Locales: taux de participation national

Locales: taux de participation national

Le taux de participation aux élections pour le renouvellement  des Assemblées populaires communales   et de  wilayas  enregistré  a 16 h est de 24,27 %  pour ce qui du vote  pour  les APC et de 23 ,30% pour les APW . ces taux correspondent a un nombre de votants qui ont dépassé le seuil de 5.5 millions .

Le président de l’ANIE qui a annoncé ces chiffres actualisés a 16h a également annoncé la décision de l’autorité de prolonger des centres et des bureaux de vote jusqu’à 20h , laissant la latitude de son application aux encadreurs mobilisés sur les lieux.

Locales: 538 dépassements relevés durant la campagne électorale

Locales: 538 dépassements relevés durant la campagne électorale

ALGER – Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a fait état, mercredi à Alger, de 538 dépassements relevés durant la campagne électorale des élections locales du 27 novembre, dont 142 déférés devant la justice.

Lors d’une conférence de presse animée au lendemain de la clôture de la campagne électorale des élections locales prévues samedi prochain, M. Charfi a fait savoir que 538 dépassement ont été enregistrés durant la campagne, qui a duré 21 jours, lesquels ont été relevés par les coordinations de wilayas de l’ANIE, ajoutant que suite à ces dépassements, l’ANIE a adressé 269 avertissements aux représentants des listes contrevenants, tandis que 142 ont été transférés à la justice en saisissant le procureur de la République.

Lors de la campagne électorale des élections locales du 27 novembre, 9.872 meetings ont été organisés, dont 1.011 meeting de partis politiques et 5.064 des listes indépendantes, a-t-il souligné, ajoutant que les chefs des formations politiques ont animé, lors de la campagne, près de 180 meetings, tandis que 9.000 autres meetings ont été annulés pour diverses raisons.

Le même intervenant a fait savoir que plusieurs formations politiques ont opté pour l’action de proximité parallèlement aux meeting populaires, où ont été enregistrées 13.381 activités de proximité de sensibilisation dont 10.811 activités des partis politiques contre 2.564 action de proximité des candidats des listes indépendantes.

Les chefs de partis ont animé 29 rencontres de proximité, sachant que le nombre des rencontres annulées s’élève à 60 rencontres.

Concernant les dépassements relevés lors des rencontres de proximité durant la campagne électorale, M. Charfi a précisé que leur nombre s’élève à 67 dépassements, soulignant que l’ANIE a adressé 60 avertissements aux auteurs des dépassements et soumis un (1) dossier à la justice.

APS

Dernière ligne droite pour convaincre les électeurs d’accomplir leur devoir civique et provoquer le changement

Dernière ligne droite pour convaincre les électeurs d’accomplir leur devoir civique et provoquer le changement

ALGER – Les titres de la presse nationale paraissant ce lundi ont évoqué de long en large la dernière ligne droite de la campagne électorale qui prendra fin demain mardi, relevant que les candidats en lice abattent leurs dernières cartes pour convaincre les électeurs d’aller accomplir leur devoir civique et provoquer le changement escompté.
Sous le titre « La dernière ligne droite », le quotidien Le Soir d’Algérie a noté que « la campagne électorale pour les élections locales anticipées est à ses tout derniers jours avec le sentiment relevé chez nombre de candidats qui souhaitent que cette corvée prenne fin au plus vite ».

Même constat pour l’Expression qui a écrit qu' »entre l’appel à un vote massif, l’impératif d’un changement urgent et l’émergence d’Assemblées représentatives de la voix du peuple, les partis en lice pour les élections locales abattent, au dernier week-end de la campagne, leurs dernières cartes et insistent sur leur engagement à prendre en charge les préoccupations des citoyens ». Le même journal a estimé dans un autre article que « le Maire doit retrouver son pouvoir pour traiter la crise du logement, examiner les demandes exprimées par les citoyens à travers un système de statistiques intégré et un fichier national précis et sécurisé au profit des franges sociales qui nécessitent réellement des aides de l’Etat dans ce domaine. »

Le Journal El Moudjahid a abondé dans le même sens en titrant sur « l’élargissement des prérogatives des élus ». Le doyen des quotidiens nationaux a également publié une interview d’une spécialiste de la sociologie des Organisations à l’université de Tipaza, Zohra Haddouche en l’occurrence, qui a relevé entre autres que « les Assemblées populaires communales dépendent du budget de l’Etat, alors que les municipalités sont riches par leurs ressources et foyers fiscaux », déplorant en même temps que « les P/APC ne puissent pas avoir l’autonomie de décision  pour mobiliser les ressources, ni avoir accès aux informations et statistiques pour gérer leurs communes et proposer des projets ».

El Moudjahid a également consacré un commentaire au « nomadisme politique » qui a « vraisemblablement la peau dure », citant « des cas de militants qui désertent leurs familles politiques pour se porter candidats ailleurs en s’insérant généralement dans une liste d’indépendants ». Le journal a relevé que « les cas en question émanent dans leur quasi-majorité des formations politiques ayant décidé de ne pas prendre part à ces élections ».

