Organisation internationale du travail : 207 millions de personnes seront au chômage en 2022

Quelque 207 millions de personnes seront au chômage cette année a alerté lundi, l’Organisation internationale du travail (OIT), notant que de nombreux facteurs seraient à l’origine de cette situation, même si l’une des causes principales avancées est «la poursuite de la pandémie et de ses variants, notamment Omicron».
Pour l’OIT, le marché mondial de l’emploi mettra plus de temps à se rétablir dans le monde, avec des niveaux de chômage devant rester au moins supérieurs à ceux d’avant la pandémie de Covid-19 jusqu’en 2023.
«La relance s’avère lente et incertaine», a d’ailleurs déclaré, le directeur général de l’OIT, Guy Ryder, lors d’un point de presse à Genève.
L’agence onusienne basée à Genève a ainsi revu à la baisse ses prévisions sur la relance du marché du travail dans le monde pour cette année, affirmant «anticiper» un impact de la pandémie, avec un déficit global en heures travaillées équivalent à 52 millions d’emplois à temps plein, par rapport au quatrième trimestre de 2019. C’est deux fois plus que ce que l’OIT prévoyait encore en mai 2021, selon le rapport sur les tendances 2022.
En mai 2021, l’Organisation onusienne tablait sur un déficit de 26 millions d’emplois
équivalents au temps plein.
Même si cette dernière estimation constitue une amélioration par rapport à la situation en 2021, elle demeure près de 2% inférieure au nombre global d’heures travaillées avant la pandémie.

Paiement par internet: plus de 7,8 millions d’opérations effectuées en 2021

ALGER – Plus de 7,8 millions opérations de paiement via internet ont été enregistrées durant l’année 2021 par les détenteurs des cartes interbancaires (CIB) et les cartes Edahabia d’Algérie Poste, a indiqué, mercredi à Alger, le directeur général du Groupement d’intérêt économique de la monétique, Madjid Messaoudene.
Intervenant lors de la 6ème édition du Forum « Rakmana », organisée par le Groupement algérien des acteurs du numérique (GAAN), M. Messaoudene a affirmé que les opérations de paiement électronique à travers la toile ont connu un développement « appréciable » en Algérie durant l’année 2021 atteignant les 7,8 millions d’opérations, contre 4,5 millions en 2020, soit une évolution de 70,25 %.

Le montant global des transactions effectuées par internet a atteint l’année dernière 11,200 milliards de dinars, contre 5,4 milliards de dinars enregistrés en 2020.

S’agissant des opérations de paiement à travers les terminaux de paiement électronique (TPE), elles ont avoisiné, selon le responsable du GIE Monétique, les 2 millions sachant que le nombre de TPE en fonction au niveau national est de 40.000 appareils.

Le directeur général du GIE Monétique a fait savoir, par ailleurs, que la plateforme d’intégration du paiement électronique « CIBWEb.dz » a permis de certifier 153 web-marchands dont des grandes entreprises publiques et privées qui ont ingéré le paiement électronique sur internet auprès de leurs clientèles détentrices des cartes bancaires et postales.

M.Messaoudene a ajouté que le GIE monétique avait reçu plus d’une centaine de demandes émanant d’acteurs économiques et commerciaux voulant être certifié et homologué en tant qu’acteurs web-marchand.
Cet intérêt démontre, a-t-il souligné, « la confiance des usagers manifestée à l’égard du système de paiement en ligne qui est sécurisé par l’installation des infrastructures techniques aux standards internationaux ».

De son côté, la directrice générale d’Algérie Poste, Baya Hanoufi, a fait état d’une hausse de 400 % des opérations de paiement électronique effectuées par les détenteurs de la carte Edahabia à travers les TPE durant l’année 2021.

Algérie Poste a distribué à ce jour plus de 8 millions de cartes Edahabia et enregistre plus de 150.000 demandes quotidiennes de nouvelles cartes, a précisé Mme Hanoufi, alors que le nombre total de détenteurs de comptes courants postaux (CCP) avoisine les 24 millions.

« Aujourd’hui, il y a une véritable nécessité de passer au paiement électronique des différents services. Cela va permettre de désengorger considérablement les agences d’Algérie postes, sachant que la majorité des opérations effectuées au sein de nos agences concernent le retrait d’argent et le paiement des factures (eau, électricité, gaz, téléphones et autres) », a relevé également la directrice générale d’Algérie Poste.
Le regroupement du réseau des distributeurs automatiques de billets (DAB) et des guichets automatiques bancaires (GAB) au niveau national dans le cadre d’un récent accord conclu entre Algérie Poste et le réseau interbancaire a constitué une « réussite » et va booster le paiement électronique, a souligné Mme Hanoufi.

 

Appel à la révision du cadre fiscal et juridique

 

Par ailleurs, la 6ème édition du Forum « Rakmana » a été une occasion de débattre de la situation et des contraintes rencontrées par les acteurs de l’e-commerce et le-paiement en Algérie.

A ce propos, il a été souligné par le président du GAAN, Bachir Tadj Eddine, de la nécessité de la révision du cadre juridique du commerce électronique, notamment la loi 18-05 du 10 mai 2018.

Affirmant qu’il est devenu « urgent de procéder à la révision de ce texte de loi en tenant compte des évolutions intervenues », M. Tadj Eddine a affiché la disponibilité des membres du GAAN a formulé des propositions dans ce domaine et à les soumettre au gouvernement.

