Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux

ALGER- Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed a affirmé mardi à Alger que le tissu industriel national de production des médicaments et des dispositifs médicaux s’était élargi ces dernières années et comptait actuellement 196 unités.

Dans une allocution lors d’une conférence nationale intitulée « Souveraineté sanitaire, souveraineté pharmaceutique », à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance, le ministre a précisé que l’Algérie possédait aujourd’hui un tissu industriel « important » dans le domaine pharmaceutique, avec des capacités de production « très élevées » couvrant près de trois quarts des besoins du marché national, en termes de nombre de médicaments inscrits à la Nomenclature nationale des produits pharmaceutiques.

Pour M. Benbahmed, l’Algérie a franchi dans ce domaine des « avancées considérables » de nature à consolider la souveraineté et la sécurité sanitaires.

Il a ajouté que son département ministériel s’emploie à honorer ses engagements de faire de 2022 une année pour le lancement de la production des médicaments anticancéreux, faisant état ,à ce propos, de l’inauguration, durant cette semaine, de deux nouvelles unités, et de cinq autres qui entreront en service dans les prochains mois.

APS

Aïd El-Adha 2022: lancement de la campagne de collecte des peaux des moutons sacrifiés

ALGER- Le ministère de l’Industrie supervisera le lancement de la campagne de collecte des peaux des moutons sacrifiées durant l’Aïd El-Adha de l’année 2022 afin de les mettre à la disposition des tanneries pour utilisation locale et exportation, indique dimanche un communiqué du ministère.
Dans le cadre des efforts de valorisation de la filière Cuir, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar a présidé, dimanche, une rencontre en prévision des préparatifs de cette campagne organisée cette année sous le slogan: « Richesse précieuse et exploitation idoine pour la diversification économique », précise le communiqué.

Ont assisté à cette réunion des acteurs et des intervenants dans cette opération, représentant le secteur de l’industrie et autres secteurs ministériels, les instances concernées, les associations professionnelles et la société civile à travers les wilayas du pays, note le communiqué.

Cette campagne vise à promouvoir les industries nationales du cuir, ancrer la culture de récupération dans la société pour bénéficier au maximum des produits bruts disponibles localement, préserver l’environnement et renforcer la chaîne de valeur de ce domaine notamment entre les producteurs des matières premières et les transformateurs industriels par la création de mécanismes de partenariat permanent et la réduction des importations des matières premières et partant soutenir la production nationale.

A cette occasion, M. Zeghdar a affirmé que la réussite de cette opération s’appuie principalement sur « la contribution de tous les secteurs et les instances concernées tant au niveau central que local, et ce à la faveur des précédentes expériences et des enseignements tirés des campagnes organisées au cours de ces dernières années ».

Le ministre a insisté sur « le rôle important des acteurs locaux dans la réussite de cette opération notamment les directeurs de l’industrie et de l’environnement, les services agricoles et les affaires religieuses dans le cadre de comités locaux sous l’autorité de mesdames et messieurs les walis », ajoute le communiqué.

M.Zeghdar a émis des instructions, dans ce cadre, à l’effet de s’assurer du bon déroulement de l’opération à savoir la sensibilisation des citoyens, l’organisation des abattages au niveau des quartiers, la définition des points de collectes des peaux de moutons, la mobilisation des moyens logistiques pour les transporter ainsi que des espaces de stockage dans les entreprises économiques publics et la coordination avec les entreprises d’hygiène.

A la fin, le ministre a insisté sur la nécessité de faire réussir cette opération nationale, mettant en avant son importance pour l’économie algérienne.

D’autres questions d’ordres technique et logistique ont été examinées avec les directeurs locaux de l’industrie lors de cette réunion, rappelle-t-on.

Pour le ministère, associer le citoyen « est essentiel » en vue de collecter une bonne quantité de peaux de moutons, estimant qu’il « est le noyau de cette opération ».

« La réussite de cette opération dépend principalement de la sensibilisation des citoyens au rôle important qu’ils puissent jouer en termes de promotion de l’économie du pays et de protection de l’environnement », poursuit le ministère.

A cet effet, des campagnes de sensibilisation seront lancées au niveau local visant à mettre en exergue l’importance de cette opération d’intérêt public.

Le ministère a rappelé également la collecte, depuis 2018, de près de 1 million de peaux et la récupération de 500 tonnes de laine.

APS…

Don de sang : La DGSN lance une campagne nationale

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a lancé, hier à Alger, une campagne nationale de don de sang, qui se tient du 19 au 21 juin à travers l’ensemble des structures médicales de la Sûreté nationale, et ce en collaboration avec l’Agence nationale du sang (ANS).
«Cette campagne touche tous les éléments de la Sûreté nationale à travers les 58 wilayas et permet à chaque fonctionnaire de contribuer au renforcement des banques de sang qui se trouvent au niveau des structures de la santé publique, et ce en solidarité avec les malades», a déclaré le sous-directeur de la santé à la DGSN, Djilali Djani, lors du lancement de la deuxième phase de la campagne nationale de don de sang qui s’est déroulée au niveau du centre médico-social Omar- Haraïgue.
De son côté, Dr Kenifed Hafida, responsable du pavillon des urgences médico-chirurgicales de la clinique Les Glycines, a affirmé que pour réussir cette campagne organisée par la DGSN à travers toutes ses structures médicales, «tous les moyens médicaux et paramédicaux ont été mis en place pour faciliter l’opération». Ainsi, le directeur de l’administration générale au sein de l’ANS, M. Houma Samir, a estimé, quant à lui, que cette campagne «permet de collecter un nombre considérable de pochettes de sang», en saluant, à cette occasion, la DGSN «pour cette contribution». el moudjahid

Saison estivale: 488 plages autorisées à la baignade cette année

ALGER – La ministre de l’Environnement, Samia Moualfi, a annoncé jeudi à Alger que 488 plages étaient autorisées à la baignade cette saison estivale à travers les différentes wilayas du pays, dont 62 plages dans la capitale, précisant que son département veillera régulièrement à leur propreté en associant la société civile.
Dans une allocution lors d’une réunion d’évaluation des préparatifs et des activités liées à la saison estivale avec les directeurs de l’environnement des 14 wilayas côtières, Mme Moualfi a souligné la nécessité d’intensifier les activités de terrain, notamment la sensibilisation, la formation et l’orientation, aux côtés des associations et clubs de protection de l’environnement pour un environnement et des plages propres, d’autant que l’Algérie, a-t-elle dit, accueillera la semaine prochaine à Oran la 19e édition des Jeux Méditerranéens.

