Nouveau projet de loi minière: stimuler l’investissement et simplifier les procédures

Nouveau projet de loi minière: stimuler l’investissement et simplifier les procédures

ALGER- Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab a affirmé, mardi à Alger, que les amendements introduits dans le nouveau projet de loi minière permettront de stimuler l’investissement et simplifier les procédures, soulignant que le secteur minier restait ouvert à tous les opérateurs économiques aussi bien publics que privés.

S’exprimant lors d’une conférence de presse en marge des travaux d’une journée d’information sur l’investissement dans le secteur minier, M. Arkab a précisé que la révision de la loi minière a touché plusieurs aspects, en ce sens que le texte en question prévoit des amendements « visant à faciliter les procédures relatives aux autorisations d’exploration et d’exploitation des ressources minières en Algérie ».

Le nouveau projet de loi « réduira la période d’étude des dossiers relatifs à l’obtention des autorisations d’exploration et d’exploitation des richesses minières en introduisant la numérisation et d’autres moyens technologiques pour suivre les demandes », a indiqué M. Arkab.

La nouvelle loi minière prévoit également « plusieurs incitations financières et fiscales, ainsi que des mesures attractives au profit des investisseurs tant algériens qu’étrangers ».

Dans le cadre de la révision de ce texte de loi, l’Agence nationale des activités minières a vu ses prérogatives élargies pour qu’elle puisse « accompagner en permanence les investisseurs et assurer la réussite des projets d’investissement dans le secteur minier sous réserve du respect de l’environnement et de la concrétisation des objectifs du développement durable », a révélé M. Arkab.

Soulignant que le nouveau projet de loi porte une vision « claire » sur tous les projets que compte concrétiser le pays, le ministre a rassuré que « toutes les conditions sont réunies aujourd’hui pour encourager les opérateurs économiques à investir dans le secteur ».

Le ministre a mis en exergue, par ailleurs, les capacité humaines du secteur et son expérience avérée, outre la disponibilité des données géologiques sur les richesses minières dont recèle l’Algérie.

 Lancement prochain des projets de phosphate à Tébessa et du fer à Gara Djbilet 

Le ministre a dévoilé le coup d’envoi prochain des projets de transformation du phosphate à la wilaya de Tébessa et le développement des mines de fer à Gara Djbilet, rappelant les études en cours d’élaboration avec la partie chinoise, liées au volet logistique pour la réalisation du projet de Gara Djbilet.

Le projet de Gara Djbilet permettra de couvrir la demande locale et exporter le surplus de production, a souligné M. Arkab.

Le ministère prévoit la réalisation d’un chiffre de 4 mds USD/année en matière d’exportation de phosphate, zinc, plomb, fer et or.

Répondant à une question sur l’exploitation de l’or dans le sud algérien, Arkab a fait savoir que son département était sur le point de lancer un deuxième appel d’offre pour chercher des partenaires ayant la technologie d’exploration d’orpaillage dans une profondeur de 400 mètres, ainsi que les outils nécessaires pour la transformation de cet métal précieux.

S’agissant de la première étape du projet d’exploitation de l’or, le ministre a fait état de 222 micro-entreprises agréées depuis juin dernier, mettant l’accent sur « la nécessité d’accompagner les jeunes et de palier les lacunes enregistrées dans ce sens ».

APS

Opep+ œuvrera à préserver l’équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron

Opep+ œuvrera à préserver l’équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron

ALGER-Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab a affirmé, mardi à Alger, que l’Organisation des pays exportateurs du pétrole et ses alliés « Opep+ », œuvrera à assurer les approvisionnements en pétrole sur le marché international et à prendre toutes les mesures indispensables à la préservation de l’équilibre du marché dans le contexte des craintes de la propagation du nouveau variant de Coronavirus « Omicron ».

S’exprimant lors d’un point de presse organisé en marge des travaux de la Journée d’étude sur l’investissement minier, M. Arkab a indiqué que l’Opep+ examinera, lors de sa réunion prévue jeudi prochain, les rapports des experts sur les approvisionnements en pétrole du marché international soulignant que l’organisation prendra, à la lumière de ces rapports, des mesures en vue d’assurer de bons approvisionnements pour le marché pétrolier.

Dans ce contexte, le ministre de l’Energie a souligné qu’ « Opep+ » œuvrera à  » la préservation du marché et à ce que les fondamentaux du marché soient sains et équilibrés, dans l’intérêt du producteur et du consommateur en même temps ».

Concernant l’impact du nouveau variant du Coronavirus (Covid-19),  M. Arkab a indiqué que « ce variant a donné une impression qu’il a des impacts sur les marchés mondiaux qui ont connu un recul dans les prix du pétrole brut, et ce, en raison de mesures de confinement et de la suspension des dessertes aériennes et maritimes prises particulièrement par les pays consommateurs des hydrocarbures ».

