Les directeurs de la santé et des établissements hospitaliers ont 15 jours pour réaménager les services des urgences

Les directeurs de la santé et des établissements hospitaliers ont 15 jours pour réaménager les services des urgences

ALGER- Le ministre de la Santé, Aberrahmane Benbouzid, a accordé mercredi un délai de 15 jours aux directeurs de la santé au niveau des wilayas et des établissements hospitaliers pour la réalisation des changements requis dans le cadre du réaménagement des services des urgences, a indiqué un communiqué du ministère.
Lors de sa séance de travail hebdomadaire, tenue par visioconférence, avec les directeurs de la santé au niveau des wilayas, M. Benbouzid a donné des instructions fermes pour l’application de ses précédentes directives relatives au réaménagement des services des urgences, accordant aux directeurs de la santé et des établissements hospitaliers un délai de 15 jours pour la réalisation des changements requis dans ce cadre, a précisé la même source.

Déplorant l’état dans lequel il a trouvé les services des urgences au niveau de certains établissements hospitaliers où il a effectué des visites inopinées ces derniers jours, le ministre a insisté sur l’impérative mise en œuvre de ses instructions à la lettre.
Le travail et les performance des différents gestionnaires seront évalués et des mesures seront prises en fonction des résultats, a-t-il prévenu, invitant les responsables des différents établissements de santé à sortir de leurs bureaux et à aller sur le terrain pour organiser les différents services, notamment ceux des urgences, assurer la maintenance et la remise en marche des équipements en panne, assurer des prestations à la hauteur, prendre en charge et orienter les malades, veiller à l’hygiène selon les normes en vigueur en milieu hospitalier, organiser les gardes et réunir les moyens permettant au personnel d’exercer dans les meilleures conditions possibles ».

Il a également ordonné d’œuvrer « en coordination avec les chefs de service afin d’assurer un climat de travail décent, au mieux de l’intérêt public, et ce en respectant les rendez-vous, en prodiguant des prestations de santé et de soins aux patients en temps opportun, sans pour autant les transférer à d’autres services, et en nettoyant les salles de permanence et en y réunissant les conditions de confort, avec la nécessité de prendre soin de tous les équipements, de veiller à la sécurité des lieux, des bureaux et des services de logistique, dont notamment les services d’urgences, et de s’assurer de l’utilisation et de la rationalisation optimales des ressources.

Le ministre a relevé la nécessité de mettre en œuvre ces instructions, l’objectif principal étant, dira-t-il, de « prendre en charge tous les aspects négatifs des services médicaux et d’urgence », insistant sur « l’impératif d’éviter de telles insuffisances, notamment celles liées à l’absence des conditions d’hygiène et au recensement d’un grand nombre d’équipements médicaux en panne ».

M.Benbouzid a enfin réaffirmé « sa confiance placée en les directeurs de santé des wilayas et des établissements hospitaliers pour opérer les changements requis dans le cadre de la mise en œuvre du plan visant la modernisation du secteur », saluant à ce propos les efforts consentis pendant la crise de la pandémie de Covid-19. APS…

La DGSN célèbre la Semaine arabe de la circulation routière

La DGSN célèbre la Semaine arabe de la circulation routière

ALGER- La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) célèbre, à compter de ce mercredi, la « Semaine arabe de la circulation routière », en organisant, sur l’ensemble du territoire national, des activités de sensibilisation au profit des usagers de la route en vue de réduire les accidents de la circulation et les drames routiers, indique un communiqué du corps constitué.
« Dans le cadre de la Semaine arabe de la circulation routière, instituée par le Conseil des ministres arabes de l’Intérieur (CMAI), du 04 au 10 mai de chaque année, la DGSN célèbre cet événement sous le thème +Une circulation routière sûre et développée+, par l’organisation d’une panoplie d’activités de sensibilisation au profit des usagers de la route, sur l’ensemble du territoire national, afin de réduire le nombre d’accidents de la circulation et de drames routiers », note la même source.

Ces activités consistent à « dispenser des leçons et à organiser des circuits routiers au profit des élèves », mais également à « sensibiliser les conducteurs de véhicules quant au respect impérieux du code de la route et des règles de bonne conduite ».