« Il est de notre devoir de donner la meilleure image de notre pays », a-t-elle affirmé, ajoutant que son département veillera à assurer la réussite de cette saison estivale et à offrir les meilleures conditions de séjour aux visiteurs et touristes qui ont choisi la destination Algérie.
Après avoir affirmé que l’eau des plages autorisées à la baignade avait été analysée, la ministre a annoncé une campagne d’étude et d’évaluation de la qualité et de la salubrité des aires marines du littoral algérien.

Outre les plages, d’autres lieux exceptionnels de villégiature seront mis en valeur cet été (montagnes, lacs, rivières, etc.), a-t-elle ajouté.

Pour rappel, le littoral algérien s’étend sur 1.622 km partagé en 14 wilaya de Oued Kis à Tlemcen (Ouest) a Oued Souani Sbaa à El-Taref (Est), soit 618 plages.

A ce propos, Mme Moualfi a indiqué qu’en dépit des efforts consentis par le secteur, l’écosystème était encore menacé par des activités humaines, c’est pourquoi le secteur œuvre à unifier ses efforts avec ceux des autres usagers de la mer à l’instar des touristes, des pêcheurs, des clubs nautiques et des associations dans l’objectif de préserver cet environnement, à la fois, riche et fragile.

D’après les constats effectués au quotidien par la société civile et les autorités publiques locales, certains « manquements » ont été relevés concernant la gestion de quelques questions écologiques étroitement liées au cadre de vie du citoyen particulièrement en matière de déchets ménagers et de préservation du milieu animal.

Elle a également appelé les directeurs de l’environnement de toutes les wilayas à accorder la priorités à ces préoccupations (notamment la gestion des déchets ménagers) en coordination avec les autorités locales pour la préservation de l’hygiène de l’environnement.

APS

La délivrance des autorisations de visiter la Rawda assurée par la mission nationale du Hadj

ALGER – L’Office national du pèlerinage et de la Omra (ONPO) a indiqué, mercredi dans un communiqué, que la mission nationale du hadj sera chargée de la délivrance d’autorisations collectives au profit des pèlerins algériens souhaitant visiter la Rawda du prophète (QPSSSL) à Médine.
« Compte tenu de la nouvelle procédure à Médine concernant l’obligation d’obtenir une autorisation pour toute personne souhaitant accomplir la prière dans la Rawda, et en réponse aux vœux des pèlerins, il a été procédé, via l’application « Eatamarna » et la mission nationale du Hadj en coordination avec l’entreprise de gestion du Masdjid Al-Nabawi, à la délivrance d’autorisations collectives au profit des pèlerins », a noté la source.

Et d’ajouter que « la mission devra élaborer des programmes de groupes répartis selon les vols. L’administration du centre de Médine s’emploie à organiser ces visites à travers l’élaboration d’un programme spécial pour les hommes et les femmes qui sera annoncé dans les salles de l’hôtel. L’encadrement de ces visites sera assuré par des guides et accompagnateurs relevant de la mission ».

APN: adoption du projet de loi relatif à la gestion des espaces verts

ALGER – Les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN), ont adopté mardi à l’unanimité le projet de loi modifiant et complétant la loi 07-06 relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, lors d’une séance plénière présidée par Brahim Boughali, président de l’Assemblée.

La séance de vote s’est déroulée en présence de la ministre de l’Environnement, Samia Moualfi et de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.

A l’issue de l’adoption, Mme Moualfi a souligné que le texte de loi « permet de garantir des lieux de loisirs et de détente, avec des chances égales et équitables d’accès aux ressources disponibles et en veillant à ancrer la culture des espaces verts et à assurer leur pérennité ».

Elle a ajouté que le présent texte de loi intervient en application des orientations du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune relatives à l’octroi de certaines prérogatives de l’administration centrale aux administrations locales concernant la délivrance des contrats administratifs.

L’objectif de l’amendement de la loi 07-06 du 13 mai 2007 est d’élargir les espaces verts par rapport aux espaces construits, en veillant à introduire les espaces verts dans chaque projet de construction sur la base d’études urbaines et architecturales.

Le ministre a affirmé la nécessaire conjugaison des efforts de tous les secteurs, à la faveur d’initiatives collectives et individuelles et de la société civile pour accompagner les mesures visant à transformer les villes algériennes en villes vertes durables.

Il a été procédé au titre du rapport complémentaire de la commission ad hoc de l’Assemblée sur le texte de loi à l’introduction de certains amendements, dont la création de deux commissions de classement des espaces verts, la première consistant en la commission interministérielle chargée de l’examen des dossiers de classement des parcs urbains et ceux jouxtant la ville à caractère national, ainsi que les jardins spécifiques et les forêts urbaines ».

Quant à la deuxième commission, il s’agit d’une commission de wilaya qui sera chargée d’examiner et d’émettre des avis sur les dossiers de classement des différents types d’espaces verts déclarés par le wali ou le président d’APC. APS..