Oran: Maladie de Parkinson et cancer du cerveau au centre du deuxième congrès international de neurochirurgie

ORAN – Les nouvelles thérapies en matière de prise en charge de la maladie de Parkinson et du cancer du cerveau chez l’enfant étaient les principaux thèmes du deuxième congrès international de neurochirurgie, auquel ont pris part samedi plus de 450 spécialistes nationaux et internationaux.

Organisée par le service de neurochirurgie de l’Etablissement hospitalo-universitaire (EHU) d’Oran, cette rencontre a vu la participation de spécialistes d’Italie, de France, de Suisse, de Tunisie, de Mauritanie, d’Egypte et d’Arabie saoudite, entre autres.

Le neurologue de renommée mondiale, Pr Alim-Louis Benabid, qui a remporté en 2014 le Prix américain « Lekcer » de médecine pour ses travaux novateurs sur le Parkinson, était également présent à la rencontre.

Dans une déclaration à la presse en marge de l’ouverture du congrès, Pr Bachir Belebna, président de la Société algérienne de neurochirurgie (SANC) et chef de service de neurochirurgie à l’EHU d’Oran, a souligné que ce congrès associé au 35eme congrès national de la SANC représente « une grande opportunité pour les jeunes chirurgiens pour se former en côtoyant des neurochirurgiens plus expérimentés, voire des sommités de la spécialité comme le Pr Benabid ».

Ce congrès permettra « de se mettre au diapason de la prise en charge du Parkinson, surtout que cette maladie handicapante est de plus en plus constaté en Algérie chez de plus jeunes sujets d’à peine 40 ans », a-t-il assuré, qualifiant cette situation de « très alarmante ».

A Oran, une liste d’attente de 250 patients à opérer a été dressée. La technique utilisée est la neuro-stimulation qui consiste en le placement d’électrodes sur le noyau du cerveau, reliées à une pile sous-cutanée qui produit des décharges pour régler la dopamine (neurotransmetteur impliqué dans le contrôle de nombreuses fonctions comme les mouvements volontaires), a-t-on fait savoir.

« Ces opérations sont réussies à 95% pour ne pas dire à 100% et le malade peut reprendre ses activités habituels. C’est une grande avancée en la matière », a mis en exergue Pr Bachir Belebna.

S’agissant de la prise en charge des malades, le spécialiste a précisé que « l’Algérie dispose des compétences nécessaires et des moyens technologiques les plus pointus pour assurer une bonne prise en charge des parkinsoniens ».

A ce titre, il a précisé que le kit d’équipements et de capteurs spéciaux nécessaires pour cette technique de neuro-stimulation coûte environ 30.000 euros. « L’Etat nous a doté d’une enveloppe financière pour s’équiper et la crise due à la Covid-19 a tout gelé. Toutefois, nous avons repris l’opération récemment et nous attendons l’arrivée incessamment des équipements nécessaires ».

Il a signalé qu’un travail phénoménal est assuré par les services de neurochirurgie, relevant : « nous changeons le mode de vie des malades atteints de Parkinson en remédiant à leurs difficultés de déplacements et de langage afin de leur garantir une autonomie ».

Plusieurs communications ont été programmées pour la première journée du congrès abordant, entre autres, « le traitement moderne de la maladie de Parkinson » du Pr Benabid, qui a présenté les nouveautés de la spécialité et aussi ses recherches sur le Parkinson pour lesquels il a obtenu la distinction américaine autour de sa technique sur « la stimulation cérébrale profonde ».

D’autres communications, telles que « la stratégie de prise en charge des névralgies faciales essentielles », « la stimulation cérébrale » et « les tumeurs glioneuronales », un des cancers du cerveau les plus répandus sont au programme. APS

 

Bac-2022/Détenus: coup d’envoi des épreuves depuis El Meniaâ

EL MENIAÂ – Le directeur général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR), Zreb Saïd, a donné dimanche le coup d’envoi de l’examen du Baccalauréat, (session juin 2022), pour les détenus, depuis l’établissement de rééducation et de réinsertion d’El Meniaâ.
Tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés, en coordination avec le ministère de l’Education nationale , pour le bon déroulement de ces épreuves, a assuré M. Zreb Saïd.

Un effectif de 255 détenus, de sexe masculin, de l’établissement du rééducation et de réinsertion d’El Meniaâ passeront leurs épreuves de baccalauréat dans la filière des lettres et philosophie au centre d’examen ouvert à l’établissement , encadré par 87 surveillants et 14 cadres au secrétariat, selon les données fournies par le secteur de l’éducation.

