LPP : une convention pour lever les contraintes de financement au profit des bénéficiaires

LPP : une convention pour lever les contraintes de financement au profit des bénéficiaires

ALGER – Une convention cadre pour la levée des contraintes rencontrées par les bénéficiaires de logements promotionnels participatifs (LPP), notamment en matière de financement, a été signée entre plusieurs entités, a indiqué lundi un communiqué de la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP-Banque).

Cette convention a été signée entre la CNEP-Banque, représentée par son directeur général, Samir Tamrabet, l’Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI), représentée par son directeur général, Nassim Racim Ghalemet et la Chambre nationale des notaires, représentée par son président Réda Benounane, a précisé la même source.

Paraphée jeudi passé, elle permet « la levée de toutes les entraves à l’exécution des programmes LPP, principalement celles engendrées par l’absence de documents permettant l’hypothèque pour la formalisation des dossiers des souscripteurs en matière d’octroi de crédits », souligne la CNEP-Banque.

Ainsi, explique la même source, elle vise, en l’absence de garanties, à trouver « un moyen légal permettant les transferts des prêts accordés par la CNEP-Banque aux bénéficiaires des logements LPP vers l’ENPI pour le remboursement des crédits obtenus pour le financement de la réalisation des logements ».

A cet effet, l’association de la Chambre nationale des notaires, à travers cette démarche, va permettre d’assurer « le transfert des prêts financiers mis à leur disposition sur le compte de la clientèle ouvert au niveau du trésor public de l’Etat à l’ENPI dès l’établissement d’un contrat de gage, en attendant l’obtention des documents nécessaires à l’établissement du contrat hypothécaire au profit de CNEP-Banque ».

Cette convention cadre, qui définit les responsabilités et obligations des signataires, apporte « une solution aux situations de blocages générées par l’absence des documents fonciers et techniques exigés par les notaires aux promoteurs immobiliers pour la délivrance des actes de propriété, document exigé par la banque au souscripteur pour l’octroi d’un prêt immobilier », assure la CNEP-Banque.   

La mise en œuvre de cette convention cadre est « une garantie pour le souscripteur, l’organisme prêteur et le promoteur immobilier », note la même source, précisant qu’elle ne concerne que les crédits immobiliers conventionnels.

Elle sera élargie dans une seconde phase à la finance islamique, « une fois que toutes les autorisations, nécessaires au lancement de cette forme de financement, seront délivrées par les organismes habilités ».

APS

Nécessité de prendre des mesures « urgentes » contre la baisse du pouvoir d’achat

Nécessité de prendre des mesures « urgentes » contre la baisse du pouvoir d’achat

ALGER- Le président de la Fédération algérienne des consommateurs (FAC), Zaki Hariz a appelé, lundi à Alger, à prendre des mesures « urgentes » contre la baisse du pouvoir d’achat du citoyen.

Invité du forum du quotidien « El Moudjahid », M. Hariz a estimé nécessaire d’adopter des mécanismes « efficaces » pour contrer la baisse du pouvoir d’achat du citoyen et la hausse « sensible » des prix des produits de large consommation.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette baisse du pouvoir d’achat, a déclaré l’intervenant qui en a cité l’absence des mécanismes de contrôle commercial, la dépréciation de la monnaie nationale, l’arrêt des grands projets, la hausse des prix de certaines matières premières dans les bourses internationales, l’augmentation des coûts des transports internationaux et les difficultés rencontrées par le commerce extérieur sur fond de la pandémie du COVID-19.

Pour remédier à cette situation, le président de la FAC a proposé de mettre un terme à la dépendance excessive aux importations, d’encourager la production locale, de réguler efficacement le marché, de traiter le problème du gaspillage et de revoir la politique de subvention directe.

Il a salué, par ailleurs, le contenu du Plan d’action du Gouvernement notamment l’incitation à l’investissement, la numérisation du secteur fiscal, l’accompagnement des jeunes dans l’entrepreneuriat et l’assouplissement des procédures administratives.

Pour sa part, le vice-président de la FAC, Mohamed Labidi a plaidé pour la mise en place d’un « mécanisme d’alerte » permettant au gouvernement d’intervenir très vite pour réguler le marché et partant protéger le pouvoir d’achat du citoyen, aussi bien que le traitement du problème du marché parallèle de devises et la lutte contre la spéculation de certains opérateurs.

Au sujet du marché automobile en manque d’offre, le même intervenant a recommandé d’amender les textes juridiques pour importer les véhicules d’occasion de moins de cinq ans au lieu de trois ans.

APS

Air Algérie : suspension de la relation de travail avec un PNC appréhendé en France

Air Algérie : suspension de la relation de travail avec un PNC appréhendé en France

ALGER- La compagnie aérienne nationale, Air Algérie, a annoncé lundi dans un communiqué, l’arrêt de vol et la suspension de la relation de travail avec un membre de son personnel navigant commercial (PNC) appréhendé par les services de sécurité de l’aéroport de Paris-Orly (France) suite à la découverte en sa possession d’une substance prohibée.