L’autre préoccupation soulevée par le président de la GAAN est celle portant sur le taux de 19 % de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) institué sur les opérations de commerce électronique dans le cadre de la loi de finances 2022, alors qu’il était de 9 % auparavant.

« Cette nouvelle taxe de 19 % est venu complètement à l’opposé de ce que nous réclamions à savoir la suppression d’impôts pour l’e-commerce durant trois ans afin d’inciter les commerçants et les clients à l’utilisation des moyens de paiement électronique », a-t-il mentionné, tout en alertant sur l’émergence d’un « marché parallèle sur Internet plus important que le marché parallèle actuel ».

Coronavirus: 1359 nouveaux cas, 576 guérisons et 8 décès

ALGER- Mille-trois-cent-cinquante-neuf (1359) nouveaux cas confirmés de coronavirus (Covid-19), 576 guérisons et 8 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, a indiqué mercredi le ministère de la Santé, dans un communiqué.
Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 228 918, celui des décès 6 443 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 156 203.

Par ailleurs, 39 patients sont actuellement en soins intensifs, ajoute la même source.

En outre, 18 wilayas n’ont recensé aucun cas durant les dernières 24 heures, 9 autres ont enregistré de 1 à 9 cas, tandis que 21 wilayas ont enregistré 10 cas et plus.

Le ministère de la Santé rappelle, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d’hygiène et de distanciation physique, tout en insistant sur le respect du port du masque.

Rencontre sur le développement de l’industrie des cycles et motocycles

ALGER- Le ministère de l’Industrie a organisé, mercredi à Alger, une rencontre spéciale pour le suivi et le développement des activités liées à l’industrie des cycles et motocycles, indique un communiqué du ministère.
Présidée par le secrétaire général du ministère, Salah Benbrik, en présence de près de 40 opérateurs économiques parmi les industriels et les sous-traitants activant dans cette filière, la rencontre vise à cerner les problèmes et les lacunes émaillant l’activité de l’industrie des cycles et motocycles pour tenter de leur trouver des solutions, notamment à travers l’exploitation des capacités industrielles existantes et la création d’une cohérence et une intégration entre les différentes entreprises investissant ce créneau.

Le ministère aspire, à travers cette initiative, à développer cette filière industrielle à la faveur de la conjugaison des efforts de tous les acteurs, entre fabricants, sous-traitants, administrations, et instances publiques, et à l’organiser en groupe professionnel (cluster), précise le document.

A cet effet, M. Benbrik a salué l’importance de regrouper tous les acteurs de cette filière dans un groupe professionnel pour davantage d’efficacité et la création d’une meilleure synergie, voire intégration des investissements afin d’encourager la production nationale, et partant réduire les coûts et favoriser la commercialisation de produits plus concurrentiels aux niveaux, local et international.
Ainsi, le responsable a mis en avant l’importance de l’activité liée à l’industrie des cycles et motocycles en Algérie, comptant parmi les secteurs connaissant une importante dynamique qui se sont imposés sur la scène industrielle nationale, à la faveur du lancement de plusieurs usines dans le montage, enregistrant actuellement des taux d’intégration considérables.

La rencontre est une occasion propice pour la relance du secteur, en faisant valoir tout son potentiel et en cernant les entraves, problèmes et lacunes afin de sortir avec des recommandations pratiques favorables au lancement immédiat des investissements à l’arrêt pour diverses raisons, a-t-il estimé.

Selon le communiqué, le nombre de motocycles immatriculés en Algérie est passé de 126 000 motocycles en 2013 à 181 400 motocycles en 2019, soit une hausse de 1500% en l’espace de six ans.

Face à cette évolution, « l’investissement industriel dans la fabrication de motocycles et tous les intrants mécaniques est considéré comme étant l’un des principaux domaines bénéficiant de l’appui du secteur de l’industrie », a ajouté le SG du ministère.
Pour leur part, les participants ont salué l’organisation de ce genre de rencontres par le ministère, dont le but est d’organiser, voire de développer cette filière, conclut le communiqué.

Riyad Mahrez, capitaine de l’EN: «Je crois en la qualification»

Comme son entraîneur, Riyad Mahrez a tenu un discours déterminant, hier, en conférence de presse. Le capitaine des Verts a refusé de céder  à la fatalité, et en homme d’expérience, a fait en sorte de minimiser de la complexité du match face à la Côte d’Ivoire. Pour l’attaquant de Manchester City, le mot d’ordre reste de gagner et continuer l’aventure. « Nous sommes  prêts. Nous sommes motivés. Toute la nation est dernière nous. Tous les feux sont au vert pour réussir et on mérite de passer. Mais on doit le montrer sur le terrain», a déclaré Riyad Mahrez et d’ajouter «Je n’ai pas envie de perdre et rentrer chez moi.  Je crois en la qualification. Je ne peux pas vous dire qu’on va gagner mais je vous garantis qu’on va tout faire pour. Je suis confiant et j’espère rester ici plus longtemps», dira-t-il. Interrogé sur le message du coach, Riyad Mahrez rétorqua : «Le message est simple : on doit gagner. On a manqué d’efficacité, et on doit être plus spontanés dans le dernier geste. Quand on est dos au mur, on ne doit pas trop parler, tout le monde sait ce qu’il a à faire», estime le numéro 7 de l’EN. Sur la perspective d’affronter la Côte d’Ivoire dans une première petite finale, il dira « En 2019, c’était déjà un 1/4 de finale, on devait tous les deux gagner. Là c’est différent, ils sont déjà qualifiés. Ça sera un match différent avec d’autres calculs»