A l’échelle nationale, 6.100 candidats pensionnaires des établissements pénitentiaires, passent leurs examens du Bac,(session juin 2022), répartis sur 47 établissements retenus comme centres d’examens sous l’égide de l’office national des examens et concours (ONEC).

Lire aussi: Justice: plus de 6000 détenus passeront l’examen du BAC

Les candidats examineront dans six (6) filières d’enseignement, à savoir lettres et philosophie (5.912 inscrits), langues étrangères (25 ), gestion et économie (73), sciences expérimentales ( 73), mathématiques (11) et techniciens en sports (six candidats), qui ont, pour ce faire, suivi des cours assurés, au titre de la saison scolaire 2021/2022, par 1.102 enseignants, selon un communique de la direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion .

Ces dispositions interviennent en application des directives du ministère de l’Education nationale (MEN) portant mobilisation, en coordination avec la (DGAPR), de tous les moyens humains et matériels au profit de l’ensemble des candidats pensionnaires des établissements pénitentiaires. APS..

Festival du théâtre de marionnettes: la pièce « El Mahara » décroche le prix de la meilleure œuvre

AIN TEMOUCHENT – La pièce théâtrale « El Mahara » de l’association « Erricha » de la wilaya de Relizane a remporté, samedi à Ain Témouchent, le prix de la meilleure représentation théâtrale complète au festival culturel national de marionnettes.
La pièce théâtrale « El Mahara » traite du thème de la pollution environnementale en mer causée par l’homme et initie les enfants à la culture de préservation et de protection de l’environnement contre divers types de pollution, a-t-on indiqué lors de la cérémonie de clôture de la 12ème édition du festival culturel national du théâtre de marionnettes, organisé sous le slogan « Théâtre de marionnettes, éducation et divertissement ».

Le prix de la meilleure mise en scène a été décerné à la coopérative « Djawhara » de la wilaya de Sidi Bel-Abbes pour la pièce « El Amira wal Mordjana », alors que la pièce « L’arbre planté » de la coopérative culturelle « Tassili » de Constantine et le spectacle « Le coq qui pleure » de la troupe « Le petit théâtre » de Blida se sont partagés le prix du meilleur texte théâtral dans cette édition clôturée à la bibliothèque principale de lecture publique Malek Bennabi d’Ain Temouchent.

La troupe « Essayad » d’Ain Témouchent a reçu le titre du meilleur marionnettiste, alors que l’association culturelle « Irathen » de la wilaya de Tizi Ouzou a remporté le prix du jury de cette édition qui a été marquée par la participation de six troupes de théâtre en compétition pour les prix du festival, a indiqué le commissaire de cette manifestation culturelle, Ali Bouchikhi.

Il a affirmé que cette édition qui a enregistré un « franc succès » après une absence de deux années en raison de la pandémie de Covid-19, a vu la participation de 13 troupes théâtrales issues de 10 wilayas qui ont mis du baume au coeur des enfants en présentant, quatre jours durant, des spectacles à la maison de la culture Aissa Messaoudi, à la bibliothèque principale de lecture publique Malek Bennabi et dans les deux salles de cinéma à Beni Saf et à Hammam Bouhadjar. APS…

 

Lire aussi: Justice: plus de 6000 détenus passeront l’examen du BAC

Les candidats examineront dans six (6) filières d’enseignement, à savoir lettres et philosophie (5.912 inscrits), langues étrangères (25 ), gestion et économie (73), sciences expérimentales ( 73), mathématiques (11) et techniciens en sports (six candidats), qui ont, pour ce faire, suivi des cours assurés, au titre de la saison scolaire 2021/2022, par 1.102 enseignants, selon un communique de la direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion .

Ces dispositions interviennent en application des directives du ministère de l’Education nationale (MEN) portant mobilisation, en coordination avec la (DGAPR), de tous les moyens humains et matériels au profit de l’ensemble des candidats pensionnaires des établissements pénitentiaires.

Revirement espagnol sur le Sahara occidental : le seul résultat est la crise avec un pays stratégique

MADRID – Le seul résultat du revirement du Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, sur le conflit au Sahara occidental a été « la plus grande crise diplomatique avec l’un des pays stratégiques pour l’Espagne, qui est l’Algérie », a regretté samedi le président du Parti populaire (PP, opposition), Alberto Nunez Feijoo.
« Il (Sanchez) nous a dit qu’il avait un accord (avec le Maroc), dont on ignore toujours le contenu, qui allait donner de grands résultats. Cependant, le résultat a été la plus grande crise diplomatique avec l’un des pays stratégiques pour l’Espagne, qui est l’Algérie », a lancé M. Feijoo dans une allocution lors d’un rassemblement à Cordoue.

Le gouvernement de Sanchez « a porté un coup sans précédent à la politique étrangère de l’Espagne », a encore critiqué le dirigeant du PP, assurant qu’il allait continuer de « dire la vérité, même si c’est inconfortable » pour le Premier ministre.

Lire aussi: Suspension du Traité d’amitié Algérie-Espagne: une très mauvaise nouvelle pour les Espagnols

Ce dernier « a dit qu’il allait régler les problèmes avec le Maroc. Non seulement il ne les a pas réglés, mais il a gâché la relation avec l’Algérie », a ajouté le président du PP, regrettant que « ce sont les Espagnols qui iront payer les conséquences de la mauvaise gestion de la politique étrangère de Sanchez ».
L’ensemble de la classe politique espagnole a dénoncé la politique de Pedro Sanchez vis-à-vis du conflit au Sahara occidental, où il a réitéré son soutien au sinistre « plan d’autonomie » du Maroc lors de sa dernière intervention au Congrès, portant un sérieux coup aux efforts des Nations unies et du nouvel envoyé personnel du secrétaire général et contribuant directement à la dégradation de la situation au Sahara occidental et dans la région.

L’Algérie a d’ailleurs décidé mercredi de procéder à la suspension « immédiate » du Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération qu’elle a conclu le 8 octobre 2002 avec le Royaume d’Espagne.

De son côté, l’ancien Premier ministre José Maria Aznar a considéré que le gouvernement espagnol avait fait un pas « ridicule colossal » avec l’Algérie et laissé le pays dans une « situation délicate ».

« Il est difficile de trouver une plus grande erreur dans la politique espagnole », en référence au revirement du gouvernement sur le Sahara occidental, a résumé celui qui, du côté de Madrid, avait signé le Traité d’amitié avec l’Algérie en 2002.
Pour sa part, le parti Vox a appelé tout simplement à la démission de  Pedro Sanchez, qui a « détérioré » les relations avec l’Algérie. « L’Espagne ne mérite pas cette punition », a dit Ivan Espinosa de los Monteros, porte-parole du parti d’opposition au Congrès. APS..

 

JM-Oran-2022: d’Alexandrie-1951 à Oran-2022, la traversée méditerranéenne continue

ALGER – Lancés en 1951 à l’occasion de l’édition d’Alexandrie (Egypte), les jeux méditerranéens poursuivent leur aventure à travers les pays riverains de la Mare Nostrum, et font escale cette fois-ci, dans la ville côtière d`Oran (Algérie) qui sera, l`espace de dix jours (25 juin – 6 juillet) un havre de paix et de fraternité.
Ces joutes sportives qui célèbrent à Oran leur 71è anniversaire, se veulent une opportunité idoine pour un rapprochement fraternel entre les peuples de la région. Ils perpétuent indéfiniment l’idéal de leur fondateur, Mohamed Tahar Pacha, alors président du Comité olympique égyptien, qui a dû attendre la fin de la deuxième guerre mondiale pour faire partager son vieux rêve des « Jeux olympiques de Mare Nostrum ».

De 10 pays, présents lors de la 1ère édition d’Alexandrie-1951, le nombre des nations participantes n’a cessé d’augmenter au fil des éditions, pour atteindre 26 à l’édition d’Oran-2022.

La création des JM a été décidée lors de la  session du Comité international olympique (CIO) en 1948 a St-Moritz  (Suisse). Trois ans après du 5 au 20 octobre 1951) à Alexandrie, le roi Farouk d`Egypte donnait le coup d’envoi d`une nouvelle compétition au cours de laquelle, 735 athlètes exclusivement masculins se disputaient dans 13 disciplines les 268 médailles mises en jeu.

Barcelone prend le relais ensuite et accueille la 2è édition du 15 au  25 juillet 1955 avec la participation de 900 athlètes de neuf (09) pays qui ont concouru dans 19 disciplines.

La nouveauté de ces jeux est l`imposition par le CIO de la flamme olympique, et l`utilisation de « l’amphore », un récipient contenant  l`eau de mer qui unit les pays participants à cette fête méditerranéenne.