Le quotidien Horizons a consacré le zoom de sa rubrique « Vivre sa commune » à l’APC de Ouled Yaich (wilaya de Blida), qu’il a qualifié de « petite bourgade à grande agglomération » et de « ville-dortoir et sans âme » qui souffre de « l’absence d’une vision futuriste dans le domaine de l’urbanisme ».

Le quotidien arabophone Ech Chaab est revenu sur les faits saillants ayant marqué les derniers jours de la campagne électorale, notamment l’intensification des activités des candidats qui, dans leur dernier souffle, tentent de convaincre les électeurs de se rendre en masse aux bureaux de vote pour élire leurs représentants et provoquer le changement souhaité. La même publication s’est intéressée au contenu du discours électoral prôné par les candidats en lice, lesquels ont insisté sur l’impulsion d’un nouvel état d’esprit au sein des futures Assemblées élues, tout en mettant l’accent sur la création des richesses. Pour ces candidats, « la clé du changement passe par une large participation au scrutin », a encore noté le tabloïd.

Pour sa part, El-Massa a repris les principales déclarations des candidats qui ont multiplié leurs sorties sur le terrain au dernier week-end de la campagne électorale, alternant ainsi entre meetings populaires et activités de proximité. Selon El Massa, les candidats ont estimé que « les élections locales contribueront au parachèvement du processus de mise en place d’institutions élues et représentatives à même de renforcer le front interne et la stabilité du pays ».

Le journal Echorouk a relevé des « dépassements avec le retour des anciennes pratiques, à savoir le recours à l’argent sale ainsi que l’achat des voix par certains candidats », interpellant ainsi  l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) à sévir pour mettre fin à ces pratiques.

De son côté, le quotidien Al-Khabar s’est intéressé à l’affichage anarchique des candidats en lice, estimant que l’ANIE devrait intervenir et appliquer la loi en infligeant des amendes aux candidats ou partis politiques impliqués dans ce genre de pratiques qui portent atteinte à la crédibilité du scrutin.

Le même quotidien a également évoqué les mises en garde adressées par l’ANIE aux différents candidats et partis qui ne respectent pas de manière stricte et scrupuleuse le protocole sanitaire dans le cadre des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie du Coronavirus.

La presse nationale revient sur les derniers jours de campagne électorale

La presse nationale revient sur les derniers jours de campagne électorale

ALGER- Les articles de presse, paraissant dimanche, et dédiés aux élections locales  du 27 novembre reviennent sur une campagne électorale plus intense pour ses derniers jours, et sur les appels des candidats à une participation massive à ce rendez-vous.

Dans son édition du dimanche, le quotidien El Moudjahid est revenu sur les propos marquants recueillis lors des meetings animés la veille par quelques partis politiques en plus d’aborder le budget des préparatifs et de l’organisation des élections locales du 27 novembre.

Dans un entretien avec le politologue Mustapha Hadda, El Moudjahid explique le concept de « gouvernance de proximité », pour l’épanouissement du citoyen sur le plan culturel, scientifique, et sportif entre autres, une vision conditionné par les impératifs de « conscience politique et de qualification des élus ».

Le journal « Horizons » donne la parole à quelques candidats à la présidence de différentes assemblées communales qui « réclament de plus larges prérogatives » pour « traiter les crises de logements, et examiner les demandes des citoyens à travers un système de statistiques intégré à un fichier national précis et sécurisé ».

Dans la série de reportages dédiés à différentes communes du pays pour accompagner la campagne électorale, le journal continue de proposer à ces lecteurs un tableau de bord détaillé des collectivités choisies.

Dans sa Une de dimanche, le journal « L’Expression » aborde l’envolée de certains partis politiques et le spectre de la débâcle d’autres mouvances, en basant ses projections sur les résultats des dernières élections législatives.

L’édition du jour revient également sur la « levée des subventions », un thème qui est de plus en plus évoqué dans les meetings de cette campagne électorale en plus de proposer des entretiens avec des candidats et un reportage sur la campagne dans la ville de Tizi-Ouzou.

Le soir d’Algérie, quant à lui, fait le bilan de deux semaines de campagne en s’intéressant aux thèmes abordés par les candidats et les chefs de formations politiques, des thèmes jugés « pauvres » alors que « El Watan » relève « l’indifférence des citoyens aux meetings de campagne » dans les wilaya d’El Taref et de Bouira.

Du côté de la presse arabophone parue ce dimanche, le journal Echaâb rapporte les appels à une forte participation et à combattre l’opportunisme politique, lancés par la plupart des partis politiques en lice qui demandent, entre autres, une relance économique depuis les communes, une coopération entre élus, ou encore la révision des prérogatives.

Dans ce sens la quotidien El Massaa a lui aussi rapporté les mêmes propos des candidats en plus d’aborder également le budget des préparatifs et de l’organisation des élections locales.

Le journal El Khabar revient dans son édition sur l’adoption des bulletins de vote sans la photographie des candidats par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), une décision animée, selon le quotidien, par des impératifs techniques relatifs au nombre de candidats.

Les décisions et injonctions de l’Anie sont également évoquées par Echourouk qui parle de l’interdiction d’ouverture anarchique des permanences de campagne et de l’affichage en dehors des espaces réservés à cet effet.

APS

Elections locales: opérer un véritable changement local et faire du citoyen un partenaire clé

Elections locales: opérer un véritable changement local et faire du citoyen un partenaire clé

ALGER – Les chefs des principaux partis politiques ont insisté samedi dans leurs meetings du 17e jour de la campagne électorale pour les locales du 27 novembre, sur la nécessité d’opérer un « véritable changement » à travers la concrétisation du développement local et la prise en charge des doléances du citoyen en faisant de lui un « partenaire clé » dans la gestion de la vie économique de la commune.

Depuis Mostaganem, le président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaid, a souligné que le « véritable » changement de la commune exigeait du citoyen d’être impliqué dans la gestion quotidienne des affaires locales, mais aussi « d’être un soutien et un appui pour les élus locaux », indiquant qu’il faut revoir le rapport de cette institution avec le citoyen.

De son côté, le secrétaire général du Front de libération national (FLN), Abou El-Fadhl Baâdji, a, dans la wilaya d’Adrar, soutenu que le programme de son parti était « réaliste » et « ambitieux » pour l’édification d' »économies locales fortes ».

Il a affirmé que la valorisation des secteurs économiques productifs, notamment agricole, industriel, l’exportation et les énergies renouvelables constituent un « levier de développement économique durable ».

Le président du Conseil consultatif du Front de la Justice et du Développement (FJD), Lakhdar Benkhelaf, a, de son côté, plaidé, à partir de Constantine, pour l’élargissement des prérogatives des élus locaux afin, a-t-il dit, « d’encourager l’esprit d’initiative au sein des Assemblées locales en vue de booster l’économie nationale ».

Pour le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, qui était en campagne électorale à Biskra, l’approche de son parti pour l’édification du système économique s’appuie sur « l’intégration du citoyen dans le processus du développement à travers la gouvernance locale qui donne la parole aux représentants de la société ».

M. Zitouni a affirmé que Biskra représentait un « pôle suscitant un grand intérêt quant à la prise en charge des préoccupations de ses agriculteurs et de ses producteurs », soulignant que cette wilaya recèle des potentialités lui permettant d’être un réservoir de différents produits agricoles.

Le président du Mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, qui était à Adrar, a plaidé, pour sa part, pour « une nouvelle économie devant assurer l’autosuffisance et l’exportation », qui est basée, ajoute-t-il, sur la valorisation des énergies renouvelables et l’agriculture.

Il a dit regretter le fait que les agriculteurs du Nord et du Sud du pays « soient soumis à des obligations fiscales en dépit de la contribution grandiose de ce secteur à l’amélioration du produit intérieur brut de l’Algérie », soulignant que la sécurité alimentaire et énergétique « fait partie intégrante de la sécurité nationale ».

Depuis Khenchela, le président du parti Sawt Echaab, Lamine Osmani a appelé à opérer une « rupture » avec le mode de gestion classique des collectivités locales pour se diriger vers une gestion économique et faire des communes des « entités productrices et génératrices de richesses », qui peuvent contribuer au progrès de l’économie locale et nationale.

Le président du parti El Fadjr El Djadid, Tahar Benbaibèche, a souligné à partir de Skikda, que « tout projet auquel le peuple ne participe pas est voué à l’échec », relevant que le « changement est aujourd’hui entre les mains du peuple seul et la véritable crise des élections est l’abstention ».

Lors d’un meeting électoral à Constantine, le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, a estimé qu’il ne peut y avoir de développement sans que « l’on donne à toutes les compétentes algériennes l’occasion de construire une économie nationale qui réponde aux besoins des citoyens ».

Le président du parti El Wassit Siyassi, Ahmed Laroussi Rouibat, qui a animé un meeting électoral à Ain Témouchent, a insisté sur l’importance de la sécurité alimentaire, que les Assemblées populaires communales et de wilaya « doivent prendre en considération afin d’attirer les investissements liés au développement de la production agricole.

Se voulant rassembleur, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Makri, a appelé, lors d’un meeting à El-Bayadh, les candidats de toutes les formations politiques qui seront élus aux Assemblées locales, à « mettre la main dans la main pour servir le pays et défendre les intérêts du peuple, et ce, à travers la réalisation d’un consensus local dans le cadre de la démocratie participative ».

Le président du Parti El-Karama, Mohamed Eddaoui, depuis Biskra, a estimé, quant à lui, qu’en plus d’accorder plus de prérogatives aux élus locaux, « l’Etat doit assurer leur protection », ajoutant que l’élu local est le seul à même de régler les problèmes quotidiens du citoyen.

APS