A ce titre, le Secrétaire général (SG) du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, Mohammad bin Ali Koman, a relevé, dans son message adressé à cette occasion, la nécessité de « sensibiliser » le citoyen et l’ensemble des usagers de la voie publique, quant à l’impératif de « respecter les règles de sécurité routière et d’éviter les mauvais gestes au volant, eu égard au nombre de victimes et de pertes matérielles qui en découlent tous les jours ».

Afin d’y parvenir, il faudra « conjuguer les efforts pour trouver des solutions et des méthodes efficaces à ce phénomène », a-t-il soutenu. APS…

 

« Tchebtchaq marikane » remporte le grand prix du festival numérique du court-métrage d’Annaba

« Tchebtchaq marikane » remporte le grand prix du festival numérique du court-métrage d’Annaba

ANNABA- Le court-métrage « Tchebtchaq marikane » de la réalisatrice algérienne Amel Blidi a remporté le grand prix du 24ème festival du portail numérique du court-métrage international d’Annaba du mois d’avril 2022, selon un communiqué de la cellule de communication de ce fest
Le court-métrage de 26 minutes raconte l’histoire, durant la décennie noire, d’une enfant qui adorait s’amuser avec le jeu traditionnel « Tchebtchaq marikane », avant de se retrouver plongée dans l’horreur des violences de l’époque, selon le communiqué.

La 24ème édition du mois d’avril 2022 de ce festival virtuel a mis en lice 80 courts-métrages de cinéastes issus de 34 pays du monde, a précisé le communiqué.

Le prix du meilleur court-métrage documentaire a été décerné au film  « Heart beating » du mexicain Alejandra Diaz Esaul, tandis que le prix du meilleur film d’animation est allé à « Gaia » des réalisateurs espagnols Iciar Leal Martinez et Pérez Chirinos Lallana.

Les deux films espagnols « Verano » d’Anabel Diez et « Dennis » de Guillermo Garzon et Carlos Beceiro se sont partagés le prix du jury.

S’agissant du prix de la meilleure mise en scène, il a été décerné à « The coin boy » du brésilien Izah Neiva et à « Madre » de l’espagnol Daniel Leon Lacave.

L’administration du festival a offert aux cinéastes amateurs, durant cette 24ème édition coïncidant avec la fête de l’Aid El Fitr, un abonnement gratuit d’un mois sur la plateforme mondiale Weshort pour regarder les courts-métrages proposés, est-il indiqué.

Ligue des champions d’Afrique- AL Ahly/ES Sétif : « revenir du Caire avec un résultat positif »

Ligue des champions d’Afrique- AL Ahly/ES Sétif : « revenir du Caire avec un résultat positif »

SETIF- Le club algérien ES Sétif s’est envolé mercredi à la mi-journée de l’aéroport de Sétif en direction du Caire (Egypte) pour affronter, samedi prochain, à 20h00 (heure locale en Algérie) au stade Essalam Al Ahly pour le compte de l’aller de la demi-finale de la Ligue des champions d’Afrique, avec l’objectif de « rentrer avec un résultat positif », a indiqué son président.
Dans une déclaration à l’APS avant le décollage du vol spécial transportant la délégation de 80 membres du club, dont 22 joueurs, le président de l’ESS, Kamel Lafi, a déclaré que « l’objectif premier de ce déplacement est de revenir avec un résultat positif qui balise la voie vers l’ultime étape de cette compétition continentale et faire honneur aux couleurs nationales ».

« Bien que les conditions de préparation de ce rendez-vous continental aient été quelque peu perturbées par les vacances de la fête de l’Aid El Fitr, l’ambition de l’Entente ne change point dans toutes les compétitions où elle s’engage quel que soit l’adversaire’’, a souligné M. Lafi.