« Un membre navigant commercial du vol AH 1123 assurant la liaison Paris-Constantine a été appréhendé, samedi, par les services de sécurité de l’aéroport de Paris-Orly (France) suite à la découverte en sa possession d’une substance prohibée » a précisé la même source.

A cet effet, « Air Algérie a entamé des mesures administratives et conservatoires, à l’encontre du navigant commercial mis en cause, prévues par son règlement intérieur (arrêt de vol et suspension de la relation de travail) », souligne la compagnie.

Air Algérie « se réserve le droit de se constituer partie civile dans cette affaire », a-t-elle précisé.

APS

Finances: La Banque d’Algérie dévoile la nouvelle pièce de monnaie de 100 DA

Finances: La Banque d’Algérie dévoile la nouvelle pièce de monnaie de 100 DA

ALGER- La Banque d`Algérie a dévoilé, dimanche, la nouvelle pièce de monnaie métallique de cent dinars (100 DA) à l`effigie du chahid Ali Ammar.
« Découvrez la nouvelle pièce de monnaie de 100 DA à l’effigie du chahid Ali Ammar, dit Ali La pointe (tombé au champ d’honneur le 8 octobre 1957) », a tweeté la Banque d’Algérie.

La Banque d’Algérie avait annoncé, début septembre en cours, l’émission de cette nouvelle pièce de monnaie, suite à la publication du règlement N 21-03 y afférent au JO 66.

Cela s’inscrit dans le cadre du lancement d’une nouvelle série de pièces de monnaie et de billets de banque. L’émission de la nouvelle pièce de 100 DA est la troisième après celle du billet de banque de 2.000 DA et de la pièce de monnaie métallique de 200 DA.

Industrie : lancement de la 10ème édition du Prix national de la PME innovante

Industrie : lancement de la 10ème édition du Prix national de la PME innovante

ALGER- Le ministère de l’Industrie a annoncé dimanche le lancement de la 10ème édition du Prix national de la petite et moyenne entreprise innovante pour l’année 2021, visant à appuyer l’innovation et l’usage de la recherche et développement dans les PME afin d’améliorer leur compétitivité.
La date du dépôt des dossiers de candidature pour les entreprises souhaitant y participer s’étale 19 septembre au 28 octobre 2021, a précisé le ministère sur sa page Facebook.

A travers ce concours, organisé cette année sous le thème: « l’innovation, chemin vers le développement durable », le secteur vise à appuyer l’innovation et l’usage de la Recherche & Développement dans les petites et moyennes entreprises (PME) afin d’améliorer leur compétitivité, a-t-il souligné.

Il s’agit de récompenser et encourager les PME activant dans l’industrie et les services liés à l’industrie ayant réalisé des innovations de produits, de process de production et d’organisation ou de commercialisation.
Ce concours cible trois types de PME à travers l’octroi de trois récompenses pécuniaires « appréciables », dont deux destinées aux PME ayant plus de trois ans d’existence et activant dans un secteur qui contribue au développement économique durable ou dans une filière de l’économie verte, tandis que la troisième récompense concerne, quant à elle, les jeunes PME activant dans un secteur qui contribue au développement économique durable.

Des médailles et des attestations de mérite seront également décernées aux lauréats, annonce le ministère, soulignant que la remise des prix aura lieu en décembre prochain après examen des dossiers des PME ayant participé au concours.

A travers ces initiatives, explique la même source, les pouvoirs publics visent à « améliorer l’environnement des PME et intensifier le tissu productif ».

CNESE: Tir reçoit l’ambassadeur, haut représentant de la France en Algérie

CNESE: Tir reçoit l’ambassadeur, haut représentant de la France en Algérie

ALGER- Le Président du Conseil National, économique, social et environnemental (CNESE), Rédha Tir, a reçu, en audience au siège de son institution, M. François Gouyette, ambassadeur, haut représentant de la République Française en Algérie, indique dimanche un communiqué du Conseil.
La rencontre a été « l’occasion de passer en revue les différents volets de la coopération entre l’Algérie et la France, sous l’angle, en particulier, des modalités propres à renforcer encore davantage la relation bilatérale, qualifiée par les deux parties d’historique, car constamment orientée par une vision stratégique largement partagée ».

Par ailleurs, les deux parties se sont mises d’accord pour donner un souffle nouveau aux relations économiques par le biais d’une coopération rehaussée, telle celle explicitement exprimée par le président du CNESE et son homologue français Thierry Beaudet à l’occasion de leur rencontre tenue en marge d’un Forum organisé à Paris début juillet passé, et auquel le président Tir avait pris part.

Les deux présidents avaient, rappelle le communiqué, évoqué la nécessité d’aller vers la construction d’une union des conseils socio-économiques, et environnementaux et institutions similaires de la Méditerranée, laquelle union constituera une passerelle pour rapprocher les sociétés civiles des deux Rives Sud-Nord et créer un espace de dialogue permettant de relever les défis des nombreuses transitions : énergétique et environnementale, mais également économique, numérique et sociale.