « après cinq ans de préparation ».

Réalistes ou figuratives, les toiles de Mohammed Yazid Kaddouri évoquent la région d’El Oued, invitant les visiteurs à une immersion dans le patrimoine et les traditions ancestrales, dans un concert de formes et de couleurs hautement esthétique.

« Je m’inspire de la vie quotidienne, des coutumes et traditions de ma région natale d’El Oued », explique l’artiste. »Retour aux sources », propose d’opérer un regard introspectif et nostalgique incitant à la méditation sur la richesse patrimoniale et la diversité culturelle, à travers, entre autres thèmes évoqués, des natures mortes, des maisons de campagne, des portraits et des ksours.

Les visiteurs pourront ainsi apprécier entre autres toiles, « Fellah soufi », « Natures mortes », aux oranges et aux tomates, « El Gh’rara », Bent el ardjoun », « Vieille maison- El Oued-« , « Marché, « Repos des guerriers », « Haizia 46 après la baignade », « Danseuse de Houli », « Caravane », « Riche commerçant soufi », « El Kantara » et « Sidi Merzoug ».

A travers des portraits réalisés sur des sujets présents dans sa vie, comme le regretté Amar Zahi, les femmes au haik ou la reine touarègue « Tinhinan », ainsi que des membres de sa famille, l’artiste à voulu associer les siens à son travail et rappeler quelques références historiques, artistiques et sociales dans lesquelles tout le monde se reconnaîtrait.

« Je voulais témoigner de mon vécu dans cette belle région, et raconter l’histoire de ses traditions et coutumes, ses fêtes et ses jeux », précise encore Mohammed Yazid Kaddouri.

La toile, « L’Algérie, la 2eme République », caractérise l’ »avenir de l’Algérie nouvelle », avec une vision basée sur la représentation de la femme algérienne émancipée et libre, dans sa tenue rouge car révoltée, avec les pieds nus symbolisant la libération.

L’artiste a choisi de mettre en scène cette belle métaphore de la femme révoltée au pieds nus, dans un décor somptueux, en plein massif du Hoggar, ce qui a procuré à cette œuvre beaucoup de succès auprès des visiteurs.

Les différentes toiles exposées se révèlent au public dans des couleurs vives et lumineuses, contrastant avec un fond clair qui met les sujets traités plus en évidence et les rend « parlants » dans un élan expressif qui orne le silence des lieux.

Diplômé de l’Ecole supérieure des Beaux Art, Mohammed Yazid Kaddouri a participé, alors qu’il était encore étudiant, à plusieurs expositions collectives en Algérie et à l’étranger, au delà de quelques prestations individuelles locales à El Oued et à Oran.

L’artiste compte également à son actif, des travaux de sculpture « en bas reliefs », dont la plus grande pièce est une sculpture en béton qui raconte l’histoire de sa région sur une longueur de 600 mètres.

APS

Locales du 27 novembre: le Front El-Moustakbal prévoit une participation massive des électeurs

Locales du 27 novembre: le Front El-Moustakbal prévoit une participation massive des électeurs

TIPASA – Le chef du parti Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaid a affirmé, dimanche à Tipasa que sa formation politique « prévoit une participation massives dans les élections locales du 27 novembre.

Répondant à une question de l’APS, en marge d’un meeting populaire qu’il a animé à la maison de jeunes au chef-lieu de la wilaya, dans le cadre de la campagne électorale au titre des élections locales, M. Belaid a indiqué que son parti prévoit une participation massive des électeurs contrairement aux échéances politiques précédentes, à l’image des dernières législatives ou le référendum sur la Constitution.

Les prévisions sont établies objectivement prenant en considération l’importance que revêt ce rendez-vous électorale qui touche directement le citoyen, d’où l’enthousiasme et la dynamique qui marquent la campagne pour les locales, a-t-il mis en avant.

Le patron du front El-Moustakbal a souligné, à cette occasion, que les élections locales, dans le monde entier, attirent davantage d’électeurs par rapport aux autres échéances, ajoutant que « ces locales constituent  le dernier maillon du processus de l’édification démocratique qu’a amorcé l’Algérie à partir des présidentielles du 12 décembre 2019.

M. Belaid a mis l’accent sur l’importance de poursuivre le processus d’édification institutionnelle dans le cadre de la démocratie et des nouveaux mécanismes électoraux de l’Algérie poste-hirak qui aspire au changement.

« Ce changement devrait être réel et touche les différents aspects de la vie dans le cadre de la politique nationale avec l’implication de tout un chacun, conformément à une nouvelle vision pour assoir, en priorité, une économie nationale forte », a-t-il poursuivi.

Selon M. Belaid, le véritable changement se fait d’abord à travers le changement des mentalités et des pratiques archaïques ainsi que le respect de l’Homme, d’autant plus que l’Algérie dispose de toutes les clés de la réussite, rappelant que les Algériens ne souhaitent pas perdre une autre opportunité comme celle, il y a 22 ans, où toutes les conditions étaient réunies pour réaliser « un décollage économique ».

