Alger: incendie dans un entrepôt du service régional d’équipements de la Sûreté nationale

ALGER- Un incendie s’est déclaré samedi soir à 20H45 dans un entrepôt du service régional d’équipements de la Sûreté nationale à Bach Djerrah (Alger), sans faire de victimes, a indiqué dimanche un communiqué de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).
L’incendie a été maitrisé grâce à l’intervention des forces de la Sûreté nationale soutenues par des unités de la protection civile, a ajouté le communiqué.

La DGSN a indiqué avoir diligenté une enquête pour définir les circonstance de l’incendie qui n’a pas fait aucune victime.

Elections Libyennes : L’ONU optimiste

La conseillère spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Stephanie Williams, a exprimé son optimisme quant à la tenue des élections libyennes «avant juin prochain», soulignant que la solution à l’«impasse» actuelle ne réside pas dans la formation d’un nouveau gouvernement de transition.

«La feuille de route résultant du Forum de dialogue politique libyen est considérée comme le calendrier le plus efficace dans le cadre du processus politique. Une feuille de route qui s’étend jusqu’en juin de cette année», a déclaré Mme Williams dans un entretien à l’agence turque Anadolu.
La diplomate américaine a ajouté : « Je pense que la tenue d’élections est encore possible dans ce laps de temps, cela peut impliquer différents scénarios, et je pense qu’il est plus important que jamais que le peuple libyen ait un horizon politique à cet égard ».
Stephanie Williams a noté que des développements « très positifs » se sont produits au cours du mois dernier, avec la tenue de deux réunions importantes entre les représentants de l’Est et de l’Ouest libyens, sur l’unification de l’institution militaire et de la Banque centrale.
Elle a soutenu en outre que « la Libye vit dans une atmosphère positive pour parvenir à la paix, et le calme est atteint sur le terrain ». La conseillère du chef de l’ONU ne voit « aucune volonté de la part des Libyens de retourner à la guerre en ce moment. Maintenant le discours des Libyens a changé, tout le monde utilise un discours politique civilisé au lieu d’agiter la guerre, et c’est une évolution très importante ».
Dans ce même entretien, Mme Williams a noté que les Nations unies « ont joué un rôle important en Libye pour soutenir les Libyens et les efforts de négociation liés à l’avenir du pays ». Et la conférence de Berlin et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité offraient un « parapluie international » qui contribue à « rassembler les Libyens ». Pour elle, l’ONU est « l’acteur le plus impartial » dans ce processus qui était capable de rassembler les parties libyennes sous un même toit.
Mme Williams a rappelé aussi que le Parlement libyen a mis en place une commission pour élaborer une feuille de route, en consultation avec les acteurs du pays, notant que ladite commission devrait présenter son rapport, en plus d’un ensemble de recommandations, au Parlement le 25 janvier.
La représentante de l’ONU a fait savoir qu’elle s’était rendue dans diverses régions de Libye, de l’est à l’ouest, avait parlé aux Libyens et avait été informée des différents points de vue souhaités. « Il y a ceux qui disent qu’il faut une base constitutionnelle pour la poursuite des élections, ceux qui veulent soumettre le projet de Constitution à un référendum, et il y a aussi ceux qui veulent que la liste des candidats à la présidentielle soit soumise à une sorte de contrôle judiciaire pour lever l’obstruction », a expliqué la conseillère.
Cette dernière a affirmé en outre qu' »il n’y a pas de point de vue unique qui prévaut dans la rue libyenne, et nous, aux Nations unies, participons certainement à ce processus politique et comprenons les complications associées à chacune des opinions présentées ».
Et de poursuivre : « Les parties en Libye ont la volonté de poursuivre les négociations », rappelant que la Libye est dans une phase de transition depuis 2011.
« La Libye a besoin d’institutions permanentes, démocratiquement élues, capables d’assurer la sécurité nécessaire à la population, de lui fournir des services et de sécuriser les frontières du pays », a-t-elle enchaîné.

Can 2021 au Cameroun, Algérie 0 – Guinée équatoriale 1 : fin de la série d’invincibilité des verts