A ce propos, le ministre de l’Energie a estimé que l’impact de ce variant sur le marché pétrolier mondial requiert  » prudence et suivi », en vue de prendre les mesures indispensables, rappelant l’expérience de l' »Opep+ » lors de la propagation de la Covid-19 en avril 2020 qui a pris des mesures ayant permis, a-t-il dit, de préserver l’équilibre du marché.

Répondant à une question sur l’exportation du gaz naturel vers l’Espagne, après la décision de renoncer à l’utilisation du gazoduc Maghreb-Europe à partir du 1e Novembre passé, M. Arkab a réitéré l’engagement de l’Algérie, à travers Sonatrach, à honorer les accords d’approvisionnement de l’Espagne en gaz naturel.

APS

Tourisme : feuille de route pour atteindre plus de 3 millions de touristes en 2024

Tourisme : feuille de route pour atteindre plus de 3 millions de touristes en 2024

ALGER- Le secteur du tourisme compte adopter une feuille de route visant à réaliser les différents projets et à atteindre plus de 3 millions de touristes à l’horizon 2024, a indiqué le directeur général du tourisme au ministère de tutelle, Moussa Bentamer.

Lors d’une rencontre organisée récemment avec les directeurs du tourisme et de l’artisanat des wilayas, le même responsable a indiqué que cette feuille visait la réalisation de cinq opérations consistant en le réaménagement et la garantie du foncier touristique, la promotion du tourisme domestique, le développement du tourisme thermal, la mise en œuvre du plan « Destination Algérie » et la relance du plan de la qualité et de l’amélioration de la performance du dispositif de la formation.

S’agissant du réaménagement du foncier touristique, M. Bentamer a mis en avant l’impératif classement de nouvelles zones d’expansion touristique (ZET), à travers la finalisation de l’étude de 48 zones proposées et l’approbation de 38 autres plans en vue d’assurer 660 lots de terrains au profit d’investisseurs réels, en plus du réaménagement des routes et des pistes dans 9 ZET et la réalisation graduelle des travaux d’aménagement au niveau de 116 sites d’expansion touristiques selon les priorités.

Cette feuille prévoit également d’encourager la création de nouveaux pôles touristiques d' »excellence » dont les études doivent répondre aux normes internationales pour le développement de différents types de tourisme notamment au niveau des régions du Sud, tout en augmentant le nombre des structures d’hébergement à 90 hôtels par ans au minimum.

Selon le même responsable, cette stratégie repose sur le parachèvement du programme de modernisation et de réhabilitation du parc hôtelier public notamment des travaux de réalisation des 29 établissements restants sur 70 hôtels publics, outre la réalisation de 365 nouveaux circuits touristiques.

Concernant le tourisme thermal, le DG du tourisme a insisté sur l’importance de développer ce type de tourisme à travers la réhabilitation et la modernisation de 34 sources thermales dans 18 wilayas ainsi que l’affectation d’assiettes foncières pour la réalisation de nouvelles stations thermales au niveau de 20 sources thermales, outre la nécessité de dégager des assiettes foncières pour la construction de deux centres de thalassothérapie au minimum au niveau de 14 wilayas côtières.

Par ailleurs, la feuille de route du secteur du Tourisme porte sur l’impératif accompagnement de l’effort et des activités des agences touristiques et de voyages à travers la participation aux différents salons touristiques importants, en sus de l’organisation, chaque année, du Salon international du tourisme et des voyages (SITEV) et la facilitation des procédures d’obtention d’un visa d’entrée pour les touristes étrangers en Algérie dans le cadre de groupes organisés par les agences touristiques en coordination avec des agences étrangères.

La nouvelle stratégie prévoit également l’actualisation de l’arsenal juridique du secteur et la compilation des textes juridiques et réglementaires dans le cadre d’une loi d’orientation du tourisme, en sus de garantir son adaptation aux mutations et aux défis actuels relatifs au développement touristique.

Le plan d’action du secteur à l’horizon 2024 porte sur la relance de l’activité du Conseil national du tourisme (CNT) conformément au décret présidentiel du 7 novembre dernier. Le CNT est un organe dont l’activité a été gelée depuis 2002, après l’annonce de sa création.

APS

5ème édition du Forum Rakmana : relever le défi de la transition numérique

5ème édition du Forum Rakmana : relever le défi de la transition numérique

ALGER- Le ministre de la Poste et des Télécommunication, Karim Bibi-Triki a appelé, mardi, l’ensemble des acteurs dans le domaine numérique à relever le défi de la transition numérique pour la réalisation « d’une infrastructure sécurisée et fiable ».

Intervenant lors de la 5e édition du Forum Rakmana, le ministre a précisé que « relever le défi de la transition numérique pour la réalisation d’une infrastructure sécurisée et fiable nécessite la conjugaison des efforts et de la coordination », appelant les acteurs du domaine à « œuvrer en collaboration avec le Gouvernement dans le cadre de la concertation et du dialogue, à la relance du secteur ».

La cinquième édition du Forum Rakmana organisée par le Groupement des acteurs algériens du Numérique (GAAN) constitue une opportunité pour « rencontrer les acteurs du secteur du numérique et dresser un constat sur l’état de l’infrastructure numérique et les perspectives de son développement », a estimé M. Bibi-Triki.

A cette occasion, le ministre a écouté les préoccupations et les propositions des acteurs en la matière concernant la signature et la certification électroniques, les centres de données, outre les difficultés et les obstacles qu’ils confrontent notamment le volet juridique.

Dans ce contexte, M. Bibi-Triki a affirmé que son département s’emploie, en partenariat avec d’autres ministères, à « faciliter l’investissement dans le secteur et pallier les lacunes enregistrées ».

Faisant état de 130.000 factures réglées mensuellement par voie électronique, le ministre a invité les citoyens titulaires d’une carte Dahabia ou bancaire à adopter le paiement électronique encouragé par

plusieurs entreprises qui permettent ce mode paiement et la disponibilité d’internet ». Cette solution est à même de contribuer au développement de l’infrastructure et endiguer la propagation de la pandémie Covid-19, a-t-il expliqué.

Le premier responsable du secteur a dévoilé l’entrée service prochaine de la certification électronique, ajoutant qu' »elle servira grandement à l’appui des infrastructures numériques du pays ».

« Le pouvoir de certification électronique permettra d’appuyer la transition numérique dans le domaine économique et d’assoir une économie numérique sécurisée », a-t-il mis en avant.

Pour sa part, le président du GAAN, Tadjeddine Bachir a souligné la nécessité de revoir le les mécanismes mis en place en terme de numérisation, rappelant les obstacles dressés devant les acteurs du

domaine, particulièrement les textes juridiques qui ne sont pas mis à jour, outre les lourdes taxes douanières sur le matériel informatique importé ».

M. Bachir a évoqué l’une des revendications les plus réclamées par les acteurs et les investisseurs dans le secteur numérique, à savoir la certification électronique qui faciliterai les procédures administratives.

APS

AADL 2013 : retrait des décisions d’affectation au profit de 68.000 souscripteurs

AADL 2013 : retrait des décisions d’affectation au profit de 68.000 souscripteurs

ALGER- L’Agence nationale d’amélioration et de développement du logement (AADL) a procédé, lundi, à l’ouverture de son site internet pour le retrait des décisions d’affectation au profit de 68.000 souscripteurs inscrits dans le programme location-vente de 2013, a indiqué, lundi, le directeur général de l’AADL, Fayçal Zitouni.

« En exécution des engagements du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Tarek Belaribi, 68.000 souscripteurs au programme location-vente de 2013 peuvent retirer les décisions d’affectation en les téléchargeant via le site internet www.aadl.com.dz », a précisé M. Zitouni.

Cette opération demeure ouverte pendant un mois jusqu’à la remise totale de toutes les décisions et les souscripteurs concernés peuvent retirer leurs décisions en les téléchargeant directement via le site électronique, a précisé le DG de l’AADL.

Elle concerne 44 wilayas dont Alger, Sétif, Biskra, Guelma, Annaba, Tipaza, Blida, Skikda, Tlemcen et Mostaganem et sera suivie après 15 jours par la remise des ordres de versement de la troisième tranche.

M. Zitouni a indiqué que cette opération de retrait des décisions d’affectation vient après que le taux d’avancement des travaux au niveau des sites ait atteint 70 %.

APS

El-Oued: plus de 100 exposants attendus au 1er Salon national du commerce frontalier

El-Oued: plus de 100 exposants attendus au 1er Salon national du commerce frontalier

EL-OUED- Plus de cent (10) exposants sont attendus pour prendre part au premier salon national du commerce frontalier, prévu à El-Oued du 11 au 13 décembre prochain, a-t-on appris lundi auprès des organisateurs.

Il s’agit de patrons d’entreprises, publiques et privées, d’opérateurs économiques activant dans l’export de produits nationaux, notamment agricoles, a indiqué à l’APS de directeur général de la société « Souf-Expo », Abderraouf Seddouki.

Initié sous l’égide du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, en coordination avec l’Agence nationale de commerce extérieur (Algex) et le Centre arabo-africain d’investissement et de développement (CAAID), le salon verra aussi la présence d’une trentaine d’hommes d’affaires issus de cinq (5) pays  africains (Libye, Tunisie, Mauritanie, Niger et Mali) pour la signature de conventions commerciales pour l’exportation du produit national, a-t-il ajouté.

Des institutions publiques et administratives, dont des institutions bancaires, seront également représentées à cette manifestation économique pour mettre en avant les mécanismes préconisés par les pouvoirs publics en direction des investisseurs en vue de leur permettre d’exporter le produit national, à l’instar des facilitations des procédures administratives et des incitations bancaires, a poursuivi M.Seddouki.

Le programme de cet évènement, placé sous le signe de « Commerce frontalier et positionnement régional », prévoit de présenter les mécanismes d’accompagnement technique des entreprises exportatrices et leur orientation vers les marchés mondiaux, mais aussi de valoriser les produits nationaux éligibles à l’exportation, selon les organisateurs.

APS