Le président du front El-Moustakbal a insisté sur « la sécurité alimentaire » qui préservera la souveraineté de l’Algérie.

Il a également plaidé pour la révision des codes communal et de wilaya, la libération des initiatives locales et l’adoption de la gouvernance locales.

A la fin, il a appelé les candidats de sa formation à œuvrer en coordination avec toutes les obédiences politiques, rejeter le discours de haine et toutes sortes de violence physique ou verbale, leur rappelant que le front El Moustakbal était une force politique qui croit en le travail collectif pour l’intérêt général.

APS

Elections locales: Le rôle de la société civile dans la réussite du scrutin mis en exergue

Elections locales: Le rôle de la société civile dans la réussite du scrutin mis en exergue

ALGER – Le rôle de la société civile dans la réussite des élections locales du 27 novembre a été mis en exergue par les quotidiens de la presse nationale paraissant ce lundi, s’attardant également sur la démocratie participative et l’importance du développement local afin de permettre aux Assemblées élues de retrouver leur vocation initiale.

En ce sens, le quotidien El Moudjahid a repris les déclarations de plusieurs leaders de partis politiques, citant notamment le Front des Forces socialistes (FFS) qui s’est dit « déterminé » à mettre le citoyen et par conséquent la société civile « au centre d’un nouveau mode de gestion des collectivités locales, basé sur l’innovation, la compétence, la transparence et la bonne gouvernance », réitérant en même temps son « ambition » de « réhabiliter le rôle et le statut de l’élu local ».

Selon le même journal, le FFS a considéré qu’il était temps « de rompre avec les Codes qui régissent le fonctionnement des collectivités locales » qui réduisent l’élu au rang « d’un simple exécutant », relevant par ailleurs que « les citoyens sont de plus en plus nombreux présents aux meetings populaires et rencontres de proximité du fait de l’évolution marquée de la campagne électorale ».

Dans le même sens, le quotidien Crésus, a relevé que le Mouvement pour la Paix et la société (MSP) ne néglige pas la société civile, reprenant ainsi les déclarations du leader de ce parti selon lesquelles « les listes électorales du MSP sont établies en concertation avec la société, dans le cadre de la démocratie participative. »

De son côté le quotidien l’Expression s’est intéressé aux candidats indépendants qui « veulent jouer aux troubles fêtes », citant l’exemple des candidats de la wilaya de Tizi Ouzou qui ambitionnent de « créer la surprise » et constituer une « véritable concurrence aux partis politiques qui sont traditionnellement ancrés dans cette région ».

Pour ce tabloïd, « c’est la première fois que la wilaya de Tizi Ouzou enregistre un nombre aussi élevés de listes (150) de candidats indépendants dans ses 67 communes ». Sous le titre « Mercato électoral ou banalisation politique », El Watan abonde dans le même sens en notant toutefois que « des élus sortants ont décidé de briguer un autre mandat, mais en changeant de couleurs politique ».

Illustrant son commentaire par ce qui est appelé le « nomadisme politique », le journal a relevé que « certains candidats ont opté pour des listes d’indépendants et d’autres se sont retrouvés chez les rivaux d’hier ».

De son côté, Le Soir d’Algérie a constaté que des candidats optent  pour des activités de proximité, soulignant que les postulants aux Assemblées élues « semblent privilégier le contact direct en allant vers les électeurs plutôt que de les attendre dans des salles désertées par les citoyens ».

Le quotidien arabophone Echaâb qui a consacré son commentaire à ce rendez-vous électoral, a relevé qu’ à moins de deux semaines du jour J, les candidats optent pour des rencontres de proximité en vue d’être plus proches des électeurs, ce qui donne un autre cachet ces élections, marquées par une « forte concurrence entre les candidats ». La même publication a noté que cette concurrence sert à  « relever davantage le niveau du discours politique des candidats ».

Le quotidien Horizons  qui a initié à l’occasion de ces élections une rubrique intitulée « Vivre sa commune », a consacré son zoom pour l’édition de ce lundi à l’APC de Tizi Rached dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le quotidien a interviewé le P/APC sortant de cette Commune qui connait une récession économique, sachant qu’elle abrite le siège de la société nationale de production de l’électroménager (ENIEM).

La nouvelle République s’est intéressé à un autre sujet, savoir « les rumeurs qui s’abattent sur l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) », et qui concernent la carte d’électeur qui aurait été imposée aux observateurs  du prochain scrutin. Le journal a largement repris le communiqué de l’ANIE qui apporte un démenti à ces rumeurs.

Le quotidien El-Massa s’est intéressé au contenu développé par les candidats en lice dans leurs discours respectifs, estimant que le thème de la démocratie participative, constitue un dénominateur commun pour l’ensemble des candidats de même que le thème du développement local qui revient dans tous les discours de campagne, faisant observer que les candidats s’efforcent de « développer des thèmes en relation avec la spécificité de chaque région ».