De son côté, le gardien de but Sofiane Khedhairia a rappelé que les joueurs ont montré lors de la phase de poules et du quart de finale face à l’ES Tunis qu’ils étaient des « combattants sur le terrain », et cela permet de s’engager en demi-finale avec un moral élevé et la même détermination de sorte à « mettre à portée de main l’objectif de décrocher un troisième trophée continental ».
Le nouveau coach de l’ESS, le serbe Darko Novic, sera en mission difficile samedi prochain pour préserver la suprématie historique de l’ESS sur le « club africain du XX siècle ». En 1988 en demi-finale de la coupe d’Afrique des clubs champions et en 2015 en finale de la supercoupe de la CAF au stade Mustapha-Tchaker de Blida, les deux matchs avaient été remportés par les Algériens aux tirs au but.

Dans l’histoire des confrontations entre l’ESS et Al Ahly, le club des hauts plateaux a perdu en 2018 en demi-finale de la Ligne des champions d’Afrique après avoir été  battue 2-0 au Caire et terminé 2-1 à domicile au stade du « 8 mai 1945 ».

Les supporters espèrent voir leur club phare revenir avec un résultat positif du Caire et réitérer l’exploit de 2014 lorsque l’ESS a décroché le trophée continental face à l’AS Vita club du Congo.
L’ES Sétif négociera le match de samedi prochain presque au complet puisque seuls seront absents, pour diverses raisons, Derflou Khalil, Amine Benboulaid et Youcef Fellahi.

La Confédération africaine de football a désigné l’éthiopien Bamlak Tessema, assisté par le soudanais Mohamed Abdallah et le tchadien Aissa Yaya pour officier le match entre l’ES Sétif et El Ahly. APS..

Espagne: un parti insiste sur la nécessité de défendre les frontières de Ceuta et Melilla

Espagne: un parti insiste sur la nécessité de défendre les frontières de Ceuta et Melilla

MADRID – Le président du parti espagnol Vox, Santiago Abascal, a insisté mardi sur la nécessité d’améliorer la défense des frontières de Ceuta et Melilla « pour éviter qu’elles ne soient vulnérables », en empêchant le « passage de vagues de migrants clandestins » en provenance du Maroc, ont rapporté des médias locaux.
« La porte s’ouvre quand elle est vulnérable (…) et que nous renonçons à utiliser notre armée pour défendre les frontières de Ceuta et Melilla », a déclaré Santiago Abascal en référence à la crise migratoire de mai dernier, quand des milliers de candidats à l’émigration, dont de nombreux jeunes, s’étaient précipités illégalement dans l’enclave de Ceuta, avec la complicité des garde-frontières marocains.

En deux jours, jusqu’à 12.000 migrants ont traversé la frontière de l’enclave espagnole, « engloutissant » la ville de 80.000 habitants.

A cet égard, Abascal a insisté sur le fait que l’armée espagnole doit être déployée dans les villes autonomes de Ceuta et Melilla « pour empêcher le passage de vagues de migrants clandestins » et pour que les habitants des deux enclaves cessent de vivre « dans l’insécurité et l’angoisse permanentes », a fait savoir le quotidien espagnol Ceutaldia.

Le président du parti d’extrême droite a également réagi aux hypothèses selon lesquelles le Maroc soit l’auteur de l’espionnage sur les téléphones portables du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et de sa ministre de la Défense Margarita Robles.

C’est une hypothèse de plus, mais au cas où elle se confirmerait, elle apporterait la preuve que le gouvernement espagnol n’a « absolument rien gagné » après avoir « tout donné au Maroc », suite au changement de position du Premier ministre Pedro Sanchez sur le Sahara occidental, a-t-il assuré.
Pour cette raison, a-t-il souligné, « si cet espionnage a eu lieu, nous devons également savoir s’il est lié au fait que le gouvernement a changé de position ».

Lundi, le gouvernement espagnol a indiqué que les téléphones portables du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et de sa ministre de la Défense Margarita Robles ont fait l’objet d’écoutes « illégales » et « externes », au moyen du logiciel Pegasus.

« Il ne s’agit pas de suppositions », a déclaré lors d’une conférence de presse convoquée avec un caractère d’urgence, le ministre de la Présidence, Félix Bolaos, qui a parlé de faits d' »énorme gravité » qui s’étaient produits en 2021.

Selon Santiago Abascal, « il est très difficile d’avoir une relation amicale avec un pays qui pourrait être à l’origine de l’espionnage » et  « vous fait constamment chanter en lançant des vagues d’immigration clandestine ». APS….