En respectant l`alternance entre les rives, « Nord et Sud », le « bateau méditerranéen » jettera l’ancre à Beyrouth (Liban) du 11 au 23 octobre 1959, l`hospitalité à ses invités de 12 pays dont les nouveaux venus, la Tunisie et le Maroc, fraîchement indépendants alors que la Syrie et l`Egypte ont préféré concourir sous la même bannière de la République Arabe Unie (RAU).
Ce sera au tour de la ville de Naples (Italie) d’organiser les 4e JM du 21 au 29 Septembre 1963. Cet évènement commence alors a susciter l’intérêt exceptionnel des plus hautes personnalités politiques et sportives comme l`atteste la présence à la cérémonie d’ouverture du président de la république italienne et du président du CIO, Avery Brundage.

La 5e édition organisée du 8 au 18 septembre 1967 à Tunis, sera particulière pour le sport algérien qui fera son baptême de feu dans un pays voisin, au même titre que la Libye présente pour la 1ère fois à cette compétition.

La participation féminine aux JM de Tunis, constitue un évènement exceptionnel pour ces jeux ouverts jusque-là aux hommes. Le contrôle anti-dopage sera également l`autre innovation des jeux en application des directives du CIO.

La 6e édition domiciliée à Izmir en Turquie, du 6 au 17 octobre 1971, sera orpheline de son fondateur, Mohamed Tahar Pacha qui s’est éteint en 1970 à l`âge de 91ans.

 

Les JM-1975: une première en Algérie

 

Les JM d`Alger en 1975 (23 août – 6 sept.), seront les jeux de tous les records aussi bien sur le plan quantitatif que qualitatif:  2000 athlètes, 18 disciplines et la présence de grandes stars mondiales dont les Italiens Pietro Menea (200m) et Sara Simeoni (saut en hauteur) auteurs de grandes performances.

Quatre ans plus tard, l`ex-ville yougoslave, Split a connu de nouveau un record de participation lors de la 8e JM (15 – 29 septembre 1979) en présence de 2500 athlètes de 25 sports.

En 1983, les JM reviennent encore une fois au Maghreb. Après la Tunisie (1967) et l`Algérie (1975), ce sera au tour du Maroc d’abriter la 10e édition du 3 au 17 septembre.

Une autre ville arabe, Lattaquié (Syrie ) prend en 1987 le relais, en accueillant les joutes du 11 au 25 septembre.

Le 40e anniversaire des JM sera célébré du 28 juin au 12 juillet 1991 avec éclat au berceau de l`Olympisme, Athènes. 663 médailles feront tout au long de la compétition, l`objet des convoitises de 3000 athlètes de 18 pays.

L`édition suivante (12e) allait se dérouler, contrairement aux  précédentes, deux ans après celle d`Athènes, au Languedoc-Roussillon (France)  du 16 au 27 juin 1993), afin de permettre aux JM de se dérouler un an après les jeux olympiques.

En 1997, les JM retournent encore une fois en Italie, cette fois-ci à Bari dans la région des Pouilles (Sud) ou 3000 athlètes de 15 pays ont  pris part aux jeux.

Tunis accueille à nouveau les jeux en 2001, à l’occasion de la 14è édition où l’Algérie obtient son record de médailles en or (10) sur un total de 32 médailles, grâce à un doublé de l`extraordinaire nageur, Salim Iles aux 50et 100m nage libre.

Aux jeux d’Alméria en 2005, l’Espagne organise les joutes méditerranéennes pour la 2e fois après celles de Barcelone en 1955.

Viennent ensuite successivement, les jeux de Pescara-2009 (Italie), ceux de Mersin-2013 (Turquie) et ceux de Tarragone-2018 en Espagne.

A Oran, un total de 3434 athlètes issus de 26 pays, prendront part à la 19e édition des JM prévue du 25 juin  au 6 juillet.

 

Les Villes hôtes des Jeux méditerranéens depuis la première édition en 1951 à Alexandrie (Egypte), avant la 19e édition en 2022 à Oran:

 

1951: Alexandrie (Egypte)

1955: Barcelone (Espagne)

1959 Beyrouth (Liban)

1963: Naples (Italie)

1967: Tunis (Tunisie)

1971: Izmir (Turquie)

1975: Alger (Algérie)

1979: Split (Croatie, ex-Yougoslavie)

1983: Casablanca (Maroc)

1987: Lattaquié (Syrie)

1991: Athènes (Grèce)

1993: Languedoc (France)

1997: Bari (Italie)

2001: Tunis (Tunisie)

2005: Almeria (Espagne)

2009: Pescara (Italie)

2013: Mersin (Turquie)

2017: Tarragone (Espagne)  APS…