Se voulant plus critique, le journal Echorouk a estimé que la campagne électoral se déroule dans une « ambiance folklorique », estimant que tous les moyens sont utilisés pour attirer le public dans les espaces où se déroulent les meetings populaires. La même publication a en outre déploré le « discours tribal » de certains candidats ainsi que « l’indifférence des citoyens vis-à-vis de ces élections ».

De son côté, le quotidien « Al-Khabar » s’est intéressé aux « agissements » des anciens candidats qui, malgré leur exclusion par des décision de la justice de la course électorale, tentent de manipuler les candidats en lice dans l’espoir de préserver leurs privilèges et exercer leur influence sur les futurs élus.

Par ailleurs, les titres de la presse nationale ont davantage focalisé sur les intempéries qui touchent plusieurs régions du pays, provoquant ainsi des inondations et des dégâts matériels.

APS

Agenda du 12ème jour de la campagne électorale

Agenda du 12ème jour de la campagne électorale

ALGER : Voici l’agenda du 12ème jour de la campagne électorale pour les locales du 27 novembre :

– Alger: Hakim Belahcel, membre de l’Instance présidentielle du Front des Forces socialistes (FFS),  animera un meeting populaire au Centre culturel de Rouiba (16 h 00).

-Alger: meeting populaire du Front Militantisme national (FMN) à la salle des Scouts musulmans de Baba Hassen, (16 h 00).

-Alger: meeting populaire du président du parti « Sawt Echaab », Lamine Osmani, dans la commune d’El-Marsa,  (16 h 00).

– Touggourt : le Secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, animera un meeting populaire à la salle des conférences de la commune de Tississt,  (10 h 00).

-Ouargla : meeting populaire du président du Mouvement pour la Société et la Paix (MSP), Abderrezak Mokri, (11 h 00).

-Touggourt : meeting populaire du président du MSP, Abderrezak Mokri, (16 h 00).

– Saida : meeting du président par intérim du Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), Djamel Benziadi, à la Maison de la Culture « Mustapha Khalef « , au chef-lieu de wilaya (15 h 00)

– Médéa: meeting populaire du président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaid, au Centre culturel « Hassan El-Hassani » de Berrouaguia (10 h 00).

– Ain-Defla : meeting populaire du président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaid à la Maison de la culture « Emir Abdelkader », au chef-lieu de wilaya (13 h 00).

– Médéa : Abderrahmane Belayat animera un meeting populaire au Centre culturel de Berrouaguia, en intérim du Secrétaire général du Front de Libération national (FLN),  (13 h 00).

– Mila : meeting populaire du président du Madjliss Echoura du Mouvement El-Bina, Nassr Eddine Salem Chérif, à la Maison de la Culture « M’barek El-Mili » (14h00).

APS

Beldjoud installe le wali d’Alger dans ses nouvelles fonctions

Beldjoud installe le wali d’Alger dans ses nouvelles fonctions

ALGER – Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamal Beldjoud a installé, dimanche, M. Ahmed Mabed dans ses nouvelles fonctions de wali d’Alger, en remplacement de Youcef Cherfa, nommé ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, suite au dernier remaniement partiel opéré jeudi, par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Dans une allocution prononcée lors de la cérémonie de passation des pouvoirs, M. Beldjoud a mis en avant « l’intérêt qu’accorde l’Etat au parachèvement du processus de développement de la capitale et l’adoption d’une approche moderne basée sur l’innovation, l’efficience et l’esprit participatif, loin des procédés de routine et classiques qui ne sont pas à la hauteur de ce que porte cette wilaya comme perspectives et défis ».

Pour le ministre, les Algérois « aspirent à l’amélioration de leur cadre de vie et du niveau des services publiques, notamment celles relatives à l’hygiène de l’environnement, à l’aménagement urbain, aux structures d’éducation et de santé, aux moyens de transport et autres structures de proximité vitales ».

Le ministre de l’Intérieur a estimé que la nomination de M. Mabed se veut « une reconnaissance de sa  longue carrière au niveau des Collectivités locales », ce qui le met au « défi de promouvoir la wilaya d’Alger à la hauteur des attentes de sa population ».

M. Beldjoud a rappelé que M. Maabed « jouit d’une expérience de plus de 40 ans » dans la gestion locale, pour avoir occupé « des postes de responsabilités importantes, à la tête des wilayas de Jijel, El Tarf, Mostaganem, Bejaïa et Tipasa ».

De son côté, le nouveau wali d’Alger a fait part de « son engagement » à œuvrer à assurer toutes les énergies et moyens, en vue de faire face aux défis et aux enjeux qui attendent la capitale.

A son tour, M. Cherfa a indiqué que tout au long de sa fonction comme wali d’Alger, il a travaillé en coordination avec différents directeurs et responsables dans l’objectif de faire face à des dossiers importants, dont la crise sanitaire, la pandémie de Covid-19, la crise de l’eau potable, les opérations de relogement au profit des citoyens, les changements climatiques et la relance de certains projets structurants.

APS