ALGER – Les titres de la presse nationale paraissant ce lundi ont évoqué de long en large la dernière ligne droite de la campagne électorale qui prendra fin demain mardi, relevant que les candidats en lice abattent leurs dernières cartes pour convaincre les électeurs d’aller accomplir leur devoir civique et provoquer le changement escompté.
Sous le titre « La dernière ligne droite », le quotidien Le Soir d’Algérie a noté que « la campagne électorale pour les élections locales anticipées est à ses tout derniers jours avec le sentiment relevé chez nombre de candidats qui souhaitent que cette corvée prenne fin au plus vite ».

Même constat pour l’Expression qui a écrit qu' »entre l’appel à un vote massif, l’impératif d’un changement urgent et l’émergence d’Assemblées représentatives de la voix du peuple, les partis en lice pour les élections locales abattent, au dernier week-end de la campagne, leurs dernières cartes et insistent sur leur engagement à prendre en charge les préoccupations des citoyens ». Le même journal a estimé dans un autre article que « le Maire doit retrouver son pouvoir pour traiter la crise du logement, examiner les demandes exprimées par les citoyens à travers un système de statistiques intégré et un fichier national précis et sécurisé au profit des franges sociales qui nécessitent réellement des aides de l’Etat dans ce domaine. »

Le Journal El Moudjahid a abondé dans le même sens en titrant sur « l’élargissement des prérogatives des élus ». Le doyen des quotidiens nationaux a également publié une interview d’une spécialiste de la sociologie des Organisations à l’université de Tipaza, Zohra Haddouche en l’occurrence, qui a relevé entre autres que « les Assemblées populaires communales dépendent du budget de l’Etat, alors que les municipalités sont riches par leurs ressources et foyers fiscaux », déplorant en même temps que « les P/APC ne puissent pas avoir l’autonomie de décision  pour mobiliser les ressources, ni avoir accès aux informations et statistiques pour gérer leurs communes et proposer des projets ».

El Moudjahid a également consacré un commentaire au « nomadisme politique » qui a « vraisemblablement la peau dure », citant « des cas de militants qui désertent leurs familles politiques pour se porter candidats ailleurs en s’insérant généralement dans une liste d’indépendants ». Le journal a relevé que « les cas en question émanent dans leur quasi-majorité des formations politiques ayant décidé de ne pas prendre part à ces élections ».

Le quotidien Horizons a consacré le zoom de sa rubrique « Vivre sa commune » à l’APC de Ouled Yaich (wilaya de Blida), qu’il a qualifié de « petite bourgade à grande agglomération » et de « ville-dortoir et sans âme » qui souffre de « l’absence d’une vision futuriste dans le domaine de l’urbanisme ».

Le quotidien arabophone Ech Chaab est revenu sur les faits saillants ayant marqué les derniers jours de la campagne électorale, notamment l’intensification des activités des candidats qui, dans leur dernier souffle, tentent de convaincre les électeurs de se rendre en masse aux bureaux de vote pour élire leurs représentants et provoquer le changement souhaité. La même publication s’est intéressée au contenu du discours électoral prôné par les candidats en lice, lesquels ont insisté sur l’impulsion d’un nouvel état d’esprit au sein des futures Assemblées élues, tout en mettant l’accent sur la création des richesses. Pour ces candidats, « la clé du changement passe par une large participation au scrutin », a encore noté le tabloïd.

Pour sa part, El-Massa a repris les principales déclarations des candidats qui ont multiplié leurs sorties sur le terrain au dernier week-end de la campagne électorale, alternant ainsi entre meetings populaires et activités de proximité. Selon El Massa, les candidats ont estimé que « les élections locales contribueront au parachèvement du processus de mise en place d’institutions élues et représentatives à même de renforcer le front interne et la stabilité du pays ».

Le journal Echorouk a relevé des « dépassements avec le retour des anciennes pratiques, à savoir le recours à l’argent sale ainsi que l’achat des voix par certains candidats », interpellant ainsi  l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) à sévir pour mettre fin à ces pratiques.

De son côté, le quotidien Al-Khabar s’est intéressé à l’affichage anarchique des candidats en lice, estimant que l’ANIE devrait intervenir et appliquer la loi en infligeant des amendes aux candidats ou partis politiques impliqués dans ce genre de pratiques qui portent atteinte à la crédibilité du scrutin.

Le même quotidien a également évoqué les mises en garde adressées par l’ANIE aux différents candidats et partis qui ne respectent pas de manière stricte et scrupuleuse le protocole sanitaire dans le cadre des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie du Coronavirus.

Partagez......... شارك
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin