Cital (Compagnie industrielle des transports algériens) vient de fêter son onzième anniversaire, avec l’ambition d’améliorer sa production et sa productivité, et, par la même, gagner en performances et en compétitivité.

Créée dans le cadre d’une joint-venture entre les  sociétés algériennes EMA et Ferrovial, et le constructeur ferroviaire français Alstom, elle employait au départ 200 salariés, dont 90 personnes à Annaba, pour atteindre aujourd’hui un total de 451 personnes entre cadres, ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise et ouvriers spécialisés. Son cahier des charges concerne l’assemblage et la maintenance de tramways à travers le pays, notamment les six centres de maintenance en service et l’usine d’Annaba. Répondre aux besoins des tramways de Constantine, d’Oran, d’Ouargla, de Sétif et de Sidi Bel- Abbès, ainsi que ceux de Mostaganem, de Batna est l’objectif que s’assigne aujourd’hui Cital, qui dispose d’une capacité de production de cinq rames de tramway par mois. S’étalant sur un site d’une superficie globale de 46.400 m2, dont une surface bâtie de 11.871 m2, cette entreprise, implantée dans la commune d’El-Bouni sur la Route nationale 16 d’El-Hadjar, se charge de la maintenance des tramways, des infrastructures et des équipements de dépôt, a précisé la présidente-directrice générale, Wahida Chaab, déclarant que Cital est aujourd’hui à 100% algérienne. Aucun étranger n’est employé dans la société qui a investi sur le personnel et les installations en place. Elle est aujourd’hui totalement autonome. Six lignes de tramway sont actuellement en exploitation dans le pays, et la septième, dans  la wilaya de Mostaganem,sera mise en  service à la fin du premier semestre 2022. Après le gel des projets d’assemblage de tramways, Cital a centralisé les grandes opérations destinées à la maintenance des installations avec le redéploiement au niveau d’Annaba des opérations de révision et de maintenance au profit des wilayas bénéficiant du tramway. Le deuxième axe majeur consiste en la maintenance des trains Coradia de la SNTF et qui sera prise en charge au niveau du site d’Annaba, lequel fait l’objet d’aménagements et d’investissements importants. Par ailleurs, Cital a proposé aux pouvoirs publics de nouveaux matériels roulants, en lançant une opération de formation de ses équipes sur ses propres moyens.
Quelque 500 personnes ont bénéficié d’une formation adéquate sur le transfert du savoir-faire, dont une cinquantaine de personnes à Annaba. Actuellement, les opérations d’assemblage et de maintenance sont assurées par des compétences à 100% algériennes respectant les standards internationaux, comme ce qui se fait en Angleterre, en Irlande et l’Espagne. À l’avenir, il s’agira pour Cital de garder le même niveau de sécurité, tout en essayant de gagner d’autres marchés hors tramway ciblant les trains Coradia, le métro et les locomotives, et aller, pourquoi pas, à l’exportation. Le voisin tunisien envisage de construire un tramway à Sfax. Cital souhaite ainsi être la première à livrer les tramways destinés à ce projet, tout en visant un positionnement sur le continent africain en matière de prestations de  services et d’expertise, a révélé la même responsable. Dans un autre volet, Cital a signé plusieurs conventions de partenariat et de coopération avec les universités d’Annaba et de Sidi Bel-Abbès, et l’École polytechnique d’Alger. Pour l’École polytechnique d’Oran, la convention a été paraphée, cette année, et tout récemment avec l’université d’Oran et celle de Bab Ezzouar (USTBH). L’objectif  recherché consiste à réaliser des projets communs de recherches et de développement, tout en essayant de résoudre la problématique qui vise à réduire la facture d’importation et à gagner en expertise entre le secteur de  l’Enseignement supérieur  et celui de l’Industrie. D’autres  conventions de partenariat avec des start-up visant à maîtriser la digitalisation et la numérisation ont été également signées avec Cital qui est digitalisée à 80%. Dans ce contexte, Wahida Chaab dira que Cital compte investir d’autres créneaux dans le domaine de l’intelligence artificielle, en collaboration avec des opérateurs économiques et en partenariat avec des centres de recherche et des universités.

EL MOUDJAHID

Partagez......... شارك
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin