La révision de la loi sur la monnaie et le crédit touche à sa fin

La révision de la loi sur la monnaie et le crédit touche à sa fin

ALGER – Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a affirmé que la révision de la loi sur la monnaie et le crédit touchait à sa fin.

En réponse aux questions des membres du Conseil de la nation dans le cadre du débat du Plan d’action du Gouvernement, le Premier ministre a précisé que cette révision vient pour adapter la loi aux réformes globales que connait le système financier.

Entre autres points introduits dans cette loi, figure la finance islamique par le recours aux mécanismes alternatifs constituant des outils important pour la mobilisation de l’épargne et le financement économique.

La réforme de la loi sur la monnaie et le crédit porte sur l’insertion du principe de mandat pour le gouverneur de la Banque d’Algérie en vue d’assurer une autonomie de la Banque centrale et de réhabiliter le rôle des outils de la politique monétaire dans la réalisation des grands objectifs économiques.

Il s’agit également de l’insertion des principes de gouvernance dans la gestion des banques et des institutions financières et l’autorisation des fournisseurs de services de payement à accéder au système national de payement en tant que « actionnaire indépendant » pour promouvoir l’économie numérique.

A cela s’ajoute l’autorisation des courtiers exerçant de façon libérale à accéder au marché monétaire interbancaire et à rendre l’adhésion dans la centrale des risques obligatoire pour toutes les instances de crédit et de microcrédit.

APS

L’investissement dans les transports aérien et maritime ouvert aux investisseurs privés

L’investissement dans les transports aérien et maritime ouvert aux investisseurs privés

ALGER – Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a appelé les investisseurs privés à investir prochainement le domaine des transports aérien et maritime, jusque là non autorisé.

Répondant aux interrogations des membres du Conseil de la nation dans le cadre du débat du Plan d’action du gouvernement, M. Benabderrahmane a précisé que « l’investissement est désormais ouvert, particulièrement pour certains secteurs jusque là interdits officieusement et qui sont actuellement autorisés officiellement ».

« J’invite les détenteurs de capitaux à investir dans ce genre d’investissements, particulièrement les transports aérien et maritime », a déclaré le Premier ministre.

« Plusieurs dossiers d’investissement ont été déposés au niveau du ministère des Transports », a fait savoir le Premier ministre, appelant « tous les investisseurs désirant investir ces domaines à déposer leurs dossiers, la voie leur étant ouverte ».

APS

Le Gouvernement prévoit une révision de la grille des salaires

Le Gouvernement prévoit une révision de la grille des salaires

ALGER – Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a affirmé, mercredi, que le Gouvernement était en passe de revoir la grille des salaires, selon une approche « participative inclusive ».

Répondant aux questions et préoccupations des membres du Conseil de la nation dans le cadre du débat du plan d’action du Gouvernement, le Premier ministre a indiqué que « le Gouvernement a pris au sérieux la question de la révision des salaires et l’a inscrite comme axe important dans son programme. Il traitera de cette question selon une approche participative inclusive, dans le cadre d’une large réforme du système de la fonction publique ».

Le Gouvernement effectuera une évaluation minutieuse des politiques des salaires à la base d’enquêtes et d’études concernant tous les domaines d’acticités y compris le secteur économique, a poursuivi M. Benabderrahmane.

Cette opération est susceptible d’orienter les choix du Gouvernement en termes de politiques des salaires et des revenus en vigueur au niveau national, a mis en avant le Premier ministre, soulignant qu’elle était soumise à une batterie de mesures, de normes et de facteurs, notamment en ce qui concerne la productivité nationale et la moyenne d’inflation, outre la situation économique générale du pays.

Il a également insisté sur la réforme du système de la fonction publique.

Par ailleurs, le Premier ministre a estimé que la solution radicale pour la préservation du pouvoir d’achat loin des solutions conjoncturelles, demeure en la relance de l’économie et la réalisation de la dynamique économique permettant, outre la création de richesses et d’emplois.

APS

PAG: appel à des mesures urgentes pour une véritable transition économique

PAG: appel à des mesures urgentes pour une véritable transition économique

ALGER – Les membres du Conseil de la Nation ont affirmé, mardi à Alger, que le Plan d’action du Gouvernement requiert la prise de mesures urgentes en vue d’organiser une véritable transition économique.
Lors de la séance consacrée au débat du Plan d’action du Gouvernement, les membres du Conseil de la Nation ont abordé un ensemble de mesures, dont essentiellement la dépénalisation de l’acte de gestion, l’intérêt à accorder au secteur agricole, la concrétisation de l’ouverture commerciale à même d’augmenter les exportations, ainsi que la lutte contre le recul du taux de change et la hausse du taux d’inflation.

Le membre du Conseil de la Nation du tiers présidentiel, Mohamed Zakaria a évoqué l’impératif de ne pas se précipiter à lever la subvention jusqu’à s’assurer du classement correct des catégories des citoyens, d’autant que ceci « peut prendre des tournures dangereuses, en cas de rejet ».

Le même membre a , par ailleurs, mis en avant la nécessité d’accorder un intérêt au secteur agricole dans le contexte des moyens dont disposent certaines wilayas, de traiter la problématique de la rareté des eaux et de maîtriser de manière idoine la dépense publique.

De son côté, le membre du Conseil de la Nation pour le parti du Front de libération nationale (FLN), Khalil Ezzine a relevé l’impératif d’améliorer le pouvoir d’achat du citoyen et de réviser l’échelle des salaires dans la fonction publique de façon équitable, soulignant également l’impératif d’encourager le responsable gestionnaire à prendre l’initiative, tout en mettant en place une loi relative à la protection des énergies gérantes intègres ».

M Khalil Ezzine a également appelé à l’unification des prix du mètre carré des zones industrielles à travers le pays, à accorder davantage d’intérêt aux zones frontalières, et à revoir le décret exécutif relatif à la distribution des logements sociaux.
Quant au membre du Conseil de la Nation pour le parti du Rassemblement nationale démocratique (RND), Ilyes Achour, il a mis l’accent sur la nécessité d’encourager la production nationale et réduire les exportations en résistant aux lobbies d’importation et au marché noir et en les poussant à se tourner vers la création de projets de production locale.

De son côté, le sénateur du FLN, Mustapha Djaban, a appelé à la levée du gel sur les projets de développement et à la récupération de certaines grandes entreprises publiques, qui connaissent une situation fragile, ainsi qu’à l’arrêt des campagnes pour mettre fin aux fonctions et nommer des cadres des grandes entreprises, ce qui menace leur stabilité, selon lui.

Quant au sénateur Mohamed El Arbaoui du RND  il a souligné la nécessité d’améliorer le pouvoir d’achat, soulignant également la nécessité de clarifier le calendrier de mise en œuvre du plan d’action du gouvernement et les sources financières qui permettront sa mise en œuvre progressive.

Exportations hors hydrocarbures : L’Algérie cible le continent africain

Exportations hors hydrocarbures : L’Algérie cible le continent africain

Les efforts déployés par l’Algérie pour promouvoir les échanges commerciaux avec les pays africains afin d’augmenter la valeur des exportations et de les diversifier ont été soulignés dans un article publié récemment par le quotidien congolais Les dépêches de Brazzaville.

Intitulé « Algérie : l’Etat octroie des facilités pour exporter sur les marchés africains », cet article, paru le 16 septembre courant, a mis en avant les projets engagés par le gouvernement algérien pour encourager les exportations hors hydrocarbures ainsi que les mesures de facilitation prises en faveur des opérateurs économiques visant les marchés africains.
Evoquant le Salon économique destiné au marché africain tenu dernièrement dans la wilaya d’Adrar et qui a vu la participation de plus de cinquante opérateurs, le quotidien a souligné que l’objectif des autorités algériennes reste celui de se déployer en Afrique et de booster les exportations vers le marché continental.
« Cette décision (déploiement) peut se justifier par le record de revenus d’exportations hors hydrocarbures (trois milliards de dollars) en 2020 », a mentionné le journal.
Dans le cadre de ce déploiement, l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur et le Fonds spécial pour la promotion des exportations seront mis à contribution, a précisé le média congolais, tout en relevant que le transporteur algérien « Logitrans » qui bénéficiera de la transsaharienne Alger-Lagos de 400 km en cours d’achèvement sera engagé à aider les exportateurs en vue d’atteindre leurs pays cibles en Afrique.

Des atouts historiques  et multiformes

La publication congolaise a abordé les atouts « historiques et multiformes » dont dispose l’Algérie pour se positionner sur le marché africain : « Dans les années 1960 et 1970, Alger était le berceau des révolutionnaires et des mouvements panafricains », a-t-elle rappelé, en citant notamment des leaders des mouvements de libération comme Nelson Mandela ou Che Guevara qui se rendaient à Alger pour bénéficier de soutiens idéologique, logistique et financier, ainsi que de nombreux dirigeants africains ayant bénéficié de formations en Algérie.
Parmi les autres chantiers structurels engagés par le gouvernement algérien en Afrique subsaharienne, le journal a cité la création d’un forum d’affaires panafricain, le renforcement des agences publiques dédiées à l’accompagnement à l’export vers l’Afrique et la mise en place d’un système bancaire panafricain.
Il a également évoqué le futur port de Cherchell et de Djen Djen qui pourraient devenir des hubs pour les échanges avec l’Asie et le point d’entrée ou sortie de nombreuses marchandises avec l’Afrique, soit par voie maritime, soit par voie routière transsaharienne jusqu’à Lagos. En améliorant les corridors routiers et le fret aérien, il est possible de se procurer des produits à bas coût et de les rendre plus accessibles.  El moudjahid….

Exportation de produits algériens vers la Mauritanie : Un important convoi prévu le 28 septembre

Exportation de produits algériens vers la Mauritanie : Un important convoi prévu le 28 septembre

Le Groupe public de transport terrestre de marchandises et de logistique «Logitrans» organise, en collaboration avec l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur – Algex, un important convoi composé de 25 à 40 semi-remorques, en vue d’exporter divers produits algériens vers la Mauritanie (Nouakchott et Nouadhibou), prévu le 28 septembre.
Les organisateurs de cette opération commerciale d’envergure invitent les opérateurs économiques intéressés à s’inscrire dans cette perspective. L’organisation du convoi s’inscrit, précise-t-on, dans le sillage des résultats encourageants de la dixième édition de l’Exposition Internationale El Mouggar, qui a eu lieu du 24 août au 4 septembre 2021 à Tindouf sous le slogan ‘‘L’Algérie, un point d’accès aux marchés africains’’, et qui a été soldée par la conclusion de plusieurs accords commerciaux. L’Algérie qui a paraphé une série d’accords de coopération avec la Mauritanie, au cours de ces derniers mois, entend inscrire son action dans une dynamique de partenariat durable à travers notamment l’optimisation des échanges commerciaux en ce qui concerne le volume des exportations vers ce pays voisin. Selon les déclarations des responsables du département du commerce, l’Algérie mise sur l’augmentation de ses exportations jusqu’à 50 millions de dollars, pour cette année sinon de dépasser les 53 millions de dollars réalisés en 2017. La même source a indiqué dans ce sens, que les ventes algériennes vers la Mauritanie ont enregistré une hausse de 100% au cours du troisième trimestre de 2020 par rapport à la même période de 2019, soit près de 9 millions de dollars.
Cette cadence à la hausse a été maintenue en 2021 avec l’entrée en vigueur de l’accord sur la Zlecaf (Zone de libre échange continentale africaine) à la faveur des facilités au commerce accordées dans le cadre de cet accord.
L’autre facteur favorisant les échanges réside dans la mise en place de la base logistique de Tindouf en 2019 et qui devra contribuer davantage à dynamiser les échanges commerciaux entre les deux pays mais aussi entre l’Algérie et les pays situés à l’ouest du continent. El moudjahid….