ALGER – Le responsable du dossier des colonies dans le nord de la Cisjordanie, Ghassan Daghlas, a appelé la communauté internationale à faire pression sur l’occupant israélien afin de mettre un terme à sa politique expansionniste en Palestine.

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 29 novembre de chaque année, le leader du mouvement « Fatah », Ghassan Daghlas, a appelé, dans un entretien à l’APS, à « assiéger » l’entité sioniste et à faire pression sur elle pour mettre fin à sa politique d’expansion de colonies dans les territoires palestiniens.

Il a expliqué que « cette idée est ancrée dans la mentalité extrémiste des politiciens israéliens », soulignant que le peuple palestinien ne cesse de réclamer ses droits et compte les reprendre dans le cadre de la légitimité internationale.

A ce propos, le responsable a affirmé qu’il ne peut y avoir de reprise des négociations de paix si l’implantation des colonies se poursuit, et d’ajouter : « Nous soutenons les efforts du Quatuor international et la participation de toutes les parties aux négociations s’il y a une intention de relancer de nouvelles négociations, mais l’actuel gouvernement sioniste est fragile et faible. Il ne peut pas entrer dans un nouveau cycle de négociations et prendre de décisions ».

M.Daghlas a indiqué que la politique de l’entité sioniste qui consiste à continuer d’étendre et de construire des colonies est « une preuve claire que tous les gouvernements sionistes qui se sont succédé ont la même mentalité, qu’ils soient des gouvernements de gauche ou de droite ».

Il a affirmé que la politique d’occupation israélienne se traduisait « à travers le rasage des terres et l’expansion des colonies visant à empêcher l’établissement d’un Etat palestinien géographiquement cohérent ».

M.Daghals a, par ailleurs, qualifié « l’occupation israélienne d’insolente qui se considère au-dessus du droit international », rappelant que 87 résolutions du Conseil de sécurité et plus de 800 résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU, d’associations et du Conseil des droits de l’Homme ont été rejetées.

Inquiétude croissante concernant le taux élevé de démolitions de maisons

M.Daghlas a fait part de l’inquiétude des citoyens palestiniens concernant le rythme croissant des démolitions et du rasage des terres palestiniennes, soulignant à cet égard le record d’augmentation du nombre de démolitions de maisons, de 20% par rapport à l’année dernière, en particulier dans les environs d’al-Qods.

Dénonçant cette augmentation alarmante, le responsable palestinien a indiqué que « 20.000 maisons à al-Qods seule ont reçu des avis de démolition et que le taux en Cisjordanie n’est pas négligeable non plus ».

Dans ce contexte, il a indiqué que malgré toutes les pressions exercées sur les habitants palestiniens, ils sont toujours restés chez eux et n’ont pas quitté leurs maisons, saluant « la résistance légendaire des habitants du quartier Cheikh al-Jarrah à al-Qods occupée ».

Concernant les marches hebdomadaires anti-colonies, M. Daghlas a assuré que ces dernières « inquiétaient l’occupation israélienne et en même temps renforçaient le moral du peuple palestinien », poursuivant qu’il y a une résistance populaire quotidienne sur le terrain, qui a réussi à envoyer un message à l’occupant que le peuple palestinien, grands et petits, hommes et femmes, s’accrochait à sa cause.

Outre la résistance sur le terrain, il a ajouté que des efforts juridiques sont déployés avec l’aide d’organisations internationales pour poursuivre les entreprises européennes qui opèrent dans les colonies, soulignant qu’elles ont « répondu favorablement à nos correspondances et boycotté les produits en provenance des colonies ».

APS

Partagez......... شارك
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin