Réunion du Gouvernement: plusieurs secteurs examiné

Réunion du Gouvernement: plusieurs secteurs examiné

ALGER – Le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, a présidé, mardi, une réunion du Gouvernement consacrée aux secteurs des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, des Travaux Publics et des Transports, indique un communiqué des services du Premier ministre, dont voici le texte intégral:
« Le Premier ministre, Monsieur Aïmene Benabderrahmane a présidé, ce mardi 24 mai 2022, une réunion du Gouvernement tenue au palais du Gouvernement.

Lors de sa réunion hebdomadaire, le Gouvernement a eu à examiner les points suivants :

Dans le domaine du dessalement de l’eau de mer :

Les ministres de l’Energie et des Mines et des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique ont présenté une communication conjointe sur l’état d’avancement du projet de réalisation de nouvelles stations de dessalement de l’eau de mer.

Dans ce cadre, il a été rappelé que le programme d’urgence ordonné par Monsieur le Président de la République a porté notamment sur la réalisation de trois (03) Stations de dessalement d’eau de mer (SDEM) dans la région de l’Est d’Alger, d’une capacité globale de 150.000 m3/j.

Ce programme a été renforcé par un projet de réalisation de cinq (05) nouvelles stations, de 300.000 m3/j chacune, dans les wilayas d’El Tarf, de Béjaïa, de Boumerdes, de Tipasa et d’Oran.

S’agissant de la SDEM de Tipasa, il a été procédé, dans une première phase, au lancement de plusieurs processus de pré-qualification pour le choix de l’entrepreneur. Les indicateurs d’avancement de ce projet révèlent que sa progression est satisfaisante et son exécution se déroule conformément aux dispositions prévues, notamment celles relatives aux études requises (géotechniques et maritimes).

Quant aux quatre (04) projets des SDEM restantes (El Tarf, Béjaïa, Boumerdes et Oran), qui sont en phase de maturation, il a été mis en œuvre une stratégie de réalisation qui s’appuie sur les capacités nationales de réalisation.

L’objectif attendu de cette démarche étant la réduction du coût de l’eau produite, la maximisation de l’utilisation des capacités nationales de réalisation, la capitalisation du savoir-faire et la réduction des dépenses en devises, et ce à travers la mutualisation des ressources des sociétés du Groupe Sonatrach, qui a procédé, dans ce cadre, à la constitution de deux groupements d’entreprises nationales.

Dans le domaine de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville :

Le Gouvernement a entendu une communication présentée par le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville sur les mesures prises dans le cadre de la réduction des délais de délivrance des permis de construire.

A ce titre et sur la base des évaluations périodiques opérées par le secteur de l’habitat pour identifier les contraintes retardant la délivrance des actes d’urbanisme, particulièrement le permis de construire, les mesures ci-après ont été mises en œuvre, ayant permis une réduction considérable des délais :

– Décentralisation de la délivrance de certains permis de construire ainsi que les recours, dans le cadre du décret exécutif numéro 20-342 du 22/11/2020 modifiant et complétant le décret exécutif numéro 15-19 du 25/01/2015, fixant les modalités d’instruction et de délivrance des actes d’urbanisme.

– Organisation de missions d’inspection au niveau des services concernés (guichets uniques).

– Poursuite de l’opération qui permettra de numériser l’ensemble de la procédure d’instruction des documents d’urbanisme (dépôt des demandes sur un Portail électronique

– émission des avis des services concernés

– paiement électronique de la taxe

– choix de la date du retrait de l’acte au niveau de la Commune

– notification en cas d’avis défavorable

– dépôt des recours).

A l’issue de la présentation, le Premier ministre a rappelé les instructions de Monsieur le Président de République pour accélérer le processus de dématérialisation des procédures et de débureaucratiser davantage la délivrance des différents documents administratifs au profit du citoyen

A ce titre, il a insisté sur l’importance d’engager, en coordination entre les secteurs concernés, la mise en place de la plateforme numérique dédiée à la délivrance du permis de construire et ce, au niveau des Communes sélectionnées en première phase pour le lancement de cette opération.

Dans le domaine des Travaux publics :

Le ministre des Travaux publics a présenté une communication portant sur le projet d’extension du port de Djen-Djen, (wilaya de Jijel) visant sa transformation en hub portuaire.

Ce projet aura pour objectif l’augmentation des capacités du port de Djen-Djen et son intégration dans le réseau des grands ports méditerranéens.

Dans le domaine des Transports :

Le ministre des Transports a présenté une communication pour la conclusion de trois (03) projets de marchés de gré à gré simple entre l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) et des Groupements d’entreprises et de bureaux d’études publics nationaux, pour la réalisation, suivi et contrôle des travaux de réalisation de la desserte ferroviaire Khenchela-Ain El Beida (wilaya d’Oum El Bouaghi) sur 52 km, y compris la signalisation, les télécommunications, l’énergie et l’électrification du 1er et 2ème tronçons.

Il y a lieu d’indiquer que ces projets de marchés s’inscrivent dans le cadre de l’exécution des décisions de Monsieur le Président de la République, relatives à la mise en œuvre du programme complémentaire de développement de la wilaya de Khenchela ».

Lamamra reçoit le Commissaire en charge de l’enseignement, les sciences, la technologie et l’innovation à l’UA

Lamamra reçoit le Commissaire en charge de l’enseignement, les sciences, la technologie et l’innovation à l’UA

ALGER – Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra a reçu, mardi à Alger, le Commissaire en charge de l’enseignement, les sciences, la technologie et l’innovation à l’Union africaine (UA), Pr. Mohamed Belhocine qui effectue une visite en Algérie dans le cadre de ses missions de cadre supérieur au sein du Commissariat de l’UA.
La rencontre a permis de passer en revue l’état des relations de coopération entre l’Algérie et l’Union Africaine, notamment dans les domaines de l’enseignement et de la formation.

A cette occasion, les deux parties ont mis en avant le rôle de l’Institut panafricain pour les sciences de l’eau, de l’énergie et du changement climatique de l’université Aboubekr Belkaid (Tlemcen) qui a accueilli depuis sa création en 2014 dans le cadre du projet de l’université africaine plus de 200 étudiants issus de 31 pays. L’Institut offre une formation pédagogique et pratique de haut niveau.

Le Chef de la diplomatie algérienne a réitéré, lors de cette rencontre, le soutien total des autorités algériennes qui œuvrent en permanence à mobiliser tous les moyens pour que l’Institut exerce son activité dans les meilleures conditions pour développer les capacités de gestion des pays africains en termes de ressources hydriques et énergétiques, qui constituent des défis pressants.
M. Lamamra a tenu à affirmer, lors de cette rencontre qui coïncide avec le 59e anniversaire de la création de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA) et l’institution du 25 mai journée mondiale de l’Afrique, le maintien de l’engagement de l’Algérie quant au parachèvement du processus de décolonisation du continent et la réalisation de son intégration économique.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience, Pr. Belhocine a indiqué avoir « échangé les vues concernant certains problèmes d’ordre techniques et logistiques auxquels fait face l’Institut des sciences de l’eau, de l’énergie et des changements climatiques de Tlemcen afin de coordonner nos activités avec le ministère des Affaires étrangères en vue de résoudre certains problèmes administratifs ».

A cette occasion, nous avons présenté le travail de l’Institut de Tlemcen, relevant de l’Université Panafricaine qui comprend trois autres instituts à Nairobi (Kenya), Ibadan (Nigeria) et Yaoundé (Cameroun).

Pr. Mohamed Belhocine avait visité, lundi, l’Institut des sciences de l’eau de Tlemcen pour établir des contacts avec les responsables de cet institut qui propose une formation master en Sciences de l’énergie, de l’eau et des changements climatiques.

La visite de M. Belhocine en Algérie vise également à « établir des contacts avec les ministères ayant une relation avec l’Institut », les académiciens et les étudiants de certaines universités d’Alger et de Tlemcen.

Elle lui permettra, en outre, de « participer à un webinaire prévu à Alger la semaine prochaine, à l’invitation des organisateurs, et ce, dans le souci d’établir des contacts avec des jeunes à la tête d’un incubateur de startups. APS..

Vers la création d’une Association internationale des Amis de la Révolution algérienne

Vers la création d’une Association internationale des Amis de la Révolution algérienne

ALGER – Une Association internationale des Amis de la glorieuse Révolution algérienne, appelée à constituer un cadre idoine pour préserver et promouvoir les valeurs et principes constitutifs de la Révolution du 1er novembre, sera créée, conformément aux recommandations du colloque international qui s’était tenu récemment à Alger.
A l’issue des travaux du colloque international des Amis de la Révolution algérienne, qui s’est tenu sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à Alger les 17 et 18 mai 2022, les participants ont adopté une recommandation portant sur la création d’une Association internationale des Amis de la Révolution algérienne, appelée à constituer un cadre idoine pour préserver et promouvoir les valeurs et principes constitutifs de la Révolution du 1er novembre 1954 et renforcer ainsi les liens de solidarité et de communion entre tous ceux qui y sont attachés. Khenchela et à ses supporters pour l’ accession en Ligue 1 professionnelle de football. Plein succès à l’équipe dans son parcours footballistique. APS..

Le ministre de l’Intérieur en visite de travail au Qatar

Le ministre de l’Intérieur en visite de travail au Qatar

ALGER – Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamal Beldjoud effectue à partir de lundi une visite de travail de trois jours au Qatar à l’invitation du Premier ministre, ministre de l’Intérieur qatari, Cheikh Khalid bin Khalifa bin Abdulaziz Al-Thani, indique un communiqué du ministère.
Cette visite, qui s’inscrit dans le cadre du « renforcement des relations de coopération entre l’Algérie et le Qatar », constitue une opportunité pour « évoquer les moyens de raffermissement de la coopération et l’échange d’expérience dans les domaines liés à la sécurité, la protection civile, la gestion des risques et la modernisation », précise le communiqué.

M. Beldjoud devra prendre part, au Qatar, aux travaux de la 14ème édition du Salon « Milipol Qatar », organisé du 24 au 26 mai au Centre des expositions et des conférences de Doha.
Le Salon qui porte sur les dernières innovations en matière de sécurité et de protection civile, verra la participation de 40 pays. APS..

Migration internationale: l’approche algérienne exposée devant l’AG de l’ONU

Migration internationale: l’approche algérienne exposée devant l’AG de l’ONU

NEW YORK (Nations unies) – Le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, Nadir Larbaoui, a exposé devant l’Assemblée générale (AG) de l’ONU, l’approche « globale et intégrée adoptée par l’Algérie sur la question de la migration ».
Dans son intervention au Forum d’examen des migrations internationales qui s’est tenu sous les auspices de l’AG des Nations unies, l’ambassadeur Larbaoui a souligné « la priorité que le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, accorde au dossier migratoire et ses hautes orientations pour la gestion optimale de ce phénomène, ainsi que la valorisation du rôle de la communauté nationale à l’étranger en tant qu’acteur important dans la réalisation du développement durable ».

A cette occasion, il a mis en exergue « le rôle de l’Algérie, dont la situation géographique et le niveau de développement interne la classent dans la catégorie de pays d’origine, de transit et de destination des immigrés illégaux, afin de faire face à ce phénomène ».

Il a indiqué que « l’immigration illégale est liée aux conditions de sécurité existantes, en particulier dans les pays confrontés à des crises sécuritaires et qui constituent une source de préoccupation, notamment en ce qui concerne les aspects sécuritaires et sanitaires et celui du travail illégal ».
Le diplomate a souligné, dans ce cadre, que l’Algérie « gère cette question avec sagesse et responsabilité, en étroite collaboration avec les pays d’origine et dans le respect de la dignité des personnes concernées qui sont souvent victimes des crises et troubles sécuritaires dans leurs pays d’origine ».

L’ambassadeur Larbaoui a affirmé que l’Algérie « souscrit aux objectifs du Pacte mondial pour la migration, qui vise à s’attaquer aux causes structurelles de la migration, telles que les faibles taux de développement, les effets négatifs des changements climatiques et la dégradation de l’environnement, comme elle souscrit également aux objectifs de renforcement des mécanismes de lutte contre le trafic des migrants et d’éradication de la traite des personnes ».
Il a cependant souligné « la souveraineté des Etats et leur droit d’adopter la législation qu’ils jugent appropriée, et la nécessité d’une mise en œuvre progressive et volontaire du Pacte mondial pour la migration ».

« 400 réseaux de passeurs démantelés en 2020-2021 »

Afin de faire face à ce phénomène, le représentant permanent a passé en revue les efforts déployés par l’Algérie pour assurer l’accueil des migrants dans de bonnes conditions et les prendre en charge, en plus de gérer la situation des immigrés illégaux.

Et d’ajouter : « En plus des moyens matériels et humains consacrés à la prise en charge optimale des immigrés et à la garantie de leur accès gratuit aux services de santé, quel que soit leur statut juridique et financier, notre pays les considère comme faisant partie du plan national de prévention, ce qui leur offre la possibilité de bénéficier du vaccin contre la Covid-19 ainsi que des soins de santé », précisant que « plus de 120.000 immigrés ont récemment bénéficié des soins de santé ».

Par ailleurs, M. Larbaoui a évoqué « le renforcement par l’Algérie de sa coopération avec les pays d’origine, notamment les pays voisins, en initiant des projets structurants de développement économique qui contribuent à stabiliser les populations, en plus d’assurer les services de base dans ces régions, ainsi que de renforcer la formation et la coopération afin d’accroître l’efficacité et l’autonomie de l’administration locale pour répondre aux exigences du développement ».
D’autre part, le représentant permanent algérien à l’ONU a souligné que l’Algérie « ne ménageait aucun effort pour sécuriser ses frontières maritimes et terrestres afin de lutter contre le trafic des migrants et les réseaux de traite des personnes à travers des mécanismes de coopération, tels que le ‘Programme Frontière de l’Union africaine’ et les ‘Comités bilatéraux frontaliers’ avec les pays voisins, pour assurer une coordination accrue face aux passeurs, tout en renforçant la législation nationale afin de la mettre au diapason des accords internationaux en la matière ».

Il a indiqué, à ce sujet, qu' »environ 400 réseaux de passeurs ont été démantelés durant la période 2020-2021″.

« Tant que le monde restera fortement inégal en termes de développement et de conditions de vie, la question de la migration restera un phénomène endémique, puisque la nature de l’être humain le pousse à améliorer ses conditions de vie », a conclu l’ambassadeur Larbaoui, en estimant que « la meilleure manière pour contenir ce phénomène et d’en faire un choix et non une nécessité, et d’accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 du développement durable, afin d’accomplir le développement pour tous, ce qui nécessite davantage d’efforts et une coordination intensifiée, tout en veillant à ce que les pays remplissent leurs obligations, notamment en matière de financement, de renforcement des capacités nationales et de transfert de technologie ».

Plan arabe d’éducation en temps de crises: le DG de l’ALECSO salue la proposition de l’Algérie

Plan arabe d’éducation en temps de crises: le DG de l’ALECSO salue la proposition de l’Algérie

ALGER – Le Directeur général de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO), Mohamed Ould Aomar a salué la proposition de l’Algérie portant création d’une instance arabe d’études stratégiques globales chargée de la mise en œuvre du plan arabe d’éducation en temps de crises, a indiqué dimanche un communiqué du ministère de l’Education nationale.
Lors de sa rencontre avec le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Blabed en marge des travaux de la 26e session du congrès de l’ALECSO tenue à Tunis, M. Mohamed Ould Aomar a mis en avant la proposition algérienne évoquée par le ministre dans son allocution, portant mise en place d’un plan arabe pour l’éducation en temps de crises. Une recommandation adoptée lors de la session.

L’instance en question sera chargée de la mise en place de mécanismes pour l’application du plan arabe d’éducation en temps de crises permettant de garantir l’accès à l’éducation à toutes les franges quelles qu’en soient les conditions.
Les deux parties ont passé en revue nombre de questions visant « la promotion de la coopération dans les domaines éducatifs, scientifiques et culturels permettant à l’Algérie d’occuper la place qui lui sied à l’échelle arabe ».

Crée en 1970 dans le cadre de la Ligue arabe, l’ALECSO dont le siège est à Tunis est chargée de la coordination des efforts arabes dans les domaines de l’éducation, la culture et les sciences en sus de l’échange des expertises et des expériences des pays membres. APS..