Les Verts ont pourtant entamé cette confrontation tambour battant. Voulant rapidement faire la différence pour mieux gérer la suite des débats, le onze national a d’emblée pris l’initiative du jeu à son compte, face à un adversaire replié derrière son portier, qui ne proposait rien d’autre que le jeu de contre. En effet, le Nzalang Nacional a d’entrée opté pour une configuration tactique de prudence (4-4-2), avec un bloc équipe relativement médian. Les camarades du capitaine Mahrez ont ainsi eu le monopole de la balle (63% de possession). Pour essayer de trouver des brèches et bousculer la défense adverse, les protégés de Belmadi ont à chaque fois aéré le jeu ou cherché les intervalles. Néanmoins, les joueurs algériens sont tombés sur une muraille.
Leur domination est restée stérile, notamment en première période où les occasions étaient rares. Il a fallu attendre la 22’ pour assister à l’unique opportunité de but. Owono s’illustre pour s’opposer aux tirs successifs de Belaïli et Bounedjah. De leur côté, les poulains de Juan Micha ont failli surprendre leurs vis-à-vis avant la pause. 38′, Ganet oblige Mbolhi à se coucher pour repousser son coup franc. 40′, le tir croisé d’Edu passe tout près du cadre. Au retour des vestiaires, on a pratiquement assisté au même scénario. La sélection nationale a essayé tant bien que mal de faire le jeu sur un terrain catastrophique, en procédant par des attaques placées. La Guinée Équatoriale, plutôt dans l’attente de la moindre opportunité, a de son côté misé sur le jeu de contre.
Ainsi, à la 48’, Nlavo rate son face à face avec le gardien algérien. 56′, les Verts répliquent par l’intermédiaire de Belaïli et font le heading repoussé in extremis par le défenseur central Coco. 66′, le coup franc de Belaïli est repoussé en corner par Akapo. Cependant, en jouant le tout pour le tout, les Algériens se font surprendre. 70’, suite à un corner, Obono, sans marquage au second poteau, donne l’avantage à la Guinée Équatoriale. Après cette défaite surprise, les joueurs de Belmadi sont condamnés à s’imposer lors de l’ultime journée de cette phase des poules pour espérer passer au tour prochain.
L’autre match du groupe, opposant la Côte d’Ivoire à la Sierra Leone, s’est achevé sur un score de parité de deux partout. Les Leone Stars ont su trouver les ressorts et le mental pour revenir à chaque fois dans ce match fou. Lors de la troisième journée, l’EN sera confrontée aux Éléphants ivoiriens. Le match aura lieu, jeudi prochain à 17h.

Le vaccin anti-covid19 algérien (CoronaVac) commercialisé

Le ministère de l’industrie pharmaceutique a annoncé, jeudi dans un communiqué, le début de la commercialisation du vaccin anti-covid19 (CoronaVac), produit par le groupe pharmaceutique public Saidal, en collaboration avec les laboratoires chinois Sinovac.
Cette opération est entamée « suite à l’obtention de la décision d’enregistrement, le 30 décembre 2021, après la validation des différents contrôles relatifs à l’efficacité et l’innocuité du vaccin effectués par l’Agence Nationale des Produits pharmaceutique en collaboration avec le partenaire chinois », précise le ministère.

Le début de la commercialisation vaccin anti covid-19 entre également « dans le cadre de la résurgence de la pandémie Covid-19 et des dispositions prises par le ministère de l’Industrie Pharmaceutique pour assurer la production et la disponibilité de ce vaccin », ajoute le ministère.
S’agissant des quantités commercialisées, le communiqué a expliqué qu’avec une capacité de production de 96 millions de vaccins par an, le plan de charge de l’unité de Constantine de Saidal s’adaptera « aux besoins nationaux, selon le rythme de la campagne de vaccination, et internationaux, selon les opportunités d’exportation ».

Quant au projet d’exportation du vaccin, le communiqué assure que le groupe Saidal est « soutenu et accompagné » par le ministère de l’industrie pharmaceutique en collaboration avec les ministères des Finances et des Affaires Etrangères.

Il a, dans ce sens, souligné que des réunions sont tenues, à cet effet, en vue d’étudier les facilitations et les opportunités qui s’offrent au Groupe Saidal pour tirer profit des financements accordés par les institutions financières internationales, en leur qualité de bailleurs de fonds, aux pays en difficulté, en vue d’acquérir des vaccins anti-Covid 19.

Sahara Occidental : Le conseil de sécurité n’a pas d’agenda pour une solution politique

La fièvre monte au Sahara occidental. Le ton se durcit entre les belligérants dans un bras de fer sans répit depuis de longues décennies. Le cessez-le-feu est rompu après une trêve de trente ans après les graves incidents survenus dans la zone tampon de Guerguerat. Et face aux grondements annonciateurs de jours sombres, le Maroc campe sur son programme d’occupation conforté par la tiédeur des décisions du Conseil de sécurité de l’ONU préférant le prolongement du mandat de la Minurso. L’Algérie regrette ces tergiversations qui accentuent la colère légitime du peuple sahraoui. C’est dans ce contexte difficile que se répète la mission de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies.
Les Sahraouis ont pris acte que les longues années de cessez-le-feu après une déroute sur le terrain des combats n’ont pas profité à l’avènement de la paix. Entre le rappel au respect du droit international et la reprise de la guerre, quelle alternative ? L’escalade est-elle inévitable ?