UA: l’Algérie prend part à la 4ème session du Comité technique relatif à la communication et aux TIC

UA: l’Algérie prend part à la 4ème session du Comité technique relatif à la communication et aux TIC

ALGER – L’Algérie a participé mercredi aux travaux de la 4ème session du Comité technique spécialisé sur la communication et les technologies de l’information et de la communication  (TIC) de l’Union africaine (UA), indique le ministère de la Poste et des Télécommunications dans un communiqué.

Les travaux de cette réunion, à laquelle a pris part le représentant de l’Algérie, Abderrezak Henni, secrétaire général du ministère de la Poste et des Télécommunications, se sont tenus en visioconférence.

La réunion, organisée par la Commission de l’UA, a vu la participation des représentants des Etats membres de l’Union africaine, des communautés économiques régionales et des organes de l’Union, ainsi que des représentants d’organisations internationales.

La réunion était précédée d’une réunion au niveau des experts les 25 et 26 octobre consacrée à l’examen des projets de résolution sur les questions soulevées, ainsi que pour convenir des dispositions relatives à la déclaration ministérielle de la quatrième session.

Le Comité, qui se réunit tous les deux ans en session ordinaire, vise à adopter des stratégies et des plans d’action pour mettre en œuvre les projets et programmes aux niveaux continental et régional dans le secteur de la communication.

APS..

Alger: Le corps sans vie d’une personne disparue suite aux intempéries retrouvé

Alger: Le corps sans vie d’une personne disparue suite aux intempéries retrouvé

ALGER – Les services de la Protection civile d’Alger ont retrouvé, mercredi après-midi, le corps sans vie de la troisième victime emportée par les crues, dans la nuit de samedi à dimanche, à Draria suite aux fortes précipitations et aux crues de Oued Saoula.

Les agents de la Protection civile et la brigade des plongeurs ont retrouvé aux alentours 16:45 ce mercredi le corps sans vie d’une personne disparue au niveau de la commune de Draria suite aux crues causée par les fortes précipitations dans la nuit de samedi à dimanche, a déclaré à l’APS, le chargé de l’information à la Direction de wilaya de la Protection civile, le lieutenant Khaled Benkhalfallah.

Il s’agit de l’avocat Zitouni Mehdi (âgé de 40 ans) dont le corps a été retrouvé à la localité de « Houche Féminas » à 30 km de sa voiture, sous des décombres d’arbres et de boue emportés par les eaux de pluie, a-t-il précisé.

APS

CAN-2022 : Les sélections autorisées à inscrire 28 joueurs

CAN-2022 : Les sélections autorisées à inscrire 28 joueurs

La Confédération africaine de football (CAF) a écrit à ses associations membres, dont les sélections sont qualifiées à la CAN 2021, au courant de la semaine, pour les informer, d’une part, des modalités de visas d’entrée au Cameroun, et de la possibilité d’inscrire cinq joueurs supplémentaires dans leur liste finale, d’autre part.
Ainsi, le nombre de joueurs par sélection passe de vint-trois à vint-huit. Naturellement, cette décision est motivée par le contexte sanitaire actuel qui n’écarte pas d’éventuels forfaits y découlant.
Selon une source autorisée à la FAF, cette mesure reste facultative. Autrement dit, les sélections ont le libre choix d’inscrire vingt-trois ou vingt-huit joueurs.

Manœuvres militaires américano-marocaines : Le Sénat bloque les fonds alloués

Manœuvres militaires américano-marocaines : Le Sénat bloque les fonds alloués

Le Sénat américain a décidé, hier, de bloquer les fonds destinés à appuyer la participation marocaine aux manœuvres militaires conjointes ou multilatérales à moins que le royaume ne décide de mener des actions en vue de concrétiser « un accord de paix avec le Sahara occidental ».
« Aucun fonds de la loi budgétaire pour l’exercice 2022 ne sera mis à la disposition du Secrétaire à la Défense pour soutenir la participation des forces militaires du Royaume du Maroc à tout exercice bilatéral ou multilatéral (…) à moins que le secrétaire ne certifie aux commissions de défense du Congrès que le Royaume du Maroc a pris des mesures pour soutenir un accord de paix avec le Sahara occidental », indique le projet du budget fédéral adopté par le Comité des forces armées du Sénat américain.
Il est précisé, en outre, que cette décision pourrait être annulée « si le Secrétaire à la Défense soumet aux commissions de défense du Congrès une note écrite argumentant que l’abandon de cette décision va dans l’intérêt et en faveur de la sécurité nationale des Etats-Unis appuyée par une explication détaillée de la manière dont l’abandon de cette décision favoriserait les intérêts » du pays.

El moudjahid

Déficit de la CNR : Difficulté à répartir la richesse collective

Déficit de la CNR : Difficulté à répartir la richesse collective

La Caisse nationale des retraites, noyée dans une multitude de déséquilibres structurels, peine à sortir la tête de l’eau. Le projet de loi de finances de 2022, présenté devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale, lui prévoit une affectation de 3% de la taxe pétrolière prévue pour l’année prochaine.

Ainsi, l’Etat devra encore puiser dans ses réserves pour assurer le paiement des pensions des retraités, avec une contribution de pas moins de 6.392 milliards de centimes. La CNR devient-elle un grand corps malade ? «Une remise à plat complète et profonde doit être opérée à l’intérieur même de la caisse afin d’éradiquer tous les abus multiformes et retrouver des équilibres financiers internes, à moyen et long terme», propose Mourad Goumiri, économiste. Le tout passera, explique-t-il, par la définition des «règles justes et équitables, qui devront passer par une réduction substantielle des niveaux de retraite, pour celles le plus élevées, sans effet rétroactif et en revenant sur un âge de départ à la retraite, raisonnable et compatible avec les équilibres financiers». Comme un malheur ne vient jamais seul, la CNR se voit flanquer sous le nez le couperet arithmétique des retraites : des actifs de plus en plus insuffisants pour payer des retraités de plus en plus nombreux et qui vivent de plus en plus longtemps. Quant à Abdelmalek Boussaid, universitaire, le problème à résoudre concernant le financement à long terme de la CNR «ne se situe pas dans une insuffisance de ressources, mais dans la difficulté de répartir la richesse collective à même d’assurer tout à la fois efficacité économique et cohésion sociale». Selon lui, choisir un mode de financement ne peut être réduit à une question technique. «C’est un choix avant tout politique, c’est-à-dire un choix de société dans lequel le rôle de l’Etat est central», fait-il savoir. Dans ce registre, l’universitaire explique que la récente décision des pouvoirs publics de créer un Fonds national de réserves des retraites, visant à pérenniser le financement de la CNR en la mettant officiellement à l’abri de toutes les fluctuations économiques, sociales ou démographiques, «clôt provisoirement le débat en Algérie». Une décision qui «peut être interprétée comme une volonté forte du pouvoir politique de garantir le lien social et la solidarité intergénérationnelle inhérente au système par répartition, par l’utilisation de la rente tirée des hydrocarbures, bien collectif par excellence ». Enchaînant, M. Boussaid relève que les ruptures des équilibres démographiques et économiques en Algérie sont le fait, d’abord, de la transition démographique que vit le pays». En 2020, l’espérance de vie atteindra 80 ans d’après les estimations de l’ONS. En 2050, les personnes âgées représenteront près d’1/3 de la population totale. A la transition démographique, poursuit l’universitaire, se greffe l’effet de «la transition économique que vit l’Algérie à la suite du passage de l’économie administrée à une économie de plus en plus régulée par le marché».